FERMETURE DU FORUM : http://ourdeepestfear.forumactif.org/t1309-fermeture-du-forum#18895

Partagez|

(événement) BOOM.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: (événement) BOOM. Lun 1 Aoû - 14:19



“Rayane Griezmann & William Morrison”


Boom.


rp prise d'otage.
J'étais littéralement en train de mourir, j'avais passé la journée à courir dans tous les sens. Je ne savais pas si les autres internes avec qui j'étais avaient eu une journée aussi épuisante que la mienne, mais en tout cas, c'était bien le cas. Nous étions de garde et ce n'était clairement pas facile, je n'avais qu'une seule envie, c'était de dormir. Heureusement que je pouvais compter sur Ayann, mon frère d'adoption et colocataire pour me rendre la vie bien plus facile pour le coup. Je savais qu'Abi était encore occupé donc pour le coup je ne savais pas trop quoi faire, j'avais bien envie de boire.

C'est à ce moment là que je vis William arrivé, je lui souris simplement. C'était étrange, enfin ma relation avec, comme avec les autres. Je veux dire, il était sympa et vraiment très drôle, mais comme toujours, j'avais un petit soucis. Car ouais, j'étais clairement une handicapé social et des relations que je peux avoir avec les autres. J'étais en face de mon casier et il s'approchait de moi, enfin pas de moi, mais de son casier qui est juste à coter de moi. Je voulais lui proposer d'aller prendre un verre avec moi, mais encore ce fichu blocage.

J'ouvris donc la bouche pour la refermer de sitôt. Je regardai le sol en fronçant les sourcils avant de relever la tête et de le regarder à nouveau pour enfin lui dire quelque chose « Salut » Fis-je simplement. Bon d'accord, il y avait mieux, mais c'était déjà bien je pense. Pourtant ce n'était pas dur de proposer un verre, mais étrangement le fait que ce soit un garçon me rendait encore plus nerveuse surtout qu'on ne peut pas nier qu'il soit très beau. Je me mordis la lèvre et jouai avec mes doigts avant de froncer de nouveau les sourcils, ce n'était pas simple pour moi de venir vers les autres.

Nous avions commencé notre internat il y a quelques mois, mais j'avais toujours du mal à vrai dire. Heureusement qu'Abi était un peu là parfois. Je me levais donc et ouvris mon casier, je rangeais mes affaires et me déshabillé donc, tout d'abord le bas pour mettre mon pantalon de ville puis le haut, je me tournai de nouveau vers William alors que j'étais en soutiens-gorge « T'as finis ? » Demandais-je simplement. C'est sûr qu'il ne fallait pas être pudique ici vu que tout le monde se changeait devant tout le monde, mais bon, nous avions 25 ans dans la majorité, nous avons passé l'âge des gaminerie des vestiaires de sport.



par humdrum sur ninetofivehelp
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Lun 1 Aoû - 15:36

Boom

Rayane N. Griezmann

Être interne n'était pas de tout repos. Parfois, j'avais l'impression que des journées de quarante-huit heures ne seraient pas superflues pour abattre la quantité de travail que les supérieurs nous mettaient entre les pattes. Mes parents m'avaient prévenu que je ne m'engageais pas sur la voie la plus facile à suivre mais je ne me voyais pas faire autre chose de ma vie ; même s'il m'arrive souvent de douter de moi, je savais être suffisamment assidu et déterminé pour obtenir à la fin ce que je souhaitais. Malheureusement pour moi, cette flopée de bons sentiments ne m'empêchait pas d'être totalement fourbu en cette fin de service. Je n'avais qu'une hâte : me changer et rentrer chez moi. Tout ce que j'espérais en rejoignant les vestiaires, c'était de ne pas croiser mon référent trimballant sous le coude une urgence de dernière minute.

Personne ne m'arrêta sur le chemin : mon infiltration vers les vestiaires était réussie. Rayane se trouvait là, visiblement dans un état de fatigue similaire au mien. Je lui souris gentiment en m'approchant de mon casier que j'ouvris afin d'en extirper chaussures de ville, jean et t-shirt. Du coin de l'oeil, je perçus une hésitation, comme si elle voulait me dire quelque chose mais n'osait pas se lancer. Et finalement, une salutation à peine audible. Je tournais la tête vers elle pour faire de même, à présent persuadé qu'elle souhaitait me parler mais elle s'en retourna à ses occupations, un peu gênée.

Nous étions collègues depuis plusieurs mois déjà, pourtant, je ne la connaissais pas tant que cela. J'avais noté chez elle une tendance à fuir les autres ou plutôt, à ne pas savoir comment intéragir avec son entourage ; une sorte de blocage que j'avais mis sur le compte de la timidité. De mon côté, j'essayais toujours de paraître naturel avec elle et de la faire participer lorsque nous nous retrouvions en groupe, sans vouloir faire mine de la forcer.

« Dure journée ? »

Une question banale, rhétorique, lancée sur le ton de la conversation pour éviter un silence gênant tandis qu'elle s'activait à ranger ses affaires et à se vêtir de ses habits de ville et que je commençais à en faire autant. Assis sur le banc qui séparait la double rangée de casiers, je m'évertuais à retirer mes chaussures quand Rayane, à moitié vêtue, me parla à nouveau. Machinalement, je relevais la tête pour lui répondre et tombai nez à... poitrine sur son joli décolleté. Ce n'était pas la première fois que je la voyais en petite tenue, nous partagions des vestiaires communs, tout comme elles m'avaient déjà vu un nombre incalculable de fois en caleçon, j'avais eu maintes fois un aperçu de leur lingerie. Mais, je devais reconnaître que cette fois-ci, la distance visuelle était plus proche qu'à l'ordinaire. Ne sachant pas quelle serait sa réaction si je m'attardais un peu trop sur le spectacle qu'elle était en train de m'offrir, je me relevai et me pris l'arrête de la porte de mon casier ouvert sur le coin du crâne. Le choc m'arracha une grimace de douleur tandis que je frottai machinalement l'endroit touché. Rien de grave, ça ne saignait même pas, mais j'allais sans doute écoper tout de même d'une petite bosse. Je me mis à rire face à l'absurdité de la scène et répondis à sa question.

« J'ai terminé mon service oui, normalement. Pas mécontent de rentrer et de profiter d'une soirée de repos tu vois. J'imagine que pour toi c'est pareil ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Mar 2 Aoû - 0:26



“Rayane Griezmann & William Morrison”


Boom.


rp prise d'otage.
Nous avons tous un vécut, un passé. Parfois il y en a qui sont plus simples que d'autres, parfois y en a plus sombres que d'autres. Nous avons tous une croix va-t-on dire. C'est comme ça, c'est un fait et personne ne peut rien y faire. Bref, pour ma part, mon passé m'a littéralement changée voir même cassée. Je ne vais pas me plaindre car je pense qu'en même qu'il y a toujours pire que soit... Mais je savais qu'il y avait toujours mieux que moi. J'avais une chance que mon passé soit loin derrière moi et carrément dans un autre continent.

J'avais refais ma vie, je m'étais refait une autre identité en prenant un nom américain et c'était mieux ainsi, bien entendu cela n'aurait pas été possible sans la famille d'Ayann, ma famille d'adoption. Malgré tout, il y a des choses qui ne pourront jamais changer et s'effacer. Bref, tout ça pour dire que même si actuellement j'étais en train de mourir, j'étais réellement reconnaissante de faire partie d'un programme aussi prestigieux et de m'en sortir de la sorte, alors quand bien même si ce n'est pas tous les jours facile, j'en étais redevable.

Bien entendu, les marques ancrés en moi faisait que j'avais du mal à m'intégrer, j'avais du mal avec les relations sociables, j'avais comme un gros blocage. Un truc c'était brisé. C'est ainsi, j'avais tout de même commencer à faire des efforts depuis le début de l'internat, mais il y avait encore des progrès à faire. D'ailleurs, j'essayais un peu notamment avec William, un des internes du groupe ou je suis affecté. Ce n'était clairement pas facile et plutôt pathétique même, je dois l'avouer, j'étais vraiment stupide.

Heureusement, il n'en prit pas compte et me répondit « Oui, et je pense que ce n'est que le début » répliquais-je en levant les yeux au ciel avec un sourire au coin bien que réservé. Nous nous plaignons, mais fallait avouer que nous étions les premiers à en réclamer d'avantage. J'essayais de continuer la conversation tout en me changeant du moins en commençant alors qu'il se blessa à la tête. Je fis les gros yeux, inquiète avant de me mettre à rire, il était tellement maladroit par moment, s'en était bien amusant.

Il me répondit comme si de rien était, mais je voyais bien qu'il avait mal. Je ne pris pas le temps de mettre mon haut et le posa sur le banc avant de prendre sa main « Assied-toi » Fis-je plus doucement, mais de manière autoritaire. Une fois assis, je me mis devant lui afin d'examiner sa tête, je palpai un peu, mais il y avait rien de grave « Tu vas sûrement avoir une jolie bosse cher camarade maladroit » Commentais-je malicieusement « Et sinon, moi, j'avais l'intention de prendre un verre au bar, mais faut que je trouve une âme charitable pour m'accompagner » Fis-je en le regardant avec des petits clignements de yeux. Quel mec refuserait une avance comme cela avec une femme pratiquement à poil sous ses yeux ? Bon, bien entendu je n'avais aucune intention de le draguer ou quoique ce soit, je trouvais juste cela amusant dans le fond au vu de mon passé.  



par humdrum sur ninetofivehelp
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Mar 2 Aoû - 17:51

Boom

Rayane N. Griezmann

Rayane acquiesça, confirmant mes doutes quant à ce qui nous attendait ; nous commençions à peine et n'étions certes pas au bout de nos peines, mais cela valait le coup. Le dur labeur qu'était le nôtre avait une raison d'être et une fois notre diplôme en poche, nous n'en serions que plus fiers et surtout solidement préparés pour l'avenir.

Lorsque je me cognai contre la porte de mon casier, elle me dévisagea quelques secondes avec inquiétude avant de se mettre à rire elle aussi en constatant que je ne souffrais pas tant que cela. Cela ne l'empêcha pourtant pas de me faire asseoir d'autorité sur le banc que je venais de quitter afin de m'examiner.

« Oui maman. »

Je ne protestai pas, amusé par la tournure des événements, la laissant inspecter ma blessure puisque c'est ce qu'elle souhaitait ; déformation professionnelle certainement. Du reste, c'était toujours agréable de se faire choyer par une jolie femme ; je fermai les yeux lorsque ses doigts s'insinuèrent dans mes cheveux, autant pour apprécier l'agréable sensation que cela procurait - même si je réprimai un sifflement de douleur lorsqu'elle effleura l'endroit touché - que pour éviter de plonger mon regard dans son soutien-gorge. Je ne pouvais d'ailleurs m'empêcher de me demander quelle serait la réaction de nos collègues si l'un d'entre eux franchissait le pas de la porte à cet instant et nous découvrait dans cette position, même si je n'avais eu que le temps de me déchausser au final.

« Eh bien, votre verdict ma chère consoeur ? »

Rien de méchant, j'allais juste avoir une bosse. Elle semblait amusée par ma maladresse mais je ne lui en voulais pas, au contraire. J'avais l'impression que mon infortune avait au moins le mérite de la détendre un peu, ce qui me fit plaisir. Elle me confia alors ce qu'elle envisageait comme programme pour la soirée et je notai bien le regard qu'elle me lançait, quasiment sûr de sa signification. Je la considérai avec un sourire en coin, un sourcil relevé ; j'étais assez crevé, je devais bien le reconnaître, mais je n'étais certainement pas à ranger dans la catégorie des goujats. A moins que je ne me trompe totalement sur ses intentions, j'étais prêt à mettre ma main à couper qu'elle désirait que je l'accompagne ; à bien y réfléchir, peut-être était-ce de cela dont elle voulait me parler quand je suis arrivé ; peut-être.

« La compagnie d'un estropié te conviendrait-elle ? »

Boire un verre en sa compagnie en dehors du boulot me permettrait certainement de mieux la connaître ; et j'avais l'impression qu'elle en avait besoin. Malgré la fatigue, quel genre d'homme serais-je si j'esquivais délibérément cette proposition cachée ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Mar 2 Aoû - 21:17



“Rayane Griezmann & William Morrison”


Boom.


rp prise d'otage.
Quand nous sommes internes ainsi que nos années de faculté de médecine, il faut apprendre à mettre sa vie privée et ses soucis de côtés. Etre chirurgien n'est pas un métier comme ça, un passe-temps parce qu'on ne sait pas quoi faire, bien sûr que non. Etre chirurgien définit notre identité, ce que nous sommes réellement, c'est nous tout simplement et c'est une véritable passion. Alors évidemment, si tu n'as pas les tripes nécessaires, si tu n'es pas prêt à te battre de toutes tes forces pour atteindre cet objectif qui n'est pas à porter de main, si tu n'es pas prêt à sacrifier des choses importantes dans ta vie, c'est que tu n'es pas fait pour être chirurgien... C'est aussi simple que cela.

Alors il est vrai, comme des fins de journées comme celle que nous avions étaient très difficiles aussi bien physiquement, que moralement. Personne ne peut le nier, mais personne ne se plaindraient réellement car nous sommes accro à cela et en toute honnêteté, on préfère tous mourir de fatigue que de laisser un cas intéressant, une chirurgie à une autre personne, nous sommes de purs et simples toxico du bloc et des bistouris c'est triste, mais c'est tellement fabuleux en même temps, on serait fous de ne pas aimer cela, c'est clair. Tout comme moi, mon collègue avait eu une grosse journée et je savais que tout comme moi dans le fond, il adorait ça.

Sauf que contrairement à moi, monsieur est réellement maladroit. Je souriais alors qu'il s'était fait mal à la tête et lui ordonnai de s'asseoir de nouveau sur le banc afin que je puisse l'examiner. Quand je dis que nous sommes des accros, on voit toute occasion pour « Si je serais ta mère, ça se serait » Répliquais-je de manière amusée avant de reprendre en affirmant qu'il avait une bosse, mais qu'il n'avait rien de très grave « Je suis un peu déçue pour le coup » Répliquais-je alors avec une petite moue « Bien ça aurait plus sérieux, j'aurais pus te recoudre et tout un tas de chose » Repris-je sous son regard intrigué.

C'est en prenant mon courage que je lui demandais ce que je faisais ce soir pour ensuite lui faire une subtile proposition, je n'étais pas du tout à l'aise pour le coup, mais c'était l'occasion de se forcer et de s'ouvrir. Je n'allais pas réussir mon internat et ma résidence toute seule, j'avais besoin d'allier, d'amis pour réussir et comme je passais pratiquement toutes mes journées à l'hôpital, il faisait partis des gens que je devais avoir dans mon entourage pour ne pas être une ermite, ça c'est clair. Je souriais grandement quand il répondit positivement à mon insinuation « Avec grand plaisir » Répliquais-je avec un sourire radieux.

Je me tournai donc vers mon casier pour enfin mettre mon fichu haut, il serait peut-être temps que je range cette poitrine qu'on ne saurait voir. Je finissais donc de me préparer tout comme mon cher camarade, je finissais avant lui du coup je l'attendais patiemment en m'installant sur le banc et l'observant se changer sans aucune gêne. C'est à ce moment là que nos bippers ce mirent à sonner. Je jetais un coup d'oeil à William, j'étais un peu agacer. Je regardais le bippers en fronçant les sourcils « Code noir ? » Fis-je en relevant la tête « C'est quoi un code noir ? » Demandais-je alors, j'avais une vague idée, mais j'en étais clairement pas sûre.  



par humdrum sur ninetofivehelp
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Mer 3 Aoû - 22:46

Boom

Rayane N. Griezmann

Rayane prit ma réplique avec amusement ; j'avais l'impression qu'elle commençait à se détendre et étais ravi de considérer que j'en étais peut-être la cause. Enfin, ma maladresse surtout. Je tiquai néanmoins quand elle m'avoua être déçue que ma mésaventure ne soit pas plus grave et me reculai légèrement afin de la regarder dans les yeux, confus.

« Oh, minute jeune fille. Je n'ai pas spécialement envie que tu t'essayes à la broderie sur mon crâne. »

Je souriais en même temps car je plaisantais à moitié. Si j'avais eu besoin de points de suture, je me serais volontiers remis entre les mains de ma collègue, non sans une quelconque appréhension je l'avoue, mais je n'aurais certainement pas rechigné à ce qu'elle fasse ce qu'il fallait. Là, je savais que je n'avais besoin d'aucun soin particulier et j'en profitais donc pour la taquiner un peu.

« Et c'est quoi exactement ce tas de petites choses ? Me tartiner les cheveux de mercurochrome ? »

Je ne savais pas quelles étaient réellement ses intentions et je saisissais l'occasion qui se présentait de la questionner afin de comprendre un peu mieux comment elle fonctionnait et découvrir ce qui se cachait à l'intérieur de cette jolie tête brune.

Finalement, comme je l'avais pressenti, elle accepta que je lui serve d'escorte pour aller prendre un verre. Il était bientôt treize heures, après toute une nuit de garde, un petit remontant ne serait pas une mauvaise idée en fin de compte.

« Eh bien soit, je t'accompagne avec plaisir. Il y a un endroit particulier où tu souhaiterais aller ? »

Je suivis son exemple en me changeant à mon tour, rangeant mes chaussures de travail dans mon casier et récupérant ma veste ainsi que ma sacoche, tandis que, prête avant moi, elle m'attendait bien sagement. Mais, alors que je m'apprêtais à refermer la porte de mon casier, nos bipers sonnèrent de concert et je me tournai vers elle avec un regard qui en disait long. Elle aussi semblait dépitée : une urgence de dernière minute, certainement. Je vis les deux mots affichés sur l'interface en même temps qu'elle.

Code noir.

Je levai rapidement mon regard vers elle quand elle m'interrogea sur la signification du message ; même si j'étais certain de la connaître, je fus pris d'un doute affreux : était-ce se cacher ou fuir ? Je la dévisageai avec un haussement d'épaules, pas sûr de la réponse à donner.

« Cela ne signifierait-il pas qu'il faille nous cacher ? »

Rayane pouvait sentir dans l'intonation de ma voix que je n'étais pas certain à cent pour cent de ma réponse. Sourcils froncés, je considérai à nouveau le message, pris d'un autre doute.

« Tu penses que ce pourrait être une plaisanterie ? Je veux dire, vu que nous sommes en première année...  »

J'avais déjà entendu ce genre de pratique et comme nous n'avions rien subi à notre arrivée, peut-être nos aînés avaient-ils préféré attendre suffisamment longtemps pour endormir notre attention. Mais, au fond de moi, j'en doutais.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Ven 12 Aoû - 3:57

BOOM- premier événement -

William Morrison

Rayanne Griezmann

Après ausculté rapidement mon collègue et constater qu'il n'avait rien du tout je fis une petite réflexion bien entendu, il n'était pas spécialement en accord avec mes attentes concernant sa boite crânienne. Je fis donc une petite moue triste et déçue « Mais... » Fis-je alors telle une enfant. Comme je le disais, j'étais interne et même si j'avais fini ma journée et que j'étais morte de fatigue, tout prétexte était bon pour toujours faire de la médecine encore et encore « T'en fais pas, je suis la pro des sutures » Commentais-je fièrement. Il faut dire qu'après la punition que j'avais eu en compagnie d'Abi et passer des heures à faire cela, j'avais améliorer ma technique et ma rapidité.

Enfin, quelques minutes et de lourd instant de mal à l'aise pour ma part, j'avais eu le plaisir d'avoir un compagnon de bar pour une fois. Je buvais souvent seule souvent enfin bon je n'étais pas une alcoolique non plus, je n'avais juste pas vraiment d'amis... Pas que je ne le voulais pas avoir d'amis, c'est juste que je ne savais pas comment faire pour en avoir. Je n'étais pas spécialement doué avec les relations humaines, je n'y pouvais rien... Le passé que j'avais ne jouais pas forcément en ma faveur et c'est le cas de le dire « Je ne sais pas trop à vrai dire, pourquoi pas au bar en face de l'hôpital ? » Proposais-je en haussant les épaules.

C'est à cet endroit que la plupart des médecins de cet hôpital venait à la fin de leur journée, c'est ce que j'avais pus remarquer à la force de rester dans mon coin. J'en devais pathétique tellement. En tout cas, il fallait bien que quelque chose cloche. Je veux dire, pour une fois que je trouvais le courage de faire le premier pas vers une personne, il fallait bien que quelque chose change la donne et que tout s'arrête. Cette fois-ci, c'était un code noir. Je n'étais pas trop sûre de la signification de cela mais en tout cas, cela ne me disait vraiment rien qui aille « Euh bah on est déjà caché normalement, non ? » Dis-je avec une grimace « Enfin qui irait dans les vestiaires ? » Continuais-je en souriant doucement.

William reprit la parole et je haussais les épaules « J'espère quand même sinon ça craint » Répliquais-je alors avec une moue. Seulement après avoir entendu plusieurs coup de feu et des hurlements nous avions notre réponse : le sujet était très sérieux, fallait tous ce cacher. J'étais pétrifié un instant avant de reprendre conscience. Je pouvais rester caché là et gardé ma vie sauve au dépend des autres ? Non, j'étais tout de même médecin « Et puis merde » Fis-je en sortant des vestiaires en courant avant de me tourner vers William « Tu viens avec moi ou tu restes là ? » Lui demandais-je d'une voix autoritaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Sam 13 Aoû - 22:16

Boom

Rayane N. Griezmann

L'expression enfantine qui passa sur le visage de Rayane m'attendrit alors qu'elle s'évertuait à me convaincre qu'avec elle, j'étais entre de bonnes mains. Je la gratifiai alors d'un regard espiègle en souriant franchement.

« Je te taquine. Loin de moi l'idée de remettre en cause des talents de... couturière. »

Je préférai juste ne pas être forcé d'être le modèle. Sans avoir peur des piqûres ou des aiguilles, je n'étais pas franchement friand d'avoir à me faire recoudre, aussi douée puisse t-elle être.

Elle réfléchit quelques instants avant de me proposer de nous rendre au bar en face de l'hôpital, sans réelle conviction. Ce dernier était bien souvent fréquenté par nos collègues et je m'y étais déjà rendu quelques fois en la compagnie de certains. L'ambiance était agréable, le cadre sympathique mais à cette heure de la journée, j'avais l'impression que nous n'y croiserions pas grand monde. Je n'avais aucune gêne à être découvert en compagnie de Rayane mais connaissant son tempérament, je ne voulais pas qu'elle se sente mal à l'aise.

« Pourquoi pas. Si tu ne crains pas de tomber sur certains de nos collègues, ça me convient. »

Le code noir qui suivit nous déstabilisa. Rayane non plus n'était pas certaine de la signification du message et je haussai les épaules, indécis. Et soudain, des coups de feu, des cris. Mon corps se figea et machinalement, je tournai la tête vers la porte des vestiaires en direction du bruit, mon cerveau mettant une fraction de seconde à analyser ce qui était en train de se produire. Après une brève hésitation, Rayane se précipita vers la porte, bien décidée à se rendre au front. Je l'attrapai in extremis par le poignet et l'attirai vers moi.

« Non, ne bouge pas d'ici, c'est bien trop dangereux ! »

Je partageai son besoin d'aller au secours des autres mais hors de question de foncer tête baissée. La distance des coups de feu était difficile à évaluer et Dieu seul savait ce qui se tramait dans l'hôpital et sur qui ils tomberaient au détour d'un couloir.

Je la ramenai au fond de la pièce, derrière l'une des rangées de casiers et lui intima l'ordre de se cacher. Je ne pouvais l'y forcer, bien évidemment, mais j'espérais que l'autorité dont j'essayais de faire preuve suffirait à la convaincre. Je baissai le volume de ma voix pour lui expliquer ce que j'avais l'intention de faire.

« Si on fonce comme ça sans réfléchir, on risque d'aggraver les choses. Je sais que tu veux leur venir en aide, mais tu n'aideras personne si tu te fais tuer ! Je vais aller voir ce qu'il se passe là dehors, si la voie est libre, si quelqu'un a besoin d'aide, et je reviens te chercher. D'accord ? »

Si par contre elle décidait de m'accompagner, je n'aurais d'autre choix que de l'accepter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Lun 15 Aoû - 12:09

BOOM- premier événement -

William Morrison

Rayanne Griezmann

Je pris donc une mine offusqué tandis qu'il venait de comparer mes talents de chirurgien à des talents de couturière quand même « Je ne suis pas couturière mon cher monsieur, mais un chirurgien » Répliquais-je fièrement pour ensuite lui tirer la langue telle une gamine de cinq ans. Je commençais peu à peu à me détendre en sa présence et être moins sur la réserve. Je ne savais pas ce qu'il me faisait, mais il y avait quelque chose en lui qui faisait que je baissai ma garde assez rapidement comparé à la coutume.

Je proposais à la suite de cela de boire un verre dans le bar en face de l'hôpital « Bah à vrai dire, c'est le seul que je connais » Fis-je avec une petite moue « Je n'ai pas encore eu le temps de bien connaître la ville vu que je connais qu'une seule personne ici » Fis-je en rougissant légèrement. Bon, ça craignait déjà de n'avoir personne au boulot, mais là, j'avouais carrément que je n'avais personne en dehors du travail et ça s'en était pathétique. Enfin j'avais toujours Ayann qui était comme mon frère adoptif, mais en tant que chef de la cardio il n'avait pas beaucoup de temps libre pour une visite guidée.

Seulement voilà nos plans tombait à l'eau au moment où un code noir fit bipper nos bippers. Alors qu'on se demandait ce qu'il pouvait en être, des cris et des coups de tir retentir comme un écho dans l'enceinte de l'hôpital. Je restai pétrifié, paralysé pendant un moment avant de reprendre conscience. Je ne savais pas ce que je devais faire, mais une chose est sûre c'était que j'étais médecin et je ne pouvais pas rester là sans rien faire, ce n'était certainement pas dans ma nature, tout comme le fait que je ne devais pas avoir un instinct de survie très développé.

Je commençais donc à partir quand William me rattrapa et me tira en arrière vers les casiers.Je me calmai un peu au vu de son ordre autoritaire « Je veux venir avec toi » Dis-je alors déterminé « Si tu te fais tuer, comment pourrais-tu venir me chercher pour que je puisse te sauver » Contre-dis-je alors car son excuse était aussi valable pour lui que pour moi « On reste ensemble et on sépare pas, d'accord ? » Proposais-je donc en le regardant droit dans les yeux. Je n'avais pas du tout l'intention de céder en ce qu'il me concernait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (événement) BOOM. Sam 20 Aoû - 15:08

Boom

Rayane N. Griezmann

Comme je m'y attendais, ma petite pique l'a fit réagir et elle protesta en me tirant la langue. J'étais amusé de la voir agir ainsi et pas peu fier de constater que ma stratégie semblait fonctionner ; elle avait l'air de se détendre et d'agir plus spontanément, ce qui était encourageant.

Lorsqu'elle répliqua qu'elle ne connaissait pas d'autre lieu que le troquet en face de l'hôpital, j'allais lui proposer de m'accompagner au The Pike Pub and Brewery qui avait l'avantage de me rapprocher considérablement de mon appartement en plus d'être un bar à l'ambiance sympathique. Mais c'est à ce moment-là que nos bipers sonnèrent de concert avec les circonstances qui s'en suivirent.

J'exposai aussi calmement que possible la situation telle que la voyais à Rayane qui m'écouta tout d'abord sans broncher. Pourtant, mon argumentaire ne parvint pas à la convaincre totalement ; j'avais réussi à l'empêcher de foncer tête baissée dans la tourmente, propulsée par une pulsion de médecin-sauveteur que je comprenais aisément puisque, malgré la crainte de l'inconnu et l'instinct de survie, je savais ne pas pouvoir resté caché dans ces vestiaires comme le code noir nous le stipulait. Je n'avais pas envie de jouer au héros, mais ma vocation à sauver des vies m'interdisait de rester passif devant le drame qui sévissait en ce moment-même.

Je soupirai devant sa détermination à m'accompagner. J'aurais préféré qu'elle reste ici mais force était de reconnaître que nous ne savions rien de la situation. Le ou les responsables de ces coups de feu pouvait très bien débouler dans les vestiaires et nous shooter comme des lapins. Sans connaître leur motivation, aucun endroit dans l'hôpital n'était vraiment sûr. Et j'avais vu suffisamment de films d'horreur pour concéder que dans ce genre de situation, se séparer était généralement une très mauvaise idée. J'esquissai un léger sourire en hochant la tête.

« Très bien, tu as raison. On ne se sépare pas, et tout va bien se passer, j'en suis sûr. Je vais ouvrir la porte pour voir si la voie est libre, mais tu restes bien derrière moi, d'accord ? »

J'attendis qu'elle réponde par l'affirmative et discrètement, je me dirigeai vers la porte du vestiaire et l'entrouvris en priant pour qu'elle ne grince pas sur ses gonds. Je risquai un furtif passage de tête par l'entrebaillement pour constater que, a priori, le couloir était désert. D'un signe de la main, je lui indiquai alors de me suivre et nous partîmes à la recherche de qui pourrait avoir besoin de notre aide.

Et, bien au-dessus de cela, il y avait entre ces murs des personnes qui m'étaient chères, très chères même. Est-ce qu'elles allaient bien, étaient-elles en sécurité ? Je secouai la tête, cherchant à dissiper mes craintes et à me persuader que, comme je l'avais promis à Rayane, tout se passerait bien.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (événement) BOOM.

Revenir en haut Aller en bas

(événement) BOOM.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Entraînement d'orientation
» Tic Tac Boom
» Un premier entraînement au sabre
» Un événement gênant (Libre)
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our deepest fear :: VIDEO GAMES :: 
Goodbye my lover
 :: 
Version Seattle
 :: 
Les rps
-