FERMETURE DU FORUM : http://ourdeepestfear.forumactif.org/t1309-fermeture-du-forum#18895

Partagez|

andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Mar 17 Jan - 23:48

26 ans | éducateur spécialisé | matthew daddario | don't care | inventé
sirius andréa marshall
CHAPITRE UN : « demain tout sera peut être fini »
Ca, c'est ce que ce sont dit tes parents le jour où ta mère biologique a eu ses premières contractions. Elle n'avait que seize ans. Et ton père en avait dix huit. Ils étaient encore jeunes. Ils avaient la vie devant eux. Malheureusement, elle n'a pas pu avorter. Elle a nié tout en bloc. Elle ne pouvait pas être enceinte. Ce n'était pas possible. Oui, elle a fait un déni de grossesse, tu l'auras compris. Mais toi, tu as continué de grandir en elle, jusqu'au jour où tu as décidé de sortir. En pleine de nuit. La faisant crier de douleur. C'était le moment. Les parents de ta mère l'ont conduit à l'hôpital. Pendant qu'elle était en salle d'accouchement, ton père est arrivé de nul part, il l'a rejoint dans la pièce. Amoureux tu dis ? Oui, ils l'étaient. Et bien plus encore. Cette épreuve, ils allaient la vivre ensembles. Parce que ce n'était pas évident. Encore moins quand les infirmières ont trouvé le moyen de te poser là, juste au niveau de sa poitrine. Automatiquement, tes pleures ont cessé, comme si tu savais que c'était elle. Ta mère. Celle qui t'avais porté pendant neuf long mois dans son ventre. Mais voilà que ta famille d'adoption ne tarde pas à arriver. Ils ont vingt cinq et vingt huit ans. Ton père adoptif, il a hérité de l'entreprise familiale. Ta mère adoptive elle, n'a pas besoin de travailler puisque l'entreprise familiale suffit amplement à subvenir aux besoins de tous. Mais voilà qu'ils ont décidé d'adopter. Parce que Monsieur est stérile. Et Madame a du mal a être fécondable. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir fait des inséminations, mais ça n'a jamais fonctionné. Alors, en dernier recourt, ils ont songé à l'adoption. Ils semblent si ravi. Et toi, tu dors, paisiblement. Tu ne te rends même pas compte de ce que l'on est entrain de te faire subir. Tu changes de bras. Et puis, tu regagnes une autre chambre. Où tu es avec tes nouveaux parents désormais. Ta mère biologique fond en larmes. Elle savait qu'elle ne pourrait pas te garder. Elle s'était faite à l'idée. Jusqu'à ce que l'on te pose sur sa poitrine. Elle ne pensait pas que ça serait aussi douloureux de voir son propre enfant aller vivre dans une autre famille. Elle avait conscience qu'elle t'abandonnait, mais ses parents avaient été clair, elle n'avait pas les moyens de s'occuper de toi, et puis, tu méritais mieux que d'être élevé par une gamine de son âge. C'était pour votre bien, tant à toi, qu'à elle.  

CHAPITRE DEUX : « et puis on se réveille un matin, le passé nous rattrape, le présent nous fait mal, et le futur nous échappe »
Deux ans. Voilà deux ans que tu faisais le bonheur de tes chers et tendres parents adoptifs. Tout semblait aller pour le mieux. Aux yeux de tous, vous représentiez la famille parfaite. Ton père était le gérant de l'entreprise familiale, tandis que ta mère, elle s'occupait de toi. Inutile de dire que la collectivité, tu ne connaissais pas cela. Non, c'était ta mère qui avait participé à ton éveil, qui t'avais élevé, et qui avait fait de toi le petit garçon de deux ans que tu étais désormais. Oh oui, tout semblait aller pour le mieux. Mais ça, c'était sans compter que personne n'était au courant de l'AVC que ton père avait fait. Pendant le temps où ce dernier fut hospitalisé, ta mère fut alors contrainte de gérer l'entreprise elle-même. C'est alors qu'elle découvrit certaines choses qu'elle aurait préféré éviter. Alors que ton père faisait croire que tout allait bien, en réalité, il n'y avait plus de fond, toutes leurs économies étaient parties en fumée, et le pire dans tout ça... C'était que l'entreprise était entrain de couler. Alors, ta mère a essayé de tout faire en appelant leur banquier, en essayant de gérer tant bien que mal la chose, retournant le problème dans tous les sens, mais voilà qu'elle se fit une raison. Ils étaient bel et bien au fond du seau. Ce qui l'inquiétait le plus, c'était toi. Elle savait que si l'entreprise coulait, et que si l'assistante sociale était au courant de tout ça, elle finirait par te sortir de leur famille. Elle en avait mal au coeur rien que d'y penser. Mais plus les jours passaient, et moins cela s'arrangeait. Jusqu'au jour où elle reçu un appel l'informant qu'il fallait que l'entreprise ferme ses portes. Qu'il n'y avait pas d'autres possibilités. Même en ayant retourné le problème dans tous les sens, il n'y avait aucune issue. La seule étant de fermer la boutique. C'était dur, mais elle pensait à toi, avant de penser à elle. Et c'est donc elle-même qui contacter l'assistante sociale, l'informant de la situation actuelle, qui choisit pour le bien de tous, de te retirer de cette famille qui t'avais apporté tout l'amour qu'elle n'avait. Voilà qu'à l'âge de deux ans, tu te retrouvais dans un orphelinat, au beau milieu d'autres bambins de ton âge, eux-même abandonnés par leurs parents, ou bien parce que leurs parents n'étaient plus de ce monde. Mais toi, à ton âge, tu ne te rendais pas compte de ce qu'il t'arrivait.

CHAPITRE TROIS : « et puis un jour, la vie décide de nous sourire »
Un an. Trois cent soixante cinq jours. Enfin, approximativement. C'était le nombre de jours que tu avais passé dans cet orphelinat. Auprès de tous ces enfants. En réalité, tu étais bien toi. Tu étais entouré de pleins d'enfants. De ton âge, dans la section où tu étais. Les adultes qui s'occupaient de toi étaient très professionnels et très compétents. Ils répondaient à tes besoins qu'ils soient physiologiques ou affectifs. Des jouets, tu n'en manquais pas, il y en avait partout. Et en plus de cela, une à deux fois par semaine, des professionnels intervenaient dans l'orphelinat pour vous faire faire des activités qui sortaient un peu de l'ordinaire. Alors toi, tu ne réalisais pas trop. Limite, ça te semblais normal ce que tu vivais là. Puis un beau jour, un homme et une femme signèrent des papiers, et vinrent te voir. Ils se présentèrent, Kaitlyn et Drew Marshall. Ta future famille adoptive. Mais jusqu'à quand ? Ils étaient souriants. Ils avaient l'air doux. En réalité, c'était un couple comme tes premiers parents, qui n'avaient pas eu la chance de pouvoir avoir leur propre enfant. Alors, ils avaient décidé de devenir famille d'accueil. Et d'accueillir des enfants comme toi. Temporairement, ou sur du plus long terme. Ils avaient même déjà adopté deux enfants. Donc ils s'étaient amourachés. Et toi. Tu étais le quatrième de la famille. Et pur l'instant, ça leur suffisait amplement. Ils avaient toujours rêvé d'avoir une grande famille, et bien à cette occasion, ils l'avaient désormais. Mais ce n'est pas à Chicago qu'ils vivaient. Et non, c'était dans un petit ranch au fin fond du Texas. Vous vous demandez surement comment ils ont réussi à avoir la garde de tant d'enfants. Et bien, il faut dire que leur ranch est vraiment bien aménagé et sécurisé. Leur maison est au norme, répondant aux réglementations du mode d'adoption. Ainsi, on ne pouvait pas leur refuser ce genre de chose. C'est dont là que tu t'es vu grandir.

CHAPITRE QUATRE :
« quand tout bascule »
Et te voilà à l'âge de huit ans. T'aurais pas pu demander mieux. T'es heureux. Tu te sens bien. La journée, t'es à l'école, et le soir, quand tu rentres, tu vas t'occuper des chevaux avec ton père, ou ta mère, cela dépend des soirs. Et tes frères et soeurs. Tu aimes la vie que tu mènes. Puis parfois, tu montes à cheval. Tu montes depuis l'âge de quatre ans. T'adores ça. T'es un vrai petit cavalier qui n'a peur de rien. Et donc ce soir, comme tous les autres soirs, ton père pousse la brouette dans les écuries, pendant que toi, tu t'amuses à donner leur ration aux chevaux. Tu cours dans les écuries, pour aller plus vite que tes frères. Toi t'aimes pas perdre. Alors, tu fais tout pour gagner. Sauf que ce soir. Ce n'est pas toi qui gagne. Parce que tu te sens partir. Ta vue se trouble, tandis que ça bourdonne dans tes oreilles. Les sons deviennent lointain, et tu tombes, au beau milieu des écuries. Evidemment que tes parents paniquent. Que ce passe-t-il ? Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Ils appellent les pompiers. Rapidement ils arrivent, et t'emmènent à l'hôpital. Dans le camion, tu te réveilles. T'es sonné. Tu ne sais pas ce qu'il t'arrive. Mais t'es content, t'es entouré de pompier. Tu te sens chanceux. Tu ne réalises pas ce qu'il t'arrive. Puis à l'hôpital, on te fait tout un tas d'examens. C'est alors qu'on découvre que tu es diabétique. Ce n'est pas la première fois que tu fais un malaise. Mais au début, on pensait à une baisse de tension, à plusieurs choses. Seulement voilà, le résultat est tombé. Tu es diabétique. Diabète de type 1. Le plus dangereux. Ca aurait pu être mortelle. Mais maintenant, avec la médecine d'aujourd'hui, tout est possible. Tu restes quelques jours à l'hôpital, avant de pouvoir en sortir. Désormais, il est important de surveiller ton taux de sucre dans le sang, plusieurs fois dans la journée, afin de t'injecter une dose d'insuline, car malheureusement, les cellules situées au niveau de ton pancréas qui aidaient à la production d'insuline sont pratiquement toutes détruites. Ainsi, tu ne fabriques plus de sucre, et donc il te faut ta dose d'insuline.
Après ça, tu reprends une vie normale. Jusqu'à ce qu'une nouvelle fois, bien des années plus tard, tu tombes cette fois-ci dans le coma, à cause de ça. Maintenant que tu es ado, tu fais moins attention à ton diabète, pourtant, tu devrais. Voilà que tu restes quelques jours dans le coma, avant d'en sortir, soudainement. Encore une fois, tu te demandes ce que tu fiches ici. C'est alors que tu apprends qu'avec tes bêtises, tu aurais pu y rester. Tes parents, ont vraiment eu peur. Après de nombreux examens, encore une fois. Les médecins en arrivent à une nouvelle conclusion : celle de t'implanter une pompe à insuline t'injectant automatiquement une dose quand c'est nécessaire. Ce qui te permettra également de pouvoir contrôler le taux par le biais de ce petit boitier que tu auras toujours dans la poche. Evidemment que c'est contraignant, mais tu n'as malheureusement pas le choix. Et puis, ce manque de sucre a de mauvaises conséquences sur ton organisme. Les derniers temps. Il t'arrivait d'être agressif, sans même t'en rendre compte, ou d'avoir des comportements assez violent. Souviens-toi cette fois où tu as tout envoyé en l'air dans ta chambre, ton ipad, ton téléphone portable, où tu as plaqué ton père au sol. Et pire dans tout ça, c'est que tu n'arrivais pas à contrôler tes mouvements, c'était vraiment perturbant, et ça te faisais peur. Mais c'était dû à ton diabète. C'est handicapant. Puis le pire, c'est que sur le coup, tu ne réalisais pas, ce n'est que le lendemain que tu t'ai senti honteux.
Les années passèrent, et cela n'y allait pas en s'arrangeant. Il est vrai que la pompe t'as beaucoup aidé, mais malgré tout, il t'arrive des fois où tu agis comme cette fois-là dans ta chambre. Et ça te fais peur à toi-même. Mais tu n'y peux malheureusement rien, tout ce qu'il faut, c'est surveillé ton taux de sucres dans le sang. Et puis ici, le problème, c'est qu'au beau milieu de la pampa, il est difficile d'avoir des médecins rapidement. Et tes parents s'inquiètent à ton sujet. Puis tes frères et soeurs commencent à leur faire comprendre qu'ils aimeraient se retrouver dans un endroit où ils ont tout à disposition. Lâcher le ranch familiale, ça a été difficile pour tes parents, mais, ils ont décidé de mettre les voiles sur Nob Hill, à San Francisco. Ils ont tout prévu. Une de tes soeurs a décidé de poursuivre des études dans le milieu hospitalier. Toi ayant tes problèmes de diabète, il fallait un bon hôpital à portée de main, et il paraît qu'il y a un très bon hôpital à Nob Hill, où résident les meilleurs médecins. Il y a même un endroit pour les diabétiques comme toi, avec des médecins spécialisés dans le domaine. Le ranch va te manquer. Mais c'est James, le palefrenier qui va le garder, le temps qu'il faudra.

CHAPITRE CINQ :
« on a deux vies. la deuxième commence le jour où on réalise qu'on en a qu'une »
Cela fait maintenant 6 ans que vous vivez ici. Tu as réussi à te construire dans cette grande ville. Au début, tu as eu beaucoup de mal. Tu étais bien toi dans ton peit ranch, entouré de chevaux, mais bon, il ne fallait pas se leurrer, pour suivre vos études, il vous fallait être dans une grande ville avec tout à disposition. De ton côté, tu as décidé de suivre des études d'éducateurs spécialisés. C'est ta vie qui t'as poussé à te diriger dans cette branche. Tu as été adopté, dès la naissance. Tu connais tout ton passé, tes parents adoptifs ne t'ont jamais rien caché. Ils t'ont tout avoué, le pourquoi de ta première adoption, puis de ta seconde. Tu sais tout. Dans le fond, tu aimerais rencontrer tes véritables parents, mais tu ne t'en sens pas encore prêt. Et donc toi, avec tout ce que tu as vécu, tu as décidé de monter un foyer, suite à l'obtention de ton diplôme. C'était un gros projet, et tu ne pensais pas que ça allait aboutir à quelque chose. Et pourtant, tu es désormais le directeur de ce foyer où tu héberges des jeunes enfants, et adolescents qui sont instables. Qui ne savent pas quoi faire de leur vie. Qui ont perdu leurs parents plus jeunes, ou bien qui ont été abandonnés. Toi, ton rôle, c'est de les aider, de les soutenir, et de les épauler. Dans toutes leurs démarches, tu es derrière eux, pour les booster. Alors ce n'est pas toujours évident, il y en a beaucoup qui se sont un peu écarté du droit chemin, qui ont fait de la prison. C'est un véritable challenge que de travailler auprès de ces enfants, mais ça te tient à coeur. Et quand tu parvins à les aider, et que tu vois ce sourire perché sur leurs lèvres, et ces étoiles qu'ils ont pleins les yeux, tu ne peux qu'être heureux de travailler à leur côté. Quelque part, et inconsciemment, ils t'apportent beaucoup. Parce que toi, contrairement à eux, tu as eu la chance d'avoir une belle vie, alors, tu essais de ton côté, de leur donner cette chance à ton tour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
fighters
+ âge : vingt-six ans.
+ messages : 825
+ arrivée le : 11/03/2016

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Mer 18 Jan - 1:59

Très bon choix
Bienvenue sur le forum

_________________

the world was on fire and no one could save me but you, it's strange what desire will make foolish people do. i never dreamed that i'd meet somebody like you. i never dreamed that i'd lose somebody like you. no, i don't want to fall in love, this world is only gonna break your heart. no, i don't want to fall in love. ✰ wicked game, chris isaak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Mer 18 Jan - 9:32

Bienvenu (a)
Tu as cédé du côté sombre des ténèbres ahaha
Je te souhaite bienvenue avec ma Sara & ma Jo' hésites pas si besoin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
+ âge : soixante sept ans
+ messages : 645
+ arrivée le : 27/02/2016

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Mer 18 Jan - 9:34

Welcome
bienvenu(e) officiellement sur Get Back To Gold, si tu as besoin le staff est là pour toi donc hésites pas ! Surtout le mot d'ordre est de s'amuser ! Voici quelques liens importants pour que tu te retrouves correctement :

Le contexte & le règlement.
Le staff de Get Back To Gold en cas de besoin.
∞ Des informations surla version où tu peux donner ton avis et les groupes.
∞ Des informations sur la ville de San Francisco.
Les annonces où le staff postera les événements, les informations importantes du forum.
∞ Attention Rulour has it est là pour vous pourrir la vie
∞ Et pour finir toutes les demandes pour faire vivre ton personnage.

Amuses toi bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ourdeepestfear.forumactif.org
Invité

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Mer 18 Jan - 10:12

Goosh matthew, je l'aime trop lui
Bienvenu
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Mer 18 Jan - 12:59

    Bienvenue sur le forum!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Mer 18 Jan - 13:07

Merci beaucoup tout le monde !
On se demande la faute a qui Sara
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres. Dim 22 Jan - 20:17

Bienvenue sur le fo'
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres.

Revenir en haut Aller en bas

andréa - gardes espoir, même dans les moments les plus sombres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres ... [ft lost comets]
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» (Noa) Le bonheur peut se trouver même dans les moments les plus sombres, il suffit d'allumer la lumière
» On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres. Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our deepest fear :: VIDEO GAMES :: 
Goodbye my lover
 :: 
Version S.F
 :: 
Administration
-