FERMETURE DU FORUM : http://ourdeepestfear.forumactif.org/t1309-fermeture-du-forum#18895

Partagez|

[Lycée International de Boston] What else ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: [Lycée International de Boston] What else ? Lun 1 Aoû - 14:27

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

Les maths n'ont jamais été ma tasse de thé. Comme à chaque fois, au sortir d'une longue heure de cours soporifique à souhait durant laquelle j'avais eu le plus grand mal à garder les yeux ouverts, j'avais autant d'énergie qu'un poulpe cuit. Une heure me séparait de l'étude suivante - un cours de français que je suivais à l'inverse avec grand intérêt -, j'avais donc suffisamment de temps devant moi pour me rendre à la cafétéria du bahut m'acheter une boisson énergisante qui me redonnerait un peu de peps.

Devant le distributeur, aucune hésitation. Même si, tandis que je sortais avec lenteur une pièce de mon portefeuille, mes gestes semblaient émoussés en raison de cette lassitude intellectuelle, je parvins à l'insérer dans l'emplacement prévu sans la faire tomber - contrairement à hier où la vilaine avait profité de mon manque d'énergie pour s'échapper et disparaître sous la machine. Sans même regarder les étiquettes des différentes boissons proposées, j'appuyais machinalement sur le bouton qui libèrerait le Saint-Graal : un café court, bien serré, sans sucre.

Tandis que le processus s'enclenchait et que j'entendais le doux son de l'eau bouillante tombant dans le gobelet de plastique, j'observais autour de moi ; quelques étudiants zonaient ça et là, à deux ou en groupe, certains le regard fixé sur le téléphone portable comme si rien d'autre n'existait, d'autres papotant entre eux avec enthousiasme. A l'autre bout de la grande salle, une silhouette connue attira mon attention ; assise seule à une table haute, jambes croisées, les coudes appuyés sur la table, ses mains blanches et fines maintenant sa tête, elle me tournait le dos et n'avait d'attention que pour l'ouvrage posé devant elle qu'elle dévorait avec intérêt. sa chevelure flamboyante était reconnaissable entre toutes et mes lèvres se fendirent d'un léger sourire.

J'attrapai donc mon gobelet de café, humant son arôme caractéristique et me dirigeai vers elle. Pour cette deuxième année, elle et moi n'étions plus dans la même classe, ce qui rendait nos rencontres plus rares que l'an passé. Arrivé à sa hauteur, je saisis l'une de ses tresses et lui chatouillai la joue avec la pointe de ses cheveux ; une approche coutumière qui la faisait toujours un peu râler même si, ce faisant, elle ne pouvait s'empêcher de sourire en même temps.

« Ton livre est si passionnant que tu ne remarques même pas ma présence ? »

Je la taquinais, bien entendu, et la connaissant, elle ne manquerait certainement pas de me remettre à ma place, à sa façon. Sans attendre une quelconque invitation, je pris place en face d'elle et sirotai une gorgée de café. J'avais décidément bien fait de venir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Lun 1 Aoû - 15:39

[Lycée International de Boston] What else ?

William

&


100x100Abigael



Le cours d’histoire avait été annulé. Le professeur du cours en question s’était fait porter pâle. J’avais trouvé le moyen d’occuper mon temps agréablement : j’avais toujours un livre dans mon sac. Je n’étais guère patiente et disons que ce petit subterfuge m’aidais généralement à passer les moments creux. Je m’étais donc dirigée d’un pas volontaire vers la cafétéria. L’objectif était simple : aller me chercher un café long et brûlant et puis reprendre l’histoire que je lisais. Il s’appelait « Redécouverte ». Un livre qui parlait d’un monde médiéval peuplé de roux avec des pouvoirs psi. J’étais arrivée au moment crucial où Léonie, la fille du clan Hastur, vient de partir pour la tour de Daleureuth dans le but de maîtriser son pouvoir. Elle est si douée qu’elle a de fortes chances de devenir gardienne. Mais une prémonition la hante ; il va arriver quelque chose d’énorme et de dangereux…

Je m’assis à une table et sans plus tarder, je sortis mon livre de mon sac. Je me mis à chercher la page que j’avais cornée la veille et je poursuivis la lecture. Autour de moi, la vie bruissait mais toute à mon histoire, je n’entendais rien ni personne. Je bus une gorgée de café brûlant et je réajustais ma position sur mon siège, prenant davantage mes aises. Je tirais sur ma jupe couleur coquelicot et croisais les jambes. Je fis glisser mes chaussures à mes pieds. Le frère jumeau de Léonie me parut si fade. Jaimie n’était pas comme ça, lui. Rien à voir. Elle m’agaçait l’Hastur. Franchement imbue d’elle-même !

Je sentais soudain une tresse qui se faisait la malle et avant que je puisse montrer le plus petit étonnement, je perçus nettement le léger gratouillis des cheveux sur ma joue. William. Je relevais les yeux pour le trouver planté en face de moi, son éternel sourire sur les lèvres. Sa remarque m’amusa. Je ris fugacement et ne pus m’empêcher de faire un peu d’humour. Il n’y comprendrait rien sans doute. Qui connaissait le cycle de Ténébreuse ?

- "Que veux-tu… J’étais avec un Hastur. Il avait toute mon attention !"

Assurément, il allait se demander quelle folle dingue j’étais… William semblait avoir décidé de profiter de ma compagnie aussi je refermais mon livre. Nos rencontres étaient devenues rares. Je le croisais plus souvent au complexe sportif et jamais nous n’avions le temps de discuter. L’occasion faisait le larron, comme on disait !

 - "Ne sois pas jaloux ! Je remise l’Hastur et je suis toute à toi… Es-tu satisfait" ?

Ces hommes !

Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Lun 1 Aoû - 21:17

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

Abigael. Elle avait le don de me déstabiliser très facilement. Nous nous connaissions depuis plus d'un an, avions passé beaucoup de temps ensemble et pourtant, elle parvenait toujours à me surprendre. C'est bien simple, je n'arrivais que très rarement à anticiper ses réactions ; elle était si... imprévisible. C'était une des choses que j'appréciais chez elle, parmi tant d'autres.

Ainsi, cette fois-ci, elle avait décidé de jouer les séductrices énigmatiques ; moi qui pensais qu'elle m'enverrait une petite pique, je m'étais encore trompé. Un sourcil relevé, mon visage devait laisser transparaître mon interrogation. Un Hastur ? Je posai mon regard sur le livre qu'elle venait de refermer, m'accordant toute son attention avec un sourire charmeur.

« Satisfait ? »

Je la dévisageais avec un sourire amusé, caressant mon menton du bout des doigts sous lesquels je pouvais sentir les minuscules picots de ma barbe naissante. Je restai quelques secondes à la regarder, sans rien ajouter, faisant mine de réfléchir.

« Et que ferais-tu pour te faire pardonner si jamais ce n'était pas le cas ? »

Répondre à une question par une autre question. Souvent, j'utilisais cette technique pour me laisser le temps de réfléchir à ma réponse ; mais cette fois-ci, cela n'avait rien à voir. J'avais simplement pris la décision d'entrer dans son jeu de séduction ; pour la tester, pour voir jusqu'où elle comptait aller, parce que j'aimais admirer ses myriades d'expressions lorsqu'elle cherchait à me contrer. C'était un jeu entre nous, un jeu que j'avais initié il y a longtemps, un jeu où il n'y avait ni gagnant ni perdant.

Je bus une autre gorgée de café sans la quitter du regard et me redressai finalement sur ma chaise haute, croisant les bras sur mon torse, attendant de voir, avec un sourire espiègle, quelles mimiques elle comptait m'offrir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Lun 1 Aoû - 22:11

[Lycée International de Boston] What else ?

William

&


100x100Abigael



Comme j’avais pu le penser, ma réflexion désarçonna William complètement. Contente de mon petit effet, je lui souris machinalement tout en reposant mon livre sur la table. Un rayon de soleil fit étinceler la couverture aux couleurs criardes. Je l’observais calmement tout en mordillant ma lèvre inférieure du bout des dents. J’aimais le taquiner, c’était certain et parfois j’y allais carrément. A tel point qu’il ne savait jamais si c’était du lard ou du cochon, la pauvre. En vérité, j’aimais brouiller les pistes. Une habileté qui confinait à l’art quelquefois et qui trahissait un besoin à me soustraire parfois au réel ou à des discussions plus sérieuses.  J’avais commencé ça en étant suivie par quelques psys après le décès de Sean et j’étais devenue très douée. A tel point que mes parent m’avaient lâchés avec ça ! En faisant rire les autres, certains n’allaient pas chercher plus loin et ça c’était rassurant. J’étais rigolote. L’humour était mon bouclier et ma verve, mon masque.

Il répéta ma question, comme s’il avait du mal à la comprendre. Je dodelinais de la tête en l’observant. Il rebondit en poussant son avantage. Je n’avais pas anticipé cette réaction, ma foi et je me montrais clairement perplexe. Je réajustais ma position pour lui faire face. J’usais de sa technique. Il comprendrait le message sans doute…

- "Me faire pardonner ?"

Un moment de réflexion. Mon regard glissa derrière lui. J’observais quelques étudiants avec leurs portables, tellement absorbés par leurs investigations sur le net ou leurs SMS que nous étions presque seuls au monde… Etrange impression. Je revins vers lui, souriant légèrement. Il but une gorgée de café et croisa les bras sur son torse. Il attendait le bougre ! J’avais une idée… Il avait joué, à mon tour de poser mon pion. Je ne le ménageais pas.

- "Ca dépend du degré de jalousie, je dirais… Je suis bien désolée mais tu vas devoir m’en dire bien plus pour que je cerne la réparation adéquate…"

S’il avait pensé que je me découvrirais si facilement, il s’enfonçait le doigt dans l’œil ! Mon regard glissa furtivement le long de son cou jusqu’à la fourche sternale. Mon regard revint vers le sien et j’attendis, le sourire aux lèvres. Ce n’était guère charitable mais je m’amusais bien. J’étais un peu troublée aussi, mais je n’en laissais rien voir.


Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Lun 1 Aoû - 23:44

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

Notre petit jeu avait l'air de l'amuser autant que moi ; elle copia délibérément ma technique comme pour me montrer qu'elle ne capitulerait pas, comme pour me mettre au défi d'essayer de la coincer. Eh bien, ma grande, challenge accepted ! Je riais intérieurement de la situation, pas parce que j'étais convaincu de remporter la partie, il ne fallait jamais présumer de rien avec Abi et pour être honnête, je n'avais que faire de gagner ; j'appréciais simplement nos échanges, devenus malheureusement plus rares. C'était le duel qui m'enthousiasmait et non son issue.

Comme moi précédemment, elle marqua une pause et je remarquai son regard fuir derrière moi ; elle cherchait définitivement à contre-attaquer à son avantage. Je savais qu'il fallait me préparer à tout ; elle avait l'esprit vif et la répartie facile. Son regard pétillant de malice se posa à nouveau sur moi, elle me jaugeait afin de me mettre rapidement au sol. Je continuais à l'observer, sans me départir de mon sourire, suivant l'ovale de son visage, ses lèvres rose parsemées de taches de rousseur étirées en un sourire amusé.

Et, comme je l'appréhendais, elle chercha à me troubler en évoquant à nouveau cette soi-disant jalousie que j'avais si bien esquivée la première fois. J'éclatai de rire, autant pour masquer ce trouble naissant que pour la manoeuvre effectuée.

« Vraiment ? Ah, Abi ! Loin de moi l'idée de vouloir anéantir tes rêves, mais je ne ressens absolument aucune forme de jalousie. »

Je me gardai bien d'ajouter cette fois. Je me penchai vers elle, baissant le volume de ma voix, me rapprochant lentement de son visage, plongeant mon regard dans le sien.

« Je faisais simplement allusion à la déférence dont tu devrais faire preuve à l'égard de l'un de tes aînés. »

Là, elle allait vraiment prendre la mouche ; aussi, m'esquivai-je rapidement en prévention, reprenant une assise convenable sur ma chaise avant qu'elle ne décide de m'asséner un coup de livre sur le crâne. Je ne détachai cependant pas mon regard du sien, essayant de garder un semblant de sérieux aussi longtemps que possible. Je n'avais qu'une semaine de plus qu'elle, mais j'adorais la taquiner avec ce principe de respect, généralement quand j'étais à court d'arguments. Je me demandais d'aileurs, si depuis le temps, elle en avait conscience.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mar 2 Aoû - 0:36

What else ?

William

&


100x100Abigael



Il rit à gorge déployée et je le regardais faire, amusée par le tour que prenait la conversation. J’attrapais une mèche rebelle de cheveux qui s'était échappée de ma coiffure et la triturais machinalement entre mes doigts. Ce geste était un tic que j’avais depuis l’enfance. A ce que mon père m’avait dit, c’était en lien avec une histoire de totote enlevée trop tôt… Le geste s’était greffé et sans que je m’en rende compte, je tripotais souvent cette mèche de cheveux lorsque j’étais troublée.

Il y avait un je ne sais quoi chez William qui me poussait à le titiller et je pus remarquer que ma réaction lui plaisait ou alors était-ce ma réponse ? Difficile de savoir. Il faudrait mener l’enquête plus avant. Il se pencha vers moi pour souffler sa réponse, presque comme un secret. Le regard planté dans le mien en prime. Butée, je ne baissais pas le mien, c’eut été trop facile. Il se recula bien vite et je souris. J’inclinais la tête, interrogative.  Avait-il eu peur des représailles ? Je me m’inclinais vers lui à mon tour, lui chuchotant presque ma réponse. L’attitude ne trompait pas. J’aurais pu avoir cette conversation avec une amie, genre conseils au sujet de tampons ou fonds de teint. Cette idée m’amusait. Je ne me privais pas d’établir le parallèle par la symbolique de la situation.

- "C’est vrai que tu es si vieux ! Hum, tu as raison, je peux apercevoir quelques ridules autour de tes yeux… Si tu veux, je peux te prêter une crème anti âge ! Celle de ma mère naturellement ! Comme tu peux le voir, moi je suis fraîche comme une rose !"

Ah l’impertinent, qu’il prenne ça dans son râtelier ! Je ne pus m’empêcher de rire à cette provocation envoyée si hardiment. Je fus sans doute un peu bitch, mais il l’avait cherché ! Après tout, n’était–il pas plus âgé d’une semaine ? Il l’avait dit ! Je l’observais en riant doucement. Je mentais effrontément, cependant. Il n’avait nulles ridules et ses yeux étaient très jolis. Je le vérifiais rapidement en un coup d’œil. J'avais balayé le sujet discrètement tout de même et j'en rigolais intérieurement.

- "Déférence ! Ce qu’il faut pas entendre, pfffff ! Je vais finir par demander réparation à mon tour… Et tu proposerais quoi ?"

J’avais inversé les rôles et stoïque, je l’observais maintenant, toujours un peu penchée vers lui. Me reculer aurait signifié une recherche de sécurité ou la fuite. Sans doute allait-il m’envoyer bouler.

Code by Abi

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mar 2 Aoû - 18:51

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

Le tic de la mèche de cheveux. Je l'avais déjà vu faire tellement de fois que j'aurais dû ne plus y prêter attention, mais il y avait quelque chose chez elle qui me fascinait et je ne pouvais m'empêcher de remarquer ses gestes dans les moindres détails, même les plus insignifiants, avec le même ravissement qu'une première fois. Elle parvenait si facilement à m'hypnotiser que je me demandais si elle s'en rendait compte, si elle était consciente de cet ascendant qu'elle avait sur moi et si elle en usait délibérément pour parvenir à me désarçonner totalement.

Non, j'étais injuste avec elle ; il n'y avait aucune malice chez Abigael, elle était juste... elle. Je savais que - tout comme moi avec elle - elle adorait me titiller, tout simplement. Elle n'imaginait pas à quel point elle m'avait en son pouvoir et je ne savais pas moi-même si j'avais envie qu'elle le découvre. Ce que nous avions, cette complicité, était bien trop précieuse à mes yeux pour qu'un éventuel changement de statut dans notre relation vienne tout compromettre. Je n'étais pas à un couard, loin de là, je ne voulais juste pas la perdre. Et puis, il y avait ce Jaimie...

Un rapide coup de pelle mental. C'était hallucinant la vitesse à laquelle l'esprit pouvait se mettre à vagabonder. Abi avait profité de cette minuscule absence pour s'approcher à son tour et ouvertement me traiter de vieux. La bougresse ! Non seulement elle se moquait de moi mais en plus de cela, elle copiait le moindre de mes faits et gestes. Je l'avais bien mérité cela étant dit et ne m'en offusquai pas le moins du monde ; c'était Abi après tout, impossible de lui en vouloir.

« Voyez-vous cela ! Fraîche comme une rose dis-tu ? Je ne sais pas... laisse-moi donc t'examiner plus en détails. »

Je poussai sur le côté ma tasse de café pour éviter de la renverser et profitant qu'elle soit suffisamment proche de moi, portai la main à son visage, effleurant sa peau du bout des doigts en commençant par le coin de son oeil, glissant lentement sur sa joue jusqu'à la commissure de ses lèvres. Rien sur mon propre visage ne laissait transparaître mes sentiments, juste un simple sourire aguicheur, mais je pouvais sentir les battements de mon coeur s'accélérer. Peut-être en faisais-je un peu trop. Je retirai finalement ma main, sans geste brusque, et bus tout naturellement une gorgée de mon précieux café, désormais tiède, pour me donner une contenance.

« Moui, pas trop mal en effet. »

Et voilà qu'à présent, elle me demandait à son tour ce que je serais prêt à faire de mon côté si elle en venait à me demander réparation. Tout. C'était la seule et unique chose qui me venait à l'esprit mais je ne pouvais décemment pas lui répondre de cette façon. Je fis mine de réfléchir - en fait non, je réfléchissais vraiment pour le coup - mais je ne savais que dire ; j'étais pris à mon propre jeu et mon cerveau carburait à vive allure à la recherche d'une idée.

« T'offrir une paire de lunettes peut-être, pour que tu réalises que non, je n'ai pas de rides. »

Un peu pauvre, j'en avais conscience, mais c'est tout ce que j'avais trouvé. Et de ponctuer ma phrase, tout sourire, en lui envoyant une légère pichenette sur le front avec l'index.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mar 2 Aoû - 21:26

What else ?

William

&


100x100Abigael




Une fois de plus je pris William par surprise. Et pourtant, j’avais vu à son expression qu’il pensait avoir le dernier mot cette fois. C’était mal me connaître… J’avais développé une certaine habileté au débat d’idées et j’y cédais naturellement. C’était mon unique rempart. Ma défense. Il fallait que je garde le contrôle. Toujours et en toute occasion. C’était devenu important. Si je gardais le contrôle, rien de grave ne pourrait m’arriver. Rien.

William posa quelques doigts légers sur mon visage. Je l’observais, muette d’étonnement devant son audace. Il m’avait surprise. Jamais je n’aurais songé qu’il m’aurait touchée et je ne peux pas dire que j’étais tactile. Enfin, ce n’était pas vrai. Je l’étais et plus que beaucoup, mais je l’étais uniquement avec les personnes qui avaient ma confiance. Ils n’étaient pas légion. Mes parents, Becca, Sarah et Jaimie. Jaimie avant les autres d’ailleurs si je voulais être honnête.

Lentement, William fit glisser la pulpe de ses doigts sur mon visage en de subtils frôlements qui me firent frémir bien malgré moi. Je restais figée, décontenancée par son initiative qui, à mon corps défendant, ne me laissait pas de marbre. Ses doigts dérivèrent près de mes lèvres. Je cessais de respirer et je l’observais intensément. C’était quoi, le message ? Etait-ce un jeu ? Voulait-il me troubler ? Y avait-il une intention cachée ? Soudain, je fus perdue. Les questions m’assaillaient et je ne sus comment réagir. C’est avec soulagement que je le vis prendre de la distance et boire une gorgée de café. J’en profitais pour me composer une expression convenue sur le visage. Pour donner le change, j’étais douée. Sa réflexion me laissa dubitative et je ne sus qu’en penser. « Moui pas mal en effet » ? Un peu juste… Je rajustais ma coiffure pour gagner du temps. L’avais-je troublé ? Pour une fois, je trouvais que sa répartie manquait de piquant ou d’esprit. Enfin, des deux. Mon regard revint finalement vers lui et je lui souris. Un ange passa.

Ma réflexion suivante ne manqua pas de le faire réagir. J’avouais que j’y étais allée carrément sur ce coup-là. Mais ce fut davantage son geste qui marqua davantage mon esprit… Encore un contact.

- "Qu’est-ce qu’une paire de lunettes pourrait m’apporter de plus ? Sinon me permettre de d’observer plus en détails ?"

Je me mis à rire doucement, avant de boire une autre gorgée de café. Je manquais de m’étrangler ce faisant. Il était devenu presque froid. Je détestais cela.


Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mer 3 Aoû - 0:25

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

L'espace d'un instant, je crus être parvenu à la déstabiliser pour de bon. Je voyais dans son regard que ma manoeuvre d'approche l'avait stupéfaite, qu'elle ne s'attendait pas à une telle réaction de ma part. C'était la première fois que je me permettais ce type de contact, bien plus intime que je ne l'avais imaginé ; mais que croyait-elle après tout, à me provoquer de la sorte ? Je ne jouais pas pour gagner assurément, mais tout comme elle, je n'étais pas vraiment du genre à céder facilement. Pourtant, cette fois-ci, j'eus la très nette impression que j'avais franchi les limites du convenable, pour elle, pour moi.

La dernière chose que je souhaitais, c'était la mettre mal à l'aise et j'avais mis un terme à cette soudaine proximité l'air de rien. C'était mieux ainsi, je ne voulais pas l'indisposer mais à mon grand étonnement, elle poursuivit sur le même ton, sans perdre de sa superbe. C'était l'Abi que j'affectionnais, sûre d'elle - du moins en apparence - et qui parvenait toujours à retomber sur ses pattes tel un gracieux félin.

Les représailles ne tardèrent pas à pointer leur nez ; il fallait avouer que ma précédente réponse était loin d'être à la hauteur de ma réputation, sans pour autant minimiser la performance de ma chère amie ; car c'était tout ce qu'elle était, n'est-ce pas ? Une amie, et rien d'autre... Nouvelle claque mentale, ce n'était vraiment pas le moment de partir dans ce genre de débat avec moi-même et de toute façon, c'était totalement inutile puisque, au fond de moi, je connaissais déjà la réponse.

J'inspirai discrètement pour me ressaisir et secouai lentement la tête en levant les yeux au ciel quand elle m'asticota de nouveau, sans pouvoir me retenir de rire.

« C'est vrai, je m'incline, tu as raison. Tu risquerais fortement de t'abîmer la vue face à tant de perfection. »

Je redressai la tête, le menton en l'air, tout en soufflant sur la mèche qui tombait sur mon front en prenant un air supérieur. Histoire de la faire rire, histoire que ce semblant de malaise qui m'avait envahi et que j'avais cru percevoir chez elle n'ait été, en fin de compte, qu'une simple illusion.

Je surpris une légère grimace lorsqu'elle ingurgita son café ; il devait être quasiment froid à présent, et le mien aussi, du moins ce qu'il en restait. Et elle s'étrangla à moitié en riant.

« Oh là, reste avec moi ! Je sais que j'ai un charme fou, mais essaye de t'y habituer ma grande. »

Impossible de rester sérieux, bien entendu, et j'éclatai de rire de ma propre bêtise.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mer 3 Aoû - 14:02

[quote="Abigael O'Kelly"]
What else?

William

&


100x100Abigael




De l’autodérision ? La réponse n’était pas facile. Je choisis d’abonder dans son sens. Il n’était pas laid et loin de là même. Voyons, voyons… Mon esprit se porta sur quelques mythes grecs que je connaissais bien. Sans doute que ma répartie aurait des accents de vérité qui se mêleraient parfaitement à l’humour employé. Un léger sourire pour amener de la légèreté.

- "Hum… Je ne peux décemment pas te transformer en fleur n’est-ce pas ? Tu  ferais pourtant un Narcisse très acceptable ! Si, si, je t’assure ! Attends, j’ai la solution !"

J’empoignais mon sac et farfouillais dedans quelques instants. Je finis par dénicher mon étui de lunettes de soleil. Je l’ouvris aussitôt et je sortis les fameuses lunettes aux verres fumés pour les ficher sur mon nez.

- "Voilà, mes pauvres yeux de mortelle ne souffrent plus ! Ce problème résolu, nous allons pouvoir continuer à deviser sans trop de danger, n’est-ce pas ?"

Je l’observais en lui souriant gentiment. Les yeux masqués, je pus l’observer à loisir. Le moment troublant s’était éloigné et j’en étais soulagée. Pour être honnête, j’étais un peu perdue. Je ne savais pas vraiment ce qu’il se serait passé s’il ne s’était pas reculé. Il faudrait que je tente de l’analyser, mais plus tard. Pour l’heure, je me réfugiai dans mon humour, seul rempart efficace.

William poursuivit sur le même thème. Il se gaussa comme un vieux sac de noix. Ma blague terminée, j’enlevai mes lunettes pour les poser près de ma tasse de café.

- "Je vois que tu es bien sûr de tes avantages ! C’est bien des hommes, tiens ! J’ai été surprise, voilà tout ! C’est surtout que je n’aime pas le café froid. Je l’aime chaud, quasi brûlant. Les trucs tièdes, très peu pour moi.»

Je ris aussi. Je me moquais clairement de ma réflexion outrée. De l’autodérision. Un effet de style qui amenait encore un peu plus de distance avec le moment précédent. Je sentais encore la sensation de ses doigts glisser sur ma peau. Je frissonnai en soupirant doucement. Mon téléphone choisit ce moment précis pour vibrer dans mon sac. Je l'attrapais et regardais l'écran de mon portable. Jaimie. J'eus un sourire d'excuse pour William.

- "Désolée. Juste un instant!"

Je pris la conversation.

- "Jaimie? Comment vas-tu?

Entendre le son de la voix de Jaimie me fit du bien. Il voulait surtout prendre de mes nouvelles et comme d'habitude, moi je préférais parler de lui. La discussion était toujours compliquée, les phrases de l'un emmêlées dans celles de l'autre. On se comprenait, c'était l'essentiel. Il voulait me raconter une blague qu'il avait trouvée très bonne et je ris avec lui. Elle n'était pas mauvaise... L'appel fut bref, il était pressé. Je le quittais à regret. Je fermais mon Samsung dans un claquement et le rangeais dans mon sac. Je souris à William.

- "Excuses-moi, il fallait que je prenne l'appel. C'était important. Je t'offre un café?"

Je montrais sa tasse vide d'un geste.

Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mer 3 Aoû - 16:16

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

La comparaison avec le chasseur grec était à la fois flatteuse et moqueuse, mais je l'avais bien cherché. Même lorsqu'elle paraissait déstabilisée, Abigael trouvait toujours le moyen, d'une façon ou d'une autre de s'en sortir, et avec brio en plus de cela. Mamzelle réponse-à-tout. Je l'observai tripatouiller dans ses affaires à la recherche de quelque chose pour appuyer ses propos : une paire de lunettes de soleil qu'elle posa sur son nez, tout en enfonçant à nouveau le clou.

Je bloquai quelques instants les yeux écarquillés, tandis qu'elle, plutôt fière de son effet, me reluquait avec un grand sourire. Je saluai sa prestation en ayant l'air impressionné, ôtant un chapeau imaginaire en m'inclinant légèrement.

« Tu exagères un peu, je n'en suis quand même pas au point d'être amoureux de moi-même. »

Je riai néanmoins de la situation, notamment lorsqu'elle tenta de se justifier sur sa mésaventure caféinée. Pour être honnête, contrairement à ce qu'elle disait, je n'étais absolument pas sûr de moi, que ce soit du point de vue charismatique qu'intellectuel ; je ne souffrais pas d'un complexe d'infériorité non plus, disons que je n'avais pas vraiment confiance en moi et en mes capacités. Cela me rassurait pourtant de constater que je donnais bien le change.

J'allais répliquer quand son téléphone se mit à vibrer ; elle considéra le nom de l'appelant et s'excusa immédiatement de devoir prendre l'appel. Ce devait être important et j'agitai les mains devant moi pour lui signifier qu'il n'y avait aucun problème. Je l'entendis prononcer le prénom de son interlocuteur. Ce prénom.

Jamie.

Aussitôt, sans que je puisse l'en empêcher, mon coeur se serra. C'était une sensation désagréable que je répugnais de tout mon être. Je sentis ma bouche s'assécher et je déglutis difficilement par automatisme. Je détestais cela ; je détestais me sentir... vide. J'avais l'impression d'être laissé pour compte et je pouvais sentir en moi le début d'une animosité injustifiée envers ce Jamie que je ne connaissais ni d'Eve, ni d'Adam.

Pour me donner une contenance, je vidais d'un trait ce qui me restait de café. Comme celui d'Abi, il était quasiment froid. Une grimace involontaire déforma mes traits et mon regard se durcit bien malgré moi. Si jamais elle percevait ce changement d'attitude, la boisson énergisante ferait le coupable idéal. Un coup d'oeil dans sa direction ; peu de chance qu'elle se rende compte de quoi que ce soit, plongée qu'elle était dans sa conversation téléphonique. Je regardai ailleurs en essayant de ne pas entendre, ça n'était pas poli d'écouter après tout, mais Abi n'avait pas jugé bon de quitter notre table et j'entendais donc une moitié de leur échange.

Rien de bien folichon, des nouvelles, un éclat de rire de la part d'Abi aux propos de son correspondant ; qu'avait-il bien pu lui dire pour qu'elle soit aussi joyeuse ? Je triturai mon gobelet vide entre mes mains dans l'espoir de me focaliser sur autre chose mais mes yeux revenaient continuellement sur Abigael dont le visage resplendissait. J'essayais de me contenir mais intérieurement, j'étais furieux de cette interruption, furieux que Jamie la monopolise alors que nos rencontres se faisaient tellement plus rares, furieux qu'elle ait choisi de répondre, furieux qu'elle l'ait choisi plutôt que moi.

Mais plus encore, j'étais furieux contre moi de ressentir un tel flot de sentiments négatifs ; Abigael ne m'appartenait pas. Mes sentiments pour elle se devaient d'être bien plus profonds que cela si je voulais être digne de son amitié ; car c'est tout ce qu'elle était prête à me donner, je le voyais bien. La savoir heureuse, même si c'était avec quelqu'un d'autre que moi, devait me suffire. J'étais totalement d'accord sur le principe ; dans la pratique, c'était bien plus difficile que je ne l'aurais cru.

La conversation de l'heureux couple prit fin et Abi tourna à nouveau son attention vers moi, s'excusant une fois encore d'avoir pris la communication. C'était important. Important ? Je n'avais pourtant eu l'impression que ces deux-là n'avaient fait qu'échanger des banalités. Enfin. Je me composai avec peine un visage aussi avenant que possible mais j'étais trop tendu pour que cela ne se perçoive pas dans ma voix.

Quand elle me proposa de m'offrir un café, j'eus un instant d'hésitation ; mais si je décidai de partir sur le champ, elle détecterait probablement que quelque chose n'allait pas. J'avais envie de me retrouver seul pour faire le point, mais je décidai quand même d'acquiescer à son invitation. Un coup d'oeil à ma montre : j'avais encore du temps avant le cours de français. Et d'un geste de la main, d'un bref signe de tête, j'acceptai.

Sans dire un mot, me contentant de sourire du mieux possible.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mer 3 Aoû - 17:02

What else?

William

&


100x100Abigael




Sa réponse me fit sourire légèrement.

- "Imagine… Je te retrouverais perdu dans la contemplation de toi-même dans le miroir du hall du complexe sportif ! Avec l’expression d’un gobie fiché sur le visage ! Ça ferait des déçues, je ne te dis que ça !"

C’était vrai. Il ne s’en apercevait pas mais il faisait l’objet de l’attention soutenue de quelques représentantes de la gente féminine. Sans doute manquait-il un peu de confiance en lui. D’autres à sa place n’auraient pas manqué de s’en apercevoir et bien évidemment d’en profiter. Ce serait bien drôle de leur dire qu’il s’aimait trop pour flirter avec elles ! Genre : je préfère embrasser mon miroir, plutôt que vous. Mode Narcisse in. Je ne pus m’empêcher de rire doucement à cette idée grotesque et qui me faisait me noyer dans un tourbillon d’idées. Mon esprit refusait de considérer l’évidence, à savoir que je préférais que ces filles restent à bonne distance.

La conversation téléphonique achevée, William me parut soudain plus froid ou était-ce seulement une sensation ? Il accepta ma proposition d’un geste ponctué d’un sourire, mais il ne répondit rien. Je le dévisageais quelques secondes. Le coup de fil de Jaimie l’avait-il dérangé ? Je me sentis confuse tout à coup et je me tus également. "Réaction en miroir" aurait dit mon père. J’agissais souvent ainsi, c’était vrai. Il avait accepté le café néanmoins… J’attrapais mon sac une nouvelle fois pour prendre quelques pièces de monnaie. Je me baissais un instant pour glisser mes pieds nus dans mes chaussures et je me levais. Je ne connaissais pas ses goûts. Si l’on m’avait offert un café court sucré, je ne l’aurais certes pas bu. Autant éviter de commettre la bourde. J'ouvris ma main et je jetais un regard à la monnaie rassemblée avant de ramener mon visage vers le sien.

- "Comment tu l’aimes ?"

Cette pause était bienvenue. Je tentais de reprendre pied sans que mon visage ne me trahisse. J’essayais de donner le change. Le visage tourné vers le sien, j'attendais sa réponse, un léger sourire fiché sur le visage.

Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Lun 8 Aoû - 23:32

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

Je secouai lentement la tête en entendant les élucubrations d'Abigael avec un sourire figé, me demandant réellement où elle pouvait bien aller chercher tout cela. Mais, elle venait de me tendre une perche que je ne pouvais refuser de saisir.

« Des déçues dont tu ferais également partie ? »

Je la questionnais bien évidemment avec un grand sourire ; elle l'avait cherché. J'avais envie de voir comment elle comptait s'en sortir cette fois mais une partie de moi redoutait un peu sa réponse. Je devais être à moitié maso, je ne voyais que cela.

Mon humeur changea nettement durant l'appel de Jamie et j'étais trop concentré à essayer de me reprendre pour remarquer si Abi s'était rendue compte de quelque chose. Du coin de l'oeil, je l'entrapercevais en train de fouiller dans son sac ; j'essayais d'avoir l'air naturel au possible mais plus je m'y efforçais, plus je sentais que j'agissais bizarrement, un peu comme quand le photographe te demande de sourire et que tu te retrouves avec une expression absurde sur le visage.

Ses yeux étaient braqués sur la monnaie qu'elle comptait dans la paume de sa main ; j'en profitai pour expirer très doucement et me construire un sourire qui me ressemblait plus. Plus facile à dire qu'à faire, surtout lorsqu'elle ramena son visage vers le mien pour me demander mes préférences en matière de café. Je fus surpris, non pas par la question mais parce que je savais ne pas être totalement prêt à reprendre mon rôle habituel.

« Euh... court. Et sans sucre. S'il te plaît. »

Bien joué. Ou pas. J'avais répondu comme un robot, ou du moins en avais-je l'impression. Je ponctuai ma phrase d'un petit sourire que je ne parvins difficilement à garder. Vite, donner le change. Je me détournai donc pour prendre le livre qu'elle lisait avant que je ne vienne lui tenir compagnie. Je feuilletai rapidement en pinçant les pages de mon pouce jusqu'à contempler la quatrième de couverture.

« Histoire de savoir qui est ce fameux Hastur dont tu semblais si éprise. »

A défaut d'en apprendre plus sur Jamie. Pas très subtil, mais les mots étaient sortis tout seul. Je me demandais si elle comprendrait l'allusion...

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mar 9 Aoû - 0:34

What else?

William

&


100x100Abigael




Sa réponse me laissa sans voix. Je ne l'avais pas vue venir, celle-là. Mon regard revint lentement vers lui. Je cherchais des mots qui ne venaient pas. Ils devaient se trouver bloqués entre l'aire de Broca et l'aire de Wernicke... Et malgré moi, cette impossibilité à répondre était déjà révélatrice. Je détestais cette sensation de perdre le contrôle et je tentais de trouver le moyen de me raccrocher aux branches. Je finis par me pencher vers lui et je lâchais doucement.

- "Cette information est confidentielle. Il te faut un mot de passe pour avoir la réponse."

Un bref sourire. J'avais évité de répondre pour me protéger. Le jeu avait des airs de réalité et ça commençait à me faire peur. J'espérais qu'il prendrait ma réaction à la blague, mais cette fois je n'en était pas si sûre... Dans mon dos, je croisais les doigts.

Il finit par me répondre. Une réponse utile, sans fioritures. Un café court et sans sucre.Je hochais la tête. Un bref sourire avant d'aller à la machine. J'appuyais machinalement sur les touches. Café. Court. Sans sucre. La boisson coula dans le verre en plastique. Je l’attrapais pour le mettre sur la tablette à côté et m'occupais du mien. Café. Long. Sans sucre. En un instant, il fut prêt. Ce moment eut le mérite de me permettre de mettre de l'ordre dans mes idées. Je revins armée des deux cafés et lui en offris un.

Il s'était emparé de mon livre. Sa réflexion vis à vis de L'Hastur me troubla une seconde fois. Que voulait-il dire par là?

- "Lorill Hastur? Sérieusement? Non, ce n'est pas mon type d'homme. Pas du tout même... Il est trop... ou pas assez... Enfin, il m'agace! Lorsque tu as arrivé, j'étais un train de d'encourager à envoyer paître sa sœur Léonie, mais à chaque fois que je relis l'histoire, ça se passe pareil! Il est si décevant ce Lorill..."

Je ris légèrement.

-  "Lew Alton, lui, est attirant..."

Code by Abi

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mar 9 Aoû - 10:06

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

L'art de noyer le poisson. Abigael avait gentiment décidé de ruser pour éviter de répondre sincèrement à la question. Je ne savais pas si je devais m'en réjouir ou non ; refusait-elle d'être honnête par crainte de me vexer ou à cause d'une autre raison ? Mon coeur me murmurait d'espérer, mon cerveau de ne pas trop y croire.

Je la regardai donc dubitatif, partagé sur le résultat. Une idée me traversa l'esprit, m'arrachant un sourire carnassier. Elle préférait se taire et jouer les énigmatiques, soit ; mais j'avais la réponse toute trouvée. J'approchai mon visage du sien, comme elle venait elle-même de le faire, pour chuchoter à mon tour.

« D'accord. Dans ce cas, je vais choisir moi-même l'option qui m'arrange le mieux... sans te révéler ce qu'il en est, bien sûr. »

Un partout, la balle au centre.

Lorsqu'elle revint avec nos deux cafés, mon humeur s'était faiblement améliorée. Je pris le gobelet en plastique qu'elle me tendait en la remerciant et en évitant que nos mains ne se touchent. Elle reprit place devant moi et commença à m'expliquer le pourquoi du comment de ce Lorill Hastur, sans percer à jour le sous-entendu derrière mon commentaire. J'en étais à la fois déçu et soulagé. Je brûlais d'envie de savoir et en même temps, je craignais d'en apprendre trop et que ces révélations ne viennent réduire en poussière l'infime espoir que j'entretenais. L'espoir fait vivre comme on dit.

Je mélangeais machinalement mon café avec la touillette délivrée automatiquement avec chaque commande, un geste innocent quoique inutile puisque je le prenais sans sucre. Cela m'aidait à garder une certaine contenance je crois tandis qu'Abigael, toute à sa narration enjouée, ne remarquait pas mon trouble. Sans décrocher mon regard qui s'était perdu dans la noirceur de mon expresso, je penchai la tête sur le côté, interrogatif.

« Qu'a t-il donc de si attirant ce Lew Alton ? »

Sous-entendu qu'est-ce qui te plaît chez un homme ? J'avais l'impression que je devenais de plus en plus transparent, que les raisons derrière mes questions étaient de plus en plus évidentes mais j'avais l'esprit trop embrouillé pour orienter notre conversation différemment. Je comptais d'ailleurs sur sa passion pour son livre pour qu'Abigael ne remarque rien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mar 9 Aoû - 12:56

What else ?

William

&


100x100Abigael



Une expression mi figue mi raisin passa sur son visage. Visiblement, ma réponse l'avait rendu perplexe. Je soupirais doucement alors qu'il se penchait à son tour. Je pus observer les iris de ses yeux alors qu'il s'apprétait à me répondre. Il me déclara sans ambage qu'au vu de ma réponse, il allait donc décider ce qui l'arrangeait le mieux et sans rien en dire. Il n'était pas gonflé tout de même! Le diable devait m'assister ce jour car je ne pus m'empêcher de balancer une bombe.

- "Pfff! Je ne t'aurais pas pensé si pleutre!"

Qu'il prenne ça dans les dents! Certainement que j'étais gonflée de lui dire ça, je le reconnaissais d'ailleurs! Je rigolais intérieurement devant mon audace. Leçon n°1 : Ne jamais présumer d'une femme. S'il ne le savait pas, il venait de l'apprendre. Il n'avait pas fini!

J'étais un peu étonnée qu'il s'intéresse à ce que je lisais. c'était la première personne que je connaissais qui daignait s'intéresser à ces livres que j'affectionnais tant. Et puis il posa une seconde question... Elle me fit lever le regard vers lui. Quelque chose dans sa voix... J'étais troublée. Que voulait-il exactement savoir? Ce qui m'intéressait chez ce personnage ou tout simplement chez les hommes? Je réajustais ma position sur mon siège cherchant une réponse.

- "Déjà il est brun, c'est un bon point."

Les mots étaient sortis tout seuls... J'aurais pas du dire ça... Je mordillais ma ma lèvre inférieure. Je tentais de dire quelque chose de plus profond, car là je me sentais plutôt niaise. Je développais ma réponse.

- "Lew est un personnage complexe. Il est à moitié terrien. J'aime son côté ouvert, sa façon de voir les choses. J'aime son côté très viril, son courage, sa ténacité. Il se trouve tiraillé entre son devoir et ses propres désirs. Je le trouve très réaliste. Ne sommes-nous pas tous tiraillés de la sorte?"

Je tentais de prendre un air très détaché.

Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mar 9 Aoû - 18:30

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

Ma réponse la décontenança, je pouvais le voir comme mon regard était plongé dans le sien. Je ne comptais cependant pas continuer plus avant mais Abigael n'avait pas dit son dernier mot et chercha à me faire réagir en me traitant sans détour de dégonflé. Elle était bien culottée de m'envoyer ça dans les gencives alors que la première a avoir pris la fuite par un moyen détourné, c'était elle. Si j'avais été moins galant, moins prévenant quant à ses propres sentiments, je l'aurais embrassée là, immédiatement, pour la corriger de son insolence, pour lui montrer ce qu'il en était vraiment. Au lieu de ça, je me contentai de pousser un soupir d'exaspération ; à ce compte-là, si l'un de nous deux ne se décidait pas à capituler, nous y serions encore demain. Quitte à se montrer galant, autant le faire jusqu'au bout.

« Comme quoi tu vois, tu ne me connais pas aussi bien que ça. »

Avec un fin sourire, j'inclinai la tête en levant les mains, paumes face à elle, pour bien lui faire comprendre que j'acceptais ma défaite ; elle avait gagné.

Elle m'expliqua ce qu'elle trouvait de si intéressant à son personnage de fiction ; je soupçonnais que ma question l'ait surprise, mais elle savait garder un certain contrôle sur ses émotions et s'exprima de façon claire. Je notai dans un coin de ma tête sa préférence pour les hommes bruns, un bon point pour moi s'il en est, mais ne relevai pas sa gêne. Je n'étais plus dans le même état d'esprit depuis que Jamie s'était immiscé entre nous ; mon humeur taquine s'était envolée et j'en avais perdu ma répartie. Je l'écoutai sagement parler tandis que je retournai son précieux tome dans tous les sens. Et la question qui conclut son explication m'interpella.

Je ne pouvais honnêtement dire si je possédais une seule des qualités de Lew Alton. J'étais conscient de posséder quelques atouts mais tout ceci était une notion un peu vague pour moi, probablement à cause de ce manque de confiance en moi qui me faisait me remettre souvent en question. Je levai le regard vers Abi qui attendait ma réponse, me demandant si, à ses yeux il y avait ne serait-ce qu'une chance pour qu'elle me considère comme un Lew Alton, ou une moitié, ou même un quart.

Je haussai les épaules, reposant soigneusement le livre sur la table et le fis glisser vers elle. Je saisis mon gobelet de café pour en boire une lichée et mon regard se perdit dans le vide, pensif.

« Je suppose que oui. J'imagine que tout le monde hésite, à un moment de sa vie, entre ce que lui dicte la raison, les convenances ou les circonstances, et ce que lui dicte son coeur. »

Je revins vers elle, l'air plus sérieux que je ne l'aurais voulu.

« Et toi, par quoi es-tu tiraillée Abi ?»

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mer 10 Aoû - 9:57

What else ?

William

&


100x100Abigael




En quelques mots, il mit fin à notre duel de répliques. Sa gestuelle était porteuse de sens. Il me signifia qu'il capitulait. Je trouvais que la victoire avait un goût amer. Je baissais les yeux pour me soustraire à son regard pénétrant.

- "Je n'ai jamais dit le contraire."

c'était dit avec aplomb. finalement, je ne le connaissais pas vraiment et le peu que j'avais entrevu de sa personnalité était en lien avec le lycée. Un peu juste pour connaître quelqu'un réellement ou avoir l'impression de le connaître... Combien de nuances. Finalement, ce n'était qu'une histoire de perceptions... Je réfléchissais à ces quelques mots qu'il venait de dire et qui résonnaient encore dans mon esprit. Je choisis de me taire, laissant le silence s'étirer longuement.

Je ne sus pas vraiment ce qu'il pensa de mon explication à propos de Lew alton, pauvre homme qui au final avait eu une existence bien peu enviable. Une promise tuée et une main tranchée pour partir vivre hors planète avec une enfant non désirée, tu parles d'un mauvais karma... William me regarda avec un drôle de regard et repoussa mon livre sur la table. Il attrapa son café pour en boire une gorgée et rebondit sur quelques mots que j'avais dit. Et puis d'un coup, il me questionna très sérieusement sur ce par quoi j'étais tiraillée. Je l'observais stupéfaite. Que voulait-il que je lui dise? Que je lui parle de Sean ? De ma douleur constante d'être vivante et lui, mort? Que la situation de Jaimie me crevait le coeur alors que ma vie à moi était des plus normales? Que je voulais l'embrasser ici et maintenant et que je m'astreignais à rester figée sur ma chaise? Impossible.

- "Je suppose que tu ne plaisantes plus..."

Comme si le reste l'avait été complètement, de la plaisanterie je voulais dire. Maigre tentative pour amener de la distance, me libérer des idées qui me venaient en tête et que je pouvais envisager de partager avec lui. Je but quelques gorgées brûlantes de café et tripotais ma mèche de cheveux autour d'un doigt.

- "Principalement mon futur. Quelques événements de mon passé aussi. Somme toute des tiraillements bien banals."

Je tentais de rendre mon discours d'une banalité à pleurer.

- "Et puis... Une relation qui me pose question. Mais sans doute que je me fais des idées."

Comprendrait-il l'allusion? J'avalais le reste de mon café et rangeais mon livre dans mon sac.

Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Mer 10 Aoû - 11:42

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

« Pourtant il suffirait que tu me demandes pour que je te raconte tout de moi. » Voilà ce que j'avais envie de lui répondre mais je me gardai bien de le faire. Oh, bien sûr, j'avais esquivé quelques questions jusqu'à présent mais uniquement parce qu'il s'agissait d'un jeu entre nous. Pourtant, si elle m'avait sincèrement demandé de lui raconter ma vie, je lui aurais tout dit. Tout.

Au lieu de cela, je restai là quelques secondes à la regarder, sans même chercher à la contredire. C'était vrai, elle ne connaissait de moi que la partie visible mais ne savait rien ni de mes sentiments, ni de mes propres craintes. Et j'étais dans la même situation à son encontre. Jamais elle et moi ne nous étions confié l'un à l'autre sur ce qui gisait au plus profond de nos êtres. Au final, je me rendais compte que notre relation était bien plus superficielle que je ne l'imaginais et cela m'attrista.

Un silence. L'ambiance avait changé, s'était assombrie, et plus encore avec la tournure que prit la conversation. Elle me demanda si j'avais cessé de plaisanter en lui posant une question plus directe, plus sérieuse. Mais avais-je vraiment plaisanté jusque-là ? Ce petit jeu que j'avais instauré n'avait-il pas pour seul et unique but de la voir se révéler à moi ?

Un je-ne-sais-quoi dans sa voix m'apaisa, me permettant de faire momentanément abstraction de cette morosité due à l'appel de Jamie. C'était paradoxal puisqu'elle persistait à demeurer floue et énigmatique dans ses propos, mais l'intonation de sa voix me donnait l'impression qu'elle avait envie de s'ouvrir sans oser franchir le pas, qu'elle souhaitait au fond d'elle que je décrypte ses paroles pour être enfin libérée de ce poids.

Je lui souris gentiment, sans savoir quoi lui répondre. Nous avions tous des doutes quant à notre avenir et le passé pouvait être lourd à porter, plus pour certains que d'autres. Et puis elle hésita, m'avouant entretenir des incertitudes sur l'une de ses relations. A qui faisait-elle allusion de manière aussi cryptique... Jamie ? Non, je ne croyais pas ; je l'avais observée tout à l'heure au téléphone, elle était trop détendue avec lui pour cela. Qui d'autre... Moi ?

Pendant que je me faisais ces réflexions, elle avala son café d'un trait et rangea son livre ; elle s'apprêtait à fuir, j'en avais la ferme conviction. Sans réfléchir, je posai délicatement ma main sur la sienne ; je n'avais pas l'intention de l'empêcher de partir si c'était vraiment ce qu'elle voulait, je n'avais même pas refermé les doigts autour de son poignet ; elle était juste posée, mon pouce effleurant la peau de sa main douce et délicate.

« Je ne te forcerai jamais à rien Abi. Sache seulement que je suis là, et que je resterai aussi longtemps que tu voudras de moi à tes côtés. »

Plusieurs interprétations étaient possibles, je la laissai libre de choisir celle qui lui convenait le mieux. Si c'était d'un ami dont elle avait besoin, j'étais prêt à endosser ce rôle. Au fond de moi, je savais qu'il ne servait à rien d'espérer plus, elle n'était pas prête à envisager quoi que ce soit d'autre. Je savais qu'elle avait Jamie même si je ne connaissais pas l'étendue de leur relation. Tout ce que j'espérais, c'était pouvoir continuer à demeurer à ses côtés, d'une manière ou d'une autre. Toujours.

A cet instant, j'étais loin de me douter que la vie en déciderait tout autrement...

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Jeu 11 Aoû - 10:37

What else ?

William

&


100x100Abigael



Je me sentais lasse de cette conversation. Un regard sur ma montre bracelet m'informa que mon cours de danse approchait. Dans vingt minutes Madame Douglas attendrait de pied ferme la venue de ses élèves et je n'entendais pas être en retard. Je m’apprêtais à glisser de mon siège et à déguerpir lorsque William posa sa main sur la mienne pour l'y laisser. Son pouce se mit à caresser ma peau très doucement. La sensation me fit frémir. Je me figeai. Et puis il prit la parole et fut très clair. Des mots forts mais j'avais peine à trancher. Que voulait-il exactement? Une amitié solide ou davantage? Il avait dit qu'il ne me forcerait en rien... Il sous-entendait donc toutes les situations et me laissait le choix... Lentement, mon regard quitta la scène de nos deux mains réunies et dériva vers son visage.

Je ne sais quel courage désespéré s'infusa dans mes membres car je finis par réagir. Je pris sa main dans la mienne et la serrai. Mon cœur battait à tout rompre et j'avais du mal à trouver mes mots. Alors, je fis ce qui me semblait sur l'instant le plus approprié. J'attrapai mon sac et cherchai quelques bouts de papiers ou post it, mais n'en trouvais pas. Restait le livre. Redécouverte. Et, sans me départir de mon calme apparent, je le saisis pour griffonner mon numéro de portable sur la première page, près du titre. Nul besoin de noter Abi tout à côté. De la même façon qu'il avait pu le faire l'instant d'avant, je fis glisser le livre vers lui et l'y laissais.

- "Nous verrons cela. Appelle-moi, William."

Et sans plus traîner, je glissai de mon siège en serrant sa main dans la mienne une dernière fois. Je ramassai mon sac de sport et lui lançant un dernier regard, je sortis de la cafétéria, l'esprit tourneboulé et le cœur battant la chamade.

Quelques jours plus tard il était parti. Jamais je ne le revis. Dans les semaines qui suivirent, nous subîmes des vols dans le vestiaire de danse et mon portable fut volé. Nous nous écrivîmes quelques temps et un jour il n'écrivit plus. Il m'avait dit qu'il serait présent dans ma vie aussi longtemps que je le voudrais. J'avais mesuré ce que longtemps voulait dire en langage d'homme et l'unité de temps n'allait pas loin. Il était heureux que rien ne ce soit passé finalement.

Code by Abi

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ? Sam 13 Aoû - 21:38

[Lycée International de Boston] What else ?

Abigael O'Kelly

J'avais craint qu'elle ne s'enfuit, qu'elle ne soit pas prête ou tout simplement pas disposée à m'entendre prononcer ces mots. Jusqu'à la dernière seconde, j'étais persuadé qu'elle allait me planter là, sans rien dire, et effacer ce maigre espoir qui m'avait obligé à m'exprimer. J'étais toutefois resté vague dans mes propos, elle pouvait les interpréter à sa manière, de la façon qui l'arrangeait.

D'apparence sereine et gérant la situation, mon ressenti était tout autre ; mon rythme cardiaque s'était accéléré, j'avais l'impression que mon coeur était remonté dans ma gorge, et j'avais la bouche sèche. Aussi, quand elle serra ma main dans la sienne, je poussai un soupir de soulagement intérieur et me détendit imperceptiblement. Je n'avais peut-être pas tout gâché après tout... et je lui souris avec affection. Elle chercha de quoi écrire et finalement, se servit de son fameux bouquin sur la première page duquel elle me nota son numéro de téléphone, en me priant de l'appeler. Qu'est-ce que cela voulait dire ?

Je pris le livre et hochai la tête. Elle était sur le départ, elle ne m'avait pas clairement répondu mais elle ne me fermait pas la porte au nez. Mon coeur manqua un battement en me demandant ce que cela pouvait dire, ce qu'elle pouvait bien avoir en tête, si elle avait compris le message caché dans mes paroles mais pour l'heure, j'étais bien trop heureux d'entrevoir un espoir que je ne parvenais pas à mettre de l'ordre dans ces pensées confuses.

« Je le ferai. Promis. »

Je serrai sa main en retour et la suivis du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse de la cafétéria, l'esprit tourneboulé par une flopée de sentiments et d'émotions divers. Mon regard se posa sur le livre et le numéro de téléphone griffonné, sensiblement fier d'avoir pu engager quelque chose. Quoi ? Je ne le savais pas encore, mais je comptais bien le découvrir.

A ce moment-là, j'ignorais que quelques jours plus tard, je ferais vol vers l'Europe à cause d'une mutation de dernière minute de mon père. J'ignorais que la correspondance que nous entretiendrions ne serait pas éternelle et qu'aujourd'hui, c'était la dernière fois que je la voyais...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Lycée International de Boston] What else ?

Revenir en haut Aller en bas

[Lycée International de Boston] What else ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les Capois en rebellion pour leur aéroport international
» Tutelle ou tuteur international ?
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Sak caraibean international highway ?
» A PROPOS DE L'IDÉE D'UN GOUVERNEMENT INTERNATIONAL EN HAITI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our deepest fear :: VIDEO GAMES :: 
Goodbye my lover
 :: 
Version Seattle
 :: 
Les rps
-