FERMETURE DU FORUM : http://ourdeepestfear.forumactif.org/t1309-fermeture-du-forum#18895

Partagez|

FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Lun 18 Juil - 11:29


GABY-ANN ♠ HELLYXIR

« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Perdue au milieu de ces étudiants, la jeune femme avait l’impression d’être une intrus, d’être adulte et responsable, comme si elle avait en réalité quinze ans de plus qu’eux, alors qu’elle savait très bien qu’ils avaient un peu près tous sa même tranche d’âge. Elle avait le sentiment que sa vie entant qu’étudiante comportait des avantages auxquels elle avait moins le droit dans son quotidien, comme les fêtes étudiantes, les rencontres, les activités. Il était plus facile de lier des amitiés à l’université qu’au travail, parce qu’on avait plus de chance de rencontrer quelqu’un de son âge.
Elle était légèrement nostalgique devant cette réalité. Bien qu’elle s’épanouissait dans son métier, qui sait, peut-être aurait-elle envie au bout d’un moment changé ou tout simplement acquérir plus de compétences dans le même domaine. Comme elle avait du mal à se projeter, elle essayait de vivre au jour le jour.

Hellyxir et Gaby avaient le chic pour installer le bazar là où il y avait du calme. Complètement révoltés contre l’un et l’autre, ils avaient réglé leur compte devant tout le monde, sans gêne. Au début, la jeune femme avait été honteuse d’étaler ses problèmes aux yeux de tous, puis plus, la conversation allait, plus elle oubliait qu’ils n’étaient pas seuls. Elle avait l’impression que leur relation ne connaîtrait jamais le repos. Elle était tempétueuse et explosive comme leurs deux caractères. Elle ne savait si elle serait tout de même tombée amoureuse du jeune homme s’il avait été plus calme et plus posé. Elle aimait le fait qu’il était imprévisible mais totalement fou d’elle. La jeune femme fonctionnait déjà de cette manière dans ses relations amicales et amoureuses : c’était tout ou rien, le grand amour ou le néant, l’amour ou la haine. Il n’y avait qu’un pas pour que ses sentiments ne passent d’un extrême à l’autre. Cela lui valait de nombreux déboires que ce soit en amitié ou en amour. Jamais rien ne durait, car d’un moment à l’autre tout basculait dans son esprit, et la personne qu’elle admirait et adulait était perçue comme un être détestable.

Cependant, dans la vie, il y avait plusieurs nuances de noir, plusieurs nuances de blancs, et même du gris. La jeune femme essayait de s’autoriser plus de tolérance à ce niveau-là, car il n’était pas normal de concevoir les choses d’un extrême à l’autre sans transition, mais cette façon de voir les choses faisaient partis de son trouble qui lui bouffait la vie.

Actuellement, elle détestait Gaby. Elle aurait aimé l’insulter, lui offrir une belle claque au visage et même partir pour rompre définitivement. Elle l’aurait fait, si cela avait été quelqu’un d’autre. Mais comme elle savait qu’elle avait ses torts, ses défauts, et que Gaby avait donc beaucoup souffert, elle essayait de prendre sur elle, en violentant le matériel qui était à sa disposition afin de passer ses nerfs dessus, et pas sur le jeune homme.

Il se radoucit à mesure qu’il écoutait Hellyxir se justifier. Il croyait en leur relation et aurait désiré traverser cela avec elle. La jeune femme soupira, et baissa les yeux lorsque leurs regards s’étaient croisés. Elle luttait pour ne pas l’embrasser, et le réconforter. Elle ressentait dans sa voix et ses yeux toute la frustration et la tristesse que son départ avait engendré et cela la tuait. Elle n’avait pas voulu lui faire du mal intentionnellement bien qu’elle avait su qu’il allait souffrir, malgré lui, malgré elle.

« - Je voulais pas être un poids de plus sur tes épaules. Tu en avais déjà tellement fait pour moi, je voulais plus que tu t’embêtes avec mes conneries, tout simplement. J’ai décidé à ta place, encore une fois, mais t’es pas capable de prendre une décision raisonnable quand il s’agit de nous. Tu me fais toujours passer avant, et c’était pas possible que ça se passe encore comme ça, répondit-elle, en proie à l’émotion.

Elle se mordit la lèvre et leva les yeux au ciel pour s’empêcher de pleurer, il fallait qu’elle continue.

- J’ai réussi à affronter ça seule, et j’ai pas arrêté de penser à toi, c’est aussi ce qui m’a fait tenir, avoua-t-elle, gênée. »

Puis, la tentation était trop grande, surtout lorsque son regard croisa le sien. Elle l’aimait énormément. Il ne saurait sans doute jamais à quel point ses sentiments étaient puissants à son égard. Elle vivait, respirait, et survivait pour lui. Elle sentit qu’il avait envie de la même chose, la prendre dans ses bras, et rattraper toute cette distance qui les avait séparé. Elle s’approcha vivement de lui, et vint déposer fougueusement ses lèvres sur les siennes. Elle lui confia dans l’oreille qu’elle le détestait autant qu’elle aimait, car c’était exactement ce qu’il lui faisait ressentir. Le jeune homme souria, et lui répondit qu’elle devait se taire, en intensifiant leur embrassade. Il la plaqua contre l’étagère la plus proche avec ferveur. Son cœur battait vite, comme à chaque fois qu’elle le retrouvait. Elle entendait de toute part des voix qui les félicitaient, tandis que d’autres les maudissaient pour le bruit qu’ils avaient provoqués.

Ils entendirent des pas lourds se rapprocher, et des voix d’hommes qui semblaient les chercher. Cela devait être la sécurité de l’université qui désirait surement les mettre dehors pour le tapage de leur dispute. Sans plus d’hésitation, Gaby prit la main de sa compagne et ils se mirent à courir pour chercher un coin plus tranquille afin de semer les vigils. Le jeune homme s’introduit dans une salle de classe vide, et se jeta sur les lèvres d’Hellyxir avec fougue, en la plaquant contre le mur. Elle lui rendit ses baisers avec autant de passion, en retirant les vêtements du jeune homme dans l’urgence. Elle vint le plaquer à son tour contre une table, et se pencha sur lui pour l’inciter à s’allonger. Elle colla son corps contre le sien, sentant la chaleur de sa peau, ce qui la fit frissonner. Ses mains vinrent parcourir la moindre parcelle de son corps, et sa bouche en faisait de même.  C’était sûrement la première fois que leur retrouvaille était aussi bestiale et passionnée. Ils vivaient dans l’urgence de se faire prendre, mais aussi dans l’urgence de se remplir de chacune de leur caresse, de leur baiser, de leur être tout simplement. Elle ne pensait même plus aux choses horribles qu’elle avait traversées en son absence. Elle voulait juste se délecter de lui, en lui offrant du plaisir. C’était sa manière à elle de se faire pardonner. Mais même en s’attardant sur les préliminaires, elle n’attendait qu’une seule chose, qu’il la possède, ce qu’il fit sans trop tarder. Elle aimait tellement cette sensation. Elle avait du mal à contrôler les gémissements qui sortaient de sa bouche. Cela allait sûrement attirer du monde, mais c’était plus fort qu’elle. Puis, au moment où son plaisir allait connaître sa consécration, quelqu’un d’autre s’introduit dans la pièce.

La jeune femme attrapa directement des vêtements afin de cacher sa nudité, très troublée par cette entrée, bien qu’il fallait s’y attendre, la porte n’avait pas été fermée à clef. L’homme, d’une cinquantaine d’année, fronça les sourcils, surement choqué par leur comportement. Pris sur le fait, avec en plus, aucune excuse qui pouvait justifier cet acte, la jeune femme essaya de bredouiller des mots :

« - On est atteint d’une maladie qui s’appelle la nymphomanie, on a du coup du mal à s’empêcher de faire l’amour, c’est très très dur à vivre pour nous deux… lâcha-t-elle, embarrassée. »

Elle rigolait intérieurement à son excuse peu crédible.  

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Sam 23 Juil - 8:11



Not loving you is harder than you know


La relation entre Hellyxir et Gaby-Ann était des plus sincère et des plus explosive. Le jeune homme savait qu'il était prêt à tout pour elle, qu'il pouvait en perdre la raison parce qu'elle arrivait à le mettre dans un état second comme aujourd'hui. Helly le rendait dingue, mais plus elle le rendait fou, plus il était accro à elle. Jamais il ne pourrait s'enticher d'une vie monotone, il savait qu'avec la jeune femme il n'y aurait jamais ce genre de relation. L'ingénu souhaitait avoir un avenir avec Hellyxir, mais il savait que ce genre de projet était impossible à penser car elle était imprévisible. Pourtant, Karev avait espéré que leur relation soit néanmoins un peu plus conventionnelle dans le sens où ils ne se briseraient pas le cœur comme ça. Les deux jeunes gens se faisaient remarquer, mais ce dernier n'en avait que faire parce qu'il était au fond ravi d'obtenir enfin cette confrontation tant espéré. Il faut dire qu'il avait perdu espoir de la revoir un jour et là elle débarquait comme ça, comme une apparition divine. Gaby-Ann croisa les bras en l'écoutant :

« Tu viens de le dire, tu as pris la décision à ma place. Ce n'est pas à toi de me dire ce qui est bon pour moi, je ne suis pas un gamin, je fais ma vie comme je l'entends ! Détrompe-toi je réagis raisonnablement lorsqu'il s'agit de toi, c'est ce que font tous les couples, ils sont là pour leur compagne lorsque ça ne va pas. » Il soupira : « Tu sais quoi ? J'ai l'impression que tu as jamais voulu être en couple avec moi, tu as accepté seulement parce que je te l'ai reproché ! »

Gaby-Ann avait cette impression qu'elle avait cédé à sa demande sous la pression ou qu'elle le faisait seulement pour lui faire plaisir. Dans tous les cas rien n'avait correspondu à une petite vie de couple, Helly avait replongé dans la drogue et elle avait disparu, deux actes qui avaient blessé le jeune Karev, mais il évita de le crier sur tous les toits. Il lui pardonnait pour la drogue, car l'addiction n'était pas quelque chose de facile à se débarrasser. En revanche, elle avait eu le choix de fuir. Gaby-Ann avait l'impression qu'il n'était qu'un jouet, qu'en fin de compte Hellyxir n’éprouvait pas le même amour que lui, qui sait ? Peut-être qu'Helly ne le voyait que comme un ami ou un sexfriend, il avait des doutes. Karev sentait tout comme sa jolie blonde, les larmes lui grimper. Il ne souhaitait pas montrer sa faiblesse devant tout le monde alors il tenta de garder son calme, ne pas céder au reste de ses sentiments :

« J'ignore comment je dois le prendre...si tu affrontes tes malheurs seule cela veut dire que tu n'as pas besoin de moi...ne dis pas n'importe quoi Helly' tu ne devais pas penser tellement à moi, on ne fait pas ça à la personne que l'on aime. »

Il soupira et essaya de ne pas se démonter. Son cœur battait vite. Il ressentait un mélange de tristesse, de colère, mais aussi d'amour. L'amour était une souffrance, personne n'en sortait indemne. Même les plus aguerrit en éprouvait de la douleur. Soudain, tout se passa vite. Attirés comme des aimants, les deux amants se retrouvèrent pour un baiser langoureux et intense sous les yeux des voyeurs. Gaby-Ann avait envie d'elle sur place, il aurait été prêt à lui faire l'amour devant tous pour marquer sa propriété et surtout pour lui montrer que rien ne pouvait l'empêcher de l'aimer. Néanmoins, il devait admettre qu'il s'agissait d'une idée non raisonner, que son pénis parlait à la place de son cerveau, Hellyxir pouvait le sentir lorsqu'il fut contre elle. Des pas s'approchèrent à grand pas, il fallait qu'ils s'en aillent au plus vite. Comme deux voleurs et après avoir fait suffisamment le bordel au sein de la bibliothèque, les deux jeunes gens coururent dans les couloirs avant de s'infiltrer dans une salle de classe sans même s'attarder sur le fait qu'il y avait du monde ou non. Fort heureusement, il n'y avait personne. Très vite, Hellyxir et Gaby-Ann se déshabillèrent avec ferveur. Il la désirait plus que tout et ses gestes se montrèrent pressant. Très vite, ils se retrouvèrent sur la table à s'adonner aux joies de l'amour comme des bêtes. Il ne réfléchissait plus et tant mieux car sa conscience lui aurait dit que c'était mal parce qu'il risquait encore de souffrir sous peu. Alors qu'ils allaient arriver au bout, les deux amoureux s'arrêtèrent brusquement en entendant un bruit de porte. Un de ses professeurs apparu, il semblait choquer. Gaby n'eut aucun réflexe à ce moment-là comparé à Hellyxir qui se cacha derrière leurs vêtements et trouva une excuse plutôt marrante. Ils étaient atteint de nymphomanie. Si sa petite amie semblait embarrassé, Gaby quant à lui attrapa le fou rire. Il tenta de reprendre son sérieux en voyant le regard du prof et celui de sa petite amie sur lui. Bien évidemment, il n'y arrivait pas et ne pu s'empêcher de sourire en coin :

« C'est l'excuse la plus pourrie que je n'ai jamais entendu chérie. » il se mordilla la lèvre pour ne pas rire puis il jeta un regard au prof : « On avait juste envie de baiser ça arrive ! Vous n'allez pas me dire que durant votre jeunesse vous n'avez jamais fais ça ! » Il était provocant à ce moment-là puis il vint murmurer à Hellyxir, le professeur pouvait l'entendre, il le faisait exprès « J'ai envie que l'on se finisse bébé... » il rit avant de venir l'embrasser langoureusement tandis que l'une de ses mains se fit baladeuse en allant caresser sa poitrine le tout sous les yeux de son professeur. Gaby-Ann n'avait pas peur des conséquences, il n'avait pas peur de se faire virer de l'université. Après tout il l'avait fait pour Hellyxir et elle n'avait pas tenue sa promesse de son côté. Pour le moment il avait envie de prendre son pied et tant pis si c'était devant un professeur voyeur.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Sam 23 Juil - 10:57


GABY-ANN ♠ HELLYXIR

« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Elle n’était pas très douée pour lui faire voir les sentiments qu’elle ressentait à son égard, pour lui faire comprendre à quel point son cœur battait pour le sien. Hellyxir était pourtant folle amoureuse de Gaby, mais elle savait qu’elle s’y prenait vraiment très mal pour le lui dire. Elle faisait tout à l’envers. En même temps, c’était la première fois qu’elle ressentait ça pour quelqu’un, donc elle était déconcertée et perdue, ce qui la rendait très maladroite dans ses actes. Elle avait voulu montrer à Gaby qu’elle tenait à lui plus que tout en partant, mais à ses yeux cela démontrait simplement de la lâcheté et de l’égoïsme. Elle le comprenait, mais lui ne voulait pas réellement la comprendre. Il était dur avec elle, et ne lui laissait aucun répit. Il cherchait à avoir le dernier mot, et la jeune femme était trop blasée et dégoutée pour ne pas le laisser faire. Elle avait du mal à se retenir de craquer, surtout lorsqu’elle l’écoutait s’acharner sur elle. Hellyxir avait l’impression qu’il déversait un mois de frustration et de rage sur sa personne. Elle espérait qu’elle arriverait à le calmer et à lui faire entendre raison.  

Il lui lança qu’elle avait pris cette décision à sa place, que ce n’était pas à elle d’en décider car ce n’était plus un enfant. Il lui avait même reproché de s’être mis en couple avec lui rien que parce qu’il avait insisté. Elle écarquilla les yeux suite à ces révélations totalement fausses et ahurissantes.

« - T’es pas sérieux quand tu dis ça, j’espère ? Tu me prends pour qui ? Tu crois que je t’ai fait la charité parce que tu peux mourir à tout moment ? Je suis désolée mais je ressens aucune pitié pour toi donc ton excuse à la con tu te la gardes. Si t’es pas assez mature pour comprendre que je suis amoureuse de toi, que j’ai pensé bien faire, mais que je suis loin d’être parfaite, on a plus rien à se dire. Je t’ai déjà dit que j’étais désolée, que je m’en voulais, tu veux que je fasse quoi d’autre ? Tu m’as déjà humilié devant tout le monde là, je pense que tu t’es assez vengé !  Lâcha-t-elle pleine de rancœur, au bord des larmes.

Elle était vraiment brisée de sa réaction. Elle savait qu’il pensait la moitié des mots qu’il lui disait car la rage parlait à sa place, mais ce qui était dit faisait toujours mal. Elle n’avait jamais désiré le quitter, bien que son comportement laissait à croire l’inverse. Elle l’aimait trop pour tourner la page, pour l’oublier même si elle avait essayé. Gaby confirmait encore et toujours qu’elle n’était pas assez bien pour lui, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’agir sans réfléchir, il lui faisait complètement tourné la tête, et la raison était souvent mis de côté avec lui.

- Je pensais tout le temps à toi. Je voulais juste plus t’infliger de souffrance. Je t’aime Gaby. Comme j’ai jamais aimé. Sinon je serais pas là à me justifier et à te dire tout ça. Écoute-moi pour une fois, répondit-elle sincèrement.

Elle le regardait tristement, la tristesse la rongeait jusqu’aux os. Elle perdait pieds à l’idée qu’il puisse couper les ponts avec la jeune femme parce qu’elle ne désirait pas vivre dans un monde sans lui. Il était trop important. Elle savait qu’il n’y avait qu’une seule manière de lui prouver qu’elle était folle de lui, et sans attendre elle se jeta à corps perdu dans ses bras. Elle savait qu’il allait difficilement la pardonner car il avait été blessé, mais elle comptait se racheter une conduite par la suite. Il ne l’avait pas repoussé, bien au contraire, il avait même intensifié le baiser. Leurs échanges furent passionnés, laissant percevoir toute la souffrance et la frustration que leur séparation avait engrangé. Cela se ressentait même dans la façon qu’ils avaient de faire l’amour. Ce contact lui redonnait le goût de vivre, comme si chacune de ses caresses et chaque baiser échangé ramenait à la vie la jeune femme qui avait été désespérée et totalement dépitée sans lui. Elle ne savait même pas comment elle avait réussi à tenir sans Gaby. Elle avait tellement eu peur de le perdre qu’elle était prête à tout pour lui, il n’avait qu’à demander. Au moment de leur ébat amoureux, quelqu’un s’était introduit dans la pièce. Surprise et à la fois gênée la jeune femme avait eu le réflexe de prendre des vêtements afin de cacher son corps nu. Sur le moment elle avait trouvé une excuse à la va vite pour justifier cet acte. Elle savait pertinemment qu’il n’allait pas avaler ses bêtises, surtout qu’aux vues de son âge avancé et de son style plutôt classique, l’inconnu devait sûrement être professeur à l’université. Gaby souriait, amusé par la situation, en confiant à Hellyxir que cette excuse était nulle. Puis il dit au professeur qu’ils avaient juste envie de faire l’amour, que cela avait du sûrement lui arriver aussi. Il vint auprès de sa bien-aimée et lui avoua qu’il voulait continuer avec un air de défi et d’amusement. C’était du Gaby tout craché. Autant cette situation l’aurait aussi amusé en temps normal, autant présentement elle avait peur des conséquences que cela aurait sur sa scolarité.

- Gaby, je pense pas que ce soit une bonne idée, lança-t-elle le visage crispé en lui retournant le baiser, mais en écartant doucement sa main posée sur sa poitrine.

L’homme répondit suite à cela :

- Je pense que vous devriez écouter votre copine, en effet. Je pourrais vous faire virer pour ça, c’est complètement contre le règlement, sinon vous pensez bien que je m’en donnerai aussi à cœur joie, lâcha-t-il en ayant un air faussement sérieux.

Hellyxir se mordit la lèvre en regardant le jeune homme. Elle culpabilisait déjà à l’idée qu’ils puissent avoir des ennuis, encore à cause d’elle.

- C’est de ma faute, pas de la sienne, je l’ai obligé ! Je sais que c’est débile, mais voilà, c’est à moi d’en prendre la responsabilité, ajouta-t-elle sérieusement.

L’homme sourit en coin, ayant l’air d’avoir une idée en tête.

- C’est Gaby-Ann c’est ça ? Le petit génie en herbe ? On peut faire un deal toi et moi. En fait, je suis professeur de chimie en troisième année, et tu comprends, j’ai beaucoup de copies à corriger, beaucoup de cours à écrire pour mes étudiants… Puisque tu as des facilités, je te propose de bosser pour moi. Tu corrigeras les copies, écrira quelques cours, et qui sait, peut-être me remplacer de temps à autre si j’arrive en retard… tu seras rémunéré en plus, parce que j’ai eu vent de tes problèmes d’argent dans les couloirs… Et votre secret sera bien gardé.

Hellyxir écarquilla les yeux, surprise agréablement par cette proposition. Le jeune homme le regarda sans détourner le regard, il était surement en train de réfléchir.

- Accepte, Gab, murmura-t-elle en prenant sa main. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Mer 27 Juil - 0:37



Not loving you is harder than you know


« Quand on est amoureux d'une personne on ne l'abandonne pas ! Bordel c'est si compliqué à comprendre ?! Etre désolé de ne suffit pas, c'est bien trop simple de fuir à chaque fois et revenir ! Et non je ne t'ai pas humilié et je suis loin de m'être vengé, c'est toi qui débarque comme ça, tu pensais que j'allais réagir comment ?! Tu m'as brisé le cœur Helly !! » Dit-il en hurlant avant de prendre sur lui pour tenter de se calmer : « Ouais, n'en parlons plus. » Ils s'étaient assez donné en spectacle de la sorte. Il l'écouta se justifier tant bien que mal, Gaby-Ann avait du mal à avaler la raison de son départ dans la mesure où il la trouvait incohérente. Cependant, la jeune femme finit par lui faire une belle déclaration d'amour, il en était touché, jamais il ne serait insensible à Hellyxir, ce n'était même pas une option :

« Ne choisis plus à ma place...plus jamais... » Il sentait sa gorge se resserrer : « Moi aussi je t'aime... » Il le pensait également sincèrement même s'il avait du mal à lui pardonner, cela se ferait avec le temps si elle ne le décevait pas encore une fois de plus. Hellyxir allait devoir faire de nouveau ses preuves avec lui. Gaby-Ann n'était pas un gars parfait, il avait fait aussi pas mal d'erreur, mais il avait besoin de se sentir aimer et ne plus jamais ressentir cette sensation d'abandon. Il l'avait déjà ressentit auparavant avec son frère lorsqu'il était partie vivre à l'autre bout des Etats-Unis, car Gaby était trop dur à gérer avec sa maladie. C'était peut-être aussi pour ça qu'il faisait des conneries, parce qu'il se sentait terriblement seul, il souhaitait attirer l'attention des gens qui l'entourent. Leur dispute se transformèrent en retrouvailles charnelles. Le jeune homme prenait son pied avec elle jusqu'à ce qu'un de ses profs débarquent dans la salle de classe. Hellyxir semblait gênée comparé à elle. La jeune femme inventa d'ailleurs un mensonge peu crédible pour les justifier tandis que l'ingénu était dans la provocation, il se fichait d'être viré ou pas cela lui donnerait une raison supplémentaire de ne pas continuer ses études. Gaby-Ann n'avait pas honte de mal parler à son professeur, celui-ci ne semblait pas apprécier son arrogance. Sa petite-amie refusa de continuer au grand dam du jeune homme tandis que le professeur se plaça du côté de sa belle.

« Et bien faites-le cela ne me dérange pas ! »

Gaby-Ann savait qu'il aggravait son cas. Hellyxir lui coupa la parole pour éviter tout débordement, s'accusant à sa place, il pouffa de rire à sa remarque : « Obligé ? C'est un bien grand mot quand on est consentant à deux ! » Il sourit amusé et voilà que le professeur à une idée en tête. Gaby-Ann s'était attendu à se faire engueuler une fois de plus et carrément viré, mais non, au lieu de ça il lui proposa de travailler pour lui et savait qui il était.

« En clair vous voulez un larbin pour faire votre sale boulot à la place ! Et pourquoi j'accepterais de devenir votre esclave ? »


Là encore, Gaby était arrogant mais au fond ce deal lui plaisait bien, c'était juste qu'il était trop téméraire. De son côté, sa petite amie le supplia. Il resta silencieux un instant regardant tantôt le professeur et tantôt sa jolie blonde. Elle le regardait avec des yeux suppliant. Il grimaça et se retourna vers son supérieur :

« J'accepte mais c'est vraiment pour faire plaisir à ma meuf ! »

Mentit-il même si cela se voyait qu'il ne disait pas la vérité et qu'il était content comme un petit enfant qui recevait sa première console de jeu. Le jeune homme attrapa ensuite ses vêtements pour se rhabiller. « Bon bah on a plus qu'à aller baiser ailleurs ! » Il fit un clin d’œil à Hellyxir.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Mer 27 Juil - 12:44


GABY-ANN ♠ HELLYXIR

« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


En revenant vers lui elle avait espéré de façon utopique qu’il allait comprendre et peut être même facilement la pardonner mais ce qu’elle avait fait l’était difficilement.  Elle savait que Gaby était quelqu’un de rancunier malgré le fait qu’il essayait de prendre sur lui et de partir du principe qu’elle était quand même revenue. Elle allait sûrement en recevoir les conséquences durant quelques temps. Elle s’y attendait même si elle ne savait pas comment s’y préparer. Elle était protégée des autres comme si elle portait une armure autour de son cœur mais lorsqu’il s’agissait de Gaby sa protection devenait perméable. Il était sa corde sensible et sûrement sa plus grande faiblesse. Gaby provoquait une douleur déchirante en elle, mais c’était une belle blessure qui ranimait ses sentiments envers lui qu’elle avait essayé d’enfouir lorsqu’elle était loin de lui.

Elle ne préférait pas répondre. Le silence était une arme. Parfois il valait mieux se taire que parler. Il avait toutes les raisons d’être en colère, d’avoir une haine démesurée envers elle. Hellyxir avait choisi au départ la carte de la fierté, et puis plus elle réfléchissait, plus elle savait que malgré ses explications, cela ne justifiait pas le fait qu’elle soit partie en le laissant seul. Elle l’avait rendu impuissant devant son départ et il était vrai qu’il aurait dû lui aussi avoir son mot à dire sur la situation. Elle avait pensé bien faire, et comme d’habitude, elle avait seulement réussi à entailler plus profondément son cœur. Plus elle l’aimait, plus elle lui faisait du mal.

Dans son trouble, il y avait ceux qui se conformaient à la personne aimée pour ne pas être abandonnée jusqu’à en perdre toute personnalité, ceux qui faisaient tout pour que l’être adoré vienne à quitter la personne, et ceux qui préféraient abandonner avant d’être abandonnée. Hellyxir faisait partie de cette troisième catégorie de personnes. Plus elle l’aimait, plus elle s’attachait à lui, plus la douleur de l’abandon la prenait à la gorge, et plus son esprit la sommait de le quitter. La douleur était plus tolérable lorsqu’elle venait de soi et ça, elle l’avait compris assez tôt. Comment une personne « saine » d’esprit pouvait comprendre ce fonctionnement ? Même Hellyxir avait du mal à se suivre.

Son « je t’aime » lui fit un grand bien. Il l’aimait toujours, était sûrement prêt à lui redonner une chance, et la jeune femme ne pût s’empêcher de penser qu’il lui en faudrait des nouvelles chances car elle chercherait tôt ou tard malgré elle à lui refaire du mal. Alors qu’ils s’étaient réconciliés dans un ébat amoureux comme à leur habitude, quelqu’un les avait dérangé et avait vite fait ses conditions pour que leur secret ne s’ébruite pas : il fallait que Gaby travaille pour ce professeur en science afin d’alléger son travail entre autre, mais il serait payé en conséquence. Devant l’arrogance de Gaby, Hellyxir resta de marbre afin de ne pas l’encourager dans cette démarche. Elle tenait à ce qu’il reste à l’université et c’était alors pour cela qu’elle avait désiré prendre cette responsabilité pour sa personne. Gaby s’amusait encore de la situation en discréditant ses propos. La jeune femme leva les yeux au ciel.

- Tu seras pas esclave Gaby, tu seras payé. Et ce sera dans un domaine que tu adores en plus, le persuada-t-elle.

Le professeur haussa les épaules, comptait partir et surement annuler sa proposition, lorsque Gaby accepta avec sa nonchalance habituelle la condition de l’homme qui les avait surpris. Elle était genée du comportement du jeune homme qui prenait toujours les choses sérieuses à la rigolade. Ils s’habillèrent rapidement et Hellyxir lança un regard embarrassée et désolée au professeur afin d’excuser le comportement déplacé de Gaby. Elle savait qu’il se fichait des conséquences, comme pratiquement tout ce qu’il pouvait lui arriver dans sa vie mais Hellyxir tenait à ce qu’il finisse ses études et elle ferait tout pour qu’il continue dans cette voie. Ils marchèrent tous les deux comme si de rien était puis elle l’attira contre un mur, l’embrassa fougueusement et murmura à son oreille :

- Ton côté étudiant te rend trop sexy.

Elle le regarda sensuellement, se mordit la lèvre, et l’entraina dans le couloir jusqu’à trouver les toilettes.

- T’as le droit à des félicitations de la part d’un jury un peu spécial… lança-t-elle en fermant la porte à clef avant de venir l’embrasser passionnément. »

Elle comptait se délecter de son corps avant qu'il ne reprenne les cours.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Ven 29 Juil - 2:00



Not loving you is harder than you know


Gaby-Ann passait décidément une journée spéciale à chaque fois qu'il était en sa compagnie. Le jeune homme avait le don de se laisser aller et profiter de la vie sans se soucier de quoi que ce soit. Son amie avait dû être surprise et choquée par la situation, il était passé d'un mec sérieux à un mec qui se moquait de l'université et surtout qui embrassait de pleine bouche une fille dont il n'avait jamais parlé à ses amis de promo pour éviter de souffrir. Bien évidemment, même s'il n'en parlait pas, il pensait tout le temps à elle, il en souffrait énormément et ne voulait pas se morfondre sur son sort car personne ne le comprendrait pas même sa jumelle. Il ne pouvait pas comprendre ce qu'était le coup de foudre, le premier amour ou encore trouver la femme de sa vie. La relation entre Gaby-Ann et Hellyxir était tellement spéciale qu'elle en était incompréhensible. Peut-être que s'il en avait parlé on lui aurait conseillé de la quitter, pensant qu'il s'agit d'une mauvaise fille, Gaby lui voyait que le bon côté de sa petite amie, il arrivait à déceler la lumière qu'elle cachait dans l'obscurité. L'ingénu se doutait qu'il aurait des interrogatoires à ce sujet. Ses amis lui demanderaient qui était la fille canon qui avait débarqué à l'improviste et avec qui il se donnait en spectacle, l'expliquer serait long et toujours incomplet car leur relation était indéfinissable. Quoiqu'il en soit, Il aurait des explications à leur rendre y compris à son professeur qui cherchait à lui proposer un bon deal. Le jeune homme ne souhaitait pas accepter, il ne voulait pas perdre son temps avec des copies puis il ne voyait pas pourquoi ce vieux prof' tenait tant à l'aider, il ne souhaitait pas sa pitié. C'est pourquoi il refusa d'abord, jouant les gamins invincibles qui n'a besoin de personne. Après tout c'était le cas, il avait réussi à fonder son petit trafic de meth et il avait un peu repris voyant que l'université était une vraie mine d'or pour dépouiller l'argent des étudiants qui se défonçaient pour survivre à cet univers hostile. Gaby-Ann sortit l'excuse de l'esclavage pour justifier son refus. Le professeur ne semblait pas satisfait de sa réponse tandis qu'Hellyxir tentait tant bien que mal de le convaincre d'accepter, elle y croyait dur comme fer comme lorsqu'elle lui avait remplit son dossier de faculté. Le jeune Karev ne comprenait d'ailleurs pas pourquoi elle s'obstinait à le voir reprendre ses études, hormis l'amour qu'elle éprouve pour lui, il ne voyait pas. Sous la bonne pression de sa jolie blonde, Gaby finit par accepter la demande. Il le ferait et peut-être même qu'au fond il y prendrait goût. Jugeant la situation trop gênante, il se rhabilla et proposa à Hellyxir de coucher ailleurs. Celle-ci semblait de son avis et le professeur leva les yeux au ciel avant de lui donner une heure précise pour qu'il vienne le voir dans son bureau. Les deux amants sortirent ensuite de cette salle de classe, quelques mètres plus loin, Hellyxir l'attira contre le mur et l'embrassa, il prolongea le baiser avec la même intensité. Il ne pu s'empêcher de sourire amusé à sa remarque :

« En fait tu m'as inscrite pour que je devienne ton étudiant sexy...hum...je vois très bonne stratégie mademoiselle Adams. » Il sourit en coin avant de retrouver ses lèvres. Ils se décollèrent ensuite à contre cœur avant de se barricader dans des toilettes. La cabine était étroite, mais suffisamment espacé pour s'envoyer en l'air. Il se mordilla la lèvre inférieure à sa remarque : « Hum...j'ai hâte de voir ça, je veux ma récompense. » Gaby-Ann se colla à elle avant de faire glisser ses mains sur son corps. Il déboutonna son jean avant de porter Hellyxir. C'est d'ailleurs à ce moment-là qu'il remarquait qu'elle avait encore minci. Le jeune homme était prêt pour une nouvelle danse endiable. Il avait été en manque de sa drogue, il ne demandait qu'à rattraper le temps perdu. Bien évidemment, il se doutait que sa queue parlait à sa place, mais il la désirait tellement. Tandis qu'il s'envoyait en l'air avec sa belle, ce dernier finit par lui demander entre deux gémissements et râles de plaisir :

« T'étais parti où pendant un mois ? »
Ce n'était pas un reproche, seulement de la curiosité. La jeune femme lui devait au moins ça : la vérité. Il avait besoin de savoir où elle était partie, ce qu'elle avait fait, non pas pour la fliquer, mais parce qu'il s'était imaginé de nombreuses choses, il avait tenté de se mettre à sa place, l'imaginer observer un coucher de soleil, le même que Gaby observait de son côté en fumant des clopes. Il s'était également demandé si elle avait pensé à lui, si ce qu'elle faisait ne l'ennuyait pas etc...S'il souhaitait rattrapé le temps perdu, il devait savoir un peu sur elle.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Ven 29 Juil - 12:46


GABY-ANN ♠ HELLYXIR
 
« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »

 
 
Hellyxir avait tant bien que mal essayé de l'effacer de sa mémoire mais tout de lui était gravé en elle. Elle était même accro à leur dispute parce qu'elle savait qu'ils n'arrivaient jamais à se résister bien longtemps. Elle ne désirait plus le quitter maintenant qu'elle avait compris que c'était vain et qu'elle lui faisait trop de mal. Elle comptait panser ses blessures mais ne savait même pas comment s'y prendre pour guérir les siennes.
Elle avait juste besoin de rattraper le temps perdu à leur manière, en s'enivrant de son parfum, de sa chaleur corporelle, de ses lèvres comme s'il y avait un an qui les avait séparé. Elle était même persuadée qu'elle l'aurait toujours autant aimé, que son coeur aurait encore battu de la même manière à son contact s'il y avait vingt ans qui s'étaient écoulés.
C'était son âme soeur, la personnalité qui s'emboitaient le mieux à la sienne. Les disputes étaient synonymes de cela, et du fait qu'ils s'aimaient trop, qu'ils étaient trop attachés l'un à l'autre.
Hellyxir l'avait inscrite à l'université car elle croyait en lui et en ses capacités et était persuadée qu'il en tirerait quelque chose et qu'il deviendrait forcément quelqu'un d'important dans la société, bien qu'il l'était déjà à ses yeux. Elle voulait que tout le monde se rende compte de son talent, de son génie et d'ailleurs, même le professeur le connaissait très bien. A l'université on était souvent considéré comme des numéros et l'instituteur l'avait reconnu par le biais de son prénom, signe qu'il était sûrement intéressant intellectuellement. Elle n'en avait jamais douté, elle adorait l'écouter parler, elle se cultivait beaucoup lorsqu'il lui parlait de sa passion pour les sciences.
Elle savait qu'elle aurait tout de même du mal à faire avec ses nouveaux horaires de cours car ils se verraient moins, et qu'avec le tapage qu'elle venait de faire à la bibliothèque, elle devait déjà être perçue comme une folle aux yeux des étudiants. Elle craignait un peu d'avoir affiché son petit-ami mais au moins, tout le monde savait qu'il était en couple et c'était une bonne chose. Cela la soulageait sa jalousie et sa possessivité extravagantes.
Hellyxir devait au bout d'un moment devoir venir aux explications. Elle lui en devait. Elle voulait crever l'abcès mais elle n'était pas sûre d'être en mesure de le faire aujourd'hui aux vues des chamboulements et de l'ascenseur émotionnel qu'ils venaient de vivre. Leur relation était aussi instable que l'humeur d'Hellyxir, qui passait de tout à rien sans transition. Tout comme la personnalité de la jeune femme, leur relation atteignait les extrêmes en très peu de temps.
Elle avait trouvé cela super gentil et tres arrangeant de proposer ce deal au jeune homme qui avait besoin d'argent suite à l'arrêt de la methamphetamine. Elle le connaissait par coeur et savait qu'il se montrait nonchalant et arrogant pour se montrer plus sur de lui. C'était une façade. Elle savait qu'il devait sautiller de joie dans son esprit. Ce n'était pas le métier de rêves, mais il allait arrondir ses fins de mois et toucher un domaine qu'il attirait beaucoup. Il y avait pire.
Après que l'altercation avec le professeur fut terminée, les jeunes gens se rhabillerent rapidement, et Hellyxir était même gênée de sentir le regard du professeur sur elle. Ce n'était pas un regard pervers, mais plus un regard insistant et pressé. En se retrouvant dehors, elle n'avait pas pu attendre cinq minutes avant de se retrouver coller à lui, le désir n'étant toujours pas retombé.
«- Tu étais déjà très sexy bien avant d'être étudiant, donc ton hypothèse ne colle pas Einstein, souria-t-elle amusée.
Dans une hâte non dissimulée, la jeune femme l'avait entraîné dans les toilettes les plus proches afin de finir ce qu'il avait prévu. C'était loin d'être un lieu romantique, mais tout ce qu'elle voulait c'était lui, peu importait l'endroit. C'était comme une urgence. Elle avait donc pris soin de fermer la porte à clef afin qu'ils ne soient pas dérangés cette fois-ci. Puis elle lui avait dit d'une voix sensuelle et charmeuse qu'elle comptait le féliciter à sa manière et elle savait que cela allait lui plaire.
Il souria, non mécontent et se mit à la porter après qu'ils se soient rapidement déshabiller. Elle l'embrassa de nouveau fougueusement, ses gestes étaient précipités et loin de la tendresse qu'elle pouvait avoir habituellement.

Alors qu'ils remettaient le couvert et prenaient tous deux du plaisir, le jeune homme lui demanda où était-elle partit. Elle soupira intérieurement. Elle n'avait pas imaginé qu'il fallait qu'elle s'explique à cet instant. Elle essaya de se détendre et lacha simplement :
- Vancouver.
Elle se jeta sur son cou avec ferveur, un peu pour l'empêcher de revenir à la charge avec ses questions qui risqueraient peut être de tout gâcher.
- Tu m'as trop manqué, je partirai plus, murmura-t-elle à son oreille, le souffle saccadé.
Elle atteigna rapidement le sommet de son plaisir, et laissa retomber sa tête contre son torse. Elle avait chaud, très chaud, et elle savait qu'elle devait un minimum s'expliquer. C'était le moment propice. Après avoir fait l'amour, on avait tendance à moins s'énerver. Elle déposa un baiser sur son tatouage, et en renfilant son jean elle décida de se lancer.
- Je me vois bien vivre à Vancouver, j'ai bien aimé la ville, même si j'ai plus passer mon temps à pleurer en pensant à toi. J'en ai trop bavé en fait, je peux plus et ne veux plus être sans toi. Qui sait peut être qu'un jour on y vivra ensemble... ? Dit-elle sincèrement en essayant de ranimer l'amour qu'il avait pour elle. Et je sais pas si tu voudras, mais tu peux venir chez moi si ça te dit... »

 
© Starseed

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Lun 1 Aoû - 0:30



Not loving you is harder than you know


Décidément cette journée était dès plus étrange pour le jeune homme. Il ne s'était pas attendu au retour de sa petite amie ni même de recevoir un poste au sein de l'université. Il avait l'impression que le monde ne tournait pas rond ou qu'il faisait ce genre de rêve étrange. Gaby-Ann risquait de savourer toutes ces bonnes nouvelles le soir dans sa chambre d'hôpital où il allait cogiter. Retrouver Hellyxir était la première bonne nouvelle de sa journée. Il lui en voulait certes, mais il était tellement heureux de la retrouver. Elle lui avait énormément manqué, il avait même perdu espoir de la revoir, mais pourtant elle était belle et bien devant lui. Les deux amants s'embrassèrent follement et se touchèrent de façon pressée comme s'ils cherchaient à retrouver à tout prix le temps perdu. Il était en manque d'elle et il retrouvait à présent sa drogue. La posséder était la plus belle chose qu'il soit. Il se sentait tout simplement vivant. La second nouvelle en tant qu'assistant du professeur l'excita au plus haut point, il avait envie de se défouler positivement et encore plus en la compagnie de sa jolie blonde. Le jeune homme apprécia chaque instant même si l'endroit n'était pas aussi glorieux que cela. Il pouffa de rire à sa remarque :

« Me voilà flatter alors, je suis donc sexy. »

Il rit mais il trouvait sa remarque adorable. Il l'embrassa d'ailleurs follement pour la remercier. Alors qu'ils s'envoyaient en l'air comme deux bêtes sauvages mais follement amoureuses, Gaby-Ann demanda par curiosité où elle avait été. Il avait passé un mois à s'interroger sur son départ, sa destination, savoir si elle pensait à lui d'où elle était, si elle faisait quelque chose qu'ils avaient l'habitude de faire ensemble etc...Il avait également eu l'espoir de la voir franchir la porte de sa chambre, s'excuser et lui dire qu'elle l'aimait. Cette situation était arrivée lorsqu'il commençait à perdre espoir et c'était ce jour-là. Gaby-Ann la regarda dans les yeux, il avait des frissons à cause de leur contact corporel, il était prêt à tout encaisser, prêt à l'écouter même si le moment ne s'y prêtait pas forcément. Mais après tout les confidences se faisaient sur l'oreiller non ? Hellyxir se jeta à l'eau et évoqua Vancouver. Elle n'était qu'à 2H30 de route de lui. Son cœur se resserra, il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu'elle l'occupa avec des baisers dans le cou et des caresses. Il savoura de plaisir sans pour autant perdre de vue la ville. Elle avait quand même quitté la frontière américaine pour se retrouver au Canada. Hellyxir lui jura qu'elle ne le quitterait plus, qu'il lui avait tant manqué. Gaby était plutôt sur la défensive du moins pour le fait de ne plus le quitter. Il croyait au fait qu'il lui avait manqué, il voyait qu'elle était amoureuse de lui comme il était accro à elle. Cependant, il avait du mal à ne pas concevoir un nouveau départ. Le relation était différente des autres couples, il savait qu'ils ne pouvaient pas être stables, ce mot n'existait pas pour eux. Gaby-Ann ne répondit rien, il se contenta de l'embrasser sur des parcelles de son corps dont il avait accès avant de se laisser aller, profitant de l'acte amoureux. Il prenait son pied comme à chaque fois, il ne pouvait pas se passer d'elle. Alors qu'ils terminèrent de faire l'amour, le jeune homme reprit peu à peu ses esprits, il passa une main dans ses cheveux avant de la prendre dans ses bras. Sa Hellyxir était belle et bien là. Il était sur un petit nuage. Karev se rhabilla et sa petite amie décida de reprendre leur petite conversation improvisée, il s'habilla tout en l'écoutant attentivement. Sa jolie blonde lui avoua aimer Vancouver malgré le fait qu'elle n'avait pas cessé de pleurer en pensant à lui. Gaby-Ann était perplexe. La jeune femme avait du tenter d'y refaire sa vie, elle avait du avoir également le temps de la visiter. Une fois de plus son cœur se resserra. Hellyxir lui proposa de vivre avec elle un jour à Vancouver. Il n'y était jamais allé et il ne comptait pas le faire. Elle venait de le perturber.

« Qu'est-ce que j'irais foutre à Vancouver ? » dit-il sur la défensive sans pour autant lever le ton. Il soupira avant de remettre convenablement son tee-shirt et sa chemise : « Je ne veux pas abandonner ma famille et mes proches pour une ville que je n'ai jamais connu. » Il la regarda dans les yeux : « Mais si cette ville te plaît, tu devrais peut-être y retourner. » Il avait dit ces mots sincèrement, même s'il savait qu'il pouvait la blesser, ce qui était fort possible. Néanmoins, il ne souhaitait pas la retenir ici si elle se sentait mieux ailleurs, il tentait de reprendre sa vie en main avec l'université, il ne comptait pas partir de sitôt. Concernant sa demande de venir vivre chez elle où elle vit actuellement, il ajouta tout en ouvrant la porte : « J'ai déjà ton double des clés, j'y vais toujours pour nourrir ton chat. » La pauvre bête aussi avait dû se sentir délaissée, il le voyait toujours en train de chercher Hellyxir dans l'appartement. S'il avait parlé des clés, c'était aussi pour lui faire comprendre qu'il irait malgré qu'il avait été froid avec elle concernant Vancouver. Bien évidemment, il ne pourrait pas totalement y vivre, car il devait prendre à tout prix ses traitements et devait nécessiter d'une main d’œuvre et de matériels médicaux.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Lun 1 Aoû - 20:10


GABY-ANN ♠ HELLYXIR
 
« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »

 
Hellyxir ne savait jamais où elle en était dans ses sentiments. Tantôt elle ressentait de l'amour envers Gaby, et serait prête à tout pour ses beaux yeux, tantôt elle éprouvait de la haine et désirait lui faire du mal physiquement et psychologiquement. Il ne l'a laissait jamais indifférente, et chaque sentiment qu'elle ressentait pour lui était puissant et vrai. Même leur dispute, aussi violente soit-elle, était sincère. Généralement, plus la confrontation était explosive et plus réels étaient les sentiments qui animaient les individus.

Parfois, elle aimerait moins l'aimer car elle savait qu'elle le detesterait moins aussi et que ses paroles la toucheraient moins. Le moindre de ses reproches étaient perçus comme des lames de rasoirs. Il l'avait beaucoup blessé mais derrière cette rage se cachait une peine, qui avait touché la jeune femme. Elle en avait très rapidement déduit qu'il avait toujours des sentiments pour elle, malgré toutes les blessures qu'elle lui avait laissé.

Elle ne savait pas si leur relation pouvait partir sur un nouveau départ et qu'ils pourraient laisser de côté tout ce qui avait été fait ou dit. Elle croyait seulement au fait qu'elle l'aimait bien trop pour ne rien tenter et le laisser filer. La jeune femme ressentait même une immense jalousie la dévorer en songeant à une autre femme dans ses bras. C'était inconcevable pour elle. Il était sien, elle était sienne même si jamais rien n'était gagné entre eux.

Sans trop se poser de questions elle s'était jetée dans son étreinte comme à une bouée de sauvetage parce que Gaby était aussi celui qui l'a faisait survivre à son tempérament, mais surtout celui qui la faisait sourire et qui la rendait plus joyeuse, voire heureuse.

Elle savait qu'il était la plus belle chose qu'il lui était arrivé mais aussi la plus horrible, car elle n'avait jamais autant souffert qu'avec lui. En fait c'était comme une drogue. Malgré les effets secondaires, c'était trop difficile de s'en détacher à cause des bénéfices secondaires qu'elle pouvait donner.

Après qu'ils aient quitté la salle et le professeur, Hellyxir lui avait montré son enthousiasme à sa façon en commençant par le draguer gentiment. Elle avait sourit en coin à sa dernière remarque, et l'avait entraîné vers le lieu le plus proche pour finir leur retrouvaille en beauté, en faisant l'amour sauvagement avec lui. Elle appréciait et redécouvrait chacune de ses caresses, et chacun de ses baisers et coups de reins. Quelque part, se manquer avait du bon, celui d'offrir des retrouvailles plus qu'intense.

Entre deux gémissements, le jeune homme avait laissé sa curiosité parler en lui demandant où elle avait séjourné. Elle n'avait pas cherché à en dire plus, en s'étant juste contentée de dire le nom de la ville, et avait attendu la fin de leur rapport pour se confier. Elle essayait toujours de choisir ses mots, car elle avait peur de mettre de l'huile sur le feu. Ils étaient tous les deux encore à vifs, donc elle désirait prendre des gants. Pourtant lui n'en avait pas forcément pris en disant qu'il ne voyait pas pourquoi il irait à Vancouver, qu'il ne voulait pas quitter ses proches mais en ajoutant qu'elle pouvait y retourner. Il l'avait piqué dans sa fierté depuis tout à l'heure et la cela commençait à faire beaucoup pour la jeune femme.

« - Je serais partis avec toi, moi, si la situation s'inversait, mais c'est pas grave, t'as raison, après tout c'est pas comme si on était marié même si je suis enceinte, répondit-elle amèrement. Puis je disais ça comme ça, en essayant de me projeter dans cinq ou dix ans, ajouta-t-elle pour se justifier.

Elle aurait voulu finir par « on ne sera peut être même plus ensemble» mais s'était retenue pour ne pas le blesser ou ranimer une énième dispute. C'était la frustration qui voulait parler à sa place car la réponse de Gaby n'était pas du tout celle qu'elle aurait aimé entendre.

Elle apprecia tout de même d'entendre qu'il s'était occupé de son chat, lui qui n'aimait pas ces animaux. Elle déposa un baiser tendre sur ses lèvres en guise de remerciement, et avait essayé de ne pas remarquer sa nonchalance plutôt marquée lorsqu'elle l'avait explicitement invité à rester plus temps chez elle. Elle préféra noyer sa rancune dans un peu de cynisme.

- Si il faut que mon chat crève de faim pour que tu viennes, je vais le mettre plus souvent à la diète.

Elle avait enfilé son jean et son t-shirt, et suivit Gaby hors de la cabine. Elle était rapidement passée devant le miroir pour remettre ses cheveux en place car ils en avaient grand besoin. En sortant des toilettes, elle se comportait comme si elle n'avait rien fait de mal, en essayant de paraître naturel aux côtés de son petit-ami.

- Du coup c'était qui cette fille ? Pourquoi tu bosses les cours avec elle ? Lança-t-elle avec une pointe de jalousie, en faisant référence à l'étudiante dans la bibliothèque. »

D'ailleurs, en parlant du loup, la fille en question était sur leur route.
 
© Starseed

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Ven 5 Aoû - 1:06



Not loving you is harder than you know


Gaby-Ann avait été heureux de retrouver Hellyxir, c'était comme s'il avait retrouvé un objet perdu, rare et précieux à ses yeux. Son absence lui avait terriblement fait du mal. Il n'avait pas compris pourquoi et il ne comprenait toujours pas. Enfin, si, il savait qu'il y avait sa maladie qui lui faisait penser comme ça, mais il avait du mal à le lui pardonner parce qu'il avait été déjà blessé à plusieurs reprises. Le jeune homme avait imaginé pouvoir vivre enfin une vie de couple, il en avait marre de voir Hellyxir comme sa camarade, elle était tellement plus que ça, elle était plus que tout même. Leur relation était indéfinissable, même eux n'arriveraient pas à la comprendre. Le jeune homme même s'il était heureux de la retrouver, lui en voulait terriblement. Il avait du mal à mettre sa rancœur de côté, il aurait aimé laisser ça derrière lui, mais ils avaient la sale manie de se faire du mal mutuellement. Cette situation recommencerait et même si elle ne se traduisait pas systématiquement par la fuite. Le jeune Karev apprit pour Vancouver. Il se doutait que la ville devait être magnifique, qu'il devait y faire bon vivre, mais il ne souhaitait pas y aller par fierté et par énervement. S'il devait déménager, il partirait dans un autre endroit, un lieu qu'ils auraient choisi rien que tous les deux et non parce qu'Hellyxir avait visité la ville sans lui sans crier gare. La tension venait de revenir au galop après l'acte amoureux qui avait été si passionnel et charnel. Gaby-Ann se rhabilla, il sentait son sang bouillir dans ses veines, c'était sa blessure qui parlait, il n'arivait pas à faire comme si de rien n'était :

« Je pars nulle-part il n'y aurait jamais eu cette éventualité parce que j'me suis pas barré en te laissant comme une merde à ton triste sort ! »
Gaby-Ann n'avait pas pu s'empêcher de lui jeter une phrase assassine, il faut dire qu'elle lui tendait des perches. « Comment veux-tu que l'on se projette dans l'avenir en sachant que nous sommes instables ? On va faire comment Helly' ? On va passer notre temps à s'envoyer en l'air comme des bêtes, se disputer et ne plus se voir pendant des mois avant de se remettre ensemble ? C'est ça notre avenir ? On aura tellement passé notre temps à ne pas être ensemble que je serai déjà mort avant d'avoir été véritablement en couple ! » Il avait besoin de dire ce qu'il avait sur le cœur : « Je n'ai pas envie d'aller dans une ville où je peux à tout moment être livré à moi-même du jour au lendemain parce que je ne sais quoi t'auras fais paniquer. » Il tenta de se calmer avant de reprendre calmement : « Si je dois partir de Seatte, se serait un endroit que l'on aurait choisi tous les deux et non un de tes nombreuses visites touristiques ! »

Gaby-Ann essaya de prendre sur lui, d'arrêter de se défouler. Ce n'était pas très agréable pour Hellyxir, il en avait conscience, mais il lui en voulait terriblement, il ne pouvait pas lui pardonner aussi facilement. Pourtant, le jeune homme le ferait, enfin il fallait qu'elle retrouve cette confiance qu'il avait en elle, il l'avait perdu depuis et avait du mal à croire en la véracité de ses paroles. Concernant sa proposition d'habiter chez elle, Gaby-Ann tenta de lui faire comprendre à sa manière, qu'il le faisait pratiquement déjà. En effet, le jeune homme avait le double de ses clés, il nourrissait son chat depuis son départ et tentait de rendre l'appartement plus vivant bien qu'il était toujours vide sans la présence de la jolie blonde. L'ingénu avait passé de longues heures dans cet appartement, il espérait la voir débarquer et il s'était également mis à fouiller pour tenter de la comprendre et en apprendre plus sur la jeune femme. Il avait par exemple regardait ses goûts musicaux en s'attardant sur ses cd, il avait écouté son groupe de rock ou encore en regardant sa garde de robe. Gaby aimait s'attarder sur des détails. Ce fut autour de sa petite amie de lui lancer une pique. Elle ne semblait pas apprécier sa manière de faire pour sa proposition. Il ne pu s'empêcher de lui jeter un regard avant d'avoir son petit sourire sur le coin de ses lèvres et notamment lorsqu'elle déposa un rapide baiser pour le remercier de s'être occupé de son matou :

« Tu n'as pas besoin, j'ai déjà déposé certaines de mes affaires comme je squattais à tes frais ton appartement de temps en temps. »

Il sourit amusé, il est vrai qu'il avait apporté quelques vêtements pour pouvoir se changer. Une fois sortie des toilettes, les deux amants marchèrent dans les couloirs. Hellyxir lui demanda qui était la fille avec qui elle l'avait surpris, il remarqua sa petite pointe de jalousie et ne manqua pas de pincette pour le lui faire remarquer :

« T'es jalouse c'est ça ? » Il lui lança un regard avant de sortir de son paquet une cigarette qu'il comptait fumer à l'extérieur : « Amanda, c'est une amie de promo. On bosse les cours ensemble car elle n'arrive pas à obtenir des bons résultats en physique. » Alors qu'ils marchaient, Amanda débarqua à ce moment-là : « Gab je te cherchais de partout ! »


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Ven 5 Aoû - 17:10


GABY-ANN ♠ HELLYXIR
 
« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


 Même si Hellyxir se montrait forte et tenace, ce n’était qu’une façade. Elle était détruire moralement et psychologiquement par tous les évènements qui s’étaient produits. Mais sa maladie lui procurait un rempart contre tous ces traumatismes, ce que l’on appelait la dissociation et qui était un des symptômes de son trouble. Cela donnait l’impression qu’elle avait assistée de loin à ces situations, comme si elle était spectatrice de ce cauchemar. Mais la réalité pouvait la frapper à n’importe quel moment, et c’était là où elle déchantait. Où le vide, et les blessures s’ouvraient. Elle n’avait pas l’impression que Gaby se mettait à sa place. Elle avait vécu beaucoup de choses pour son âge, et pas des moindres. Sans ce phénomène de dissociation qui était une technique de survie mise en place par l’organisme, elle aurait sans doute déjà tenté de mettre fin à ses jours, bien qu’elle y pensait régulièrement. Du coup, l’alcool l’aidait à apaiser cette souffrance, mais aussi la musique pour laquelle elle vouait un réel amour à côté de Gaby. Elle l’aimait bien trop alors qu’il ne faisait que lui rappeler ses imperfections, ses défauts, ses fêlures.

Elle adorait se remettre d’une dispute en faisant l’amour. En fait, elle avait comme le sentiment que cela calmait leur rancœur mutuel alors que cet acte ne faisait que camoufler le fond du problème. Elle détestait les conflits surtout lorsque cela se passait avec la personne qu’elle aimait le plus au monde. La jeune femme avait peur que cela ait raison de leur relation tumultueuse. Alors qu’elle se rhabillait, Gaby remit sur le couvert les précédentes tensions en lui rappelant qu’elle l’avait laissé comme un moins que rien. Il l’avait ajouté qu’ils auraient du mal à se projeter dans l’avenir alors que leur relation n’était en rien un modèle de stabilité. Il mit l’accent sur le fait qu’ils n’avaient pas réellement profité de leur relation depuis le début, chose qui était vraie car Hellyxir le ressentait aussi mais que pouvait-elle faire ? Elle était comme ça. Elle était instable. Elle avait simplement compris qu’il ne lui faisait pas confiance. Il y avait de quoi, certes. Mais ce n’était pas pour cela que la pilule était plus facile à avaler. Elle soupira, le cœur lourd, lasse de toutes ces tensions qui régnaient.

« - J’ai jamais spécifié à aucun moment de notre relation que j’étais un modèle de stabilité. D’ailleurs, si je me souviens bien, c’est moi qui aie hésité à me mettre en couple avec toi, non ? Bah maintenant tu comprends pourquoi, tu savais dans quoi tu te lançais, je t’ai assez mis en garde comme ça. Je me suis excusée, c’est vrai, je comprends que ça a dû être dur pour toi mais tu penses à moi un peu dans tout ça ? Tu penses que je suis heureuse d’être comme ça ? Je fais avec, comme tout le monde. Désolée de ne pas être la fille-fille parfaite que tu aurais tant voulu que je sois. Si t’es pas heureux avec moi, que mon comportement te gêne, j’ai envie de te dire : on peut rompre.

Elle avait lâché ces mots impulsivement, sans le moindre scrupule bien qu’elle l’aimait.

- Je suis prête à faire des efforts mais je vois pas l’intérêt d’en faire si t’essaies pas un minimum de me comprendre ! Et pour ce qui est de faire notre vie à deux dans une ville qu’on aurait choisi, ça risque pas d’arriver si tu continues d’agir comme si y’avait que ta souffrance qui comptait ! ajouta-t-elle en vidant ce trop plein d’émotions qui la submergeait.

Elle voyait que Gaby avait des choses qui lui pesaient sur le cœur, mais elle aussi, elle en avait. Il lui reprochait des choses véridiques, mais il ne semblait pas comprendre qu’elle ne comprenait pas non plus ses réactions, et que surtout, elle était à sa propre merci. Elle aperçut la flamme brulante dans ses yeux s’éteindre petit à petit, et du coup, Hellyxir se ravisa d’en dire plus. Il s’était quand même occupé de son chat en prenant soin de lui, et elle savait qu’elle pouvait compter sur lui malgré que parfois il puisse la mettre à bout de nerfs et en guise de remerciement, elle l’avait embrassé timidement. Néanmoins, elle n’avait pas pu se retenir de lancer un petit pique à propos de leur vie à deux.

- Tu me feras penser du coup que je te fasse une petite note des frais ! Mais on peut s’arranger autrement, si t’es plus gentil, répondit-elle amusée.

En regagnant le couloir, la jeune femme pensait cela nécessaire d’aborder le sujet de la fille qu’elle avait croisé tout à l’heure. Le jeune homme remarqua de suite sa jalousie. Elle nia en bloc, préférant faire passer cela pour de la curiosité, alors qu’elle crevait de jalousie.

- Non, je veux juste savoir qui sont tes potes, mentis Hellyxir.

Elle acquiesça lorsqu’il lui répondit que c’était juste une connaissance à qui il offrait des cours de soutien. Elle ne voyait pas ce rapprochement d’un bon œil, mais se retint de lui en faire part. Lorsque la jeune femme en question les retrouvèrent « comme par hasard » sur le chemin en s’exclamant qu’elle avait cherché Gaby partout. Hellyxir leva directement les yeux au ciel. C’était surement un cliché, mais elle comprenait déjà pourquoi elle avait besoin d’aide pour ses cours lorsqu’elle la vit arriver avec son physique de bimbo. Les yeux de cette fille était planté dans ceux de Gaby, à croire qu’elle n’avait pas remarqué la présence de sa petite-amie.

- Hey je suis là moi aussi, lança-t-elle froidement. Tu fais quelle spécialité ? Attends non, laisse-moi deviner… spécialité « je-couche-pour-réussir » ou spécialité « petit-cerveau-gros-cul » ? ajouta-t-elle, provocatrice. »

La jeune femme la regarda d’un air mauvais et lui offrit un doigt d’honneur en guise de répondant en allant se ranger près de Gaby. Hellyxir s’interposa entre elle et lui en la poussant violemment sur le sol.
 
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Dim 7 Aoû - 20:48



Not loving you is harder than you know


Gaby-Ann n'appréciait pas la tournure de la dispute. Il y avait le feu aux poudres. Le jeune homme était comme une allumette que l'on frottait à sa boite pour laisser apparaître cette flamme qui bouillait en lui. Hellyxir et lui étaient plutôt violents verbalement lorsqu'il s'agissait de se disputer, ils se blessaient d'ailleurs énormément bien qu'ils regrettaient leurs paroles. Heureusement qu'ils n'étaient pas en train de se quereller ans une cuisine, la vaisselle en prendrait un coup. Aucun des deux ne voulaient en démordre, ils avaient chacun souffert à leur manière.

« C'est vrai que tu m'as mis en garde, mais je ne t'ai pas non plus mis un couteau sous la gorge pour que l'on soyons en couple ! Tu as raison, je ne comprends pas comment tu peux être malheureuse alors que c'est toi qui fait tout pour que ça n'aille pas ! Explique moi parce que je ne comprends pas ! Tu veux vraiment rompre ? C'est ça que tu attends depuis le départ hein ? Que nous ne soyons plus ensemble ? Puis tu veux quoi au fond ? Que l'on soit des sexfriends ? Des étrangers ? Je n'arrive plus à te suivre, tu es une énigme à toi toute seule ! »


Le jeune Karev n'avait pas envie de se séparer d'elle, il en serait malade une fois de plus. Elle était revenue, il ne fallait pas qu'elle parte de nouveau. Gaby-Ann savait que c'était la colère qui parlait, il avait besoin de se défouler, il n'avait pu le faire et n'en avait parlé à quasiment personne si ce n'est ses sœurs. Il leur en avait parlé une fois de ses problèmes avant de se taire à tout jamais pour ne pas les saouler avec ça ou qu'elles le voient malheureux, bien que cela devait se voir. Puis ses sœurs ne pouvaient pas comprendre, comme tout le monde d'ailleurs les sentiments qu'il avait pour la jeune femme. Certains diront qu'il est suicidaire, maso, mais peu importe, du moment qu'il était heureux à ses côtés. Ce n'était pas tout rose avec Hellyxir, mais suffisamment pour qu'il puisse l'être, ils avaient eu tout deux de très bon moment précieux qu'ils gardaient en tête. Certes, il y avait beaucoup de nuage dans leur relation, mais pour ces rases instants de soleil, Gaby-Ann était prêt à tout car ils valaient de l'or.

« Répète encore ce que tu viens de dire Hellyxir ?! Tu me traites d'égoïste ?! Je ne t'ai jamais lâché à aucun moment ! Ta souffrance tu te l'infliges toute seule, tu n'as pas besoin de moi pour faire ça ! T'es comme une de ces gothiques morbides qui se sacrifient car la vie est compliquée pour eux pour le moindre détail ! » Gaby décida de rompre la glace une fois de plus, il allait sur un terrain boueux et dangereux. Il avait conscience qu'il risquait de la blesser ou en tout cas d'aborder un sujet super sensible : « J'étais là et j'aurais été là pour toi après tout ce que tu as vécu...je suis encore là pour toi...j'le serai toujours...mais je ne peux pas te forcer la main Helly', je ne peux pas te forcer à être en couple avec moi ou bien à accepter mon aide...Si tu n'en veux pas, tant pis...je ne sais plus quoi faire pour que tu te contentes de m'aimer tout simplement. »

Gaby-Ann venait de lui faire une déclaration d'amour à sa façon. Malgré tout ce qu'ils avaient enduré, il était là pour elle. Il ne renoncerait jamais même si leur relation devait mal se terminer. Il ne le souhaitait pas, il avait la boule au ventre rien qu'à l'idée qu'elle désire réellement cette séparation. Puis il y avait le bébé dans toute cette histoire, il tombait décidément au mauvais moment. Gaby n'avait pas le temps de réfléchir sur l'enfant, il était déjà bien préoccupé avec leurs autres problèmes de couple. La tension retomba rapidement comme un yolo, ils passaient du chaud au froid, c'était eux tout craché. L'ingénu se mit à sourire amusé. Il ajouta alors :

« Je te payerais en nature. » Il lui fit un clin d’œil remplit de sous entendu. Les deux jeunes gens marchèrent dans les couloirs. Gaby-Ann soupçonna Hellyxir d'être jalouse d'Amanda sa nouvelle amie depuis un mois. Celle-ci pourtant marmonna le contraire, le jeune homme n'était pas au bout de ses surprises ! Peu de temps après, à croire que Dieu aimait jouer de lui, Amanda fit son apparition, s'adressant tout de suite à Gaby. Cet échange ne semblait pas plaire à Hellyxir qui se mit à couper l'herbe sous le pied du jeune homme pour s'adresser à sa rivale. L'ingénu fut surprit car il ne l'avait pas venu venir. Amanda répliqua par un doigt d'honneur jusqu'à ce qu'Hellyxir se mette à la pousser violemment au sol.


« HELLYXIR ! » cria Gaby-Ann énervé avant de se diriger vers Amanda pour l'aider à se relever, mais cette dernière le fit tout seul en se levant d'un bon et en se jetant sur Hellyxir. Le jeune Karev vint s'interposer entre eux : « ça suffit !!! arrêtez !!! bordel qu'est-ce qui vous prend ?! Ça ne va pas la tête ?!! » Gaby-Ann se prit un coup par l'une d'entre elles ce qui le fit saigner du nez à cause de sa maladie, il grimaça.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Dim 7 Aoû - 22:11


GABY-ANN ♠ HELLYXIR
 
« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


A peine ils s’étaient retrouvés qu’ils ne pouvaient s’empêcher de se disputer. Les disputes étaient chose courante dans tous les couples mais chez eux, cela prenait une autre tournure. Ils étaient violents dans leurs mots mais aussi dans leurs gestes et la jeune femme peinait à imaginer une vie à deux dans le même appartement. Elle pensait sérieusement que son mobilier en payerait les conséquences et qu’ils ne trouvaient jamais de repos à ce niveau. Même énervée contre lui elle ne pouvait s’empêcher de le trouver irrésistible comme si cet état de colère le rendait plus attirant qu’il ne l’était déjà. Les hormones qui travaillaient y étaient pour beaucoup, elles amplifiaient encore plus son tempérament explosif et cela se ressentait dans ses mots.

Elle ne pensait pas sérieusement à le quitter, surtout maintenant qu’elle l’avait retrouvé. Malgré les disputes et les choses qu’ils avaient vécu, elle ne pouvait se défaire de lui aussi facilement qu’elle l’aurait voulu. Beaucoup de personnes trouveraient leur relation toxique, malsaine ou encore vaine mais elle se fichait bien de savoir ce que les autres pouvaient en dire. Gaby-Ann était le seul qui la rendait en vie, et c’était une raison suffisante pour continuer. Même si on avait l’impression qu’ils allaient tous les deux droit dans le mur, la jeune femme se sentait mieux depuis qu’elle était avec lui et ses crises de colère n’étaient sûrement du qu’au simple fait qu’elle avait peur de le perdre. Alors qu’il enchainait une fois de plus sur des reproches et de l’incompréhension la jeune femme souffla d’impatience et décida d’y mettre un terme en trouvant les mots adaptés :

« - Je te veux toi, c’est tout ! Je veux pas qu’on se sépare je sais pas pourquoi j’ai dit ça. Tout se mélange un peu dans ma tête ces temps-ci, je suis perdue… avoua-t-elle en se passant la main dans ses cheveux.

Elle pouvait sentir que Gaby explosait à l’intérieur de lui. Elle ne savait plus comment apaiser la situation qui lui échappait complètement. Elle avait juste envie de lui dire qu’elle l’aimait et qu’elle voulait simplement qu’ils arrêtent de se prendre la tête et qu’ils commencent réellement à profiter de leur relation. Mais il avait besoin de régler ses comptes, et de lui dire le fond de sa pensée surtout lorsque la jeune femme essayait de justifier ses actes comme elle pouvait. Hellyxir ne se connaissait pas. Elle comportait plusieurs facettes d’une même pièce et cela ne l’aidait pas du tout à trouver les mots justes pour expliquer ses réactions. Le jeune homme avait bien compris qu’elle restait une énigme même pour sa propre personne. Sauf que là il était allé trop loin dans ses paroles en se permettant de juger ouvertement sa souffrance. Elle prit un air outré, et fronça les sourcils, hors d’elle.

- T’es vraiment con quand tu t’y mets, sérieusement ! Tu crois que je le fais exprès ? C’est sûr que c’est facile de juger bêtement sans savoir de quoi il s’agit réellement ! T’es pas si intelligent que ça en fait ! répondit-elle sous le coup de la colère.

Elle était vexée et énervée mais le sentiment qui ressortait le plus était la douleur morale qui lui infligeait à sortir des mots de sa bouche sans en contrôler les conséquences. Malgré cela, elle n’arrivait pas à lui en vouloir très franchement, sûrement parce que Hellyxir savait au fond d’elle qu’il n’était pas sérieux quand il déblatérait des reproches et des jugements à la pelle. Enfin, il le pensait mais il ne l’aurait sans doute pas dit de cette manière dans des circonstances plus calmes et plus réfléchis, mais Gaby n’était jamais posé lorsqu’il s’agissait de sa fierté, tout comme la jeune femme d’ailleurs. Le jeune homme s’était sans doute rendu compte de lui-même qu’il était allé trop loin car il s’était de nouveau radoucis pour laisser place à la rancœur et non à la haine. Il l’avait ajouté qu’il était là et qu’il serait toujours présent pour elle. Il avait laissé entendre qu’il était dépassé par les évènements et qu’il ne savait plus quoi faire pour que arranger leur relation et surtout le comportement de sa bien-aimée. La jeune femme s’était instantanément calmée suite à ses mots qui l’avait touché et qui avait juste confirmé à quel point il était fou amoureux d’elle. C’était tout ce qu’elle avait voulu entendre de sa bouche.

- Tu me satisfais amplement. J’ai jamais été aussi heureuse que depuis que je suis avec toi. Je sais que tu as pas cette impression parce que je fous toujours tout en l’air mais c’est pas à cause de toi, mais de moi. J’ai encore des comptes à régler avec moi-même et je sais que j’ai jamais la bonne manière de résoudre mes problèmes mais pour le moment, c’est la seule manière que j’ai, tu comprends ? Je m’améliore avec toi, je te promets, expliqua-t-elle sincèrement. Et… je veux pas d’un monde sans toi, je veux tout faire avec toi et l’amour que j’ai pour toi me rend dingue parfois… avoua-t-elle timidement.

Elle s’était mise à nue, sans artifice, elle avait juste exposé ses sentiments les plus profonds. Cela ne lui ressemblait pas forcément mais elle avait besoin qu’il sache qu’elle était folle de lui et qu’elle craignait simplement qu’il disparaisse de sa vie. C’était pour cela qu’elle luttait contre. Elle ne voulait pas être dépendante de lui bien qu’elle était malgré elle. Elle lui lançait un regard triste et gênée, et l’avait tout de même remercié pour tout ce qu’il faisait pour elle. Ils étaient même arrivés à plaisanter un peu après cette violente dispute. Elle lui envoya un clin d’œil avec un sourire en coin.

- C’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde.

Elle vint se blottir dans ses bras, s’enivra de son parfum et ils sortirent tous deux de leur cachette comme s’il ne s’était rien passé, jusqu’à ce qu’ils tombent sur la camarade de classe de Gaby. Elle cherchait les ennuis. Elle la provoquait alors que Hellyxir avait été sous tension toute la journée. Hellyxir l’avait violemment poussé sur le sol, sans le moindre regret. Lorsqu’elle vit Gaby se diriger vers Amanda pour se relever, cela accentua d’autant plus sa jalousie et sa rage.

- Quoi ?! Tu la défends en plus ? C’est la meilleure celle-là !

En voulant donner un coup de poing dans le visage de cette fille, Gaby se prit un coup dans le nez et se mit à saigner. La jeune femme s’en était aperçue mais avant de s’excuser, elle donna un violent coup de pieds dans la cuisse d’Amanda qui lui avait juste avant griffé le bras jusqu’au sang. Elle cria des insultes à son intention. Avant qu’elle ne puisse se retourner vers son amant pour voir comment il allait, un agent de sécurité de l’université lui sauta dessus afin de la maitriser au sol.

- Lâchez-moi, bordel !! cria-t-elle en état de rage. »
 
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Dim 14 Aoû - 23:05



Not loving you is harder than you know



Gaby-Ann s'était emporté comme toujours. Il avait besoin de se défouler, dire ce qu'il avait sur le cœur parce qu'il était touché. Si elle souhaitait le quitter, elle n'avait qu'à le faire puisqu'elle savait si bien prendre la fuite. Sa fierté faisait en sorte qu'il ne la supplierait pas de rester, mais il souhaitait plus que tout au monde qu'ils n'en arrivent pas là. Il avait souffert sans elle, il ne se voyait pas de nouveau repartir dans cette spirale infernale. Pourtant, Gaby savait qu'il y avait des chances pour que cette spirale reprenne de plus belle, il n'arrivait plus à faire confiance à la jeune femme, c'était plus fort que lui. Hellyxir ne désirait pas finalement se séparer de lui. Elle ne savait pas pourquoi ele avait dit cela et semblait encore plus perdu que précédemment. L'ingénu se demanda s'il s'agissait de sa maladie ou de ses sentiments. D'ailleurs en parlant de maladie, le jeune Karev avait du mal à cerner celle de sa petite amie. Ce n'était pas comme lui physique, mais plutôt psychologique. C'est pourquoi il n'arrivait pas à faire la part des choses, à comprendre que ce qu'elle faisait c'était du à son trouble. L'inconvenant était qu'il n'arrivait pas à savoir si elle réagissait par envie, par ses sentiments, sa raison etc...ou si c'était son trouble qui parlait à sa place. Il avait d'ailleurs l'impression qu'elle même ne savait pas réellement.

« Je ne juge pas ! Je n'arrive pas à te suivre ! La preuve un coup tu dis que tu veux que l'on se sépare et un coup non, un coup tu as envie de rester avec moi et un coup tu t'enfuis ! Je ne sais même pas s'il s'agit de ton trouble ou de toi tout simplement, je ne sais rien et ça me frustre! Je ne sais même plus comment me comporter avec toi ou réagir ! Ouais j'suis con ou pas intelligent ! Ma matière préférée c'est la physique-chimie, pas la psychiatrie ! »

Rétorqua-t-il énervé et sur la défensive avant de tenter de se calmer pour ne pas empirer la situation qui devenait chaotique. Néanmoins, Gaby-Ann ne demandait que ça de la comprendre, il voulait même l'aider parce qu'il était raide dingue d'elle. C'est pourquoi il le lui avoua. Malgré tout ce qu'elle lui avait fait ou pourrait faire, le jeune Karev était là coûte que coûte. Ce fut au tour de Gaby d'être touché par ses paroles. Hellyxir lui fit une belle déclaration d'amour. Elle voulait passer sa vie à ses côtés, mais elle devait affronter ses propres démons. Le jeune homme voyait à quel point elle était sincère. Helly semblait ne pas savoir par où commencer pour les affronter. Néanmoins, elle faisait des efforts, elle tentait de reprendre le dessus.

« ...Je te crois... »
Un silence avant de reprendre : « Je t'aiderai...je ne sais pas comment mais je le ferais, il doit bien y avoir une solution... » Si Hellyxir se battait contre sa maladie, Gaby-Ann allait faire des efforts, tenter lui aussi de mettre de l'eau dans son vin, passer outre ce qu'il avait vécu et tout simplement l'aider. Après leur dispute, Gaby-Ann réussi à plaisanter avec la jeune femme. Il lui proposa de la payer en nature pour loger dans son appartement, ce à quoi elle rétorqua que ce n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Il lui adressa un sourire en coin. Gaby risquait un jour de lui faire un streap tease ou déambuler nu dans son appartement pour tenir sa promesse. Alors qu'ils marchaient ensuite dans les couloirs, les deux amoureux croisèrent Amanda. La situation tourna mal, Gaby-Ann ne s'était pas attendu à ça. Les deux filles étaient prêtes à se battre comme des chiffonnières. L'intello ne comprenait pas, si ce n'est qu'il voyait la jalousie d'Hellyxir. Cette dernière poussa d'ailleurs Amanda. Karev l'aida à se relever ce qui ne plus pas un seul instant à sa petite amie. Gaby lui jeta un regard noir. Il n'aimait décidément pas son comportement et ce fut pire lorsqu'elles se battirent, l'ingénu tenta de les séparer et se prit un coup de poing au visage. Il saigna du nez à n'en plus finir tandis qu'Hellyxir se fit attraper par un vigile pour la calmer. Le jeune homme en voulait à sa petite amie, surtotu qu'Amanda n'avait rien fait de mal. Cette dernière avait d'ailleurs terriblement mal. Gaby accosta des étudiants pour qu'ils aident Amanda à aller à l'infirmerie. L'étudiante s'adressa au passage à Gaby-Ann :

« Ce n'est pas une fille pour toi Gab', elle est malsaine pour toi, tu étais bien mieux sans elle ! » avant d'ajouter : « Tu ferais mieux de venir à l'infirmerie avec nous, tu es dans un sale état. »

L'ingénu ne répondit rien, il se contenta de remercier les étudiants et dire qu'il passerait prendre de ses nouvelles avant de se diriger vers l'agent de sécurité :

« Laissez-là elle est enceinte ! C'est bon il n'y a rien ! » l'agent le dévisagea vu qu'il était en sang et qu'il continuait de saigner : « C'est ma maladie, elle n'a pas fait exprès. » L'agent fini par la lâcher. Gaby-Ann aida Hellyxir à se relever et l'attrapa par le bras pour l’entraîner ailleurs et s'isoler avec elle. Le jeune homme était furieux : « ça ne va pas la tête ?! Qu'est-ce qui t'appris ?! »

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Lun 15 Aoû - 10:58


GABY-ANN ♠ HELLYXIR
 
« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Plus ils avançaient de leur relation, plus ils se déchiraient. Elle avait l’impression qu’ils tenaient des propos de plus en plus violents à leur égard. Cela devait sûrement concorder avec l’augmentation de leur amour mutuel qui ne faisait qu’accroître du côté de la jeune femme. Ils avaient tous les deux un côté sadique et machiste pour entretenir leur relation de cette manière. Elle valsait d’un extrême à l’autre, et ce, sans trop d’effort. Cependant, elle ressentait le mal qu’elle avait pu lui faire, bien qu’il lui en faisait autant en cet instant, comme si il se vengeait sur elle de toute la douleur amenée par son absence. Elle se sentait à sa merci, car même si elle avait du répondant, elle savait que ses mots ne faisaient pas le poids devant les justifications qu’il apportait. Elle avait pourtant su dès le départ que son abandon allait être mal pris et surtout incompris, mais elle avait sans doute espéré se tromper à ce moment-là, au motel.

Elle voulait faire des efforts, essayé de corriger sa conduite même si cela s’annonçait être difficile, elle le ferait sans hésiter pour lui. Elle essayait de comprendre le message caché dans la violence de ses mots et elle sentait bien qu’il désirait juste qu’elle arrête de fuir l’amour qu’elle avait pour lui et qu’elle profite de cette relation. C’est exactement ce qu’elle voulait faire, mais son esprit torturé s’arrangeait toujours pour compliquer les choses, surtout lorsqu’il n’y arrivait rien à compliquer. Elle avait du mal à se cerner. Elle resterait sans doute une énigme, un mystère pour la plupart des gens qui la côtoierait.

« - Le truc que tu comprends pas, c’est que mon trouble c’est moi, et moi je suis mon trouble. Il n’y a pas de dissociation possible. Mes réactions et mes sentiments sont exagérés à cause de lui, mais le fond reste le même, c’est moi. Je suis intense et difficilement cernable parce que je suis malade, mais je ne suis pas folle, ok ? Je vis dans la même réalité que toi, la simple différence, c’est que la mienne est tiraillée entre l’envie de vivre et l’envie de mourir. Dans ma tête c’est tout ou rien. Je suis incapable de t’aimer « normalement », je t’aime à en crever, et parfois je te hais comme pas possible aussi, il n’y a jamais de juste milieu. Je sais que c’est compliqué de comprendre, je te demande pas de me mettre à ma place, mais je suis souvent hors de contrôle et il faudra faire avec, même si j’essaie de m’améliorer. Et puis tu ne m’aurais surement jamais adressé la parole si j’étais « normale » car je ne me serais jamais droguée, et on se serait sans doute jamais rencontré d’ailleurs, expliqua-t-elle.

Elle savait que rien n’arrivait par hasard, et que tout avait un but précis. Si elle avait été saine d’esprit, jamais elle n’aurait succombé à l’autodestruction, et d’autant plus à la drogue de Gaby. Elle ne pouvait s’empêcher de penser que c’était un mal pour un bien, car même si la plupart du temps les émotions négatives prenaient part dans son esprit et la rendait incontrôlable, elle était capable de ressentir les sentiments positifs plus intensément que la plupart des gens. Lorsqu’elle sentait l’ennui arriver, cela se transformait en vide. Quand elle déprimait, cela pouvait ressemblait à une dépression. Cependant, lorsqu’elle était enjouée, cela lui donnait l’intime conviction d’être heureuse et épanouie, sans parler de l’hypersensibilité et de l’empathie anormale dont elle faisait preuve dans son métier. Il n’y avait pas que des mauvais côtés à sa maladie, mais aussi de bonnes. L’intensité des émotions qu’elle ressentait faisait d’elle tout naturellement une personne aux sauts d’humeurs fréquents mais cela faisait d’elle une personne entière et plus humaine que personne d’autre.

- La seule solution est que tu me fasses un minimum confiance, et que tu arrêtes de prendre tout pour toi. Je n’ai pas fait ça pour te faire du mal, ni même parce que je t’aimais pas, ou encore pour me foutre de tes sentiments, loin de là. Je sais que c’est à moi de faire des efforts, et le mieux serait sûrement que je recommence une psychothérapie, mais je… j’suis pas encore prête pour retenter le coup… avoua-t-elle en faisant référence à la cure de désintoxication.

L’humeur était quelques minutes après cela redevenu bon enfant, et ils étaient tous deux sortis dehors, lorsque la nouvelle camarade de Gaby s’était retrouvée sur le chemin. L’accumulation de la fatigue, du stress, et de la culpabilité, mais aussi de la jalousie était telle que la jeune femme n’avait pas attendue bien longtemps avant de se jeter furieusement sur Amanda qui prit des coups. Hellyxir aussi en avait pris, et elle aurait sûrement des bleus sur les bras et les cuisses, ainsi que des griffures. Elle était encore une fois hors de contrôle. Ce n’était plus elle qui parlait, mais le démon qui se cachait en elle la plupart du temps. Elle s’en était tout de même voulu d’avoir frappé, sans faire exprès, l’amour de sa vie, bien que lui aussi l’avait mis hors d’elle à prendre la défense de sa nouvelle rivale. Un agent de sécurité s’était interposé entre eux en plaquant Hellyxir au sol, avant qu’elle ne se débatte. La rage était amplifiée par la frustration de ne pas pouvoir bouger, lorsqu’elle vit Amanda partir à l’infirmerie avec d’autres étudiants.

- Pfff, comme si elle était à plaindre celle-là !

La jeune femme se retourna, et tout en regardant Hellyxir, elle s’adressa à Gaby en lui disant que ce n’était pas une fille pour elle, qu’elle était malsaine. Si cela avait été possible, les yeux d’Hellyxir aurait sans doute craché des flammes en cet instant.

- T’as bien de la chance que je sache pas où t’habites ! Lança-t-elle à l’intention d’Amanda qui s’éloigna en direction de l’infirmerie.

Gaby ne réagissait pas, essayant de limiter les saignements de son nez avant d’affirmer à l’agent qu’elle était enceinte et qu’elle n’était pas dangereuse. Il l’aida à se remettre sur pieds, et la tint par le bras fermement avant de la lâcher lorsqu’ils furent tous les deux seuls.

- Tu m’as fait mal ! Lâcha-t-elle en se massant le bras.

Il lui demanda les lèvres serrées qu’est-ce qu’il lui avait passé par la tête.

- J’ai envie de te retourner la question ! Pourquoi tu l’as défendu ? Je voulais juste qu’elle sache qu’elle a pas à te tourner autour et après elle m’a cherché ! »  

Elle sortit un mouchoir de son sac, et lui tendit afin qu'il essaye de limiter les saignements.
 
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Sam 20 Aoû - 14:12



Not loving you is harder than you know



Gaby-Ann et Hellyxir avaient beau se dire des choses blessantes, se déchirer, ils devaient reconnaître qu'au moins ils réglaient leur compte, disaient ce qu'ils avaient sur le cœur. Les deux amants ne se cachaient rien, ils rompaient la glace ensemble. Le jeune homme avoua qu'il n'avait rien compris au trouble d'Hellyxir, qu'il avait du mal à savoir quand tout était vrai, que ce qu'elle avait ne la commandait pas. La jeune femme décida de régler le problème une fois pour toute en s'exprimant et laissant aller tout ce qu'elle avait sur le cœur. Gaby-Ann l'écouta attentivement, elle venait de lui clouer le bec puis il cherchait à la comprendre, il avait du mal à la cerner, à imaginer son trouble pourtant bien présent et sa bien aimée lui apportait des réponses. Pendant un instant, le jeune Karev tenta de se mettre à sa place. A présent, l'ingénu devait apprendre avec ce trouble, auparavant il n'y avait pas fait gaffe, il tenterait d'être un peu plus compréhensible.

« J'avoue que je n'aime pas les filles normales. » Il lui adressa un petit sourire : « Bon j'espère que si je te contrarie tu ne vas pas me poignarder ! » Dit-il pour détendre l'atmosphère, passant ses mains dans les poches de son jean, embarrassé, surtout qu'il savait qu'il devait lui aussi mettre de l'eau dans son vin : « Maintenant je comprends un peu mieux...je ferais moi aussi des efforts. »

Même s'il était fier, il venait de rembarrer sa fierté et il était sincère lorsqu'il disait qu'il allait faire des efforts, il ferait attention à prendre en compte son trouble dans ses réactions. Cependant, au fond, Gaby-Ann avait peur de souffrir encore une fois ou ne plus arriver à supporter tout ces petites crises, enfin c'était un grand mot mais il ne savait pas comment qualifier ce qu'elle faisait, ses réactions. Quoi qu'il en soit, Gaby s'était calmé, il n'avait plus envie de péter câbles envers elle, ils venaient clairement de s'expliquer. Il savait que se serait dur de ne rien prendre pour lui, mais il ne voulait pas, comme il lui avait déjà dit, de passer la plupart de leur relation l'un sans l'autre à des km, à la rigueur il pouvait tolérer pour ses tournées, il l'accompagnerait même si sa santé le lui permet, mais il ne souhaitait pas revivre ce qu'il avait éprouvé. Il se contenta alors de hocher de la tête positivement. « Prends tout le temps qu'il te faudra pour le psy...puis pourquoi pas tenter avec une femme, cela pourrait être rassurant pour toi. » En tout cas, Gaby était prêt à être là pour elle comme toujours. Alors que leur incendie venait de s'éteindre, il reprenait peu à peu des flammes avec l'arrivée d'Amanda qui avait attendu Gaby-Ann. Celle-ci s'adressa directement à lui et pas un seul instant à Hellyxir ce qui créa de la tension, beaucoup de tension même puisque les deux jeunes femmes en arrivèrent aux mains. Le jeune homme tenta de les séparer en s'interposant, il se mit un coup de poing au nez ce qui le fit immédiatement saigner. Un vigile vint même plaquer sa petite amie au sol. Gaby aida Amanda à se relever et demanda à des étudiants de l'emmener à l'infirmerie tandis que l'ingénu demanda au vigile de lâcher Hellyxir. Décidément, il n'avait pas compris ce qui se passait, tout était allé si vite, qu'il était embrouillé. Les paroles d'Amanda l'avait également surpris, il avait du mal à comprendre pourquoi elle disait ces mots sans connaître sa bien aimée. Avait-elle raison à son sujet ? Était-elle allait trop loin ? Il était perplexe. Gaby-Ann tira sur le bras d'Hellyxir pour l'emmener plus loin et à l'abri des regards. Celle-ci rechigna d'avoir eu mal mais il n'y prêta pas attention. Il lui demanda ce qui l'avait pris, se retenant de crier dans les couloirs parce que sinon ils étaient de nouveau reparti pour se faire remarquer.

« Tu l'as agressé ! Voilà pourquoi je l'ai défendu ! Puis merde ! Tu vas faire ça à toutes mes amies ? Je recommençais à avoir une vie sociale depuis que je vais à l'université, tu t'attendais à quoi ? Que je reste dans mon coin au fond d'une bibliothèque ? Elle ne t'a pas cherché ni tourné autour, elle a bien compris que tu étais ma folle de petite amie ! » Parce que oui elle était folle aujourd'hui, en tout cas elle devait l'être un peu pour se jeter sur les gens sans raison. Il soupira et lui jeta un regard avant de lui demander tout en continuant de tenter de faire taire ses saignements :

« Tu vas bien au moins ? T'as mal quelque part ? On rentre chez toi ? » Gaby n'avait plus envie de rester à l'université, il s'était fait suffisamment remarqué aujourd'hui.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Lun 22 Aoû - 12:14


GABY-ANN ♠ HELLYXIR
 
« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Hellyxir n’était pas du genre à se confier, et encore moins à parler de son trouble. Elle avait du mal à mettre les mots juste sur ce qui la caractérisait, car elle avait déjà du mal à se connaître. Elle avait comme deux personnalités, Docteur Jeckyll et Mister Hyde. L’une était posée, réfléchie, mature et responsable, et l’autre c’était le petit démon qui prenait possession de ses actes et qui voulaient semer le chaos dans sa vie. Ce n’était tout de même pas de l’ordre d’un dédoublement de personnalité, mais l’ampleur de ses émotions était telle, que, cela pouvait faire penser à cette psychose. Son trouble était bien plus vicieux que cela. Ce n’était pas considéré comme une psychose, car la personne avait toutes capacités mentales ainsi qu’un jugement tout à fait rationnel, mais ce n’était pas non plus une névrose, car les comportements associés aux symptômes de sa maladie étaient bien trop extrême pour laisser penser à un état normal. C’était d’ailleurs pour cela que cela s’appelait trouble d’Etat-Limite : la maladie était à la limite de la psychose, et de la névrose, se rangeant au milieu de cela.

C’était compliqué à gérer, bien qu’on lui avait promis que ses symptômes et ses émotions s’apaiseraient à mesure que l’âge passe. Elle n’en avait pas l’impression, et savait que le seul moyen de réellement s’en sortir était d’avoir un traitement adapté à base de stabilisateurs d’humeurs, voire d’antidépresseurs et/ou d’anxiolytiques, sans oublier une thérapie adéquate, sans laquelle les médicaments se contenteraient simplement de cacher la misère. Elle ne désirait pas être remise sous traitement, car la dernière fois qu’on lui en avait prescrit, elle avait eu l’impression de ne plus être elle-même. Comme si elle était déphasée. Les comportements impulsifs, imprévisibles, la folie qui se cachait derrière ses yeux bleus, c’était Hellyxir. Ce tempérament nerveux et enthousiaste, c’était tout ce qui la caractérisait, et les stabilisateurs d’humeurs avaient certes aidé à canaliser ses penchants autodestructeurs, mais avait limité ses accès de colère, comme de joie. Le côté pétillant disparaissait en même temps que le côté tempétueux, et malheureusement, on ne pouvait « désactiver » les mauvais côtés sans en perdre les bénéfices.

Un sourire en coin anima ses lèvres lorsqu’il lui avoua qu’il n’aimait pas les filles simples à vivre.

« - T’es pas normal non plus, donc je vois pas comment tu peux attirer des filles normales, répondit-elle, amusée.

Il essaya de détendre l’atmosphère, en lui soumettant qu’il espérait ne pas se voir poignarder un jour ou l’autre.

- Je n’ai pas été diagnostiquée de psychopathe, mais un accident est si vite arrivé, quand malheureusement on me tape sur le système… lança-t-elle en faisant un air faussement mystérieux. Pense à bien retirer tout objet tranchant chez moi si jamais tu comptes me faire une scène, plaisanta-t-elle.

Elle baissa les yeux à son tour en souriant, un peu gênée de s’être autant confiée. Puis lorsque Gaby ajouta qu’il comprenait mieux et qu’il ferait lui aussi des efforts, elle s’était directement sentie soulagée et heureuse. Elle acquiesça en guise de réponse, et le remercia du regard. Ce déferlement d’émotions inverses la rendait émotive, mais elle était émue et heureuse qu’enfin, il essayerait de mettre de l’eau dans son vin. La jeune femme n’attendait pas forcément qu’il se mette à sa place, mais simplement qu’il essaye de comprendre qu’elle était simplement malade, comme lui, et qu’il y avait des choses qui l’atteignait psychologiquement, alors que chez Gaby les atteintes étaient plus d’ordre physique.

Elle avait donc confié le seul moyen pour elle d’être aidée à faire face à son trouble, sauf que cette manière était compliquée à assouvir aux vues des expériences passées qui l’avaient quand même traumatisé. Le jeune homme avait donc conseillé à sa bien-aimée de voir si possible une femme, plutôt qu’un homme. Elle haussa les épaules.

- Je sais pas… je préfère me donner le temps pour l’instant de me reconstruire un peu mais je sais qu’il faudra que j’y pense sérieusement à un moment ou à un autre, et que je compterai sur toi pour me rappeler à l’ordre, te connaissant, lança-t-elle en souriant.

La hache de guerre fût enterrée pour de courte durée lorsqu’ils croisèrent Amanda, avec qui la jeune femme n’avait pas attendu longtemps avant de se jeter avec acharnement sur elle. La jeune femme avait sans doute encore une fois, trop laissé parler ses émotions à la place de la rationalité. Comme à son habitude, elle était rentrée dans les extrêmes. Un vigil avait dû intervenir pour les séparer avant que quelqu’un ne se fasse réellement mal. Gaby en avait subi les conséquences, puisqu’il saignait beaucoup. Il s’était empressé de l’éloigner, hors de lui. Alors qu’elle lui fit part qu’elle n’avait pas aimé son comportement, il lui répondit qu’Amanda ne l’avait surement pas cherché à ce point. Elle lui avait tendu un mouchoir afin de limiter ses saignements, mais n’était pas du tout d’accord avec son point de vue.

- Excuse-moi de devenir folle quand une paire de nichons s’agitent sous ton nez ! Elle te drague, ça se voit que tu lui plais, et je devrais rester là sans rien faire ? T’aurais fait quoi à ma place ? T’aurais laissé le mec en question me faire du charme sans réagir ? Je crois pas non. C’est pas mon but de te désociabiliser, mais il y a des limites, se justifia-t-elle.

Elle porta une main à son bras qui la lançait, et en le regardant elle s’aperçut qu’il était couvert de griffures et de bleus. Elle soupira, exaspérée.

- Ça va, ça va, heureusement qu’elle sait pas se battre, elle a définitivement rien pour elle celle-là, lâcha-t-elle en la critiquant de plus belle.

Elle acquiesça, et ils se rendirent chez elle en voiture. En arrivant dans son appartement, elle s’aperçut que cela faisait un mois qu’elle n’y avait pas mis les pieds donc rien n’avait bougé, mise à part la poussière qui s’était accumulée sur les meubles. Elle salua son chat en le caressant, qui lui montra à son tour qu’elle lui avait beaucoup manqué.

- Ça te dit on va se baigner ? Il y a une piscine sur le toit, il fait chaud, autant en profiter, puis si t’es gentil, tu auras peut être le droit à une surprise…

Elle le vit réfléchir et avant même de le laisser répondre, elle enchaina afin de le convaincre :

- C’est super bon pour ta maladie le chlore, ça a été prouvé scientifiquement puis tous les jours dans mon métier, je conseille à mes patients de boire un verre de chlore, ça purifie le foie ! Si ta diététicienne le dit, c’est que c’est forcément vrai ! »

Elle souria, amusée de ce mensonge totalement sordide. Du coup, ils s’étaient dirigés vers la piscine et avait pleinement profité de cette journée, bien qu’elle s’était plutôt mal annoncée.
 
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Mer 24 Aoû - 15:56



Not loving you is harder than you know



Gaby-Ann allait tâcher de mieux comprendre Hellyxir, quitte à se documenter, il allait en tout cas faire des efforts pour elle parce qu'il l'aimait plus que tout. Il l'aimait malgré ses défauts, lui aussi n'était pas un mec parfait, il en avait plein, mais ils se complétaient, elle était son âme sœur, il ne pouvait pas trouver mieux. Ou peut-être que si, il trouverait mieux. Une fille parfaite comme Amanda sur tout point. Une fille qui ennuierait Gaby à la longue car elle n'avait pas ces petites imperfections qui rend une personne exceptionnelle. Hellyxir était comme une vieille tasse, un peu comme celle de la Belle et la Bête, la Belle en gardait une ébréchée, une tasse qui représentait tellement pour elle et peu importe qu'elle soit cassée, moins jolie, celle-ci valait plus que toutes les autres tasses. Hellyxir était sa tasse ébréchée, elle valait mieux que n'importe qui. Gaby-Ann ne pu s'empêcher de sourire amusé, elle n'avait pas tort lorsqu'elle disait qu'il n'était pas normal et qu'il n'attirait pas les femmes normales. L'ingénu sentait qu'il commençait à se calmer, à être heureux de la retrouver, parce que mine de rien elle lui avait tant manqué. Le jeune Karev se mit à rire de plus belle au sujet de sa plaisanterie sur les objets tranchants :

« Pourquoi bizarrement ça ne me choque pas venant de toi ? »


Il lui fit un petit clin d’œil avant de rire. L'ingénu repris ensuite son sérieux lorsqu'elle refusa pour le moment de refaire des séances de psychologie. Gaby-Ann ne la forcerait pas à y retourner si elle n'en avait pas envie, il comprenait qu'elle souhaitait prendre son temps, elle en avait besoin ce qui était compréhensible. D'ailleurs en parlant de psychologue, Karev se demanda un court instant si le père de l'enfant n'était pas celui de ce violeur. Il ne savait pas comment réagir face à cette situation, il n'envisageait pas d'en parler à Hellyxir de peur de raviver de nouveaux souvenirs malsains. Si jamais ils découvraient que la paternité revenait au psy, Gaby respecterait les décisions de sa petite amie, y compris si elle voulait l'abandonner, avorter ou bien le garder. Après tout cet enfant n'y était pour rien, son seul regret serait de ne pas avoir son propre enfant à lui et élever celui d'un monstre. Le sujet était donc trop sensible pour en parler maintenant. Ils venaient de se retrouver puis ils n'avaient pas le temps de se poser qu'une petite guerre éclata entre Hellyxir et Amanda. Gaby-Ann avait été en plein milieu, passant d'une émotion à une autre. Son nez saigna, il récupéra le mouchoir de sa bien aimée bien qu'il était encore énervé de son comportement. En fait le jeune homme était énervé de la voir réagir de la sorte, mais à la fois il la trouvait excitante parce qu'il la trouvait mignonne jalouse. Néanmoins, il ne cautionnait pas le fait qu'elle fasse du mal à ses amies, elle n'était pas là pendant un mois et eux avaient été là.

« Déconne pas Helly ! Elle a rien fait ! C'est pas comme si elle m'avait roulé un patin devant toi ! T'exagère vraiment comme fille ! T'es pas possible ! » Gaby-Ann leva les yeux au ciel et soupira en l'entendant protester qu'heureusement elle ne savait pas se battre. Ce à quoi il ajouta : « La prochaine fois battez vous dans de la boue et en maillot de bain au moins cela aura un intérêt. » Grommela-t-il avant de la suivre pour partir jusqu'à chez elle. Le jeune homme y était allé souvent pour nourrir le chat. Lui qui n'aimait pas ce genre de petite bête avait fini par s'y habituer, lui parler et l'apprécier. Ce dernier avait même pris du poids. Une fois à l'intérieur de chez elle, Hellyxir proposa à Gaby de se baigner avant de le taquiner comme elle savait si bien le faire.

« Pourquoi tu ne me l'as pas dis tout de suite ? Ça m'aurait guérit ! Il va falloir que je bois toute l'eau de la piscine, j'espère qu'un mioche n'a pas pisser dedans ! » Il rit avant de s'approcher d'elle et de venir l'embrasser follement. Sa petite blonde lui avait tant manqué, même ses blagues pourries. « Je vais me débarbouiller le visage, puis on y va. » Il rit : « J'ai pas de maillot, j'espère qu'il n'y aura aucun gamin pour ne pas passer pour un pervers sexuel. » Il sourit amusé puis il s'éxécuta en allant dans la salle de bain.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR Jeu 25 Aoû - 12:37


GABY-ANN ♠ HELLYXIR
 
« So you brought out the best of me, a part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean. Our love was made for movie screens. »


Il était dur de faire entendre raison à Hellyxir, surtout lorsqu’elle devenait incontrôlable. Dans ces moments de crise où la panique, la rage et la tristesse étaient mêlées, il en fallait peu pour accentuer les effets et aggraver la chose. En fait, si elle n’était pas au bord du gouffre, elle était au bord de l’implosion. Un rien pouvait déclencher cette bombe à retardement qui sommeillait en elle. La jeune femme savait qu’elle n’était pas forcément bonne pour son amant. Amanda n’avait pas tort. Une relation en proie à l’imprévisibilité était dure à vivre, car même si ce fait apportait du piquant, la stabilité manquerait éternellement et jamais, ils ne trouveraient un point d’appui, un repère.

Néanmoins, Hellyxir pouvait changer, il fallait simplement qu’elle le veuille, chose dont elle n’était d’ailleurs pas sûre de vouloir. C’était comme toute substance nuisible : on savait qu’elle nous faisait du mal mais ce n’était pas forcément pour cette raison qu’on allait les arrêter. C’était compliqué pour Hellyxir de guérir car elle n’avait toujours connu que ça et c’était comme aller face à l’inconnu, à la découverte d’elle-même. Elle n’était pas sûre qu’elle avait envie d’apercevoir une autre personnalité ou un autre fonctionnement que l’actuel. Elle se complaisait dans les ténèbres, et cela lui donnait la fausse impression d’en être satisfaite, car ce n’était pas sain de trouver du réconfort ou un repère dans les conduites à risque.

La jeune femme avait une vision très nette de son trouble et de ses comportements associés, pour autant, elle était comme paralysée, incapable de faire des efforts et contrainte à les subir comme si elle ne pouvait contrôler ses faits et gestes. Avec Gaby, c’était à double tranchant. Il avait le don, soit d’accentuer sa noirceur, soit d’y apporter beaucoup de lumière afin que son comportement paraisse quelques fois « normal ». La passion et l’amour qu’elle éprouvait pour lui avait complètement bouleversé sa manière d’être, et elle était capable de faire le pire, comme le meilleur pour lui, simplement pour voir l’esquisse d’un sourire habillé son visage. C’était surement ça, ce que l’on appelait l’amour. A côté des papillons dans le ventre, du cœur qui palpite et des frissons, cela se résumait à perdre la tête pour la personne aimée et ne vivre qu’à travers elle.

Elle souria amusée par sa remarque. C’est vrai qu’il n’y avait plus rien qui ne devrait le choquer, même si Hellyxir restait une personne pleine de surprise qu’il ne tarderait d’ailleurs pas, à découvrir. Elle avait donc confié son envie de prendre le temps pour cette thérapie qui arriverait un jour ou l’autre, et Gaby n’avait rien ajouté de contradictoire, ce qui la rassura, parce que même si il fallait que la jeune femme se fie à ses intuitions, elle ne pouvait nier que son avis lui importait énormément et qu’il pouvait même influer son propre jugement assez bancal.

Elle était très vite tombée sous le charme du jeune intello qui ne l’avait jamais intéressé indifférente. Avant, lorsqu’il avait été son dealer, elle avait été complètement happée par la drogue et n’avait même pas essayé de découvrir sa personnalité plus profondément. Après tout, qui pouvait s’éprendre de son dealer ? Cela ne lui avait jamais effleuré l’esprit, car la raison voulait que ces choses-là n’arrivent pas, et pourtant, c’était arrivé, bien qu’elle avait lutté sauvagement contre ses sentiments naissants. Plus elle côtoyait son bien-aimé, plus elle était éprise d’amour à son égard, ce qui expliquait très certainement cette vague de jalousie qui l’avait animé lorsque le poing d’Hellyxir se retrouva contre le visage de sa camarade de classe. Même si le comportement de Gaby l’exaspérait parce qu’elle aurait voulu qu’il soit de son côté, elle ne pouvait nier qu’il avait raison, elle n’avait pas mérité cet acte. Pas encore du moins.

« - C’est pour la prochaine fois qu’elle ose tenter un truc ! Au moins, elle est avertie.

Elle regarda rapidement l’état de sa main qui était rougie par les coups, avant que Gaby n’émette la remarque que la prochaine fois il valait mieux qu’elles fassent un combat dans la boue et en maillot de bain pour le côté distraction.

- La prochaine fois c’est toi que je vais enfoncer dans la boue si tu continues à prendre sa défense ! Rétorqua-t-elle au tac au tac entre la plaisanterie et le sérieux.

Elle essaya tant bien que mal de lui lancer un regard mauvais, mais celui s’éteignit lorsqu’il lui proposa d’aller chez elle, chose qu’ils firent sans trop s’attarder dans ce lieu de conflit. En rentrant chez elle, elle lui avait dit une blague et il renchaina très rapidement, ce qui lui décrocha un sourire amusé.

- En plus, j’ai vu vite fait tes dernières analyses, elles sont loin d’être bonnes. Au point où tu en es, même boire de l’urine peut te sauver, qui sait, soupira-t-elle. Je testerai à la place de ton jus de fruit, tu m’en diras des nouvelles ! A moins qu’on n’en arrive pas là et que tu me promettes d’arrêter tes conneries, et de prendre soin de toi. Faut pas que tu le fasses pour moi, Gab, même si j’ai envie que tu sois en bonne santé parce que c’est toi qui va te lever toutes les nuits pour nourrir notre enfant, je te préviens d’avance, ajouta-t-elle en souriant malicieusement.

Il vint l’embrasser follement, et ce contact lui provoqua un millier de frissons sur la peau. Cela lui faisait un bien fou de le retrouver, surtout dans un endroit où ils étaient seuls, dans leur bulle. Elle rigola lorsqu’il dit qu’il passerait pour un pervers sexuel puisqu’il n’avait pas de maillot.

- Je te prête le mien si tu veux, tu serais tellement sexy en bikini ! Mais je suis pas sûre que tu passerais mieux aux yeux des enfants. Par contre s’il y a des transsexuels tu aurais sûrement du succès ! lança-t-elle en plaisantant. Sinon, au pire, baigne-toi en caleçon puis on verra quand on sera là-bas si tu l’enlèves ou si tu le gardes… ajouta-t-elle le regard plein de sous-entendus.

Elle se rendit dans sa chambre, enfila un jolie maillot de bain, prit deux serviettes dans sa penderie. Ils sortirent de son appartement, montèrent les escaliers, et se retrouvèrent devant la piscine à l’eau turquoise, complètement désert. Elle plongea dans la piscine, l’eau était très bonne puisqu’elle était réchauffée par les rayons du soleil. En remontant à la surface elle décrocha les lacets de son maillot de bain au niveau de la poitrine et les envoya valser sur le rebord de la piscine, à côté de Gaby.

- Viens me rejoindre si tu veux que j’enlève le bas, lança-t-elle avec un regard enjôleur. »

Puis, cette journée s'était fini en rigolade dans une bonne atmosphère.

[RP CLOS.]
 
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR

Revenir en haut Aller en bas

FLASHBACK "Not loving you is harder than you know." GABY ♠ HELLYXIR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» 05_ i just can't stop loving you
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our deepest fear :: VIDEO GAMES :: 
Goodbye my lover
 :: 
Version Seattle
 :: 
Les rps
-