FERMETURE DU FORUM : http://ourdeepestfear.forumactif.org/t1309-fermeture-du-forum#18895

Partagez|

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Lun 18 Juil - 17:51

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Fergus avait réussi à laisser Amélia chez une gardienne. Il avait dus en rencontrer près d’une dizaine avant de trouver celle qui lui convenait parfaitement. Il lui avait fallu une semaine supplémentaire avant de se décider à déposer Amélia pour la première fois. Il avait peur qu’une catastrophe ne se passe, qu’il en soit à nouveau séparé et que cette fois-ci se soit pour de bon. S’il se retrouvait sans elle, Fergus ne s’en remettrai pas, il ne serait plus que l’ombre de lui-même et ne savait pas s’il pourrait encore exercer sa profession. Il plongera peut-être finalement pour la profession de cambrioleur, après tout il n’aurait plus rien à perdre. Quoi que, il aurait peut-être l’interne. Cependant, cette relation était-elle faite pour durer ? Cette question traversait son esprit à chaque fois qu’il n’était plus à ses côtés. Finalement, c’était peut-être signe que Fergus tenait à lui ? Enfin, il ne voulait pas penser à ça ce soir. Il avait déposé Amélia chez la gardienne et avait donc sa soirée pour lui. Fergus était libre, enfin s’il ne pensait pas à ce qui pouvait se passer. La première chose qu’il pensa donc à faire fut d’aller dans un bar. Il avait envie de boire, de ne plus se sentir sobre, il avait envie de perdre la tête et de tout oublier.

Après des longues minutes de séparation, il avait pris la direction du centre-ville afin de trouver un bar dans lequel aller. Il marcha longtemps dans les rues de la ville, cherchant celui qui allait l’attirer, celui dans lequel il passerait toute sa soirée. Finalement, il trouva et décida donc d’entrer. Il s’installa au bar, commanda un verre de whisky avant de plonger dans ses pensées. Fergus savait que ce n’était pas la chose à faire, il allait avoir l’alcool triste s’il commençait comme ça. Pourtant, il ne pouvait pas s’en empêcher de laisser son esprit prendre possession de lui et de l’emmener vers ses pensées sombres. L’Ecossais sentait ses peurs et ses craintes prendre le dessus, envahir son esprit, ne le laissant plus penser à des choses joyeuses.  Il revoyait ses moments sombres avec Alyssa et Svein lors de la fusillade, le stresse qui s’était emparé de lui lorsqu’il s’était rendu compte qu’il ne pourrait pas aller chercher Amélia. La peur lorsqu’il avait vu l’interne blessé. Tout ça lui revenait en tête comme une claque donnée par une mère à un enfant pas sage. Il avait l’impression de ne plus du tout gérer sa vie et ça lui faisait peur. Devant tout le monde il montrait son bon côté, celui de l’homme sûr de lui, qui drague tout le monde alors qu’en fait ce n’était qu’une carapace. Au fond de lui, la vie lui faisait peur, perdre les gens qu’il aimait lui faisait peur, mais jamais il n’allait avouer quelque chose comme ça. Il ne contrôlait plus sa vie, et ça ne lui convenait pas.

Jeune il avait voulu ressentir l’adrénaline, mais à présent avec l’âge qu’il avait et ses expériences vécues, il ne voulait plus la ressentir. Il espérait une vie calme, faite de surprises et de belles rencontres, mais certainement pas de peur et de pleurs d’avoir perdu un être cher. Il était conscient qu’une telle chose aurait pût se passer en Ecosse, personne n’était à l’abri d’un fou, mais il avait envisagé de repartir chez lui. C’était la raison de son retour chez ses parents, voir si la vie dans sa ville natale lui convenait toujours. La réponse avait été négative, et il était rentré au bout de trois semaines de vacances. Seattle lui avait plus manqué que ce qu’il voulait bien avouer.

Au bar, il avait vu certaines belles femmes, il avait été tenté l’espace d’un instant d’aller à leur rencontre, de les draguer, mais il n’en sentait pas la force en lui. Il avait l’impression qu’il serait de mauvaise compagnie, qu’il était cet homme un peu bizarre au bar qui enchaine les verres pour oublier quelque chose. Celui que personne n’ose approcher, mais qu’on regarde du coin de l’œil parce qu’on a peur qu’il fasse quelque chose d’étrange. Il était devenu l’archétype parfait du saoulard de bar.




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Mar 19 Juil - 14:05


FERGUS ♠ HELLYXIR


Quelques temps avait passé après la fusillade qui avait gagné l’hôpital. C’était toujours l’esprit des victimes, comme marquée à jamais au fer rouge dans leur mémoire. Hellyxir allait plutôt mal. Après toutes les épreuves qu’elle avait dû traverser, elle s’était rendue compte qu’elle s’était attachée à ce bébé grandissant en elle. Elle s’était habituée à sa présence, et aux sentiments qui s’étaient développés en elle. Hellyxir qui pensait ne jamais vouloir devenir mère avait reconnu que l’instinct maternel l’avait dominé et l’avait encouragé à faire ce qui était le mieux pour l’enfant. C’était d’ailleurs pour cela qu’elle avait attendu et bien réfléchis avant d’avorter. Elle aurait désiré en parler à Gaby qui était sans presque aucun doute le père, mais le moment avait été mal choisi, puisque un psychopathe avait débarqué dans l’hôpital, ayant pour projet de tirer sur tout ce qui bougeait. Malheureusement, la jeune femme fût touchée, et son enfant n’avait pas survécu. Elle avait beaucoup trop perdu de sang, bien qu’ils avaient pu la secourir elle, fort heureusement.

Elle s’était donc installée dans une dépression. Elle avait arrêté de vivre, de sourire, de rigoler. Elle s’était éteinte. La jeune femme venait souvent le soir, en proie à une crise de larmes, pourquoi toujours tout lui tombait dessus, pourquoi elle n’arrivait pas à être heureuse juste une fois ? Elle culpabilisait beaucoup aussi, d’avoir tant désiré une fausse couche alors qu’aujourd’hui, elle s’en voulait comme personne ne pourrait un jour lui en vouloir.  Gaby, ni aucun être ne pourrait ressentir la peine qu’elle éprouvait. Elle avait perdu une partie d’elle-même. Elle ne désirait plus grand-chose, si ce n’était qu’on la laisse noyer son chagrin afin de faire son deuil.  La jeune femme savait qu’elle pouvait retenter sa chance en concevant un autre enfant, mais elle n’avait plus envie de s’engager là-dedans. Après tout, à quoi bon ? Ce serait une mère indigne, elle n’avait même pas pu protéger son bébé, et pire encore, elle avait désiré tout au long de ces deux mois le voir disparaître. Elle était persuadée qu’elle était une mauvaise personne et ressentait le dégoût jusque dans les tréfonds de son âme.

Elle avait besoin de se punir. De se faire mal afin d’extirper tout cette haine qu’elle ressentait à son insu. Elle avait toujours été trop dure avec sa personne. Elle buvait un peu trop en ce moment. Tous les efforts qu’elle avait fait pendant sa grossesse pour s’éloigner de ses démons n’avaient pas payés, et pire encore, elle rattrapait le temps perdu. Elle était désespérée et se demandait souvent lorsque son esprit était anesthésié, si elle trouvait un jour le bonheur, si elle arriverait à s’accepter comme il se doit. Gaby l’aidait à traverser tout cela, mais elle savait que cela l’avait aussi beaucoup affecté. Après tout, il avait encore failli perdre la femme qu’il aimait, et son enfant était mort. Il n’y avait jamais rien de rose entre eux, bien qu’ils s’aimaient énormément.

Il se réfugiait dans ses cours et ses révisions pour oublier ce qu’il venait de perdre. Hellyxir essayait aussi d’en faire de même, de s’acharner sur son travail afin de soulager sa conscience, mais cela peinait à marcher. La seule chose qui marchait restait la drogue et l’alcool, comme à son habitude. Elle déambulait dans les rues telle une âme en peine, le visage éteint et fermé, ne cherchant même plus à attirer la sympathie de ses semblables.  Elle marchait sans but fixe, préférant aller là où son instinct la conduirait. Elle n’avait même pas pris le temps de choisir ses vêtements et avait enfilé à la va vite un jean slim déchiré et un t-shirt. On était en pleine été et elle n’avait même pas chaud tant la fatigue affaiblissait son corps.

Ses yeux s’arrêtèrent sur une porte d’un bar. Dans sa tête elle voyait seulement le mot « alcool » comme une lumière qui clignotait. Elle entra, baissa la tête afin de ne pas croiser le regard des autres qui lui rappelleraient qu’elle devenait alcoolique et complètement dépressive, et sans faire attention, elle tapa son épaule dans le dos de quelqu’un pour se frayer un chemin. La personne en question était un homme. Il s’était retourné afin de voir qui l’avait heurté, et la jeune femme se rendit rapidement compte qu’il s’agissait de Fergus.

« - Décidément, je ne te croise pratiquement que dans des bars, lança-t-elle entre l’ironie et le sarcasme.

Elle avait beau avoir perdu foi en la vie, sa nature revenait toujours au galop. Elle prit place à côté de lui, et remarqua qu’il ne devait pas être à son premier verre. Il avait l’air lui aussi assez perturbé, comme s’il cherchait à noyer son chagrin dans l’alcool.

- Je sais que tu as une bonne descente, mais tu devrais freiner un peu, je pense, ajouta-t-elle doucement, dans le but de le protéger. Comment tu vas ? demanda-t-elle, bien qu’elle s’attendait déjà à une réponse négative. »

S’il lui répondait l’inverse, c’est qu’il avait clairement envie de lui mentir. Bien que l’état de la jeune femme n’avait pas l’air meilleur que le pédiatre, elle l’appréciait beaucoup, donc il était normal qu’elle essaye de savoir ce qu’il se passait derrière ses yeux bleus, qui rappelaient la couleur de l’océan.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Mar 19 Juil - 23:27

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Le pédiatre n’aimait pas ne rien gérer dans sa vie, il avait ce besoin presque vital de savoir tout ce qui devait être fait. Dans son appartement trainaient des tonnes de listes, qu’elles soient de course, de numéros à appeler, ou de choses à faire. Il avait l’impression que s’il n’en faisait pas rien n’allait se passer comme prévu. Alors, vivre cette fusillade avait mis à rude épreuve ce besoin. A présent, c’était presque devenu un TOC, et Fergus ne savait pas quoi faire pour s’en sortir. Il n’avait pas envie de montrer ça à Amélia, ce côté névrosé de sa personnalité, il devait être présent à ses côtés, comme tout parent devrait le faire. C’était là sa place et il ferait tout pour la garder.

Alors qu’il était assis au bar, il sentit qu’on le bouscula. Il voulut se retourner, expliquer à la personne qu’elle devra faire plus attention à ses gestes, mais avant qu’il n’ait eu le temps de le faire, il reconnut la voix. Hellyxir ! Il sourit doucement, il était vrai qu’il la croisait souvent dans les bars. Cependant, il n’eut pas le courage de répondre à sa petite blague, il préféra lui faire un signe de s’installer à ses côtés, et appela le serveur pour qu’elle puisse commander.

Il sentit dans le ton de sa voix qu’elle ne rigolait pas quand elle lui demandait de freiner un peu la boisson. Pourtant, il avait l’impression de ne pas y arriver. Son but était clair, il avait envie de boire pour tout oublier.

>>Plus facile à dire qu’à faire.

Sur ces mots, il finit d’une traite son verre et le posa délicatement sur le bar. Il se douta que la jeune femme lui demandait comment il allait par pure politesse, elle avait vécu la même horreur que lui et devait donc se douter de son état. Pourtant, bien qu’affecté et au plus mal à cause de ça, il avait réussi à reprendre gout à la vie lorsqu’il était partie en Ecosse. Là-bas, il avait tout faire pour oublier tout, même toutes ses connaissances. Au début, il n’avait aucune envies de revenir à Seattle. Finalement, ça ne s’était pas passé comme il avait voulu et certaines personnes ne s’étaient pas enlevées de son esprit. Une personne en particulier, son jeune interne. Celui qu’il pensait n’être un plan cul d’une seule fois. Pour l’oublier, Fergus avait été jusqu’à essayer de coucher avec plein de monde, essayant de combler son vide par quelqu’un d’autre, sans y parvenir. A chaque fois qu’il était au lit avec un inconnu s’était son visage qu’il voyait, ses yeux noisettes, ses lèvres, ses mains qui le touchait. Finalement, Fergus était revenu, ne supportant pas plus la distance qui les séparait.

>>Je vais bien, mon séjour chez mes parents m’a fait du bien. Depuis le temps qu’ils voulaient voir leur petite fille.

Il disait la vérité, il avait juste sauté sur l’occasion pour aller les voir sans prévenir personne. C’était lâche de sa part, il en avait conscience, mais ça lui avait fait un bien fou. Pendant trois semaines, il s’était sentit libre, avait pu profiter de tout ce qui lui avait manqué, et faire en sorte d’essayer de surmonter le traumatisme subit.

>>Et toi, comment tu vas ?

Il savait que la réponse n’allait pas être positive, mais durant son absence il avait coupé tout contact avec ses connaissances à Seattle, et ne savait donc rien de l’évolution de leurs blessures ou de leurs traumatismes. C’était lâche, il ne se le répétera jamais assez.
Fergus fit signe au serveur de lui remettre la même chose, il ne comptait plus les verres, mais sentait ce besoin de combler un vide par l’alcool. La solution de facilité, celle que tout le monde adopte, mais il n’en avait rien à faire, il en avait envie.




© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Jeu 21 Juil - 8:53


FERGUS ♠ HELLYXIR


Il y avait des blessures qui marquaient notre esprit et notre cœur à jamais, celle-ci en faisait partie. C’était une épreuve dont elle n’était pas sûre de pouvoir traverser, même avec la plus grosse volonté du monde, cette perte venait la hanter et lui rappeler qu’elle n’avait pas pu le sauver. En fait, Hellyxir se sentait inutile. Elle n’était capable de causer des problèmes à tout le monde, surtout chez les personnes qu’elle aimait, et elle n’était même pas apte à se sauver elle-même, par ses propres moyens. C’était une des raisons qui la motivait d’autant plus à quitter Gaby une nouvelle fois. Elle n’était pas bonne pour lui, pour elle, elle n’était bonne en rien et pour rien. Cela lui faisait mal de se rendre à l’évidence, mais c’était la vérité. Tout ce qu’elle touchait se détruisait, se transformait définitivement en quelque chose de mauvais.

Elle aurait tellement désiré être quelqu’un de bien, de fiable et de stable. Mais ce n’était pas elle, et cela ne le serait jamais. Elle passerait donc son temps à tisser des liens qui s’effilocheront par son attitude et qui malheureusement se couperont avec l’usure. Elle s’attacherait à en perdre la tête, donnerait tout pour cette personne, puis du jour au lendemain, elle prendrait juste de la distance et mettrait fin à cette relation. Elle en viendrait à cette conclusion à cause de son manque de confiance et de son besoin inouï d’affection et d’attention. C’était comme remplir un sac percé. Gaby lui donnait toute l’affection qu’elle désirait mais ce n’était jamais assez, car ce manque qu’elle ressentait au fond d’elle ne pouvait simplement pas être comblé. A présent, elle n’avait pas l’impression que son cœur représentait un sac vide, mais plutôt un sac rempli de verre pilé qui l’écorchait de toute part. Elle avait mal, et ne savait comment lutter contre cette douleur.

C’était ça le problème lorsqu’on était borderline, on ne savait juste pas comment lutter contre ses émotions. On se sentait déphasé, complètement à sa merci, dans une détresse pratiquement insurmontable. C’était pour cela qu’elle s’autodétruisait. C’était paradoxal mais le fait de se faire mal physiquement était un moyen de survivre à cette tempête qui faisait voler en éclats les morceaux de son être.

En se réfugiant dans ce bar qui avait plus des allures de taverne, la jeune femme ne s’était pas doutée à un seul moment qu’elle allait rencontrer une connaissance, et encore moins Fergus. Cela lui donnait presque l’impression qu’il était un peu un habitué des bars, bien qu’il n’en avait pas du tout l’allure. Il cherchait lui aussi un peu de répit, et à se morfondre. Enfin, en tout cas, elle trouvait qu’il en avait la tête. En le bousculant, elle avait tout de suite démarré la conversation car elle l’aimait bien, sinon, elle aurait surement fait exprès de ne pas reconnaître la personne et pire elle l’aurait surement évité. Elle s’était donc assise à côté de lui, désirant partager un verre avec lui. Elle ne comptait pas forcément se confier, ce n’était pas dans ses habitudes. Elle était réservée, d’un naturel à écouter plutôt que de parler.

Il répondit à sa remarque que c’était plus facile à dire qu’à faire de s’arrêter de boire, et la jeune femme comprit par ses mots qu’il y avait forcément quelque chose qui n’allait pas. Elle fronça légèrement les sourcils, commanda un verre de whisky sans glaçon au serveur. Elle se fichait de l’alcool qu’elle commandait tant qu’il était assez fort pour l’étourdir le plus rapidement possible.

Elle écouta Fergus raconter qu’il était parti chez ses parents en Ecosse, que cela lui avait fait du bien et même à ses géniteurs qui avaient pu enfin rencontrer leur petite fille. Elle sourit légèrement.

« - Ca fait du bien parfois de revenir aux sources. Mais si ça s’est bien passé, pourquoi tu es là ? J’ai l’impression que tu bois un peu pour oublier, je me trompe ? lança-t-elle simplement.

Elle n’avait pas envie de le brusquer, mais Hellyxir avait toujours été spontanée dans son comportement, ce qui lui valait parfois des disputes, mais au moins, elle était franche, on ne pouvait pas lui reprocher cette qualité. Puis il lui demanda comment elle allait. Elle ne savait quoi répondre. Après tout, le pédiatre n’était pas au courant qu’elle était tombée enceinte, elle ne se voyait pas lui annoncer qu’elle l’avait perdu tragiquement, et qu’elle se remettait peu à peu de sa blessure pare-balle.

- Ça va, je reprends des forces en buvant, répondit-elle ironiquement.

Le serveur posa le verre alcoolisé devant elle, et la jeune femme ajouta :

- Tu vois, je mets en application des conseils en matière de whisky : fruité et sans glaçon. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Jeu 21 Juil - 21:48

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Lui-même se demandait pourquoi il n’était pas resté chez lui, dans ses landes tant aimées, là où tout semblait plus simple. C’était une solution de facilité qui lui avait sans arrêt traversé l’esprit. Rester. Il aurait pu trouver un autre emploi au sein de l’hôpital de sa ville natale, il n’aurait certes plus été chef de service mais il aurait eu un emploi. Cependant, bien que cette idée avait été longuement présente dans sa tête, Fergus n’avais pas réussis à s’y faire. Quelque chose l’avait retenu, ou plutôt quelqu’un. Au début, il ne s’y était pas attendu, préférant fermer les yeux là-dessus, mais pus le temps passait et plus il ne pouvait pas prétendre ne pas savoir ce qui le retenait à Seattle. Pour se prouver que ce n’était rien, Fergus avait eu un nombre incalculable de conquêtes d’un soir, mais inlassablement son esprit revenait vers le jeune interne. Non, il ne pouvait pas se résigner à l’abandonner et donc, Fergus avait pris la décision de revenir.

Ce n’était pas sans risques, il en était conscient, mais il avait quand même pris ce risque énorme. Au début il avait été paralysé rien qu’à l’idée de lui envoyer un message, de prendre ses nouvelles. Ce n’était pas grand-chose, mais la simple idée de le faire l’avait tétanisé. Finalement, Fergus avait réussis à lui envoyer un sms, un rendez-vous dans un des restaurants les plus chers de la ville, vendredi à 20h. Etrangement ce simple rendez-vous le terrorisait, et l’écossais se demandait comment il allait se passer. C’est pour cette raison qu’il buvait. Hellyxir avait vu juste, il tentait d’oublier quelque chose dans la boisson. Ses nombreuses erreurs commises en Ecosse.

>>J’ai failli rester, sans le dire à personne. Oui, je tente d’oublier toutes les conneries que j’ai faites chez moi. Ça n’a pas été, je me suis rendu compte qu’en fait ça ne m’a pas donné l’envie de rester.

Il termina d’une traite son verre, et en recommanda un autre. Tant pis, il alignait les verres mais c’était le cadet de mes soucis.

>>J’ai juste réussis à me donner envie de rentrer plus vite, il fallait que je le vois…

Voila, il venait de l’avouer. L’alcool l’avait certainement aidé un peu. Mais qu’est-ce que ça fait du bien d’avouer ce qu’on a sur le cœur. Il se sentait plus léger, rien que le fait de le dire à voix haute, d’avouer qu’il lui avait manqué le rendait plus serein. C’était impressionnant l’effet que ça faisait. Il sourit doucement à la jeune femme lorsqu’elle avoua se remettre doucement. Certainement comme tout le personnel de l’hôpital. Fergus n’osait pas imaginer ce par quoi ils étaient passés, savoir qui était décédé ou non. Il se doutait qu’un service avait été mis en place, l’aide aux victimes. Il se sentait lâche de penser qu’il n’avait pas été présent pour aider ses collègues. Il avait fuis tout simplement.

>>Si jamais tu as besoin de parler, n’hésite pas à passer chez moi, même sans prévenir, la porte est toujours ouverte.

Il le disait de bon cœur, le pensait réellement. Ce n’était certainement pas au gout de son copain, mais ce n’était pas le souci de Fergus. Il appréciait la jeune femme et serait toujours présent pour elle. Ils n’étaient pas obligés de se rencontrer dans un bar, le bar personnel de Fergus regorgeait d’alcool qui seraient susceptibles de plaire à la jeune femme.

>>Comme quoi je ne donne pas que des mauvais conseils. D’ailleurs j’ai ramené certaines bouteilles de la cave de mes parents. Passe un jour pour voir celle qui te plairait.

Dégustation gratuite, sur le compte de ses parents, quoi de mieux ? Il faut dire que ses géniteurs ont une cave incroyable et que Fergus, en bon écossais, y passerai des heures. Il avait donc tout naturellement ramené un peu d’Ecosse chez lui, pour ne pas sentir le mal du pays. Mal qui le prenait chaque fois qu’il rentrait.




© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Sam 23 Juil - 9:56


FERGUS ♠ HELLYXIR


Elle culpabilisait souvent lorsqu’elle repensait aux actions qu’elle avait fait subir à Gaby. Elle avait passé son temps à le fuir, mais en réalité, ce n’était pas lui qu’elle fuyait, mais bien sa propre personne. Elle avait évité de se confronter à sa propre réalité, qui laissait naitre de nouveaux sentiments pour cette personne. Elle avait ressenti du dégoût, de la peur, de la méfiance, et de l’amour surtout, le sentiment le plus destructeur. Et maintenant elle ne percevait que de la rage et de la tristesse. Ces deux sentiments mélangés étaient un cocktail explosif poussant les gens à se renfermer sur eux-mêmes et à déprimer, seuls.

Elle avait du mal à faire son deuil, car la jeune femme peinait à avouer qu’elle avait perdu quelque chose d’important, et qu’il fallait aller de l’avant, et retenter une nouvelle fois. C’était cela qui lui faisait le plus peur, qui la hantait et la détruisait : s’attacher à un être humain signifiait s’attacher à quelqu’un qui allait dans tous les cas partir un jour ou l’autre. S’il ne partait pas de son plein gré, c’était la mort qui l’attraperait.

Elle savait qu’elle ne supportait pas les départs et les abandons, mais pourtant, elle l’avait souvent fait. D’ailleurs, elle avait toujours procédé comme cela car c’était une défense méthodiquement préparée : si elle quittait les autres avant qu’elle ne soit quittée, elle souffrirait sans doute moins car dans cette posture elle avait les pleins pouvoirs et le contrôle de la situation, même si cela faisait toujours mal. Il n’empêchait que lorsqu’elle était allée à Vancouver, elle avait bien apprécié cette ville qui ressemblait un peu à Seattle au niveau du climat mais qui l’avait totalement dépaysée car elle n’avait jamais mis les pieds dans cette ville.

La jeune femme rêvait souvent de partir loin, et de ne jamais revenir, juste pour changer, découvrir autre chose, et le Canada l’avait toujours attiré, comme l’Europe, d’ailleurs. Elle n’était pas difficile sur la destination tant que cela pouvait l’éloigner de ce qui lui rappelait ses mauvais souvenirs, elle irait là-bas. Elle referait sa vie, son cercle d’amis, même si elle se voyait mal abandonner son groupe de Rock où elle s’épanouissait comme un poisson dans l’eau. La musique l’avait grandement aidé à évacuer le mal-être qui la rongeait, bien qu’à cause du manque de motivation, la jeune femme se rendait moins aux répétitions.

Elle y allait quand la solitude lui pesait tellement lourd sur les épaules qu’elle s’en effondrait de chagrin. Elle savait qu’à ce moment-là elle pouvait compter sur ses acolytes et sa guitare pour rehausser la motivation et l’espoir qui l’avaient totalement désertée. Plonger et se noyer étaient très faciles mais sortir la tête de l’eau et s’accrocher étaient des actions bien plus difficiles à mettre en place, surtout chez Hellyxir qui voyait continuellement le verre à moitié vide.

Elle écouta le pédiatre déballer la raison pour laquelle il était là, assis dans ce bar à enchainer les verres d’alcool. Hellyxir désirait en savoir la raison car Fergus n’était pas un homme dépendant, ou peut-être qu’il cachait bien son jeu. Il avoua, le cœur lourd, qu’il était parti pour rester en Ecosse, mais finalement il était rentré à Seattle pour voir quelqu’un. Il s’était arrêté là, sans émettre plus d’explication. La jeune était curieuse, mais ne voulait pas non plus s’immiscer dans ses choses qui ne la regardaient pas.

« - Cette personne… je la connais ? Tu dois beaucoup tenir à elle, c’est une bonne chose que tu sois revenu, j’aurais été triste d’apprendre que tu sois parti pour de bon… confia-t-elle sincèrement.

Elle s’était tout de même attachée au pédiatre, mais cela lui fit un nouveau pincement au cœur quand elle se rendit compte qu’il avait lui aussi décidé de partir sans la prévenir. Elle se sentait de nouveau à la merci des autres, et non indispensable. Il ajouta qu’il était là si jamais elle désirait trouver une oreille attentive. La jeune femme souria timidement.

- Merci, ça me touche, et c’est pareil, tu peux venir quand tu veux si tu as besoin de parler, enfin tu peux même venir si t’as pas besoin après tout, répondit-elle.

En recevant sa boisson, elle avait légèrement souris en disant à Fergus qu’elle avait suivi ses conseils en matière de whisky. Il lui proposa suite à cela de venir goûter les bouteilles qu’il avait ramené de chez lui en Ecosse.

- Comme tu insistes beaucoup pour m’inviter, je ne peux qu’accepter, répondit-elle avec une légère ironie.

Elle jeta un regard autour d’elle, puis sentant la tristesse montée elle soupira.

- J’ai perdu mon bébé, murmura-t-elle tristement. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Dim 24 Juil - 1:06

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Il aurait été tellement plus simple pour lui de ne jamais revenir. Il voyait à présent toutes les personnes qui comptaient pour lui, et se disait que partir serait plus compliqué. Il en avait tissé des liens à Seattle, lui qui ne pensait pas le faire au début. Quitter l’Ecosse avait été un moyen de fuir son passé, de faire oublier toutes les conneries qu’il a pu faire étant adolescent. Finalement, il s’était attaché à la ville, et à présent il ne se voyait pas retourner en Ecosse. Enfin, à part pour éviter les fous dans les hôpitaux, il serait bien chez lui. Mais il n’avait pas pu s’y résigner, une personne lui manquerait de trop et il serait parfaitement égoïste de sa part de demander à l’interne de le suivre, il avait une vie ici, une famille et un internat à finir. Non, Fergus avait pris la décision de revenir pour ne pas couper toute la vie de Montgomery. Il ne voulait pas que ce dernier lui en veuille parce que finalement il l’avait suivi dans un pays étranger.
Hellyxir, qui était arrivée elle aussi dans le bar, lui demanda si elle connaissait la personne. Il était presque évident que oui, vu qu’il est interne et que sa grand gueule a déjà fait parler de lui. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Il repensait aux conversations qu’il avait entendu en salle des chefs concernant le jeune Montgomery. Fergus n’y avait jamais pris part, ayant peur de ne pas être totalement impartial. Il préférait rester en retrait et écouter. L’écossais avait même déjà croisé son père, et à chaque fois il évitait le sujet de son fils, préférant dire que tout se passait bien en Pédiatrie.

>>Je pense que tu le connais. C’est un des internes. Le plus grande gueule de tous, Svein. J’y tiens plus que ce que je voudrais bien m’avouer je pense. Je ne pourrais jamais t’abandonner ! Avec qui j’irai boire sinon ?

L’écossais l’invita ensuite à passer chez lui quand elle voulait. Généralement, il n’aime pas les imprévus, ça lui fait perdre le contrôle de a journée. Cependant, un imprévu comme la blonde ne pouvait lui faire que plaisir. Elle lui retourna l’invitation, ce qui fit chaud au cœur du pédiatre. Ils avaient beau avoir quelques années de différences, Fergus appréciait énormément Hellyxir et passerait à l’improviste dès qu’il en aurait l’occasion, elle venait de l’inviter !

Il n’avait pas eu à beaucoup insister pour que la blonde passe chez lui, l’évocation du Whisky avait suffis. Il recommanda un verre, regarda la jeune femme avant de lui dire avec un sourire :

>>Je n’ai pas eu à beaucoup insister en fait !

Puis, alors qu’il avait à peine eu le temps de tremper ses lèvres dans son verre, Hellyxir lui avoua qu’elle avait perdu son bébé. Fergus eu envie de recraché le whisky, mais fit plutôt l’effort de l’avaler douloureusement. Il n’était pas au courant de la grossesse de la jeune femme, il se doutait qu’elle ne devait pas être avancée dans les mois, mais la perte de son enfant l’attristait quand même. Fergus la prit instinctivement dans ses bras. Il pouvait comprendre à moitié ce que la jeune femme ressentait. La perte d’un enfant était douloureuse, et il ne pouvait pas s’imaginer perdre Amélia, mais il ne pouvait pas comprendre le vide qu’elle devait ressentir en elle. Il la serra fort contre lui, passant un bras dans son dos et lui déposant un baiser sur le front.

>>Je suis désolé

Il n’y avait rien d’autre à dire de toute façon. Ce n’était certainement pas le moment de lui dire de tenter d’en faire un autre. Il fallait que la jeune femme se remette de la perte, se rende compte qu’elle n’y était pour rien, le fou de l’hôpital y était certainement pour quelque chose. La jeune femme n’y pouvait rien, mais elle s’en rendra compte plus tard. De plus, un autre enfant ne remplacera jamais celui qu’elle a perdu, c’était une fatalité. Fergus rencontrait trop de parents mélangeant leurs enfants quand le premier était décédé. Il avait à chaque fois de la peine pour eux, mais ne savait pas comment leur remonter le moral.



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Dim 24 Juil - 17:27


FERGUS ♠ HELLYXIR


Hellyxir comprenait ce que Fergus ressentait, elle était aussi passée par là. L’amour pouvait faire peur, voire faire fuir, elle avait essayé de partir afin d’essayer de se détacher de l’homme qu’elle aimait, en vain. Cette action l’avait plus rongé qu’autre chose et n’avait apporté rien de bon si ce n’est une énième dispute explosive qui aurait pu lui coûter son couple. D’ailleurs, elle était persuadée que ce départ avait brisé un petit quelque chose en Gaby. Elle lui avait fait beaucoup de torts, et en se mettant à sa place, elle comprenait bien pourquoi il était plus sur la défensive et un peu moins confiant à présent, bien qu’elle sentait qu’il l’aimait toujours. Cela la rendait malade de faire du mal à celui qu’elle aimait plus que sa propre vie, mais elle était parsemée d’imperfections qui faisaient qu’elle ne pouvait s’empêcher d’être maladroite et d’agir impulsivement mais une chose était parfaitement sûre : son cœur battait pour le sien et la distance n’y avait rien changé.

En réfléchissant un peu plus longuement à ce lieu, elle se demandait si tous les gens qui étaient présents n’avaient pas comme eux, une bonne raison d’être venu ? On avait tous nos secrets, plus ou moins lourds, qui pesaient sur notre conscience à chaque instant et qui motivaient l’abus d’alcool. La plupart des gens recherchaient l’oubli de leur quotidien, car elle pouvait se rendre compte qu’au fur et à mesure qu’on allait dans les années, les gens étaient de plus en plus stressés et déprimés. La société formatait des êtres humains névrosés.

Lorsque Fergus lui avoua ses sentiments pour un interne du nom de Svein, la jeune femme eut un léger mouvement de recul. Disons qu’elle ne l’appréciait pas du tout. Il y avait quelque chose qui ne passait pas bien qu’elle n’avait rien à lui reprocher. Elle n’aimait pas son air hautain et arrogant, surtout parce qu’il faisait toujours sa science infuse. Elle voulait tout de même admettre qu’ils ne se connaissaient sûrement pas assez pour se permettre de se juger, mais elle n’avait pas envie de copiner avec lui. Elle souria lorsqu’il ajouta qu’il ne pourrait pas l’abandonner, qu’il avait besoin de sa présence pour boire, notamment. Elle essaya de cacher le fait qu’elle n’avait aucune affection envers son nouvel amant, parce qu’elle ne désirait pas casser l’ambiance ou le mettre mal à l’aise, ou encore partir dans un débat sans fin pour justifier le comportement de Svein.

« - T’es partis un peu pour l’oublier et faire le point j’imagine ? J’ai été pareille avec Gaby. Tu devrais le revoir et t’expliquer parce que ça lui a surement fait du mal. Après je te comprends, moi aussi j’agis maladroitement, surtout que j’ai pas l’habitude de ressentir ça pour quelqu’un, mais fuir n’est jamais la meilleure solution, même si c’en a tout l’air. En tout cas, j’espère qu’il te mérite, répondit-elle sérieusement.

L’alcool commençait à lui monter à la tête et elle devenait plus bavarde soudainement. Lorsqu’il ajouta qu’il n’avait pas beaucoup insisté, la jeune femme lui rendit son sourire et vint lui dire d’un air amusé :

- En même temps qui peut te résister ?

Puis ses pensées refirent surface et elle avoua, comme ça, sans prévenir, la perte de son bébé, sans même prendre de gants. Son regard devint vide, tandis que les larmes brulaient ses yeux. Elle apprécia le contact réconfortant de Fergus contre elle. Il essayait de la réconforter, même si rien ne pouvait changer ce qui avait été fait. Puis ses émotions prirent le dessus et elle désirait vider son sac là, maintenant, tout de suite. Peut-être que cette action allait déranger Fergus mais elle avait besoin de se confier, elle aussi, surtout lorsque l’alcool parlait à sa place.

- Tu penses que je suis une mauvaise personne… ? Parce que je foire tout dans ma vie. Je détruis tout ce que je touche, j’ai l’impression que je ne mérite que d’être seule et malheureuse. Tu vois je lui en voulais à ce bébé de s’être pointé comme ça, mais vraiment beaucoup. Puis quand je me suis fait tirer dessus, j’ai compris ce que je venais de perdre… quelle mère désirerait que son enfant meurt ? Je suis un monstre. Je peux m’en prendre qu’à moi-même pour tout, de toute façon, lâcha-t-elle en pleurant. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Lun 25 Juil - 23:03

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Certaines personnes pourraient certainement mal voir ce qui unissait les deux hommes. La différence d’âge entre eux, leur vécu, et surtout leurs antécédents de coureurs de jupons. Peut-être que beaucoup de ses collègues ne pariaient pas sur la longévité de leur relation. Pourtant, Fergus avait envie de leur montrer que ça pouvait durer, qu’il pouvait être sérieux et dévoué à quelqu’un. D’ailleurs, lorsqu’il est en couple, Fergus à des tendances à la jalousie, c’était son amant. Il n’est pas jaloux possessif au point de toujours vouloir savoir ce que fait l’autre, mais il n’aime pas forcément lorsqu’une tierce personne le regarde avec un peu trop d’insistance. Ce n’est certainement pas un manque de confiance en son amant, c’est plutôt un manque de confiance en lui et en ce qu’il peut apporter au sein du couple. Caché sous ses airs de personne très confiante, se cache en réalité quelqu’un qui a très peur de perdre la personne aimée. Il faudrait qu’il apprenne à réduire ce mauvais côté de sa personnalité, mais l’écossais sait très bien que ce travail sera long. C’était en partie une des raisons qui l’avaient poussé à partir. C’était lâche et il ne le répéterait jamais assez, mais de cette manière il avait réussi à réellement mettre des mots sur ce qu’il ressentait pour le jeune interne.

Fergus avait bien remarqué que la jeune femme avait eu un petit mouvement de recule à l’évocation du nom de Svein. Il était au courant de sa réputation et du fait que beaucoup de médecins n’appréciaient pas sa grande gueule. Pourtant, dès que l’on creuse un peu et qu’on lui enlève toutes les couches qu’il met pour se protéger, on découvre une personne sensible et humaine. C’était de lui que Fergus était tombé sous le charme, cette personne humaine et vraie qu’il tente de cacher.

>>Oui et non en fait. Je suis partit parce que j’avais ce besoin de reprendre un contrôle sur ma vie, la fusillade m’a fait perdre le contrôle de ma journée en fait. Je suis rentré chez mes parents pour le calme de la ville et pour faire le point sur ma vie. J’en ai fait des conneries, comme tout le monde, mais je voulais voir si j’étais réellement prêt à me poser. J’ai tenté plusieurs fois de l’oublier, sans jamais réellement y arriver. Je suis finalement rentré parce que je me suis aperçu qu’il me manquait.

L’écossais écoutait ensuite les conseils de la jeune femme. Il était au courant que sa soudaine disparition avait certainement blessé le jeune interne. Il s’en voulait pour ça d’ailleurs. Depuis son retour, il se demandait comment se faire pardonner, mais surtout si l’interne allait accepter son invitation. Fergus comprendrait parfaitement qu’il ne veuille plus jamais entendre parler de lui. C’était étrange pour lui de recevoir des conseils avisés d’une personne plus jeune, pourtant il sentait qu’Hellyxir ne mentait pas et qu’elle parlait de choses vécue.

>>Ca fait tellement longtemps que je ne me suis pas retrouvé en couple que j’ai peur de ce qui pourrait se passer. Ca fait quelques jours que je reste devant mon gsm, essayant de trouver le courage de lui envoyer un sms…Je ne le fais pas… j’ai peur de ce qu’il pourrait se passer.

L’inconnu de cette situation l’angoissait terriblement. Fergus avait l’impression de sauter dans le vide sans élastique. Il y avait trop d’inconnues dans leur relations, et le pédiatre avait l’impression d’agir à l’aveuglette, à ne pas savoir quoi faire. Ce n’était pas rassurant, pourtant il faudrait bien qu’il saute un jour ou l’autre.

Il sourit à la question d’Hellyxir. Il ne savait pas exactement combien de personne étaient capable de lui résister. Mais ce n’était plus son souci principal. Alors qu’il allait lui répondre, il entendit Hellyxir vider son sac. Il l’écouta patiemment, essayant de se mettre à sa place. Fergus ne savait pas quoi lui répondre. Il n’y avait rien de plus triste que de perdre son enfant. Il passa doucement un bras autour de la jeune femme et la laissa parler. Non, elle n’était pas destinée à rester seule et malheureuse. Cependant, elle se l’était répété tellement de choix qu’elle avait fini par prendre ses paroles pour acquises. Doucement, il lui déposa un bisou sur le front avant de la regarder dans les yeux.

>>Non, tu n’es en rien une mauvaise personne et tu ne dois pas finir seule et malheureuse. Tu te répètes ça depuis assez longtemps pour te le faire croire. Tout le monde a le droit à une merveilleuse histoire.

Il la serra un peu plus fort contre lui. Elle n’était certainement pas une mauvaise mère, il avait vu bien pire durant sa carrière. Fergus ne permettrait jamais que la blonde parle d’elle-même en ces termes si noirs pour la décrire.

>>Tu n’es une mauvaise mère. Elles passent toutes par cette étape, crois-moi. J’en ai un bon nombre qui m’avouent avoir voulu avorter, avoir détesté l’enfant jusqu’au moment de l’accouchement. Tu n’es certainement pas une mauvaise mère Helly ! Tu agis en personne humaine, voilà tout. Ne te blâme surtout pas.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Mar 26 Juil - 18:56


FERGUS ♠ HELLYXIR


Hellyxir était un peu étonnée que Fergus soit tombé sous le charme de Svein. Il lui semblait superficiel, et apathique, tout l’opposé du pédiatre. Mais comme elle le savait très bien, il y avait des choses qui ne pouvaient s’expliquer et cela devait en faire partie. Puis, ils avaient quand même une belle différence d’âge malgré le fait que Fergus ne faisait pas du tout son âge. Enfin, elle n’était pas très convaincue par cette attirance aux vues des différents qu’elle éprouvait pour l’interne, mais elle pouvait se rendre que c’était complètement subjectif bien que Hellyxir voulait lui dire de se méfier. Elle se retint, car elle n’avait pas à se mêler de ce qu’il ne la regardait pas. Après tout, il ferait son expérience lui-même, si ça se trouvait leur relation allait bien marcher.

Pour le moment c’était d’ailleurs Fergus qui était parti au grand étonnement d’Hellyxir qui trouvait que cela pouvait plus ressembler au comportement immature de Svein, mais elle s’arrêtait à penser qu’elle ne devait surement pas le connaître et ne percevait que ses mauvais côtés. C’était généralement ce qui se passait quand il n’y avait pas le feeling avec une personne : elle pouvait être la personne la plus gentille du monde, on ne la voyait toujours comme une mauvaise personne. Malgré les différents qui l’opposaient, elle respectait tout de même Svein entant qu’individu, en lui adressant les rares fois où elle le croisait dans les couloirs de l’hôpital des « bonjour » ou des « au revoir ».

Fergus avait l’air attaché à l’interne car il avait été sa seule motivation pour partir mais aussi pour revenir. Elle ne pouvait s’empêcher de faire le lien avec ce qu’elle avait vécu avec Gaby, car la situation était tout de même similaire, bien qu’il y avait des facteurs qui avaient relativement aggravés cette décision de partir sans prévenir. Elle bût une nouvelle gorgée de son verre. L’alcool vint lui bruler l’œsophage avant que les effluves ne lui laissent un arrière-goût fruité en bouche.

« - Tu as bien fait de revenir. Faut s’écouter parfois. J’espère qu’il va essayer de comprendre, mais il y a pas de raison si tu lui expliques les choses, enfin je crois… confia-elle en réfléchissant. Mais en tout cas faut que tu l’appelles, il doit sûrement s’inquiéter de ton absence. Il faut que tu lui fasses comprendre que tu as pas l’habitude, que ça te fait peur, et que surtout, tu tiens à lui.

Elle était peut confiante à ce niveau là parce que ses retrouvailles à elle, avaient été explosives et elle n’était surement pas en mesure de donner des conseils à ce niveau-là vu sa propension à tout détruire. D’ailleurs, plus elle venait à penser à sa situation, plus la boule qu’elle sentait au fond de son ventre prenait du volume au fur et à mesure que les minutes défilaient. L’alcool la rendait encore plus à fleur de peau, sans parler de la fatigue qui la rongeait continuellement. Dans les bras de Fergus, elle avait juste éclaté en sanglot, comme si le sac était trop plein et avait débordé ou encore explosé. Elle s’était donc confiée, ce qui n’était pas réellement dans son état naturel car la jeune femme n’aimait pas vraiment importuner les gens avec ses problèmes ou encore ses états d’âmes. Surtout que le pédiatre avait sûrement d’autres choses à gérer de son côté, mais cela avait été plus fort qu’elle.

- Le truc c’est que tu peux pas comparer les autres femmes avec moi… je suis camée, alcoolique, dépressive et… s’arrêta-t-elle avant d’en dire trop.

Elle passa sa main sur ses yeux afin de les essuyer.

- Je te remercie d’essayer de me remonter le moral, mais je t’avoue que j’ai du mal à gérer ça en ce moment. Même Gaby je pense qu’il en a été affecté, il est plus vraiment comme avant, il évite un peu qu’on se confronte au sujet, j’ai l’impression que je lui ai vraiment fait du mal et j’ai peur que ça s’ajoutant, ça change encore plus notre relation. C’est pas dans ses habitudes de prendre ses distances, et je m’en veux encore plus, ajouta-t-elle la voix brisée. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Mer 27 Juil - 23:41

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Fergus pouvait comprendre ce qui avait étonné la blonde. Tout opposait les deux hommes, et pourtant ils s’attiraient mutuellement. Beaucoup de personnes devaient se demander ce qu’ils feraient ensemble, si jamais ils formaient un couple. Fergus n’était pas persuadé que leur couple pouvait durer dans le temps, après tous, ils avaient une grande différence d’âge, et peut-être qu’un jour Svein trouverai plus jeune et lâcherai Fergus pour ça. Mais pour l’instant, le pédiatre ne souhaitait pas penser à ça. Rien n’était encore joué, et il n’avait pas encore repris contact avec l’interne. Tout allait peut-être s’arrêter avant que ça n’ait eu le temps de commencer. Fergus était peut-être passé à côté d’une belle histoire tout simplement parce qu’il avait eu peur de ce qu’il pouvait ressentir pour le brun. Qu’est-ce qu’il pouvait se détester par moment.

Il regarda Hellyxir, qui tentait de lui donner des conseils avisés. Tous les conseils étaient bons à prendre, pourtant, Fergus savait qu’il allait retenir ceux donné par la jeune femme. Il sentait dans sa voix du vécu. Ce qu’elle confirma par la suite, puisqu’elle lui parla d’une expérience similaire avec le jeune Karev. Fergus était un peu déçu pour eux, ils pensaient qu’ils allaient arrêter de se tourner autour, s’avouer leurs sentiments et vivre leur vie. Il fallait croire que ça n’avait pas été le cas d’après ce que venait de lui avouer Hellyxir.

>>Merci pour tes conseils en tout cas. Je prendrai mon courage à deux mains et lui enverrai un message.

Vient ensuite le tour de la blonde de vider son sac, d’avouer ce qu’elle avait sur le cœur, mais de surtout lui avouer qu’elle avait perdu son bébé. Fergus n’avait pas réussi à lui répondre, la prenant simplement dans ses bras pour lui donner un câlin de réconfort. Ce n’était pas grand-chose face à la perte immense qu’elle devait ressentir. Pourtant, il avait semblé désuet à l’écossais de dire quelque chose. Rien de ce qu’il dira ne pourra la faire aller mieux. Le temps guérira sa blessure, c’était la seule chose dont il était certain. Il avait cependant tenté de la rassurer, de lui dire qu’elle n’était pas une mauvaise mère, qu’il en avait croisée des pires qu’elles. La jeune femme ne semblait pas l’entendre, préférant s’enfoncer dans les ténèbres.

>>Helly, si je peux comparer les autres femmes à toi. J’en croise plein dans mon service. Tu es la seule que la perte d’un enfant a mise dans cet état. Je suis persuadé que les parents biologiques d’Amélia étaient aussi des drogués et des camés, et ils ont pris la décision de la laisser dans une poubelle. Tu ne pourras jamais faire ça à un enfant, j’en suis convaincu ! Tu n’es pas une mauvaise mère. Elles réagissent toute comme toi au début, ne te crois pas différentes des autres, tu es humaine Hellyxir

Fergus lui déposa ensuite un énième baiser sur le front, termina son verre et fit un signe au barman de remettre la même chose. Il sourit de désespoir quand elle parla de sa relation avec Gaby-Ann. La perte d’un enfant était capable de séparer des couples, de détruire les personnes. Il espérait de tout cœur que cela n’allait pas se produire pour les deux jeunes gens. Il fallait qu’ils se parlent, qu’ils expriment ce qu’ils ressentaient tous deux. Ils ne peuvent pas rester sur des « non-dits ».

>>Tu ne peux pas laisser ta relation avec Gaby dépérir. Il se cache dans ses études pour la même raison que toi. Prenez quelques jours pour vous deux, réapprenez à vous connaitre tous les deux. Vous êtes passé par des moments difficiles pour des gens aussi jeunes que vous, et beaucoup auraient déjà abandonné. La vie est dure et semée d’embûche, mais je sais que vous arriverez à vous relever, votre relation n’en sera que plus forte !

Il espérait qu’il donnait les bons conseils, après tout, il n’était peut-être pas la personne la mieux placée pour parler de couple. Il n’avait été qu’une seule fois en couple, et pourtant il s’en souvenait parfaitement. Il aurait tout fait pour la personne, et l’avait encore aimé quelques temps après leur séparation. Le pédiatre se basait donc un peu sur son histoire, il avait espéré que si on lui avait donné ses conseils plus tôt, il n’aurait pas été trompé, et Siobhan ne l’aurait pas quitté.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Jeu 28 Juil - 23:26


FERGUS ♠ HELLYXIR


Il était vrai que malgré leurs différences, Gaby et Hellyxir se ressemblaient sur bien des points. Ils avaient le même humour, la même façon de voir la vie, et le même désir de complicité. Ils étaient pareils sur certaines choses et sur les autres, ils étaient complémentaires et c’est ce qui les tiraient chacun vers le haut. La peur que quelque chose était brisée entre eux l’angoissait. Elle faisait tout pour rattraper ses erreurs, bien qu’il était trop occupé pour s’en apercevoir. Elle se voyait plus sans lui et se demandait souvent comment elle avait survécu tout ce temps sans lui. Elle regrettait souvent de jamais avoir cherché à plus le connaître avant qu’ils ne se retrouvent à l’hôpital bien qu’elle avait l’impression qu’ils se connaissaient puis toujours.

Elle ne pouvait prédire si Fergus et Svein tiendrait entant que couple, mais elle savait que malgré les différents qui l’opposaient à l’interne, elle souhaitait le meilleur pour Fergus qui était une belle personne avec un bon fond. Il méritait d’être heureux et de trouver une personne qui lui ressemble, et qu’il le comprend surtout. Peut-être qu’au fil du temps son regard sur Svein changerait car être couple faisait généralement évoluer une personne, donc il était possible qu’il devienne moins arrogant et moins sûr de lui. Elle sentait que leur conversation l’avait aidé car il semblait moins tendu et plus soulagé malgré qu’il continue à avaler de l’alcool.

« - En tout cas j’espère que ça va bien se passer. Tu es amoureux de lui tu penses… ? J’ai l’impression que oui, sinon, tu serais pas autant chambouler, avoua-t-elle. Il sait que tu as une fille ?

Elle n’avait jamais vu Fergus dans cet état et espérait réellement que Svein serait digne de son amour. En se concentrant sur sa situation, elle avait eu la main plus nerveuse et commença à enchainer les verres d’alcool en recommandant toujours la même chose. Comme elle était à jeun, l’éthanol montait plus rapidement au cerveau et elle commençait à se sentir engourdie et plus joyeuse puisqu’elle devenait insouciante. C’était ça les joies de l’alcool : ne plus pouvoir penser à rien, et laisser de côté les idées noires le temps de quelques heures. Le bar commençait à se vider, la plupart des hommes rentraient sûrement dans leur foyer afin de retrouver leur famille. Hellyxir n’avait personne à aller voir, enfin, si, son chat. Cela arrivait quelques fois que Gaby dorme chez elle mais c’était toujours dans le dos du personnel hospitalier qui voyait déjà d’un mauvais œil le fait qu’il devait quitter sa chambre pour se rendre à l’université, alors si ils savaient qu’il passait quelques fois la nuit chez elle… Elle risquait d’avoir des problèmes, surtout qu’il n’y avait que Fergus qui connaissait la nature de leur relation. Elle ne préférait pas que cela s’ébruite, car cela allait créer des ragots, et ils penseraient tous que Gaby aurait des privilèges contrairement aux autres, ce qui n’était pas faux dans l’absolu, elle restait humaine et amoureuse, mais c’était sûrement mieux pour cette raison que cela reste secret.

Toujours les bras de Fergus entrain de vider son esprit de toutes les mauvaises choses qu’il la ronge, il continua de la rassurer du mieux qu’il pouvait et ce geste la touchait.

- Je comprends même pas comment on peut laisser un enfant dans une poubelle. Mais le truc c’est que tu vois je me sens pas prête à être mère, mais je sais pas, j’ai eu l’impression d’avoir développé une sorte d’instinct maternel en étant enceinte sans vraiment le vouloir et je m’étais habituée à cette sensation et maintenant je me sens vide. En tout cas il est clair que si jamais ça se reproduit, je veux que tu sois son pédiatre, j’ai vraiment confiance en toi, répondit-elle sincèrement.

La sensation de vide était propre à son trouble, et il était vrai que lorsqu’elle était enceinte, elle s’était sentie plus complète, moins seule. C’était dur de revenir à sa réalité. Gaby comblait ce vide mais il revenait toujours au galop dès lors qu’ils se séparaient. Il n’y avait pas vraiment de solution si ce n’est qu’elle devait être suivie psychologiquement afin de pouvoir maitriser ses sentiments.

- Tu as tout à fait raison. Mais je sais pas comment l’aider, je veux dire, comment je peux l’aider si je ne sais même pas comment moi, m’aider ? Je pense qu’il m’en veut toujours un peu aussi, il faut que j’essaye de lui montrer que je repartirai plus. Merci de tes conseils, t’es super en tout cas, ça me fait du bien de te parler, ajouta-t-elle. »

Elle comptait mettre en application ce qu’elle avait retenu de cette conversation même si ce serait difficile. De toute manière, elle n’avait pas vraiment le choix si elle comptait garder son couple et sa vie mais la motivation lui manquait. Elle désirait juste s’apitoyer sur son sort, pour une fois.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Dim 31 Juil - 0:35

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

La conversation avec Hellyxir lui avait fait du bien. Elle lui avait permis d’ouvrir un petit peu plus son esprit, de voir la situation dans l’ensemble et de ne pas se concentrer uniquement sur le problème. Il avait l’impression d’avoir quelques réponses à ses questions, d’y voir plus clair et de savoir ce qu’il voulait. Cependant, la peur était toujours au fond de lui, et il sentait qu’il n’allait pas envoyer tout de suite un message au jeune homme. Il ne savait pas comment le faire, c’était la première fois qu’il se retrouvait dans ce genre de situation. Etre tellement dépendant de quelqu’un que son absence le rendait fou, qu’il ne savait pas comment faire pour lui envoyer un message. Fergus avait l’impression que l’interne occupait ses pensées, sans que pour autant il puisse y faire quelque chose. La situation devenait très dérangeante pour l’écossais qui souhaitait s’en sortir. Puis, vint la question fatidique : était-il amoureux de Svein ? Fergus mis un temps avant de répondre à la question, interrogeant ses sentiments profondément enfuit. Puis, il regarda Hellyxir, finit son verre avant de lui répondre :

>>Oui, je pense que je l’aime.

Puis, directement après, la question sur Amélia. Il était légitime que la jeune femme se pose la question. De plus, pour un homme aussi jeun que Svein, Amélia aurait pût être un frein à la relation. Ne pas vouloir s’engager avec quelqu’un de plus vieux et qui plus est, qui est père de famille. Pourtant, Svein était parfaitement au courant de l’existence d’Amélia, puisqu’il avait été le premier à être au courant de l’adoption.

>>Oui il est au courant. Il était de garde en pédiatrie et un matin on nous l’a amené. Il a été le premier au courant que je souhaitais l’adopter.

Lorsque la jeune femme vida à son tour son sac, Fergus n’avait pas su quoi dire. Non pas qu’il n’avait rien envie de dire, mais tout lui semblait tellement trop simple par rapport à la perte qu’elle avait dû ressentir. Il se contenta de la prendre dans ses bras, la rassurant sur ce qu’elle ressentait envers elle-même. Puis, il trouva les mots, ce n’étaient peut-être pas les mots exactes, ceux qu’elle avait envie d’entendre, mais ils semblaient fonctionner sur elle. Dans un sourire, Fergus commanda un dernier verre, puisque le barman lui apprit qu’ils allaient bientôt fermer. Il but une gorgée et continua d’écouter Hellyxir. Elle souhait qu’il soit le pédiatre de leur enfant, si jamais elle tombait à nouveau enceinte. Cette demande fit chaud au cœur de l’écossais.

>>Les gens sont comme ça, on ne les comprendra jamais. Tu sais, on ne nait pas avec l’instinct maternel, il s’apprend. Il y a des femmes qui ne le développent jamais. Mais je t’assure qu’au début elles m’ont toutes dit qu’elles n’avaient pas l’instinct maternel. C’est de savoir qu’un petit être grandit en toi qui le fais se développer. Et je serai ravi d’être le pédiatre de tes enfants !

Fergus était au courant de la relation qu’entretenaient les deux jeunes gens, et il espérait sincèrement que ce qu’ils traversaient n’allait pas les séparer. Fergus avait vu tellement de couples se déchirer lors de la perte d’un enfant. La solution était qu’ils parlent ensemble, qu’ils expriment sincèrement ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre, ce qu’ils n’ont pas aimé, et ce qu’ils aimeraient pour le futur. La discussion allait certainement les aider.

>>Parle lui, c’est tout ce que je peux te dire. Tu ne sais peut-être pas comment t’aider, mais lui le sait certainement, et tu sais au fond de toi comment l’aider. Helly, vous êtes passés par des choses que même des personnes plus âgées ne voudraient pas vivre, et pourtant vous voulez former un couple et vous espérez pour l’avenir ! Il faut que tu penses à ça, s’il ne t’aimait pas et ne tiendrai pas à toi se serai fini depuis longtemps.

A ces mots, Fergus termina son verre d’un seul coup, et intima la jeune femme de le faire. Le bar allait peut-être fermer, mais ils ne pouvaient pas finir leur soirée comme ça. Il remit sa veste, et prit la main de la jeune femme :

>>Je t’emmène chez moi, pas question de finir la soirée comme ça !

Il n’était peut-être pas conseillé de conduire dans l’état dans lequel il se trouvait. Fergus héla donc un taxi, lui donna son adresse et ferma les yeux durant le trajet. Lorsqu’ils arrivèrent devant la maison de l’écossais ce dernier mis un peu de temps à retrouver ses clef. Lorsqu’il les trouva, il ouvra la porte, laissa Hellyxir rentrer la première puis lui dit :

>>Installe toi, fais comme chez toi ! Tu veux boire quelque chose ?



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Ven 5 Aoû - 23:39


FERGUS ♠ HELLYXIR


Elle découvrait un nouveau visage de Fergus. Il avait laissé de côté de sa carapace pour laisser apercevoir un être plus sensible et plus fragile. Il en était même devenu attachant. Comme elle ne connaissait pas le pédiatre depuis beaucoup de temps, elle n’avait jamais pu voir qu’il pouvait être émotif. Le mot exact serait même amoureux car il en avait tout l’air même si comme Hellyxir, il avait l’air de batailler contre les sentiments qu’il ressentait. Elle ne savait pourquoi la plupart des gens ne voulait pas éprouver ce sentiment car il faisait se sentir unique et désirable, et surtout indispensable. Mais Hellyxir voyait aussi tous les à-côtés : la jalousie, la possessivité, et la sensation que la personne était acquise et donc qu’on pouvait se comporter un peu comme on le voulait car elle ne partirait pas, enfin en théorie.

Elle avait peur de la lassitude et de la routine qu’apportait l’amour. Elle n’était jamais sûre de rien, bien qu’elle savait qu’elle aimait Gaby du plus profond de son être. Peut-être qu’en l’abandonnant elle l’avait elle aussi jugé comme acquis inconsciemment ? Comme si elle s’était aperçue qu’il resterait tout le temps-là malgré les choses qu’elle pouvait lui faire. Enfin, connaissant le jeune homme, elle sentait qu’il ne tiendrait pas longtemps avant d’éclater lui aussi à son tour, c’était d’ailleurs ce qu’il avait fait il y avait peu de temps de cela. L’amour était un sentiment qui résistait mal aux temps et à l’usure, un peu comme une fleur, il fallait l’arroser et en prendre soin pour qu’il fleurisse correctement.

Évidemment, ce n’était pas en épongeant sa peine dans l’alcool qui allait entretenir sa relation, ni celle que Fergus entretenait avec Svein, c’était pour cela qu’elle lui avait conseillé de le contacter. Elle ne savait si c’était une bonne ou une mauvaise idée mais il lui devait simplement cela car l’absence d’une personne chère était difficile à vivre pour ne pas dire ingérable. L’inquiétude, la frustration et l’incompréhension devaient habiter son amant en cet instant. Elle arrivait à ressentir de l’empathie pour cette personne qu’elle n’appréciait guère mais qui avait l’air d’avoir touché son ami au plus profond de son âme.

Lorsqu’il lui avoua qu’il l’aimait, chose qu’elle savait déjà aux vues de son comportement durant cette conversation elle acquiesça silencieusement sans dire un mot de plus. Après tout, il n’y avait rien à dire à cela, c’était une chose qui ne se contrôlait absolument pas et elle était bien placée pour le savoir. Elle but une autre gorgée de son verre alors qu’elle avait posé la question au sujet de sa fille et de Svein.

« - C’est déjà un très bon point qu’il accepte ta fille. En même temps, qui peut la refuser ? Elle a une bouille d’ange, surtout si Amélia l'a accepté, il n'y aucune raison que votre relation se passe mal, répondit-elle sincèrement.

Elle avait vu la fille de Fergus la première fois lorsque le pédiatre lui avait demandé son aide pour une patiente, et il était vrai que même si elle avait du mal avec les enfants, elle l’avait trouvé magnifique et très calme, loin du vacarme que font habituellement les bambins. Elle aurait sans doute aimé que son enfant ressemble à celui de son ami, au niveau du comportement, mais elle n’en serait jamais sûre. Elle s’était alors confiée au pédiatre sur la tragédie qu’elle avait vécu il y avait peu de temps, et apprit par la même occasion qu’il était une heure avancée dans la nuit puisque le bar comptait fermer ses portes. Il était plein de bonnes attentions dans ses paroles qui se voulaient rassurantes mais en même temps pragmatiques.

- C’est vrai. Tu seras le pédiatre et même plus pour mes enfants si tu le désires, j’ai confiance en toi, je suis sûre que tu aurais sûrement pleins de bons conseils à me donner, comme m’indiquer le bon thermostat pour les mettre dans le four, plaisanta-t-elle.

Même si Fergus était sans doute plus sage et plus réfléchi que la jeune femme aux vues de son âge et des expériences qu’il avait pu faire au cours de sa vie, la relation qui liait Hellyxir et Gaby était bien plus complexe qu’elle n’y paraissait, et la parole était de mise certes, mais avec des caractères aussi trempés que les siens, ce n’était pas chose facile, même si le pédiatre avait raison, il n’y avait que la discussion qui résolvait les tensions.

- T’as raison, je sais qu’il faudrait que l’on parle, sauf que c’est compliqué parce qu’on sait pas se parler sans se faire de reproches et sans se juger, pourtant j’essaie mais c’est pas simple. Je l’aime mais là actuellement, je sais pas trop où on va, dans le sens où j’ai l’impression qu’on est brisé tous les deux et qu’on arrive plus à se tirer vers le haut, avoua-t-elle le cœur lourd.

Puis comme le bar fermait, Fergus mit sa veste et l’invita à passer le reste de la soirée chez lui. Elle but le reste de son verre afin de mimer le pédiatre, enfila à son tour sa veste en cuir, et se dirigea en direction de la sortie.

- Je te suis, merci à toi ! lança-t-elle en lui emboîtant le pas.

Elle était enthousiaste à l’idée de finir la soirée chez lui car elle n’avait pas forcément envie de la terminer chez elle, à déprimer. Fergus commanda un taxi qui les amenèrent jusqu’au pas de sa porte. La maison semblait immense et lumineuse. Elle rentra à l’intérieur et apprécia de suite la chaleur qui s’en dégageait. On s’y sentait bien, et la jeune femme put remarquer qu’il avait de très bons goûts. Il lui proposa de faire comme chez elle et lui demanda ce qu’elle voulait boire. Elle posa sa veste à l’entrée sur un porte manteau et lança :

- Je prendrai comme toi !

Elle n’entendait aucun bruit mais pouvait apercevoir les jouets de sa petite fille.

- Amélia n’est pas là ? demanda-t-elle curieusement. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Mer 10 Aoû - 16:18

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Amélia avait beau être sa fille, celle qu’il aime le plus que tout au monde, Fergus avait peur qu’elle puisse être la barrière qui empêche Svein de se mettre en couple avec lui. L’écossais ne voulait pas imposer la présence de sa fille au jeune homme, pourtant il ne pouvait pas faire autrement. Il espérait donc que leur relation passerait au-dessus de la présence de la petite rouquine, et que Svein et Amélia allaient bien s’entendre. Sa plus grande peur est qu’on lui mette un ultimatum, le choix entre l’interne et sa fille. Logiquement son choix se portera sur sa fille tant pis pour Svein. Enfin, il espérait ne jamais en arriver à un tel point, et que tout se passe bien, s’il a le courage de recontacter l’interne pour lui proposer de se voir et mettre tout à plat entre eux. Fergus espérait aussi que le fait que le jeune homme ne soit pas à l’aise avec les enfants n’entre pas en compte dans son choix. Serait-il capable de passer au-dessus de ce blocage ? C’est tout ce que Fergus espérait, qu’il passe au-dessus de son blocage et qu’il s’entende bien avec sa petite fille.

>>Je ne sais pas s’il l’accepte, il ne l’a pas vu souvent en fait. Une fois lors de son admission puis après, j’avoue qu’on s’est vus sans elle. Je ne pense pas que le souci viendra d’Amélia, elle est assez sociable. Je pense que ça viendrai de lui, il n’aime pas les enfants en fait…

Dans toute cette histoire, ce n’était pas Amélia son plus gros soucis, Fergus était presque sûr que la petite allait bien accepter Svein, allait l’apprécier, même si les débuts seraient durs. Une autre personne viendra s’ajouter entre eux, une personne qui demandera de l’attention de la part de son papa. Serait-elle capable de le « partager » ? Avec le temps certainement qu’elle s’y habituera et qu’elle irai même vers Svein, histoire de jouer avec lui, ou de passer un moment calme en sa compagnie. Finalement, il avait peut-être aussi un peu peur de la réaction de sa fille. Fergus était perdu, et ne savait plus vraiment quoi penser de la rencontre entre les deux personnes qu’il aime. Il ne fut pas longtemps perdu dans ses interrogations, Hellyxir lui avoua ensuite qu’elle avait perdu son bébé, et qu’elle se sentait responsable de cette perte. Comme beaucoup de mamans qu’il avait déjà rencontrées. Il pouvait comprendre que la jeune femme n’avait pas envie de retenter l’expérience, qu’elle se sente encore moins prête que précédemment pour avoir un enfant. Pourtant, Fergus était persuadé qu’elle allait retomber enceinte et que cette fois-ci elle gardera son enfant, ainsi que tous les doutes qu’une future mère possède.

>>Je serai ravi d’être le pédiatre de tes enfants ! Promis, je te donnerai tous mes meilleurs conseils ! Enfin quelqu’un qui sait reconnaitre qu’un enfant avec un mauvais thermostat ce n’est pas bon ! Je test sur Amélia et puis je te donne la température exacte ! Tu vas voir, avec le jus de cuisson et un oignon sûr que c’est délicieux !

Puis, après lui avoir annoncé cette nouvelle, Hellyxir lui dit aussi qu’entre elle et Gaby, ce n’était pas forcément rose en ce moment. La perte d’un enfant est certainement la chose la plus terrible, et Fergus a déjà été le spectateur de couples qui se déchirent suite à cette perte. Il n’espère pas que les deux jeunes en arrivent là, et qu’ils arrivent à se reprendre. Il n’y a pas de solutions miracles pour eux, rien de tout prêt à sortir de l’emballage. C’est du travail, de la patience, et surtout avoir toujours confiance en la personne qu’on aime. Leur problème ne se règlera peut-être pas facilement, il faut qu’elle soit au courant de ça, mais ils en sortiront plus fort et peut-être plus proche l’un de l’autre.

>>Il faut que tu écoutes ce qu’il te reproche. C’est peut-être quelque chose que tu as fait dont tu n’as même pas conscience que ça l’a blessé. Il faut aussi qu’il écoute ce que tu lui dis. Ensuite, il ne faut plus jamais revenir là-dessus, et que vous essayez d’avancer ensemble. Sinon, c’est plus dur comme conseil, mais éloignez-vous un moment, puis revenez l’un vers l’autre quand vous vous en sentez prêt. La distance fait réfléchir, et peut-être fait oublier certains points.

Fergus l’invita ensuite chez lui, puisque le bar allait fermer. Après avoir rapidement mis sa veste et commander un taxi, ils arrivèrent à la maison de l’écossais. Fergus lui demanda ce qu’elle voulait boire, la laissant quelques instants seule dans son salon pendant qu’il allait chercher à la cave une bouteille de vin. Il remonta, alla chercher deux verres qu’il déposa sur la table basse avant de les servir. Il trinqua avec Hellyir, puis elle lui demanda où se trouvait sa petite fille. Il avait réussi à s’en séparer une nuit, essayant de ne pas penser au pire qu’il pourrait avoir. Il sourit à la jeune femme, bu une gorgée avant de lui répondre :

>>J’ai réussi à la laisser chez une gardienne. Depuis l’incident à l’hôpital j’ai vraiment du mal à m’en séparer. Je réapprends doucement à la laisser aux bons soins d’autres personne. J’ai dur, je le dis tout de suite.

Fergus savait que le lendemain, à la première heure il irait la chercher chez la gardienne.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Dim 14 Aoû - 11:02


FERGUS ♠ HELLYXIR


Hellyxir à la base n’aimait pas vraiment les enfants. Elle possédait très peu de patience en elle, et ne tenait pas très longtemps à supporter les cris, les pleurs et les caprices de ces petits êtres. Pourtant, tomber enceinte avait changé ce jugement. Cela l’avait comme transformé. Son impatience s’était sublimée en tendresse et en attention lorsqu’elle avait senti son enfant grandir en elle. Elle savait donc que si Svein ne les aimait pas, il pouvait toujours changer et évoluer. Après tout, c’est que faisait une personne normale, elle était en perpétuelle changement même si parfois on ne s’en rendait pas forcément compte à première vue. Les expériences, et la maturité faisait qu’à un moment ou à un autre, le jeune homme allait éprouver plus de douceur envers sa fille comme l’avait éprouvé Hellyxir.

Elle se demandait d’ailleurs souvent si son bébé aurait été une fille ou un garçon, car sa grossesse n’avait pas été assez avancée pour le laisser savoir. Elle n’avait aucune préférence. La plupart des parents en avaient toujours une petite, mais la jeune femme n’en ressentait aucune. Gaby aurait désiré que l’enfant soit un garçon et les raisons de ce choix n’avaient toujours pas été expliquées.

« - Il l’acceptera un jour. C’est normal qu’il soit un peu réticent, après tout, votre relation est récente, laisse lui le temps de s’adapter à ces changements, conseilla Hellyxir. Mais si il t’aime réellement, il n’y aucune raison qu’il ne l’accepte pas parce qu’il sait qu’elle fait partie intégrante de ta vie et que tu ne pourras jamais l’abandonner, ajouta-t-elle.

Elle comprenait Svein. Elle se mettait à sa place et savait que si Gaby avait eu un enfant en plus de leur début de leur relation, elle se serait sûrement mise à le rejeter d’autant plus. Elle comprenait aussi que Svein était jeune et qu’à son âge, on n’était pas forcément prêt à accueillir un enfant, qu’on désirait vivre sa vie comme on l’entendait et avec ce genre de responsabilité, sa propre vie passait bien après. Un enfant apportait des avantages comme des inconvénients à son quotidien et il fallait pouvoir y faire face. Elle n’était toujours pas sûre d’être assez responsable et prête mentalement pour s’occuper d’une autre vie que la sienne, surtout avec les problèmes qui la rongeaient. L’humour noir de Fergus anima son visage qui s’habilla d’un beau sourire amusé. Elle était contente de l’avoir entant qu’ami. Sans faire grand-chose il arrivait à la faire sourire.

- Je suis totalement du même avis que toi, j’en salive rien que d’y penser ! Je suis bien contente que tu prennes ça aussi sérieusement ! Parce que beaucoup ne s’intéressent pas à la cuisson des enfants et je trouve ça dommage, je devrais peut-être écrire un livre de cuisine à ce sujet, histoire d’informer et de cultiver les gens, tu penses pas ? plaisanta-t-elle.

Elle aimait ce ton de légèreté qui planait actuellement au-dessus de leur conversation. Cela détendait ses muscles, et faisait fuir ces nuages orageux qui plombaient son moral depuis un certain temps. Il fallait tout de même admettre que l’alcool était en partie responsable de cette humeur espiègle. Elle était plutôt satisfaite d’avoir l’alcool joyeux car si ce n’était pas le cas, elle aurait de grandes chances de voir ses idées noires s’amplifier, et elle ne pourrait plus goûter à ce délicieux poison. Comme quoi elle ne connaissait pas que la poisse dans sa vie.

L’humeur de la discussion prit une tournure plus sérieuse lorsque vint le sujet de Gaby, son petit-ami qu’elle percevait comme l’amour de sa vie. Tout était plus intense et plus passionné avec lui. Elle acquiesça, le regard perdu dans le vide, réfléchissant aux paroles du pédiatre. Elle but sa dernière gorgée d’une traite.

- C’est ce qu’on fait en ce moment, prendre de la distance, et il me manque. Mais ça va sûrement s’arranger à un moment ou à un autre de toute façon, merci à toi de m’écouter, répondit Hellyxir sincèrement.

Elle savait que Gaby souffrait autant qu’elle mais la jeune femme en avait marre d’avoir le cœur serré lorsqu’elle parlait de lui. C’était comme si les papillons dans le ventre qu’elle avait ressenti pour lui étaient morts asphyxié par tous les problèmes qu’ils avaient traversé. Elle l’aimait toujours énormément, et donnerait toujours tout pour lui, mais elle était dépassée par les évènements et la toxicité de leur relation l’emportait, ces derniers temps.

Fergus et Hellyxir se dirigèrent vers la sortie à l’annonce de la fermeture du bar, et après avoir fait le trajet en taxi, ils se retrouvèrent tous les deux chez le pédiatre. La jeune femme trouva que son lieu de vie était bien silencieux, et avait donc demandé si sa fille était présente, chose qu’il démentit. Il essayait de s’en détacher car il avait du mal à le faire depuis la fusillade.

- Je comprends, c’est tout à fait normal ta réaction, tu as cru la perdre, du coup tu as toujours peur que c’est la dernière fois que tu la vois maintenant. Ca s’arrangera avec le temps, mais tu fais bien de la laisser un peu aux autres, il faut que tu t’occupes de toi un peu, et puis ça peut aussi l’étouffer Amélia d’être toujours avec son père.

Puis, elle sentait qu’elle ne voulait pas rentrer ce soir, du moins, pas seule, et comme elle savait que personne ne l’attendait chez elle, elle désirait lui demander quelque chose.

- Dis… je sais que ça va te paraître bizarre dis comme ça, ou peut-être que tu n’auras pas envie, mais je voulais savoir si je pouvais passer la nuit chez toi, si ça ne te dérange pas bien évidemment… ? demanda-t-elle timidement. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Lun 15 Aoû - 22:17

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Fergus espérait réellement que la présence de sa fille ne soit pas un frein pour le jeune homme. Il pouvait comprendre le fait qu’il n’ait finalement pas l’envie d’officialiser une relation avec un père de famille et toutes les contraintes que ça représente. Les heures de sommeil en moins, les nombreuses fois où les sorties sont reportées parce que l’enfant est malade. Toutes ces contraintes peuvent faire peur à un jeune homme de vingt-six ans, et ça Fergus le comprend parfaitement. Le pédiatre avait lui aussi l’impression d’avoir mis sa vie entre parenthèse, de ne pas vivre totalement ses journées. Ses pensées étaient constamment tournées vers sa fille, il faisait tout pour elle sans jamais se plaindre. Il avait choisi cette vie, il savait les changements que représentaient l’apparition d’un enfant dans une vie, et il ne les regrettait pas. Mais Svein ? La présence d’Amélia lui serait imposée, sans qu’il n’ait eu le droit d’émettre ses choix, accepterai-t-il ça ? Cette question terrorisait tellement Fergus qu’il préférait ne pas y penser. Ce n’était pas le moment de penser aux nombreux freins qui pouvaient se mettre en travers de leur relation, qui n’était même pas encore concrétisée.

>>Il aura tout le temps qu’il voudra, mais j’ai quand même peur. C’est des changements dans une vie, et je n’ai pas envie qu’il m’en veuille plus tard pour ça…enfin on verra ça le moment venu ! Merci d’avoir écouté !

Fergus appréciait le fait que la jeune femme écoutait sans jamais réellement donner une solution exacte. Elle fournissait des pistes de réponses, un panel de choix que Fergus n’avait qu’à prendre afin de trouver lui-même la solution à son problème. Puis, leur discussion prit un ton plus léger, leur humour noir était réapparu. Fergus sourit à la légèreté du ton de la jeune femme. Peu de gens étaient capable de dire ce genre d’atrocité avec cette simplicité dont elle faisait preuve.

>>Je suis d’accord ! Beaucoup de personnes oublient ce point pourtant essentiel de la cuisine des enfants ! Ecrit ton livre c’est une très bonne idée ! N’oublie cependant pas de remercier Amélia ! Elle est quand même à la base de toutes tes brillantes idées culinaires !

Ce fut ensuite au tour du pédiatre d’essayer de donner des pistes de réponses à la jeune blonde. Il n’était pas le meilleur dans ce domaine, il préférait écouter, être cette épaule sur laquelle tout le monde pleure. Cependant, avec Hellyxir c’était différent. Fergus ne supportait pas l’idée qu’elle puisse juste pleurer sur son épaule sans trouver, elle aussi, des réponses pour ses questions. Fergus s’était donc appliqué à lui donner toutes ses meilleures solutions pour que la jeune femme trouve la plus adaptée à la situation qu’elle vivait avec Gaby-Ann. Il espérait qu’un jour leurs problèmes multiples seraient résolus et qu’ils pourront profiter de leur jeunesse et de leur couple pleinement !

Lorsqu’ils sortirent afin de rentrer, Fergus proposa à la jeune femme de venir finir la soirée chez lui. L’écossais n’avait pas envie de rentrer seul dans sa grande maison et de passer une nuit sans bruit. Hellyxir lui demanda pourquoi sa maison était si calme, un faible sourire s’était dessiné sur ses lèvres avant qu’il lui réponde que sa fille n’était pas là. Ce n’était pas une mauvaise chose, Fergus devait réapprendre à la laisser chez quelqu’un afin qu’il puisse lui aussi profiter de sa vie. Amélia n’était cependant pas très loin, puisque la gardienne était la voisine de Fergus. Il savait que c’était pour leur bien à tous les deux, mais ce n’était pas la situation la plus facile à vivre pour l’homme.

La demande d’Hellyxir le surprit un peu. Il ne voyait aucuns inconvénients au fait que la blonde passe la nuit chez lui, si elle acceptait que le lendemain elle allait être réveillée par les cris d’Amélia. Il but une gorgée avant de lui répondre :

>>Je ne vois pas d’inconvénients tu peux dormir ici ! J’ai une chambre de libre. Demain matin tu seras juste réveillée par Amélia, elle n’est pas très discrète le matin

Afin de lui montrer la chambre avant qu’ils n’aient tous les deux trop but, Fergus lui demanda de se lever et la fit monter à l’étage. Il n’était pas très grand, composé de quatre pièces, trois chambres et d’une salle d’eau. Deux des chambres étaient occupées, une par Fergus et l’autre par Amélia. L’autre servant de débarras et de chambre d’amis occasionnellement. Le pédiatre entra rapidement dans sa chambre, et en sortit avec un t-shirt qu’il donna à Hellyxir afin qu’elle ait quelque chose pour dormir. Il la fit entrer ensuite dans la chambre d’ami avant de lui dire :

>>Voila ! La pièce n’est pas bien rangée, mais je ne m’en sers presque jamais.

Puis ils redescendirent dans le salon afin de continuer leur soirée.



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Jeu 18 Aoû - 11:17


FERGUS ♠ HELLYXIR


Hellyxir n’était pas en position de juger ou même de son avis sur la situation. Elle était mal placée pour le faire et puis, c’était à Fergus et à Svein de trouver l’équilibre qui leur convenait et qui les caractérisait. Cette équilibre était propre à chaque couple, à chaque personnalité, il n’y avait de bonnes ou de mauvaises solutions tant que les deux partis étaient satisfaits de leur situation. Cette pensée la renvoyait à sa propre relation qu’elle entretenait avec Gaby-Ann. Ils partageaient tous les deux un amour sincère si ce n’était qu’il était bien trop passionnel et donc destructeur. Là où beaucoup de personnes y verraient une relation toxique voire malsaine, la jeune femme y voyait elle le vrai amour, celui qui prenait aux tripes, qui rendait fou, qui consumait tout sur son passage. Elle pourrait sans hésiter donner sa vie pour lui si le choix s’y prêtait car elle trouvait la vie de son amant bien plus importante que la sienne. Ce n’était pas malsain, c’était simplement ce sentiment qui écloraient à un moment ou un à autre dans la vie d’une personne, et celle-ci était libre de l’interpréter comme bon lui semblait. La jeune femme avait du mal à ne pas vivre les choses à fond et l’amour qu’elle ressentait la dévorait complètement de l’intérieur, mais c’était comme une délicieuse douleur, celle qui en même temps faisait du bien.

Elle n’avait jamais vécu une relation aussi intense de sa vie. Malgré les hauts qui pouvaient atteindre des sommets inestimés, et les bas qui plongeaient dans les ténèbres les plus profondes, elle était incapable de voir sa vie autrement qu’avec lui. Il était le seul à lui faire pousser des ailes, à l’animer de la sorte alors qu’elle avait connu d’autres relations avant qu’elle ne tombe sous le charme de son amant. C’était comme si il n’y avait pas de retour en arrière, comme si sa vie ne pouvait se qualifier autrement que par cette relation. Elle comprenait donc parfaitement les doutes et les questions que se posaient le pédiatre, puisque la jeune femme était passée par là et se trouvait d’ailleurs encore dans la même situation. C’était aussi ça l’amour : se remettre toujours en question, douter, craindre la perte de l’être aimé même lorsqu’il n’y avait aucun danger. Dans le cas de Fergus, bien qu’elle savait que Svein pouvait avoir de la réticence vis-à-vis de sa fille, elle savait aussi très bien qu’il reviendrait toujours vers le pédiatre si ses sentiments étaient sincèrement ressentis, et c’était tout ce qu’elle leur souhaitait.

« - Te prends pas la tête pour ça, oui c’est des changements c’est sûr, mais si il t’aime, il le fera pour toi. Il passera surement pas à côté d’une relation sincère tout ça parce qu’il a des doutes ou quelques réticences, ne t’inquiète pas, et tu sais que même si tu ne te sens pas bien, tu peux m’envoyer des messages ou m’appeler je suis là. En tout cas je suis touchée que tu m’en parles parce qu’il a l’air de beaucoup compté à tes yeux, et je sais que c’est pas simple de mettre en avant ses sentiments, répondit-elle sincèrement.

En consommant l’alcool qui lui restait dans son verre, la discussion s’allégea et tourna autour de l’humour noir. Elle ne pût s’empêcher de rire à la remarque de Fergus.

- T’as raison c’est grâce à elle ! Quand je ferai mon livre, et si il marche, elle touchera un bon pourcentage sur les ventes ! Et toi je te mettrai en première de couverture en mettant en avant quel grand homme tu es de m’avoir tant conseillé sur les enfants ! rigola-t-elle.

Fergus vint la conseiller sur sa relation à son tour, et elle apprécia grandement son geste. Elle n’aimait pas vraiment déballer sa vie, surtout lorsqu’il s’agissait de ses sentiments ou de ses problèmes, jugeant que les autres avaient sûrement autre chose à faire de l’écouter se plaindre ou larmoyer sur son sort. Elle gardait généralement tout pour elle, jusqu’au moment où elle explosait et cette soirée en faisait partie. Hellyxir ne pouvait pas nier qu’elle était allégée d’un poids. Le simple fait de parler, et de se savoir écouter faisait du bien, sans ajouter que Fergus avait même essayé de lui trouver des solutions. Elle prenait notes de ses conseils, car comme il était plus âgé, plus mur et donc plus expérimenté, tout était bon à prendre venant de lui. Elle s’était donc rendue chez lui après la fermeture du bar. Maintenant qu’elle le connaissait mieux et qu’elle savait que c’était un homme bien, elle savait qu’elle pouvait venir chez lui sans trop d’hésitation. Elle avait donc découvert son lieu de vie avec admiration tant la maison était magnifique et bien agencée. Hellyxir avait eu l’idée saugrenue de passer la nuit chez lui car elle ne voulait pas être rattrapée par la solitude. Elle savait que cela ne faisait pas forcément de s’inviter chez des gens, mais elle avait plus que tout besoin de compagnie ce soir.

Fergus fût surpris par cette demande mais resta polie et serviable, en ajoutant qu’elle serait tout de même dérangée par Amélia le lendemain matin.

- Je pourrai y survivre je pense, c’est pas grave ne t’en fais pas, assura-t-elle en souriant.

Puis il se mit à lui faire visiter sa chambre d’accueil qui servait entre autre de débarras comme dans toutes les maisons. La pièce restait tout de même propre et agréable. La jeune femme acquiesça en souriant, signe que ce que lui proposait Fergus lui suffirait amplement.

- Merci beaucoup, c’est parfait ! le remercia-t-elle en attrapant le t-shirt qu’il lui avait confié pour dormir.

Elle le posa sur le lit et ils redescendirent tous les deux dans le salon. La jeune femme pouvait apercevoir une piscine à l’extérieur, un sourire espiègle illumina son visage :

- On peut se baigner dans ta piscine ? Il faudrait en profiter avant qu’il ne fasse trop froid, tu crois pas ? demanda-t-elle en essayant de le convaincre par ce sous-entendu. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Jeu 18 Aoû - 20:26

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

L’écoute que lui avait apporté Hellyxir lui avait réellement fait du bien. Pouvoir parler de ce qu’il avait sur le cœur, de ce qui le bloquait dans sa vie à quelqu’un sans avoir de jugement était agréable. Fergus avait le sentiment que même si quinze ans le séparaient d’Hellyxir, ces années ne se ressentaient pas, et l’écossais avait l’impression de parler à quelqu’un de son âge. Il ne ressentait pas ça avec tous ses collègues plus jeunes, il n’avait pas l’impression d’être toujours d’accord avec eux et ne les comprenais pas forcément. Ce n’était pas pareil avec la blonde, ils se comprenaient, parvenaient à se donner des conseils utiles dans leurs situations désespérées. Plus il passait du temps avec la diététicienne et plus il l’appréciait et pouvait la compter parmi ses amis proches.

Les conseils d’Hellyxir lui avaient permis de voir plus clair par rapport à la relation qu’il entretenait avec Svein, et à la relation qu’il aimerait bien avoir avec ce dernier. Tous ce que lui avait dits la jeune femme, il allait essayer de le mettre en pratique. Relativiser, se donner du temps et surtout être sûr de ce qu’il voulait. Mais surtout, la chose la plus importante qu’il allait faire était d’appeler Svein afin qu’ils aient une explication tous les deux. De cette manière, Fergus pourrait savoir où ils en sont, et si une relation future est possible entre eux.

>>Je prends note de tes bonnes oreilles. Les miennes sont là aussi pour t’écouter si tu as besoin. Enfin, tu peux même faire appel à moi pour autre chose ! Genre pour aller faire un tour au parc, aller faire les magasins ou autre.

L’ambiance entre eux devint un peu plus noire, suite à leur blague concernant le fait de manger les enfants. Cette blague était récurrente entre eux, ils essayaient à chaque fois de peaufiner leur recette, de trouver les bonnes températures de cuisson. Tout ça au dépend d’Amélia, qui leur servait souvent de base pour leur recettes farfelues. Hellyxir fut assez gentille pour verser une partie de ses pourcentages à sa petite fille.

>>Elle t’en sera reconnaissante ! Elle pourra s’acheter tous les jouets qu’elle voudra. Si tu fais ça, je ne pense pas que je garderais ma place au sein du Grey Sloan… Et je ne pense pas que je pourrais encore exercer, même en libéral…

Fergus essaya de conseiller du mieux qu’il pouvait son amie sur la relation qu’elle vivait. Il n’était pas forcément le mieux placé, il n’avait pas eu tant de relations amoureuses que ça. Mais peut-être que son côté volage lui avait appris ce qu’était réellement des sentiments amoureux, et ce que les gens pouvaient faire afin de garder leur couple unis. Plus d’une fois, Fergus avait été le point d’éclat de couple, ce point si infime qui fait pourtant tant de débris autour de lui lorsqu’il explose. L’écossais avait eu plusieurs occasion pour voir ce que tout homme ou toute femme qui aime l’autre afin de le garder. Tous les mots, toutes les phrases dites, et surtout les regards de l’un et l’autre. Fergus ne pouvait pas se baser sur sa relation chaotique avec Siobhan pour conseiller Hellyxir, mais plutôt sur ses observations faites durant ses années de libertinage.
Après ces quelques conseils avisés, les deux amis rentrèrent chez Fergus afin de continuer leur soirée. Après quelques instants, Hellyxir se demanda pourquoi la maison était si calme, et lorsque Fergus lui avoua que sa petite fille n’était pas là et que c’était très dur pour lui, son amie le rassura. La demande de la blonde le laissa quelques instant sans voix, mais Fergus ne voyait aucuns inconvénient au fait qu’elle passe la nuit chez lui. Elle le rassura sur le fait qu’elle prenait le risque d’être dérangée par Amélia le lendemain matin. Soulagé de l’entendre, Fergus lui montra ensuite la chambre dans laquelle elle allait passer la nuit, s’excusant du désordre qui y régnait. Une fois qu’ils furent à nouveau au rez-de-chaussée, Hellyxir aperçu la piscine et lui demanda s’ils ne pouvaient pas aller dedans. Un soutire se dessina sur les lèvres de Fergus :

>>Bien sûr qu’on peut y aller, elle est là pour ça après tout ! Dit-il en prenant Hellyxir en sac à patate.

Il se dirigea ensuite vers la baie vitrée, l’ouvrit et lorsqu’il fut au bord de la piscine, il lança Hellyxir dedans.



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Lun 22 Aoû - 15:39


FERGUS ♠ HELLYXIR


Même si faire face à soi et à ses sentiments pouvaient faire mal, se sentir vide le faisait tout autant. C’était ce qu’il passait régulièrement dans le corps d’Hellyxir : ses sentiments la déchiraient de l’intérieur avant qu’elle n’éprouve plus aucune émotion. Elle devenait une coquille vide, comme si toute la vie qui l’avait animé avait disparu. Dans ces moments-là, elle avait du mal à se donner une consistance car elle ne pouvait plus se sentir en vie, donc la seule chose qui pouvait la ramener à une réalité était l’abus de substance. C’était ça, son crédo : Se faire du mal pour apaiser la douleur de l’esprit, se faire du mal pour arrêter le vide de la conscience. Bien qu’elle avait un fort penchant pour les drogues douces et les drogues dures, elle savait que la pire addiction qui existait résidait dans l’alcool, cette drogue légale qu’on pouvait trouver à tous les coins de rues, et qui causaient à terme multiples maladies et même des cancers. Mais peu de personnes tenaient réellement compte des conséquences. On avait toujours l’impression que cela n’arrivait qu’aux autres et on se sentait souvent surpuissant surtout lorsqu’on était jeune. Hellyxir s’en fichait, après tout, on allait tous mourir un jour ou l’autre, que ce soit à cause de la cigarette, de l’alcool, de la drogue ou encore de la nourriture que nous ingurgitions.

Elle voyait tous les jours des personnes atteintes d’un mal incurable alors qu’ils avaient eu une vie saine en tout point, et d’autres qui fumaient comme des pompiers n’avaient rien si ce n’est les dents jaunies par la fumée. Même si elle prônait évidemment un mode de vie sain comprenant une alimentation adaptée et une activité physique régulière, elle ne pouvait s’empêcher d’être happée par quelque chose de malsain qui maîtrisait totalement sa volonté de prendre soin d’elle. Il était toujours plus aisée de choisir la facilité, que d’essayer de remettre sa vie en ordre, surtout lorsqu’on en avait perdu le courage et la motivation.

Elle souria amusée à la proposition de Fergus. Elle s’imaginait en train de faire du shopping avec lui et cette pensée lui décrocha un petit rire car il était rare que les hommes aiment faire les magasins, à son grand regret, car la jeune femme appréciait de décompresser d’une grosse journée par ce genre d’activités qui avaient le don de la détendre et d’amener des pensées plus futiles et moins morbides. Puis il était vrai qu’avec tous ces phénomènes de prises, puis de pertes de poids dont elle faisait preuve en ce moment, il était presque urgent qu’elle change sa garde-robe.

« - Très bonne idée ! C’est vrai que ce serait bien qu’on se retrouve dans un autre endroit que dans un bar, ironisa-t-elle en acceptant la proposition avec plaisir.

La bonne humeur avait repris place à mesure que l’alcool atteignait confortablement leurs neurones. Hellyxir n’avait plus goût de déprimer, elle avait envie de s’amuser afin d’oublier ses pensées noires qui la rongeaient. Elle voulait profiter de la présence de son ami comme il se devait, en discutant et en rigolant, et ne désirait pas terminer cette soirée sur une note triste ou désespérée.

- Je ne pense pas non plus, mais faut voir le bon côté des choses : ta fille sera célèbre, et on aura inventé un concept de dingue. Bien évidemment, il faudra penser à déposer un brevet dessus, histoire que personne nous pique l’idée ! Sinon ta fille se sera fait cuisiner pour rien, ce serait dommage de gâcher cette belle bouille pour rien, rigola-t-elle.

Elle a avait été invitée chez Fergus, et après la visite des pièces, le regard de la jeune femme s’était arrêté sur une piscine, présente au fond de son jardin. Les néons dans l’eau donnaient l’impression que l’eau était turquoise, et motiva de suite Hellyxir à s’y baigner. Le pédiatre avait directement compris le message de la jeune femme, et la porta sur son épaule en se dirigeant vers la piscine.

La jeune femme hurla à son ami de la lâcher en tapant sur son dos amicalement, même si elle avait du mal à se faire comprendre puisqu’elle riait en même temps, puis arrivés devant l’eau, le jeune homme la fit tomber dedans. Elle remonta à la surface, l’air faussement énervé :

- Tu vas me le payer ! lança-t-elle. »

Avec l’aide de ses mains, elle envoya de l’eau vers Fergus afin de le mouiller à son tour. Elle prit un pistolet à eau présent au bord de la piscine, qui devait appartenir à Amélia, et se mit à lui tirer dessus sans s’arrêter.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Mar 23 Aoû - 23:15

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Il n’était pas vraiment dans les habitudes de Fergus de succomber si facilement à l’état de plénitude qu’offrait l’alcool. Il y avait succombé durant son adolescence, buvant à outrance durant les soirées estudiantines ou non. Puis avec le temps, il avait appris à apprécier le gout de l’alcool, à ne se contenter que d’un verre ou deux. Pour lui, c’était son moment de détente après une semaine de travail intensif, sa petite récompense qu’il s’offrait à lui-même. Puis, avec l’arrivée d’Amélia dans sa vie, il avait petit à petit perdu l’habitude de boire son verre le vendredi soir, préférant passer le plus de temps avec sa fille. Mais cette soirée était différente à ses yeux, le pédiatre avait ressenti ce besoin de plénitude apporté par l’alcool. Il ne savait pas vraiment d’où ça lui venait, et comme il avait réussi à laisser sa fille à garder, il s’était empressé d’aller dans un bar et de boire plus qu’il n’en avait l’habitude. Fergus n’avait même pas essayé de choisir des bons alcools, il voulait juste boire, ne pas penser à ses problèmes, et passer une soirée agréable. Il y était arrivé, en compagnie d’Hellyxir bien entendu. Le chirurgien avait l’impression qu’ils ne se croisaient que dans des bars, ce qui était bien triste puisqu’il appréciait la compagnie de la blonde. Il lui proposa même un jour d’aller faire les magasins avec elle. Fergus était de ses hommes qui appréciaient faire les magasins, bien que ça semble étrange pour beaucoup de monde. Hellyxir accepta sa proposition, et Fergus se dit qu’il fallait que cela se fasse assez rapidement. Leur discussion prit ensuite une tournure plus légère, l’alcool y étant certainement pour quelque chose. Leur petite blague était qu’ils allaient écrire un livre sur la cuisson des enfants. Cet humour noir plaisait à Fergus, qui n’avait aucun mal à rire de ça.

>>Il serait en effet dommage que sa mort ne serve pas à quelque chose ! Je ne pense pas qu’un brevet soit utile, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de monde adepte de ce genre de cuisine exotique !

Ils finirent ensuite la soirée chez Fergus. Après avoir repéré la piscine au fond du jardin Hellyxir lui demanda s’ils pouvaient aller dedans. Le pédiatre accepta et prit directement la jeune femme sur son épaule, ayant dans l’idée de la lancer dans l’eau. Chose qu’il fit, bien entendu. La blonde se vengea assez rapidement du geste que venait de faire Fergus. Il se fit attaquer par des tirs de pistolet à eau. Il essaya de courir le long du bord afin d’éviter les tirs, mais c’était impossible, il fut bientôt aussi trempé qu’elle. Il enleva alors sa chemise, et plongea la rejoindre dans l’eau afin de la mouiller encore plus.



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Dim 28 Aoû - 19:17


FERGUS ♠ HELLYXIR


Tout était plus facile lorsqu’il ne s’agissait pas de Gaby. Sa relation avec Fergus était légère, elle pouvait lui dire des choses sans le mettre mal à l’aise, ni le pousser à bout, c’était agréable. Même si bien évidemment, ce n’était pas comparable. Ce qu’elle vivait avec le pédiatre n’avait rien avoir avec ce qu’elle vivait avec son bien-aimé pour qui elle vouait un amour incommensurable.

En proie à l’état d’ébriété la jeune femme s’était donc confiée à Fergus. Ses barrières qu’elle se fixait constamment avaient explosé, comme si elles n’avaient jamais existé. C’était ce sentiment qu’elle aimait retrouver lorsqu’elle buvait, celui d’être immortel et insouciant. Ne plus se poser de questions pour un esprit qui s’en posait continuellement était comme prendre des vacances après une année de travail acharnée. Boire ne se résumait pas à fuir ses problèmes, parce qu’ils étaient toujours là, tapis dans l’ombre, mais cela permettait d’accéder à une forme de soulagement qui s’apparentait presque à de la relativisation. Tout était toujours trop pour un tempérament comme Hellyxir qui semblait toujours soit au bord du gouffre, soit au bord de l’implosion.

Elle avait rigolé de plus belle à la remarque de Fergus. Elle appréciait beaucoup rire de tout, tant que la personne en face était sur la même longueur d’onde. L’humour était quelque chose de culturelle et de très personnel. Il y avait des choses qui pouvaient tordre de rire une personne et rendre triste ou énervée une autre. Il fallait toujours faire attention à ne pas aller trop loin, ou alors, assez connaître la personne en question afin d’aller aussi loin que l’on pouvait. Malgré sa mélancolie, la jeune femme adorait le second degré et faisait d’ailleurs beaucoup d’autodérision qu’elle jugeait amusante.

Hellyxir avait trouvé un certain apaisement lorsqu’elle était rentrée dans la maison de Fergus. Ce coin de la ville calme, entouré de verdure, rappelait un peu la campagne sauf que l’on restait à côté du centre de Seattle, et donc, il était bien desservi. Peut-être qu’un jour elle viendrait s’installer ici, lorsque le bruit de la ville l’aurait lassé et qu’elle serait prête à fonder une famille. En parcourant sa maison qui était très spacieuse et lumineuse, elle avait pu voir une belle piscine creusée habillant son jardin. Avant de pouvoir dire quoique ce soit d’autre ou même d’avoir l’occasion de se mettre en maillot de bain, le pédiatre l’avait porté afin de l’amener vers l’étendue d’eau où il n’avait pas longuement hésité avant de la jeter dedans.

L’eau était bonne, ni trop chaude, ni trop froide, la température idéale pour cette nuit étoilée. Elle avait donc ripostée en l’aspergeant d’eau avec un pistolet à eau devant appartenir à sa fille, dans l’espoir de le mouiller. Au bout de quelques secondes, ses vêtements étaient bien trempés, et Fergus s’était donc rendu en plongeant dans la piscine. La jeune femme se couvrit les yeux, bien qu’elle avait reçu encore plus d’eau sur le visage. Elle pointa le pistolet vers Fergus, l’air amusé.

« - Avance et je tire, lève les mains, ne fais plus un geste ! lança-t-elle en prenant un air faussement sérieux. »

Son regard s’arrêta une seconde sur un ballon posé près du rebord de la piscine, et elle n’avait pas vu le pédiatre arrivé près d’elle à cause de cette distraction.


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly Mar 30 Aoû - 21:34

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight
Hellyxir Adams & Fergus C. Fraser

Les soirées avec Hellyxir avait une certaines touche d’humanité, malgré le fait que les deux amis étaient tous deux saouls. Tous deux n’allaient jamais se juger, et jamais dire quelque chose de blessant à l’autre. Ils étaient humains, faisaient preuve de beaucoup de tact envers l’autre et essayaient de se soutenir moralement, se donnant mutuellement des conseils. Les deux amis se voyaient tels qu’ils étaient sans artifices et c’est ce qui plaisait tant à Fergus. Jamais il ne se sentait jugé de la part d’Hellyxir, et jamais il n’allait la juger. C’était tellement plaisant de ne pas être jugé et d’être accepté pour ce que l’on est. L’alcool les avait aidés à surmonter leur tracas du quotidien, leurs lots de souffrance dont ils devaient faire face. Doucement, au fil de la soirée, les deux amis s’étaient finalement laissé aller, préférant user de l’humour noir plutôt qu’autre chose. Fergus et Hellyxir avaient le même style d’humour et rien ne les choquaient. Leur petite blague récurrente consistant en essayant de trouver la recette parfaite pour cuisiner la fille de Fergus. Ce ton léger et insouciant avait fait du bien au pédiatre, qui avait commencé à oublier ses soucis au profit d’une soirée agréable avec son amie. Comme ils étaient les deux derniers dans le bar, ils se retrouvèrent mis dehors par le barman qui avait envie de fermer afin de se reposer. Ni une ni deux, les voilà tous les deux chez Fergus afin de terminer leur soirée. Le pédiatre était descendu dans sa cave afin de ramener une bouteille de vin qu’ils avaient à peine entamée, puisque la blonde vit la piscine au fond du jardin et demanda à y aller. Fergus l’y jeta avant de se faire mouiller à son tour et de sauter dans l’eau, espérant l’asperger d’eau. Une fois dans l’eau, il se retrouva une nouvelle fois à la mauvaise extrémité du pistolet à eau, puisqu’Hellyxir le menaça une nouvelle fois. Levant les bras afin de ne pas se faire mouiller. Il resta dans cette position quelques instants, avant de finalement voir que son amie était absorbée par la contemplation d’un ballon. Il profita de ce moment de divertissement pour la porter une nouvelle fois et la lancer à nouveau dans l’eau.

>>T’avais qu’à regarder tout le temps ta cible !

Ils jouèrent ainsi une bonne heure, s’amusant de l’ambiance bon enfant qui régnait entre eux. Fergus allait certainement avoir une remarque de ses voisins, lui disant qu’il faisait bien trop de bruit le soir, mais ce n’était pas ce qui lui importait le plus en ce moment. Une fois tous les deux fatigués, Fergus aida son amie à sortir de la piscine, se dirigea vers la salle de bain du rez de chaussée et revint avec des essuies afin qu’ils se sèchent. Puis, après s’être réchauffés, ils allèrent tous les deux au lit. Le lendemain, Fergus alla chercher Amélia chez la voisine et espéra qu’elle ne réveille pas son amie, qui dormait encore.



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly

Revenir en haut Aller en bas

Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight• Pv Helly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Keep my glass full until morning light ϟ Victory E. Willard
» La Bleuz'aïe de Golbuth, Briz' glass!
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé
» [2000pts ork]La Band' à Wazdakka (full moto)
» [500 pts] La compagnie grise: Full tir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our deepest fear :: VIDEO GAMES :: 
Goodbye my lover
 :: 
Version Seattle
 :: 
Les rps
-