FERMETURE DU FORUM : http://ourdeepestfear.forumactif.org/t1309-fermeture-du-forum#18895

Partagez|

« Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR Jeu 14 Juil - 11:13


GABY-ANN ♠ HELLYXIR

« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Hellyxir avait pris la fuite, en pensant que c’était mieux pour eux. Ils avaient sans doute besoin de savoir faire sans l’un et l’autre car ils étaient beaucoup trop fusionnels. Mais elle ne savait pas être autrement avec lui, c’était plus qu’une envie, c’était un besoin. Alors elle avait pris la voiture, et avait roulé jusqu’à le réservoir d’essence s’épuise. Elle était arrivée jusqu’à Vancouver, au Canada. C’était seulement à deux heures de route de Seattle, mais le réservoir ne permettait pas d’aller plus loin, et puis surtout, c’était un autre pays qui se dessinait devant elle. Heureusement qu’elle avait pensé à prendre son sac avec ses papiers d’identité à l’intérieur. Elle ne se prit pas la tête très longuement pour choisir le motel qu’il la satisferait. Elle avait juste envie d’être seule, pour durée indéfinie pour le moment. Elle appela son travail, les prévint qu’elle était en arrêt et qu’elle apporterait les justificatifs nécessaires lorsqu’elle reviendrait. Elle savait qu’elle pouvait perdre son travail après tous les coups foireux qu’elle avait fait, mais en réalité, elle s’en fichait. Elle ne pouvait pas s’imaginer pour le moment travailler et revoir Gaby. Pas après tout ce qu’il s’était passé, et pas maintenant. Elle était certaine que si elle le revoyait, elle sauterait dans ses bras et ne partirait plus jamais. Ce n’était pas du tout ce qui était bon pour elle, pour sa stabilité mentale, ni pour celle du jeune homme qui avait grand besoin de prendre soin de lui.

Une semaine avait passé à Vancouver. Elle commençait à prendre ses marques, comme si elle arrivait réellement à se fondre dans la masse, comme si elle était même prête à y habiter. Elle n’avait pas retouché à la meth, mais elle avait trouvé un petit dealer près de son motel qui pouvait la dépanner en cannabis. C’était toujours mieux ça que la meth, et il lui fallait absolument quelque chose pour faire passer cette douleur. Cette souffrance qui venait la réveiller en sursaut jour et nuit, et qui la prenait comme ça, au coin d’une rue, l’obligeant à s’arrêter tant son cœur donnait l’impression qu’il était sur le point de sortir de sa poitrine. Elle était détruite, dévastée, et la seule chose qui lui manquait pour survivre convenablement se trouvait à Seattle. Bien qu’elle commençait à s’acclimater à la vie canadienne, elle passait la plupart de ses soirées à pleurer, à regretter, à éteindre les mégots de cigarette sur ses bras afin de calmer cette tempête intérieure. Après tout ce qu’elle subissait sans Gaby, elle était toujours certaine que c’était mieux ainsi. Hellyxir était un poison, et elle pourrissait tout ce qu’elle touchait. Il valait donc mieux pour lui qu’il se tienne à distance.

Le cannabis aidait à éteindre ce flot de pensée, un peu comme l’aurait fait un anxiolytique. Cela l’aidait à trouver le sommeil, bien qu’il était la plupart du temps, agité. Cela calmait les effets négatifs du sevrage en détendant ses muscles. Elle comprenait maintenant pourquoi on l’utilisait pour des effets thérapeutiques. Cela augmentait son appétit, qui plus est, du coup, elle reprenait peu à peu le poids qu’elle avait perdu. Comme elle s’en apercevait dans ses jeans, cela lui arrivait de se faire vomir. Elle avait l’impression de prendre dix kilos à la semaine, et cela la terrifiait. Elle n’avait même plus de photo de Gaby pour se rappeler son visage, ses yeux, et tous ces souvenirs qui valsaient dans son esprit comme un film sans fin. Elle l’aimait encore trop, même si elle essayait de se persuader l’inverse.

Trois semaines après, la jeune femme se sentait de plus en plus nauséeuse. Ses envies de vomir étaient arrivé à tel point que le cannabis ne les calmait pas, et sa faim augmentait de plus belle. Elle avait même l'impression d’avoir pris de la poitrine. Elle était donc directement allée acheter un test de grossesse afin de confirmer ou d’infirmer ses doutes. En revenant au motel elle priait intérieurement pour qu’il soit négatif. Ce qu’il ne fut pas. Elle était bel et bien enceinte. Elle soupira, cria, pleura, et mis toute sa chambre en bazar tant elle était énervée. Elle n’était définitivement pas prête psychologiquement à assumer cela. Mais qui était le père ? Elle avait été violée, et avait fait l’amour avec Gaby juste avant son départ. Le mystère était entier et le fait que son enfant soit d’un violeur lui donnait encore plus envie de vomir.

Il fallait qu’elle le prévienne. Elle voulait l’appeler, au départ. Puis elle se souvint qu’elle avait balancé son téléphone sur la route, pour en racheter un nouveau afin qu’il ne puisse avoir le moyen de la retrouver, ou de la contacter. Elle allait donc quitter cette chambre miteuse, prendre le volant de sa voiture afin de se rendre à l’hôpital.

Sur la route elle cogitait. Pendant près d’un mois elle avait encore une fois maltraitée son corps entre la drogue, la cigarette et l’alcool. Elle avait sûrement du faire du mal à son futur enfant. D’un côté, cette pensée la satisfaisait, mais de l’autre, cela la répugnait, car ce n’était pas une personne cruelle, à la base. Des larmes coulaient silencieusement sur ses joues. Elle ne savait plus où elle en était. Elle arriva devant l’hôpital au bout de deux heures de route, se rendit avec hâte dans la chambre de Gaby. Elle salua rapidement ses collègues en leur certifiant qu’elle allait mieux, et demanda au passage où était le jeune homme. Les infirmières qui s’occupaient de Gaby lui confièrent qu’il allait maintenant à l’université, et qu’il revenait en fin d’après-midi pour ses soins. Elle fronça les sourcils, à la fois mi surprise et mi touchée. Il l’avait donc écouté, et repris ses études. Elle souria légèrement, et repris la route pour aller le retrouver à l’université.

Elle avait le cœur battant lorsqu’elle sortit de sa voiture. Elle ne savait comment il allait le prendre, comment elle lui annoncer tout cela, comment elle allait faire pour ne pas s’effondrer en larmes. Elle demanda à quatre ou cinq étudiants s’ils avaient pu croisé son petit-ami. Un jeune homme lui affirma qu’il était à la bibliothèque, car il venait lui d’en sortir. Il lui indiqua le chemin et elle pressa le pas en le remerciant. Arrivée devant la porte, elle respira un bon coup. Son cœur était prêt à exploser.

Elle s’introduisit dans la pièce, chercha le jeune homme du regard, et le remarqua dans un coin, au fond de la pièce, en compagnie d’une jeune femme. Ils avaient l’air de travailler sur leur cours, mais elle ne put s’empêcher de ressentir un élan de haine envers elle. Elle s’avança, le regard mauvais, en toisant cette fille. Elle arriva à côté de Gaby qui ne leva pas la tête directement, trop absorbé dans son discours de science.

« - Tu peux nous laisser ? Merci, lança-t-elle à la jeune femme sur ton dédaigneux.

La jeune femme prit ses cahiers et s’en alla en souriant au jeune homme. Hellyxir leva les yeux au ciel, et se retint de devenir méchante car ce n’était pas le point primordial de cette visite. Elle vint s’asseoir, le regardait, sentait ses larmes montées, mais essayait de se montrer forte.

- Avant que tu puisses dire quoique ce soit, je ne t’ai pas abandonné…  je pensais que c’était mieux pour nous si on faisait le point chacun de son côté. Et je vois que ça t’as été bénéfique vu que tu es à l’université maintenant, souffla-t-elle en souriant légèrement. Je… je suis désolée. Je sais que tu rêvais mieux en guise de petite-amie, je comprends, et c’est pour ça que j’ai décidé de m’éloigner en fait. »

Elle avait du mal à soutenir son regard. Tant de choses y étaient présent à l’intérieur de cet océan : la frustration, la colère, la tristesse, mais elle sentait aussi qu’il était toujours amoureux d’elle.


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR Ven 15 Juil - 2:46



Not loving you is harder than you know


Un mois s'était écoulé sans Hellyxir, il avait l'impression que cela devenait une habitude sauf qu'aujourd'hui il s'était fait à l'idée de ne plus la revoir. Elle ne lui avait plus donné signe de vie sans crier gare, sans qu'il puisse comprendre quoi que ce soit. Après tout, malgré toutes les péripéties, ils avaient fini par coucher ensemble, il pensait que tout était rentré dans l'ordre enfin presque, mais il ne pensait pas qu'il allait finir abandonné par la femme de sa vie. Car oui, Helly était la femme de sa vie, il ne voyait personne d'autre qu'elle, il savait qu'il ne retrouverait jamais mieux. C'est vrai ce n'était pas souvent que l'on était fusionnel avec quelqu'un. Il ne le vivait qu'avec sa sœur mais ce lien était justifiable car ils étaient jumeaux et avaient vécu quelque chose d'incomparable puisqu'ils avaient vécu quelques mois dans la même poche. Hellyxir avait touché son cœur au plus haut point, elle l'avait également brisé. Leur amour était trop puissant et trop dévastateur à la fois. Jamais il avait autant souffert, peut-être parce qu'il n'avait jamais trouvé la bonne ou qu'il n'était jamais tombé amoureux. Gaby-Ann avait espéré la retrouver, qu'elle ne l'ait pas abandonné comme ça, pas après tout ce qu'ils avaient vécu, tout ce qu'ils s'étaient dit. Il croyait en eux jusqu'à ce qu'il réalise qu'il ne la reverrait pas. Gaby-Ann n'avait pas compris ce qui lui avait traversé l'esprit, c'était comme si une mouche l'avait piqué. Le jeune Karev aurait été curieux de savoir s'il avait eut la possibilité de rester dans ce miteux motel, si elle serait revenue pour le retrouver. La réponse était négative, elle avait disparue de la surface de la Terre, elle n'avait jamais daigné le rappeler, ni même le voir lorsqu'il était en garde à vue ou à l'hôpital quand son état s'était aggravé, il avait du traverser ces situations tout seul. Fort heureusement, Fergus avait été là, il avait pu aider sa mère et sa sœur à payer la caution. Il avait été comme un frère a contrario de son aîné qui était une fois de plus parti. Pour lui, Gaby-Ann avait décidé de ne pas déconner, il ne souhaitait pas lui faire perdre son argent alors il restait droit. Être droit ne signifiait pas d'aller bien, il broyait du noir, mais il tenta de ne pas le montrer. Gaby-Ann avait perdu un peu de poids, il avait perdu l'appétit et fumait beaucoup. Néanmoins, sa jumelle l'avait bousculé, elle ne supportait plus de le voir dans cet état à cause d'une « peste » comme elle aimait nommer Hellyxir. Maiwenn fit en sorte de lui changer les idées. Karev se contenta de reprendre ses études, s'il n'avait pas réussi à résoudre l'énigme Hellyxir, il saurait résoudre au moins celles de l'université. Gaby était plus où moins assidue sur les bancs de la fac, mise à part sa rechute qui avait fait des frayeurs, il tentait d'être présent. Il avait réussi avec facilité à se faire tout un tas d'amis, même s'il avait du mal à être satisfait, il y avait un gros vide au fond de lui. Alors qu'il était en train d'aider une de ces camarades à comprendre une leçon, Hellyxir débarqua de nulle part. Il ne la remarqua pas dans un premier temps car il était passionné par ce qu'il disait. Ce n'est que quand son amie fut distraite qu'il releva la tête. Gaby-Ann sentit son cœur se resserrer, battre à tout rompre. Elle revenait ouvrir une blessure qui n'était pas fermé et qui avait du mal à cicatriser. Pendant un instant, Gaby cru rêver, il n'en croyait pas ses yeux. Mais oui, il s'agissait bien de sa jolie blonde, il reconnaissait sa voix entre mille. Le jeune homme ravala sa salive, il sentait sa gorge se resserrer par l'émotion. Plusieurs sentiments se mélangeaient à l'intérieur de son être : l'amour, la déception, la tristesse, la haine, la colère.

« Je te rejoins. » Finit-il par dire à son amie avant de s'apprêter à ranger ses affaires. Hellyxir s'installa en face de lui, elle était déterminé à lui parler, ne le laissant pas s'exprimer dans un premier temps. Le jeune homme arrêta de ranger ses affaires pour s'adosser à sa chaise tout en croisant les bras, il l'écouta dire ce qu'elle avait à dire. Son discours accentua tous ses sentiments surtout ceux de haine et de colère. Il lui en voulait terriblement et cela même s'il l'aimait plus que tout au monde. « Quelle petite amie ? » lança-t-il en guise d'hostilité tout en lui jetant un regard méprisant avant de lâcher un petit rire jaune. Il tenta de prendre sur lui pour ne pas déverser totalement sa colère, chose qui était dur pour lui : « Dans un couple les décisions se prennent à deux il me semble, j'avais mon mot à dire mais tu m'en as privé alors ne t'en fais pas Hellyxir, tu as pris ta décision et tu l'as assumé jusqu'au bout, tu as agis comme toute personne seule le ferait, je respecte ton choix...enfin non je ne le respecte pas j'ai été contraint de le subir. » Il soupira et attrapa un gros livre près de lui qu'il commença à feuilleter : « Tiens voyons la définition du mot abandonner dans notre très cher dictionnaire...hum...je cite : Laisser aller un objet, le lâcher, ne plus le retenir. Ne plus poursuivre quelque chose qui était en cours ou en projet, ne plus utiliser quelque chose, y renoncer définitivement. Quitter un lieu, une fonction, une activité pour un(e) autre. Laisser quelqu'un, un animal, des objets en un lieu quelconque sans s'en soucier ni s'en occuper davantage. S'éloigner de quelqu'un, le laisser, définitivement ou non, sans secours ; délaisser, quitter. Et ben dis donc ça en fait des définitions pour un simple petit mot tu ne trouves pas ? » Il ferma le dictionnaire avec fracas avant de regarder une nouvelle fois Hellyxir : « Tu oses dire que ça m'a été bénéfique ?! Je l'ai fais pour ne pas passer mes journées derrière les barreaux. C'était soit la prison soit je me tenais à carreaux et je fais des travaux d’intérêts généraux, mais on s'en fiche, j'aurais pu être décédé tu ne t'en aurais jamais rendu compte. » Encore des paroles cinglantes, il était comme un volcan en éruption. « Tu sais ce qui est terrible Hellyxir ? C'est de t'imaginer morte, qu'il te soit arriver quoi que ce soit. J'étais terriblement inquiet pour toi et même pire... » Un silence : « Tu sais je t'ai attendu dans ce motel malgré ton mot... » Un autre silence puis il se leva d'un bon, il ne tenait plus en place, il avait envie de fuir à son tour, il était colérique. « Tu sais où tu peux te les mettre tes excuses ? Tu devrais retourner là d'où tu viens, éloigne-toi de moi en effet. » Gaby mit ses affaires à l'intérieur de son sac à dos, il ne voulait plus regarder Hellyxir.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR Ven 15 Juil - 12:32


GABY-ANN ♠ HELLYXIR

« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Son cœur se brisait lorsqu’elle le vit. Elle avait l’impression de vraiment l’avoir abandonné, et elle commençait à comprendre qu’il avait juste essayé de poursuivre sa vie sans elle, comme elle l’avait fait. Elle ne pouvait lutter contre ses sentiments. Son cœur saignait, mais c’était une belle souffrance. Le genre de blessure qui remplissait de vie chaque personne. Le genre de blessure qui ne cicatrisait pas. Son amour pour Gaby ne faisait que grandir à mesure que le temps passait, et surtout à mesure que la distance les séparait. Il la hantait, l’habitait complètement, même si elle avait passé un mois sans lui, elle avait encore l’impression de sentir son odeur, ses mains posées sur elle, et elle avait eu peur d’un jour perdre ces sensations.
Comment arriverait-elle à l’oublier ? A ne plus faire partie de sa vie ? A effacer toutes ces choses qui avaient été dites et faites… ? C’était le premier et le grand amour de sa vie, et surement le dernier. Hellyxir ne voulait pas retourner dans une autre relation, s’enticher de quelqu’un qui n’allait jamais autant compter à ses yeux. Le jeune homme faisait partie intégrante dans sa vie et son cœur ne battait qu’au rythme du sien. Elle se sentait seule, et morte sans lui, ses derniers moments n’avaient été que solitude et morosité. Lorsqu’elle l’avait appris qu’il était à l’université, elle s’était sentie heureuse et fière de lui, mais en même temps elle se sentait encore plus abandonnée, car il avait réussi à continuer sans sa vie sans la présence d’Hellyxir, alors que la jeune femme avait juste continué de survivre, malgré tout.

Elle était entrée dans l’université, et cela lui avait rappelé ses anciens souvenirs lorsqu’elle étudiait entre ses murs. Comme le lieu avait subi des rénovations, elle était un peu perdue et avait jugé utile de demander le chemin à un étudiant. En rentrant dans la bibliothèque elle l’avait tout de suite remarqué dans un coin. Il était toujours aussi beau, surtout lorsqu’il était concentré. Cette vision activa les battements de son cœur. Elle ne savait par où commencer, comment lui dire les choses, ni même comment faire face à tous ses sentiments qui l’a submergeait. Elle avait l’impression de se noyer dans le tourbillon de ses émotions.  Son visage animait tant de choses en elle : beaucoup d’amour, beaucoup de peur, beaucoup d’incompréhension, beaucoup de haine aussi. Elle l’aimait autant qu’elle pouvait le détester. Elle haïssait l’emprise qu’il avait sur elle, la dépendance qu’il provoquait chez elle. La jeune femme n’avait de yeux que pour lui, personne ne pourrait le remplacer. De toute manière, il était hors de question qu’elle trouve quelqu’un d’autre, car Gaby c’était le seul qui comptait. Il était son tout même si il avait don de l’énerver, de la rendre dingue, surtout lorsqu’elle l’aperçut avec une jeune femme. Elle était surement tout ce qu’elle n’était pas : gentille, conciliante, intéressante, et surtout stable psychologiquement. Le genre de fille qui devait sûrement le mériter, et qu’il attendait sûrement dans sa vie.

Elle était déjà brisée. Il n’y avait rien de pire que de voir qu’il avait avancé, sans elle à ses côtés, et qu’en plus de tout cela il n’avait pas l’air d’en être affectée. Elle sentait la tristesse la ronger, elle s’insinuait en elle de toute part, la déstabilisant et la forçant à rebrousser chemin. Après tout, peut être que maintenant qu’il se reprenait en main, il n’aurait pas envie de la revoir ? En même temps, elle comprendrait très bien. Qui voulait redescendre sous terre après avoir connu la lueur du soleil ? Elle  respirait profondément, sans le quitter des yeux, et se lança à sa rencontre. Elle envoya balader sa charmante copine, sans prendre de gants. Elle se fichait éperdument de tout le monde, cela lui passait au-dessus. Si elle avait un problème avec son comportement, elle aurait qu’à lui dire en face et la jeune femme lui ferait comprendre qu’il aurait mieux valu qu’elle se taise. Elle déchanta de nouveau lorsque Gaby affirma à l’étudiante qu’ils se verraient plus tard. Elle était au bout du gouffre actuellement, sur un fil fin à faire l’équilibriste, et à tout moment elle pouvait basculer. Hellyxir savait que la chute serait entre autre provoquer par Gaby. Elle fronça les sourcils, devant l’attitude du jeune homme, mais préféra déballer son discours avant toute chose, en essayant de trouver les mots justes par le biais de phrases courtes pour rester compréhensible car tout se bousculait dans son esprit. Sauf que Gaby ne l’entendait pas de la même oreille. Il se mit à devenir hostile, à jouer sur le sarcasme en disant qu’elle l’avait tout bonnement abandonné et qu’elle avait juste été mauvaise entant que petite-amie. Elle apprit aussi qu’il avait dû faire des travaux forcés pour son acte, afin d’éviter de finir en prison, et qu’il l’avait attendu dans le motel, en vain. Il ajouta en colère que ses excuses étaient inutiles et qu’elle devait s’éloigner de lui. Il se redressa, prêt à partir.
Des larmes roulaient silencieusement sur son visage. Elle avait honte de pleurer, surtout dans un lieu public mais elle aurait préféré qu’il lui plante un couteau dans le cœur plutôt que d’avoir à entendre ses mots. Il l’avait juste achevé. Elle trembla, se redressa à son tour, prête à s’expliquer avant qu’il ne parte pour de bon.

« - J’aurais dû faire quoi ? Rester avec toi alors que j’étais dans un état mental pitoyable et toi aussi ? Je te rappelle que j’ai été violée, que j’ai dû me battre pour décrocher de la meth !

Elle le voyait encore s’éloigner, et ajouta, alors qu’il avait le dos tourné :

- Ah oui, au fait, je suis enceinte ! Et tu sais quoi ? Je sais même pas si c’est le tien, ou si c’est celui de l’autre ! Mais t’as raison, c’est vrai que j’ai pas assez à gérer, j’ai pas eu à faire de travaux d’intérêt général, moi, lança-t-elle sarcastiquement.

Il s’était arrêté subitement.

- Reviens pas c’est pas la peine, comme tu l’as si bien dit c’est mieux comme ça. J’ai pas besoin de ta pitié, ça va. Je m’en suis toujours sortit seule, et j’y arriverai encore.

Puis sa peur de l’abandon reprenait le dessus. Elle avait définitivement besoin de lui, plus que tout au monde. Elle allait donc ravaler sa fierté. Elle savait qu’elle lui avait fait du mal, qu’elle l’avait inquiété, et qu’elle avait ses torts.

- C’est vrai t’as raison, j’ai merdé. Mais j’ai eu de bonnes raisons même si tu t’en rends pas compte. Je sais que j’agis toujours n’importe comment mais je suis comme ça, que tu le veuilles ou non. Si tu peux pas m’accepter comme je suis, pourquoi t’as voulu qu’on sorte ensemble ? Je suis pas parfaite, mais moi j’ai réellement été amoureuse de toi. J’ai côtoyé personne, confia-t-elle en faisant référence à l’étudiante. »  

Il lui faisait trop de mal. Mais c’était plus fort qu’elle, toutes les cellules de son corps battaient pour lui.


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR Sam 16 Juil - 2:57



Not loving you is harder than you know


Gaby-Ann avait l'impression qu'une flèche l'avait blessé en plein cœur, il avait mal et se sentait agressé. Le jeune homme avait l'impression de se retrouver un mois en arrière au moment où tout avait basculé. Il ressentait encore la douleur de l'abandon. C'est pourquoi il n'appréciait pas le retour d'Hellyxir qui débarquait comme une fleur. Ce n'était pas rien ce qu'elle lui avait fait. Karev avait tenté de se reprendre, il le faisait à contre cœur, pour faire plaisir aux autres et non à lui. Cependant, il devait admettre que reprendre les cours lui apportait le plus grand bien. Il se changeait ainsi les idées le nez dans ses bouquins ou en résolvant des problèmes sans oublier ses expériences de chimie. Gaby-Ann s'était d'ailleurs fait remarqué parce qu'il était surdoué et à la fois cool, beaucoup de ses camarades venaient lui parler. Karev avait même songé à reprendre son labo de meth pour vendre à la fac ses produits. Après tout il avait besoin d'argent de nouveau depuis que son aîné était parti. Ce n'était qu'une idée envisageable. Alors que sa petite amie se retrouva devant lui, Gaby annonça à son amie qu'il allait la rejoindre. Il était loin de se douter qu'Hellyxir jalousait secrètement la jeune femme, il faut dire qu'il n'avait rien tenté. Gaby ne cherchait pas à voir ailleurs, il n'arrivait pas à oublier sa jolie blonde, elle était marquée dans sa chair au fer rouge. Pourtant, il avait conscience qu'il plaisait à certaines, il le remarquait notamment lorsqu'il expliquait des cours, néanmoins elles n'étaient pas comme Hellyxir. Gaby-Ann était attiré par la fille à problème qu'elle était. Les filles modèles et idéales ne l’intéressaient pas, elles étaient certes gentilles, posées et jolies, elles n'avaient pas ce petit truc qui faisait qu'il était attiré comme un aimant. L'intello aimait cette noirceur, il avait conscience qu'elle pouvait le briser comme elle l'avait fait, mais ça le rendait encore plus amoureux, leur histoire beaucoup plus complexe et passionnante que celle de Roméo et Juliette. Néanmoins, Karev ne voulait pas céder à ses pulsions. Son cœur mourrait d'envie de l'embrasser, mais sa raison savait qu'il ne fallait pas le faire aussi facilement, qu'elle méritait un retour de la médaille. Gaby avait été dur dans ses propos, il avait besoin de déverser sa colère car il avait été dans la frustration, l'incompréhension, la tristesse, la colère pendant un mois sans n'avoir aucune explication ni même sans pouvoir s'exprimer et dire ce qu'il avait sur le cœur. C'était donc le moment rêvé pour lui. Cependant, il était beaucoup trop énervé, après s'être exprimé à son tour, Gaby se leva, prêt à partir. Il fit quelques pas lorsqu'elle décida de rétorquer. Le jeune Karev se sentait comme un volcan en éruption. Il se retourna énervé, d'ailleurs il ne se fit pas discret puisque les autres personnes présentes dans la bibliothèque se retourna vers eux :

« Tu m'avais promis que l'on traverserait cette merde ensemble, tu m'avais promis de ne pas m'abandonner quoi que je fasse, tu m'avais promis !!! ça n'a aucune valeur pour toi les promesses ? On aurait pu s'en sortir tous les deux, affronter nos problèmes ensemble, c'est ce que font les couples et puis bordel Hellyxir, ce que j'ai fais je l'ai fais pour toi ! Certes je n'ai pas assuré dans ma manière d'agir mais je ne méritais pas ça ! »
Gaby ne lui laissa pas une fois de plus le temps de réagir, il lui tourna le dos et se remit à partir lorsqu'elle lui annonça qu'elle était enceinte. Sur le moment, le jeune homme eut du mal à comprendre, il se retourna instinctivement pour affronter le regard d'Hellyxir. Celle-ci ne plaisantait pas, elle était sérieuse. Son estomac se resserra. L'avait-il vraiment mis enceinte ? Etait-ce son enfant ou celui d'un autre ? Depuis quand elle le savait ? Plein de questions lui trottaient dans la tête, il en était totalement déboussolé. D'ailleurs, il avait du mal réaliser, il ne saisit pas très bien, il en avait du mal à en croire ses oreilles.

« Tu es vraiment enceinte ? » Demanda-t-il troublé et perturbé, pendant quelques secondes il ne s'énervait pas, enfin ce ne fut que de courte durée : « Tu es revenu me voir parce que tu es enceinte hein ? Tu es venu me demander quoi ? Du blé ? Me faire culpabiliser ? Tu serais revenu me voir si tu ne l'étais pas hein ? Bordel Helly ! » Gaby sentait qu'il commençait à ne plus savoir comment réagir, elle venait de le prendre une nouvelle fois au dépourvu en lui annonçant cette annonce de taille. Karev était paniqué, il n'avait jamais envisagé d'avoir un enfant parce qu'il vivait le jour au jour et qu'il était jeune. Hellyxir tenta de l'envoyer bouler comme il l'avait fait précédemment, elle aussi avait sa fierté. Fort heureusement, sa jolie blonde mit de l'eau dans son vin, elle prenait sur elle malgré sa remarque au sujet de son amie : « Je t'accepte comme tu es, j'étais prêt à affronter les ténèbres pour toi, je serai resté auprès de toi si tu n'avais pas fuis...je ne comprends décidément pas... » Il soupira : « Je ne suis sorti avec personne, c'est juste une camarade de promo pour ta gouverne ! » Il la regarda dans les yeux. Gaby-Ann sentait qu'il allait craquer, il avait tellement envie de l'embrasser follement. Il se maudissait intérieurement, mais son regard se posa ensuite sur son ventre pour espérer qu'il s'agissait d'une mauvaise plaisanterie. Il ne savait pas du tout être père, en tout cas il ne savait pas quoi faire, ce n'était vraiment pas le bon moment pour tous les deux.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR Sam 16 Juil - 11:22


GABY-ANN ♠ HELLYXIR

« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Comme à l’habitude, ils avaient tous deux leur version des choses. En fait, la plupart du temps il n’y avait aucun gagnant. Ils avaient tous les deux leurs torts et leurs raisons. Mais leur fierté mutuelle faisait qu’ils cherchaient toujours à avoir le dernier mot. Ce n’était pas le style d’Hellyxir de laver son linge sale en public, devant un poignée d’étudiants qui avaient cru bien faire en se réfugiant dans un lieu calme, afin de travailler leur cours. Elle se sentait honteuse de raconter à haute voix tout ce qu’elle avait traversé, mais en même temps, elle s’en fichait. Elle désirait simplement que Gaby comprenne, et s’il comprenait, elle ne se serait pas mise à nue pour rien. Le problème c’est qu’il était toujours campé sur ses positions, n’en démordait pas. C’est vrai qu’il avait dû se sentir abandonné, et oublié, puisque la jeune femme avait coupé les ponts avec lui, une fois de plus. Mais comme à son habitude, elle n’avait pas fait dans le but de lui faire du mal. Elle l’avait fait pour le protéger, ainsi que sa personne.

Ils étaient deux volcans en éruption. Leur force destructrice était telle, qu’elle faisait beaucoup trop de dégâts et détruisait tout sur son passage. Est-ce que c’était une relation viable sur le long terme ? Est-ce qu’ils ne seraient pas las de leur vie au bout d’un moment ? Elle avait pris ses distances pour éviter justement, qu’ils ne se tirent vers le bas. Il était vrai qu’elle lui avait promis de rester à ses côtés, pour le meilleur ou pour le pire, mais elle avait trop réfléchi cette fameuse nuit où ils s’étaient retrouvés pour la dernière fois.

Elle détaillait son visage et son corps, elle trouvait qu’il avait légèrement changé. Peut-être un peu minci, elle trouvait que ses joues s’étaient creusées. La jeune femme culpabilisait beaucoup en cet instant. Etait-ce à cause d’elle qu’il avait maigri, qu’il avait l’air fatigué ? Elle était revenue, avec ses torts, mais elle ne comptait plus le lâcher. Elle désirait le prendre dans ses bras, goûter à ses belles lèvres et se rabibocher avec Gaby, à leur manière. Pleins de sentiments s’entrechoquaient en son intérieur. Elle croisa les bras en l’écoutant, sourcils froncés, l’air maussade. Il réglait ses comptes devant tout le monde, et il ne la mettait pas vraiment à son avantage.

Hellyxir ressentait la peur au ventre à l’idée de le perdre. Elle était revenue pour s’excuser mais aussi pour se rattraper. La grossesse indésirée de la jeune femme avait été un déclencheur dans son retour à Seattle, mais elle savait très bien que même si elle n’avait pas été enceinte, elle serait bien revenue à un moment ou à un autre. Elle avait été en train de dépérir seule, dans ce motel, sans lui. Tout son corps n’avait cessé de réclamer Gaby, alors elle n’aurait pu lutter encore bien longtemps dans cette situation. Elle désirait qu’il le conçoive, mais il avait réellement l’impression d’avoir été utilisé de manière égoïste par sa bien-aimée.

Alors qu’il s’était levé en trombe en prenant ses affaires afin de se diriger vers la sortie, la jeune femme essaya tant bien que mal de le retenir en parlant dans son dos. Il s’était retourné, encore plein de colère, comme si ses yeux crachaient des flammes, et lui avait reproché de ne pas avoir tenu sa promesse.

« - Je n’ai pas tenu ma promesse pour toi, sache-le. Si on était resté ensemble, il se serait passé quoi ? Tu penses sérieusement que ça se serait bien passé ? J’étais complètement détruite, Gaby, et tu penses toujours que je foire, ok, mais mes intentions sont toujours bonnes lorsqu’il s’agit de toi ! répondit-elle la voix brisée.

Elle se sentait incomprise, totalement dépassée par ce qu’elle ressentait. Il ne voulait pas voir qu’elle l’avait abandonné à contre cœur, et qu’elle en avait subi les conséquences de son acte. Sentant la colère mélangée à l’angoisse montée, elle donna un coup de pieds dans la chaise où avait été assis Gaby. Le bruit résonna dans toute la pièce, attirant foule de regard sur eux. Lorsqu’il apprit qu’elle était enceinte, il lui demanda pourquoi elle était revenue, si cela n’avait rien avoir avec l’argent ou si elle comptait le faire culpabiliser. Elle leva les yeux au ciel, se tenait les hanches, prête à s’effondrer de nouveau en larmes.

- Si tu penses que je suis comme ça, on n’a plus rien à se dire. Je serais venue, enceinte ou pas, mais je trouvais ça important que le saches c’est tout !

Une deuxième chaise se fracassa à terre. Elle bouillonnait à l’intérieur. Sa fierté revint au galop, avant de s’éteindre devant son désir de le revoir auprès d’elle. Elle essayait de se radoucir, surtout aussi parce qu’elle ne voulait pas que cette scène vire au scandale, bien que cela avait l’air d’intéresser bon nombre d’étudiants. Il s’était lui aussi calmé, et avait admis qu’il aurait tout fait pour elle si elle était restée. Il ajouta qu’il n’avait pas connu d’histoires en son absence, qu’il s’agissait simplement d’une connaissance. La jeune femme se sentait soulagée, et en même temps très amoureuse de lui, même si elle était persuadée que cette étudiante avait des vues sur lui. Cela s’était ressenti dans ses gestes, dans son regard, et surtout dans son décolleté plongeant. Elle se mordit la lèvre. La tentation était trop grande, trop intense. Ils s’attiraient toujours comme des aimants. C’était quelque chose qui ne connaissait ni la distance, ni les disputes. C’était toujours là, qu’importe leur état d’âme. Elle ne réfléchit pas plus longuement, et se précipita en courant dans sa direction. Elle l’embrassa passionnément, sans attendre de réponse de sa part. Elle détacha ses lèvres des siennes et lui souffla :

- Je te déteste autant que je t’aime. »


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR Sam 16 Juil - 23:12



Not loving you is harder than you know


Les retrouvailles entre Hellyxir et Gaby-Ann étaient toujours explosifs. Ils ne se laissaient jamais indifférents. Sa jolie blonde arrivait à le faire vibrer à chaque fois que ce soit par des poussées de colères ou encore de folies amoureuses. Cette sensation, il ne la trouvait pas ailleurs, il ne souhaitait pas une fille rangée, il avait besoin de plus. Helly était sans doute le genre de fille qu'aucune belle-mère voudrait, mais Gaby savait que la plupart des hommes aimeraient l'avoir dans leurs lits, elle était un objet de fantasme à elle seule, un mystère irrésolu. L'ingénu l'avait percé à jour et pourtant, il lui arrivait de ne pas saisir ses intentions comme c'était le cas avec son départ précipité. Sa petite amie avait beau dire qu'elle l'avait fait pour son bien, il n'arrivait pas à comprendre son raisonnement pour en arriver à cette soudaine conclusion. Les deux jeunes gens étaient en train de se donner en spectacle, les regards étaient déjà sur eux. Il faut dire qu'ils étaient incapables de parler silencieusement, ils avaient besoin de s'exprimer, cracher tout ceux qu'ils avaient sur le cœur. Ils auraient pu faire dans la discrétion, mais l'un comme l'autre voulait avoir le dernier mot, hausser le ton à mesure où ils se sentaient agressés. Plusieurs personnes écoutaient. Il y avait tout d'abord les curieux, ceux qui préféraient s’intéresser à ce linge sale plutôt car leurs cours ennuyeux, d'autres soufflaient et n'appréciaient pas être dérangés, ils avaient un examen le lendemain. Le personnel de la bibliothèque n'allait pas tarder à venir les expulser. Gaby-Ann était toujours blessé, il tentait tant bien que mal d'aller à l'encontre des remarques de sa belle, mais il devait admettre que plus il restait en sa compagnie, plus il était déstabilisé. Qui ne le serait pas après tout devant son premier amour ?

« ça se serait passé bien car j'y croyais. » Il la regarda dans les yeux : « Tu n'aurais pas du affronter ça seule, personne ne devrait affronter ce genre de situation seule... » Gaby aurait aimé être là pour elle, l'aider dans cette épreuve difficile et surmontable : « Elles n'étaient pas bonnes ce jour-là.. » Il sentait sa gorge se resserrer. Il ne criait plus et ne s'acharnait plus, il était perturbé, triste et déboussolé. La conversation sur leur potentiel enfant était à la fois étrange, dur à réaliser. Il y avait une chance sur deux pour qu'il en soit le père. Gaby devait prendre des responsabilités, il devrait faire quelque chose, il ne savait pas quoi pour le moment car tout lui tombait d'un coup sur la tête. Au fond, Gaby-Ann fut soulagé de savoir qu'elle n'était pas revenue seulement pour lui annoncer sa grossesse, Hellyxir avait envisagé de revenir tôt ou tard. Le jeune homme retrouva cet espoir qu'il avait perdu au motel, elle était revenue, il espérait que ce soit pour de bon, mais son cœur lui disait de se méfier. Sa jolie blonde pouvait repartir à tout moment au moindre soucis. Sa petite amie les fit remarquer davantage avec les chaises qu'elle faisait tomber. L'ingénu pouvait entendre des pas raisonner, le personnel allait sans doute mettre un terme à ce boucan. Alors qu'il se regardait dans les yeux comme deux cow-boys prêts à tirer le premier dans ce duel interminable, Gaby pouvait ressentir ce qu'il avait toujours ressentit pour Hellyxir. Elle lui avait terriblement manqué. Soudain, sa petite amie le devança et vint l'embrasser passionnément. Karev la prit dans ses bras, la collant contre lui tout en prolongeant le baiser le tout sous les yeux des autres étudiants. Hellyxir y mit ensuite un terme pour lui faire une déclaration d'amour. Le jeune homme ne pu s'empêcher de sourire amusé, il ressentait la même chose à son égard, il lui murmura un petit : « La ferme. » qui n'était pas du tout méchant, mais qui en disait long sur la suite puisque Gaby-Ann l'embrassa de plus belle langoureusement en la plaquant devant tous contre l'étagère de livres la plus proches. Des étudiants se mirent à siffler face à l'ambiance chaude qu'il y avait dans cette partie de la bibliothèque, il la désirait plus que tout et le lui fit comprendre. Tandis que les pas continuèrent à approcher et que la galerie semblait amusée par un tel spectacle, Gaby-Ann attrapa rapidement la main de sa petite amie et se mit à courir avec elle en direction de la sortie la plus proche. Il s'agissait d'une sortie menant sur l'intérieur du bâtiment où se trouvait notamment des salles de classe et des amphithéâtres. Ils se dirigèrent dans une salle, Gaby ne faisait pas attention, il voulait la posséder, rattraper le temps perdu. Ce n'était plus sa raison qui parlait mais son cœur et aussi son autre cœur bien plus bas que l'original. L'intello jeta au sol son sac à dos avant de venir plaquer sa jolie blonde contre le mur et l'embrasser follement. Il ignorait si ce qu'il faisait était bien ou au contraire néfaste, elle était sa drogue, son oxygène. Lorsqu'il était en sa présence, il ne réfléchissait plus.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR Dim 17 Juil - 10:37


GABY-ANN ♠ HELLYXIR

« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Perdue au milieu de ces étudiants, la jeune femme avait l’impression d’être une intrus, d’être adulte et responsable, comme si elle avait en réalité quinze ans de plus qu’eux, alors qu’elle savait très bien qu’ils avaient un peu près tous sa même tranche d’âge. Elle avait le sentiment que sa vie entant qu’étudiante comportait des avantages auxquels elle avait moins le droit dans son quotidien, comme les fêtes étudiantes, les rencontres, les activités. Il était plus facile de lier des amitiés à l’université qu’au travail, parce qu’on avait plus de chance de rencontrer quelqu’un de son âge.
Elle était légèrement nostalgique devant cette réalité. Bien qu’elle s’épanouissait dans son métier, qui sait, peut-être aurait-elle envie au bout d’un moment changé ou tout simplement acquérir plus de compétences dans le même domaine. Comme elle avait du mal à se projeter, elle essayait de vivre au jour le jour.

Hellyxir et Gaby avaient le chic pour installer le bazar là où il y avait du calme. Complètement révoltés contre l’un et l’autre, ils avaient réglé leur compte devant tout le monde, sans gêne. Au début, la jeune femme avait été honteuse d’étaler ses problèmes aux yeux de tous, puis plus, la conversation allait, plus elle oubliait qu’ils n’étaient pas seuls. Elle avait l’impression que leur relation ne connaîtrait jamais le repos. Elle était tempétueuse et explosive comme leurs deux caractères. Elle ne savait si elle serait tout de même tombée amoureuse du jeune homme s’il avait été plus calme et plus posé. Elle aimait le fait qu’il était imprévisible mais totalement fou d’elle. La jeune femme fonctionnait déjà de cette manière dans ses relations amicales et amoureuses : c’était tout ou rien, le grand amour ou le néant, l’amour ou la haine. Il n’y avait qu’un pas pour que ses sentiments ne passent d’un extrême à l’autre. Cela lui valait de nombreux déboires que ce soit en amitié ou en amour. Jamais rien ne durait, car d’un moment à l’autre tout basculait dans son esprit, et la personne qu’elle admirait et adulait était perçue comme un être détestable.

Cependant, dans la vie, il y avait plusieurs nuances de noir, plusieurs nuances de blancs, et même du gris. La jeune femme essayait de s’autoriser plus de tolérance à ce niveau-là, car il n’était pas normal de concevoir les choses d’un extrême à l’autre sans transition, mais cette façon de voir les choses faisaient partis de son trouble qui lui bouffait la vie.

Actuellement, elle détestait Gaby. Elle aurait aimé l’insulter, lui offrir une belle claque au visage et même partir pour rompre définitivement. Elle l’aurait fait, si cela avait été quelqu’un d’autre. Mais comme elle savait qu’elle avait ses torts, ses défauts, et que Gaby avait donc beaucoup souffert, elle essayait de prendre sur elle, en violentant le matériel qui était à sa disposition afin de passer ses nerfs dessus, et pas sur le jeune homme.

Il se radoucit à mesure qu’il écoutait Hellyxir se justifier. Il croyait en leur relation et aurait désiré traverser cela avec elle. La jeune femme soupira, et baissa les yeux lorsque leurs regards s’étaient croisés. Elle luttait pour ne pas l’embrasser, et le réconforter. Elle ressentait dans sa voix et ses yeux toute la frustration et la tristesse que son départ avait engendré et cela la tuait. Elle n’avait pas voulu lui faire du mal intentionnellement bien qu’elle avait su qu’il allait souffrir, malgré lui, malgré elle.

« - Je voulais pas être un poids de plus sur tes épaules. Tu en avais déjà tellement fait pour moi, je voulais plus que tu t’embêtes avec mes conneries, tout simplement. J’ai décidé à ta place, encore une fois, mais t’es pas capable de prendre une décision raisonnable quand il s’agit de nous. Tu me fais toujours passer avant, et c’était pas possible que ça se passe encore comme ça, répondit-elle, en proie à l’émotion.

Elle se mordit la lèvre et leva les yeux au ciel pour s’empêcher de pleurer, il fallait qu’elle continue.

- J’ai réussi à affronter ça seule, et j’ai pas arrêté de penser à toi, c’est aussi ce qui m’a fait tenir, avoua-t-elle, gênée. »

Puis, la tentation était trop grande, surtout lorsque son regard croisa le sien. Elle l’aimait énormément. Il ne saurait sans doute jamais à quel point ses sentiments étaient puissants à son égard. Elle vivait, respirait, et survivait pour lui. Elle sentit qu’il avait envie de la même chose, la prendre dans ses bras, et rattraper toute cette distance qui les avait séparé. Elle s’approcha vivement de lui, et vint déposer fougueusement ses lèvres sur les siennes. Elle lui confia dans l’oreille qu’elle le détestait autant qu’elle aimait, car c’était exactement ce qu’il lui faisait ressentir. Le jeune homme souria, et lui répondit qu’elle devait se taire, en intensifiant leur embrassade. Il la plaqua contre l’étagère la plus proche avec ferveur. Son cœur battait vite, comme à chaque fois qu’elle le retrouvait. Elle entendait de toute part des voix qui les félicitaient, tandis que d’autres les maudissaient pour le bruit qu’ils avaient provoqués.

Ils entendirent des pas lourds se rapprocher, et des voix d’hommes qui semblaient les chercher. Cela devait être la sécurité de l’université qui désirait surement les mettre dehors pour le tapage de leur dispute. Sans plus d’hésitation, Gaby prit la main de sa compagne et ils se mirent à courir pour chercher un coin plus tranquille afin de semer les vigils. Le jeune homme s’introduit dans une salle de classe vide, et se jeta sur les lèvres d’Hellyxir avec fougue, en la plaquant contre le mur. Elle lui rendit ses baisers avec autant de passion, en retirant les vêtements du jeune homme dans l’urgence. Elle vint le plaquer à son tour contre une table, et se pencha sur lui pour l’inciter à s’allonger. Elle colla son corps contre le sien, sentant la chaleur de sa peau, ce qui la fit frissonner. Ses mains vinrent parcourir la moindre parcelle de son corps, et sa bouche en faisait de même.  C’était sûrement la première fois que leur retrouvaille était aussi bestiale et passionnée. Ils vivaient dans l’urgence de se faire prendre, mais aussi dans l’urgence de se remplir de chacune de leur caresse, de leur baiser, de leur être tout simplement. Elle ne pensait même plus aux choses horribles qu’elle avait traversées en son absence. Elle voulait juste se délecter de lui, en lui offrant du plaisir. C’était sa manière à elle de se faire pardonner. Mais même en s’attardant sur les préliminaires, elle n’attendait qu’une seule chose, qu’il la possède, ce qu’il fit sans trop tarder. Elle aimait tellement cette sensation. Elle avait du mal à contrôler les gémissements qui sortaient de sa bouche. Cela allait sûrement attirer du monde, mais c’était plus fort qu’elle. Puis, au moment où son plaisir allait connaître sa consécration, quelqu’un d’autre s’introduit dans la pièce.

La jeune femme attrapa directement des vêtements afin de cacher sa nudité, très troublée par cette entrée, bien qu’il fallait s’y attendre, la porte n’avait pas été fermée à clef. L’homme, d’une cinquantaine d’année, fronça les sourcils, surement choqué par leur comportement. Pris sur le fait, avec en plus, aucune excuse qui pouvait justifier cet acte, la jeune femme essaya de bredouiller des mots :

« - On est atteint d’une maladie qui s’appelle la nymphomanie, on a du coup du mal à s’empêcher de faire l’amour, c’est très très dur à vivre pour nous deux… lâcha-t-elle, embarrassée. »

Elle rigolait intérieurement à son excuse peu crédible.  

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR

Revenir en haut Aller en bas

« Not loving you is harder than you know. » GABY-ANN ♠ HELLYXIR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 05_ i just can't stop loving you
» ❝ I want to spend my lifetime loving you ❞ Olivia & Timothy
» Yeah, you show me good loving make it alright need a little sweetness in my life (elya)
» ≈ loving her was red.
» Elvis Presley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our deepest fear :: VIDEO GAMES :: 
Goodbye my lover
 :: 
Version Seattle
 :: 
Les rps
-