FERMETURE DU FORUM : http://ourdeepestfear.forumactif.org/t1309-fermeture-du-forum#18895

Partagez|

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Mer 17 Aoû - 23:01

The Worst Thing by being a doctor? Lose His patient
Juliett M. Hansen & Fergus C. Fraser

Fergus était fatigué. Cela faisait quelques nuits qu’il ne parvenait pas à trouver le sommeil. Une mauvaise nouvelle était la cause de ses insomnies. Amélia est sourde d’une oreille. Fergus avait bien remarqué qu’elle avait des problèmes d’élocution, qu’elle ne réagissait pas lorsqu’on lui parlait d’un côté. Cela ne l’avait jamais réellement alarmé tant elle avait quand même bien évolué. Il avait fallu que la femme de la garderie lui parle plus en profondeur des problèmes de sa fille pour qu’il se décide à lui faire passer un test d’audition. Lorsque le résultat était tombé, Fergus avait eu l’impression que tout son monde s’écroulait et qu’il n’allait jamais s’en remettre. Puis, il avait pensé à Amélia, à tout ce que ça impliquerait pour elle, et les changements qu’il devrait faire au quotidien. Fergus avait aussi en tête tout ce qui était possible de faire pour sa petite fille, les implants, bien que disgracieux pouvaient être utiles si la perte de son audition est totale. Il pensait aussi aux drains, ou aux simples appareillages. Mais sans connaitre les bons résultats, il restait dans le flou et ne savait pas quoi faire. Toutes ses questions se retournaient dans sa tête, l’empêchant de dormir. L’écossais savait qu’il pouvait compter sur Svein, que le jeune homme était présent pour l’aider, mais il ne souhaitait pas lui mettre déjà tant de problèmes sur le dos alors qu’ils viennent de se mettre ensemble. Tout ce que Fergus attendait de lui, c’est un soutient dans cette épreuve difficile, et surtout qu’il s’occupe un peu d’Amélia, le temps pour le chirurgien de trouver la solution.

Malgré ses heures de sommeil en moins, Fergus avait tenu à être présent à l’hôpital. Ce n’était peut-être pas la meilleure idée, mais au moins de cette manière il parvenait à penser à autre chose qu’à ses problèmes personnels. Il se sentait utile, faisait quelque chose qui lui tenait à cœur, et voir le visage souriant des enfants lui remontait un peu le moral. Aujourd’hui alors qu’il faisait les visites matinales avec ses internes, Fergus se fit biper d’urgence sur le toit de l’hôpital, sur la plateforme de l’hélicoptère.

>>Docteur Hansen vous venez avec moi, les autres vous continuez les visites. Je ne veux pas de bavures ! Tout doit être fait correctement et si vous avez le moindre souci, vous me faites appelez !

Il partit ensuite en direction du quatrième étage en compagnie de la jeune interne. Il ne savait pas à quoi s’attendre, à quels genres de blessures ils allaient avoir devant eux. Durant le cours instant d’ascension, Fergus se permit de fermer les yeux, il soupira doucement avant de rouvrir les yeux lorsqu’il entendit le titillement de l’ascenseur. Il sortit, suivit de son interne et se dirigea vers l’endroit où quelques instants plus tard se posa l’hélicoptère. Fergus se saisit du dossier que lui donnait l’infirmier et écouta les constantes de l’enfant ainsi que tout ce qui lui avait déjà été administré. L’enfant était tombé d’un arbre, et nécessitait au plus rapidement qu’il soit opérer des multiples fractures qu’il avait. Fergus bipa rapidement un orthopédiste pour l’aider à la tâche et se dirigea vers les blocs opératoires.

>>Vous allez m’accompagner au bloc, dit-il à son interne.

Lorsqu’ils arrivèrent, Fergus passa une blouse de protection par-dessus ses vêtements, le désinfecta les mains et enfin mis la charlotte. Il pénétra dans le bloc afin de voir si tout était prêt et si l’enfant était déjà endormit.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Ven 19 Aoû - 13:24

fergus ft juliett

La pédiatrie est vraiment le service qui me correspond depuis toujours, en tant que résidente j'en ai vu des cas importants et surtout très différents, mais pour rien au monde je ne laisserais ma place ! Notre chef de service Docteur Fraser m'informa que j'étais avec lui aujourd'hui pendant que les autres allaient continuer leurs visites, quel honneur pour moi. Ce n'était pas la première fois mais cela me faisait toujours autant plaisir ! Je le connaissais bien surtout sa petite fille que j'avais gardé quelques fois, c'était un petit ange et je l'avais fais pour rendre service à mon supérieur qui avait été ravie de mon aide. Accompagnée du docteur je me rendis au quatrième étage pendant qu'il m'informa qu'on allait au bloc, je ne savais pas encore quel était le cas de l'opération mais j'avais hâte d'en savoir plus afin de me préparer d'avantage. "D'accord pas de soucis, quel est le soucis du patient ..?" demandais je avant d'arriver devant la porte du bloc. Je prenais mon travail très à coeur et je voulais en savoir d'avantage pour être prête à tout, dans la petite pièce qui joint le bloc on se lava les mains, tout une préparation que j'avais répété de nombreuses fois.  Une fois cela finit et la tenue de bloc mise on entra dans la salle du bloc avec l'enfant allongé et totalement endormis. A première vu les blessures devaient être internes. Le docteur Fraser s'installa à sa place pendant que je me positionna de l'autre côté de la table d'opération pour être là afin de l'aider et de bien voir surtout les gestes. J'ai tellement de choses à apprendre encore, même si je suis résidente il y a pleins de choses que je ne sais pas et j'aime réellement apprendre. Le docteur m'informa pour ce qui était arrivé au petit patient, ajoutant qu'on allait devoir ouvrir pour voir l'étendu des dégats. "C'est impressionnant les enfants, ils n'ont peur de rien, montent sur les arbres et ne se rendent pas compte du danger... il faut avoir l'oeil partout avec eux" me contentais je en lui adressant un léger sourire.
(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Mar 23 Aoû - 23:16

The Worst Thing by being a doctor? Lose His patient
Juliett M. Hansen & Fergus C. Fraser

Fergus donna les informations qu’il avait sur la patient qu’ils allaient opérer dans quelques instants. L’enfant était tombé d’un arbre, avait perdu connaissance et ses parents n’avaient pas jugé utile d’appeler une ambulance, ils avaient préféré faire le trajet eux-mêmes. Cette inconscience avait fait tiquer Fergus, qui ne parvenait pas à comprendre pourquoi ils n’avaient pas voulu que des ambulanciers fassent un premier rapport. Une fois les informations données, il se dirigea en compagnie de Juliett dans la salle de préparation. Ils procédèrent aux différentes préparations répétées de trop nombreuses fois. Pour Fergus, les gestes étaient presque machinaux. Il entra ensuite dans le bloc et confirma qu’il fallait ouvrir l’enfant pour voir l’étendue des dégâts internes. Il sourit à l’affirmation de sa résidente. Oui, les enfants n’avaient en effet peur de rien, et les parents devaient souvent développer un sens aigu de l’observation de leur progéniture.

>>Hé oui ils n’ont peur de rien. Ils ne mesurent pas l’étendue de ce qui pourrait leur arriver. Ne vous en faites pas, les parents développent assez vite un sixième sens lorsqu’il s’agit de leur enfant.

Fergus savait de quoi il parlait puisqu’il avait lui-même développer ce sens lorsqu’Amélia était entré dans sa vie. Il demanda par la suite une lame de dix afin de procéder à l’opération qui les attendait. Lorsqu’il fut en face des dégâts internes, Fergus resta quelques instants sans rien dire, trop étonné par ce qu’il avait sous les yeux. La rate avait pris un sacré coup, il y avait du sang dans tout l’abdomen, et Fergus avait peur que d’autres organes ne soient touchés. Il demanda à Juliett de prendre l’aspiration afin d’enlever le plus de sang possible, pendant qu’il demandait à ce qu’on le perfuse le plus rapidement possible. Pendant ce temps, Fergus était à la recherche d’organes plus important à sauver.

>>Comment diable a-t-il put se faire tout ça ? De quelle hauteur est-il tombé ?



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Dim 4 Sep - 16:53

fergus ft juliett

Le docteur Fraser avait décidé que je le suive dans le bloc pour une opération sur un enfant ce que j'avais accepté avec plaisir, il était réellement doué et apprendre de lui ne pouvait être que bénéfique pour moi. Je ne pensais pas qu'à moi bien au contraire, mais je me sentais capable de l'assister pour l'aider à sauver cet enfant. Une fois tout le protocole de désinfection fait, on partit dans le bloc vêtu de nos blouses et compagnie, la pédiatrie a toujours été mon truc, la spécialité que j'aime depuis que je suis gosse. J'aime me dire que je peux sauver la vie d'un enfant, l'aider ou améliorer son quotidien. Il n'y a quand même rien de mieux que de voir le sourire d'un enfant, l'entendre vous dire merci ou vous raconter ce qui ne va pas pour lui. En voyant l'enfant allongé dans le bloc je me mis à parler du fait que les enfants n'ont peur de rien et qu'avec eux il faut avoir l'oeil partout ce que Fergus confirma en avouant que les parents développaient un sixième sens pour ça surtout quand c'est leurs enfants. "Je me doute et heureusement parce que sinon les urgences seraient encore plus remplis" me contentais je de dire, j'avais déjà gardé sa fille pour lui rendre service après une journée de travail ou lorsqu'il avait un soucis, un petit amour d'ailleurs. Le chirurgien ouvra le patient pour nous laisser découvrir les dégâts à l'intérieur notamment tout ce sang, ce n'était pas la première fois que je voyais ce genre de dégâts alors je commença à aspirer le sang plus rapidement. C'est alors que je l'entendis demander de quelle hauteur l'enfant était tombé, "à ce que la maman a précisé il était grimpé dans un arbre et il a chuté... c'est impressionnant tout ce sang, ça ne s'arrête pas là" répondis je un peu paniquée de voir que tout le sang continuait encore et encore même si j'aspirais. A chaque aspiration le sang revenait encore et encore, il devait avoir encore plus que cela ou une artère de touchée. Fergus avait l'air d'étudier tout ce qui se trouvait devant lui tentant de garder son sang froid, à sa place je serais sans doute paniquée de voir autant de sang. "Qu'est ce qui saigne autant ? C'est pas possible..." murmurais je en regardant tout comme le chirurgien qui se trouvait devant moi, il fallait qu'on trouve et qu'on arrête tout les saignements pour sauver cet enfant. 
(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Sam 10 Sep - 20:24

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient
Juliett M. Hansen & Fercus C Fraser.

Fergus savait que les enfants étaient des véritables casse-cou, qui n’avaient peur de rien, et qui tentaient par-dessus tout toutes les conneries qui pouvaient leur passer dans la tête. Le chirurgien avait opéré un bon nombre d’enfants à la suite de blessures dues à leurs bêtises. Heureusement que les parents sont souvent à côté de leurs enfants, développant leur sixième sens, celui de protéger leurs enfants, sinon les hôpitaux seraient pleins à craquer d’enfants blessés pour toutes sortes de raisons différentes. Il sourit à sa résidente lorsqu’elle le lui affirma elle aussi. Fergus dévloppait lui aussi son sixième sens, et espérait qu’Amélia ne fasse pas autant de bêtises que lui étant enfant, il ne souhaitait pas passer son temps à la soigner ou à devoir avoir une surveillance constante sur elle.

Devant l’étendue des dégâts interne de l’enfant, Fergus ne put se retenir de demander de quelle hauteur cet enfant avait bien put chuter. D’un arbre ? Pas étonnant que les dégâts soient si étendus, mais il n’avait pas le temps de réfléchir ! Il devait agir vite ! Il demanda à Juliett d’aspirer le sang. Pendant ce temps, tout en gardant son sang-froid, Fergus cherchait d’autres organes qui pouvaient être touchés. Le chirurgien avait envie de paniquer, d’hurler qui avait peur de perdre son patient et que le sang devait se stopper de suite, mais il devait se contrôler, montrer à sa résidente qu’il avait tout en main pour réussir à sauver l’enfant. Il était aussi étonné que Juliett devant la quantité de sang, les infirmières avaient beau essayer de le transfuser, rien de fonctionnait, il perdait plus de sang qu’on pouvait lui en fournir. Devant l’étendue des dégâts, Fergus cessa de chercher des organes touchés.

>>Je pense qu’une artère a dû être touchée, aidez-moi à la chercher. Il perd plus de sang que ce qu’on est en mesure de lui apporter ! Lui demanda-t-il en essayant de paraître le plus confiant possible.

Ses instants furent les plus longs pour Fergus, qui voyait la santé de son patient décliner, et qui se demandait de plus en plus s’ils seraient capables de le sauver. Puis, alors que tout espoir était perdu, Fergus trouva l’artère et la boucha de son doigt. Il releva la tête et sourit sous son masque à Juliett. Il était soulagé d’avoir enfin trouvé la source de leur problème. Cependant, leur répit fut de courte durée. L’électrocardiogramme de l’enfant s’emballa, montrant des signes d’attaque cardiaque. Prenant les mains de la jeune femme, l’écossais lui mit le doigt sur l’artère touchée, avant de demander les palettes aux infirmières.

Plusieurs fois, Fergus choqua le patient, essayant tant bien que mal de faire repartir son cœur, sans jamais réussir à faire repartir le cœur de l’enfant. La ligne de l’électrocardiogramme restait plate, et le bip incessant de la machine commençait à faire mal aux oreilles de Fergus. Lâchant les palettes, et enlevant ses gants avec des gestes de colères, il déclara le plus froidement possible :

>>Heure du décès vingt-deux heures trente-six.

Ensuite, il enleva son masque et regarda sa résidente, ne sachant pas quoi lui dire. Elle avait déjà fait face à la mort d’enfant, c’était inévitable, mais tout le monde réagit de manière différente selon les cas. Il voulait savoir quelle serait sa réaction pour savoir comment agir avec elle par la suite.



© Gasmask



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Mar 13 Sep - 20:30

fergus ft juliett

L'opération de cet enfant allait prendre sans doute plusieurs heures, sachant qu'il avait chuté d'un arbre il devait y avoir des dégâts internes qu'on avait pas pu voir avant et là on y allait à l'aveugle. C'était totalement stressant mais pour Fergus qui avait l'habitude tout semblait aller enfin pas tant que cela, il me demanda d'aspirer le sang mais plus je le faisais plus il y en avait encore et encore. A ce moment là je regarda les geste du chirurgien continuant d'aspirer le sang qui se trouvait dans la cage thoracique de l'enfant, comment pouvait-il avoir autant de sang dans un si petit corps ? Parfois le corps humain pose des questions et des problèmes importants ! Même avec les transfusions l'enfant perdait énormément de sang et personne ne semblait savoir quoi faire même pas Fergus c'est là que je l'entendis nous dire qu'une artère devait être touchée et qu'on devait la trouver. Je fouilla dans la cage thoracique de l'enfant comme le faisait le chirurgien devant moi mais plus on le faisait plus il s'enfonçait, qu'est ce qu'on allait faire ? On devait trouver une solution ! "Je ne trouve rien du tout ..." dis je au médecin devant moi, c'est là que je le vis trouver l'artère qui était perforée qu'il boucha avec son doigt, une première solution pour réfléchir un peu. Malheureusement pour nous alors qu'on avait trouvé la lumière pour sauver cet enfant, son coeur s'emballa et il se retrouve à faire une attaque cardiaque le corps ouvert sur la table. Fergus prit mes mains pour que je bouche l'artère en attendant qu'il prenne les palettes, c'était comme un robot en effet le chirurgien est sûr de lui et il connaît ses gestes par coeur ! Un choc, deux choc, trois choc, toujours rien l'enfant ne revient pas vers nous et le coeur ne repart pas, c'est là que les bips commencèrent dans le bloc pour nous signaler qu'on était en train de le perdre. Le pire moment... Voyant Fergus poser les palettes, enlever ses gans et son masque il prononça l'heure du décès, "nooon ! On ne peut pas abandonner c'est juste un enfant et une chute qui pourrait arriver à n'importe qui, on doit encore essayer" criais je dans le bloc contre le chirurgien. Je pensais actuellement aux parents, à toute la famille de cet enfant et les larmes me montèrent aux yeux, d'accord il faut prendre sur soi et savoir gérer cela mais là c'est injuste. Cet enfant a juste voulu jouer et le voila mort dans ce bloc alors qu'on est là à ne rien faire. "Faites quelque chose !" ajoutais je en le regardant, plongeant mes mains dans la cage thoracique du jeune garçon je commença à masser le coeur, encore une façon de le faire repartir, j'avais appris cela aux urgences lorsque j'étais encore étudiante.
(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Lun 19 Sep - 22:14

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient
Juliett M. Hansen & Fergus C Fraser.

Il y a des moments, où même le plus grands des chirurgiens se retrouve sans rien pouvoir faire, tellement la situation est désespérée. C’est ce que vivait Fergu en ce moment, le regard plongé dans la cavité abdominale de l’enfant, se demandant quelle pouvait bien être l’étendue des dégâts. Le sang remplissait la totalité de la cavité abdominale, ne laissant pas de vision aux deux chirurgiens, qui essayaient de sauver l’enfant étendu sur la table. Fergus se sentait perdu devant l’immensité de la tâche à accomplir, mais il ne pouvait pas montrer qu’il stressait devant sa résidente, il devait montrer ce masque d’impassibilité, tout irait bien et il a tout sous contrôle. Ou presque. C’est ce qu’il voulait faire croire.

Puis, alors que le sang continuait d’affluer, Fergus trouva enfin l’artère touchée, après avoir demandé à sa résidente de chercher avec lui. Pendant quelques instants, le chirurgien put souffler et essayer de chercher rapidement une solution à ses problèmes. Bien évidemment, la première chose à faire était de suturer cette artère, afin de pouvoir transfuser l’enfant sans qu’il n’y ait de perte. Cependant, autre chose tournait dans la tête de l’écossais, il était tard, il venait de regarder l’heure et Amélia devait toujours être à la garderie à l’attendre. Il regarda l’infirmière et lui demanda d’appeler chez lui, afin que la gardienne reste plus longtemps afin de s’occuper d’Amélia. Puis, ça fait, il voulut demander le fil de suture, mais n’en eu pas le temps. L’électrocardiogramme de l’enfant s’emballa, montrant des signes d’attaque cardiaque. Mettant rapidement le doigt de Juliett sur l’artère, Fergus se saisit des palettes avant de choquer l’enfant plusieurs fois. Rien n’y faisait, le cœur ne repartait pas. C’est alors, qu’après avoir enlevé ses gants avec un geste rageur, que Fergus annonça froidement l’heure du décès de l’enfant. Le pédiatre essayait toujours d’annoncer cette fatalité avec un détachement total. Il avait l’impression que la douleur passait plus vite de cette manière-là.

>>Il n’y a plus rien à faire Docteur Hansen, le cœur n’a pas battu depuis plus de vingt minutes, le cerveau a été privé trop longtemps d’oxygène. Nous n’arriverons pas à faire repartir le cœur.

Fergus regarda encore quelques instants sa résidente. Il était aussi désespéré qu’elle, la situation était atroce, cet enfant aurait pu survivre. Cependant, la vie en avait décidé autrement. C’était parfaitement injuste, et ça Fergus ne parvenait pas à le comprendre. Il faisait face tous les jours à l’injustice de la vie, et pourtant il n’arrivait pas à s’y faire, il se disait qu’il y avait toujours moyen de faire plus ! L’écossais regarda Juliett plonger une fois de plus ses mains dans la cavité abdominale de l’enfant et entreprendre un massage directement sur le cœur. Voyant ça, Fergus prit une nouvelle paire de gant, plongea à son tour ses mains, afin d’aller enlever celles de la jeune femme.

>>Il n’y a plus rien à faire ! Lui répondit-il sèchement ! L’enfant est mort c’est ainsi ! Ressaisissez-vous ! C'est injuste je sais, mais nous avons fait tout notre possible

Il força la jeune femme à le regarder dans les yeux, essayant ainsi de la calmer. Elle ne pouvait pas se laisser aller ainsi devant le personnel. Elle vivait une situation injuste, Fergus pouvait la comprendre mieux que quiconque, surtout qu’il se mettait à la place des parents. C’était parfaitement horrible ce qu’ils allaient vivre, et Fergus ne sait pas comment lui-même réagirait si on lui annonçait le décès de sa fille.

Le pédiatre savait ce qui lui restait à faire, annoncer la nouvelle aux parents, une tâche très délicate. Fergus ne savait jamais comment s’y prendre. C’était comme annoncer une bombe, le monde des proches s’écroulait d’un coup sous le coup de la nouvelle. Ce n’est pas dit dans les manuels la façon d’annoncer une perte, et bien souvent, les chirurgiens se retrouvent souvent bloqués à cette étape, ne sachant pas la bonne démarche à adopter.



© Gasmask



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Ven 23 Sep - 11:02

fergus ft juliett

Nous venions de perdre notre jeune patient et ça je ne pouvais pas m'y résoudre voila pourquoi je demanda au chirurgien de faire quelque chose, de se bouger, on ne pouvait pas rien faire. Selon lui il n'avait plus rien à faire car le coeur n'avait pas battu depuis un moment, le cerveau avait été tout simplement privé trop longtemps d'oxygène. Je sais ce qu'il me dit, mais à chaque fois je trouve cela tellement injuste la mort d'un enfant... Je me contente de ne rien dire avant de mettre mes mains dans le torse du jeune enfant pour faire un massage directement sur le coeur, il fallait que j'essaye un peu ... Fergus attrapa mes mains avant de se fâcher en disant qu'il n'y avait plus rien à faire et que je devais me ressaisir, c'était injuste certes mais la vie est comme cela. On ne peut rien changer. Je retira mes mains en le regardant, retirant aussi mon masque, "C'est tellement facile pour vous de dire cela, c'est injuste. Cet enfant c'est juste amusé, fait une erreur et le voilà mort ..." me contentais je en lâchant tout. Si c'était sa fille il aimerait qu'on tente tout ! Juliett quitta le bloc pour aller dans la pièce de préparation pour retirer ses gants, se laver les mains et s'appuyer contre le mur. L'annonce de la mort de l'enfant allait être une bombe pour ses parents, une horreur même ; je ne peux imaginer la douleur qu'ils vont ressentir ! "J'aimerais annoncer le décès de l'enfant avec vous ..." dis je en regardant le chirurgien qui se trouvait dans la même pièce que moi à présent, peut être n'allait-il pas vouloir mais je voulais faire les choses jusqu'au bout et ne pas prendre la fuite comme certains. C'est un des plus dur moment mais il faut le faire. C'est une part difficile de notre métier mais ce n'est pas la première fois que j'aurais à faire cela, de toute façon je ne serais pas seule vu que Fergus serait avec moi. Heureusement. En cas de soucis il pourrait trouver les bons mots. On quitta la pièce pour marcher dans le couloir en direction de la salle d'attente pour retrouver la famille, prenant l'ascenseur on se retrouva en pédiatrie où la famille nous attendait. A notre tête, la maman s'écroula ; sans doute avait-elle compris ce qui se passait pour son enfant, des larmes montèrent à mes joues mais je me repris. Je ne pouvais pas pleurer, pas devant elle. En effet elle avait déjà beaucoup de peine, pas la peine d'en rajouter encore.
(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Ven 23 Sep - 20:29

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient
Juliett M. Hansen & Fergus C Fraser.

La perte d’un patient n’est pas quelque chose de facile à vivre, quel que soit l’âge du patient. Faire face à la mort n’est pas quelque chose de simple et de donné à tout le monde. Les chirurgiens y font face plus souvent que certaines autres professions, ils apprennent à la regarder et à se dire que c’est la fin d’un tout. C’est un long chemin à parcourir, plus d’une fois Fergus a failli abandonner à cause de ça, de cette proximité avec la mort le dérangeait. Le chirurgien n’a jamais réussi à réellement y faire face, à chaque fois qu’il sort d’une opération où son patient est mort, il se sent mal, il a l’impression que le sol va se dérober sous ses pieds. Fergus n’a définitivement pas apprit à regarder la mort en face. C’est la fin d’un tout, la fin d’une vie, d’une existence, c’est immuable, et c’est ce qui lui fait peur. En regardant ses patients morts, il a l’impression de voir la sienne, et ça lui fait terriblement peur.

Il regarda quelques instants sa résidente essayer de faire un massage cardiaque directement sur le cœur du patient. Cette manœuvre, bien que correcte, n’allait aboutir à rien. Fergus avait essayé pendant plusieurs longues minutes de ramener l’enfant à la vie, sans aucuns résultats. Son cerveau a été privé trop longtemps d’oxygène, il a perdu trop de sang, et trop de minutes se sont écoulée depuis qu’il a fait son arrêt cardiaque. C’était injuste, mais il n’y avait plus rien à faire, mise à part regarder l’enfant étendu sur la table, en se disant qu’il vient de perdre les plus belles années de sa vie. Cette pensée fit mal à Fergus, qui ne put s’empêcher de se mettre à la place des parents de l’enfant.

>>Non ce n’est pas plus facile pour moi au contraire. Tu penses que je n’aurais pas souhaité savoir en faire plus ? Que je n’aurais pas voulu voir cet enfant sortir d’ici sain et sauf ? C’est injuste comme tu le dit si bien. Plein d’enfants vont faire la même chute sans jamais rien avoir, et lui il en est mort.

Il donna quelques indications au personnel infirmier, sachant que les parents voudront voir leur fils, et donc Fergus souhaitait que l’enfant soit présentable. Il se dirigea ensuite vers la salle de préparation et se lava les mains, sans parler à sa résidente, qui quelques instants plus tard lui annonça qu’elle souhaitait être à ses côtés afin d’annoncer la mauvaise nouvelles aux parents.

>>Bien entendu que vous pouvez venir, dit-il en terminant de s’essuyer les mains.

Une fois tous deux présentables, ils se rendirent à la salle d’attente du service pédiatrique. Durant le court trajet d’ascenseur, Fergus chercha ce qu’ils pourraient dire aux parents. Aucunes phrases toute faite n’existait, et il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas réduire la peine et la douleur que les parents allaient ressentir face à l’immense perte à laquelle ils doivent faire face. Cependant, une fois arrivés, les deux chirurgiens n’eurent pas à parler, la mère comprit qu’il y avait eu un problème au bloc opératoire. Fergus fit cependant s’asseoir les parents, il était conseillé qu’ils entendent le verdict, afin qu’ils puissent s’y faire. Il geste caché, il demanda à Juliett d’expliquer la situation simplement. Une fois les derniers mots dits, la maman s’effondra dans les bras de son mari. Amicalement, Fergus lui passa une main dans le dos, avant de souffler :

>>Toutes mes condoléances.

Bien évidemment, le père dut lui répondre, lui expliquant qu’il ne pouvait pas savoir la peine et la douleur qu’ils ressentaient au fond d’eux. Il est vrai que l’écossais ne le pouvait pas, mais il pouvait l’imaginer. Imaginer qu’on vienne lui annoncer le décès de sa fille était la chose la plus terrifiante pour lui. Vivre sans Amélia serait impensable pour lui. Fergus se releva doucement, et prit sa résidente par le bras afin de l’amener dans son bureau.



© Gasmask



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Lun 26 Sep - 10:08

fergus ft juliett

La partie la plus difficile du travail est la mort d'un patient et malheureusement c'est ce qui vient de nous arriver avec cet enfant de huit ans qui avait seulement voulu jouer. Les dommages avaient été trop important pour qu'il s'en sorte et j'en étais bouleversée en entendant le chirurgien dire leur du décès comme cela, comme ci c'était normal. Non cela ne l'était pas enfin pas à mes yeux ! Fergus me confia que ce n'était pas si facile que cela pour lui, d'accord c'était injuste mais il ne pouvait rien faire d'autres, l'enfant avait malheureusement des blessures trop importantes. "Ouais ... tout ça parce qu'il voulait jouer" lançais je bêtement, mais c'est la vérité le petit garçon avait seulement voulu s'amuser et malheureusement le drame est arrivé. On ne peut rien faire contre cela. Le chirurgien donna des informations aux infirmières pendant ce temps je lui demanda si je pouvais venir avec lui annoncer la nouvelle aux parents. C'est sans doute la plus dur des choses à faire, mais pour moi c'est totalement normal de me déplacer pour eux et l'enfant. C'est important ! Ce dernier accepta et après être dévêtue de notre blouse on partit dans les couloirs pour rejoindre le service pédiatrique et plus précisément la salle d'attente où se trouvait la famille. J'en avais déjà le ventre tout retourné et en entrant dans la pièce la maman du petit garçon se mit à pleurer, elle avait compris. Sans doute l'avait-elle compris en voyant nos têtes, ce n'était pas étonnant. Quand à moi je tenta de garder mes larmes pour moi, de reprendre sur moi, je ne pouvais pas m'éffondrer ici devant la famille. C'est alors que Fergus me demanda d'expliquer la situation aux parents, pour le coup je ne savais pas trop comment m'y prendre ... "Nous avons découvert des dommages et des blessures très importantes pour votre fils, malheureusement nous n'avons pu rien faire pour le sauver. Nous avons tout tenté..." dis je tout simplement. Quoi dire de plus ? Rien ne pourrait réconforter cette maman, rien du tout même. J'entendis Fergus reprendre la parole afin de dire ses condoléances à la famille, personnellement je ne pouvais plus rien ajouter. La gorge nouée, la voix totalement brisée. C'est la chose la plus difficile de mon métier selon moi ; mais il faut apprendre à le faire, à décrire la situation aux familles même si c'est mal. "Vous pourrez le voir dans quelques instants enfin si vous le souhaitez" avouais je à la famille, c'est important le dernier au revoir surtout pour la famille. Ils ont le temps de parler à la personne qu'ils ont perdu, de lui dire au revoir, de le voir une dernière fois.
(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Mar 27 Sep - 23:49

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient
Juliett M. Hansen & Fergus C Fraser.

L’annonce de la perte d’un patient n’était pas simple à faire, mais tous les chirurgiens devaient passer par là. Tous devaient apprendre à dire cette mauvaise nouvelle avec un certain détachement, afin de ne pas s’effondrer devant les proches. Il avait fallu à Fergus plusieurs essais infructueux avant de comprendre comment l’annoncer. Froidement, en essayant de ne pas penser au visage du patient. C’était la même technique qu’il avait développé pour l’annonce de l’heure du décès. Il prenait ainsi de la distance, et s’empêchait de pleurer. Pour tout le monde, ça semblait aisé à Fergus d’annoncer cette heure fatidique, mais en fait, au fond de lui, une toute petite part de son être se brisait à chaque fois. Et à chaque fois, il se retrouvait en morceau chez lui, à pleurer les pertes qu’il avait eues. Ce n’était pas plus simple pour lui que pour un autre chirurgien.

Fergus avait permis à Juliett de venir l’accompagner pour annoncer la nouvelles aux parents. Il avait en tête que ce serait à elle de leur dire. Il fallait qu’elle apprenne à trouver sa façon de se tenir à l’écart, de ne pas pleurer devant les proches. Il n’y a malheureusement que la pratique pour lui permettre de trouver sa façon à elle. Lorsque la jeune femme eue fait l’annonce, le pédiatre vit la maman s’effondrer dans les bras de son mari. Ce dernier accepta de voir une dernière fois leur fils, afin de lui dire une dernière fois au revoir. Pour Fergus, c’était un traumatisme supplémentaire pour les parents, mais il avait été prouvé que ça les aidait à faire leur deuil. Ainsi, ils se rendaient compte que c’est réellement fini. Fergus avait déjà tenté d’imaginer la façon dont il réagirait s’il voyait Amélia étendue sans vie sur une table d’opération. Jamais il n’avait trouvé de réponses. Il n’y avait pas de réponses en fait, tout simplement.

Le chirurgien appela une infirmière, afin de savoir si elle pouvait accompagner la famille voir l’enfant qui se trouvait à présent à la morgue. Cette dernière accepta, et invita les parents à la suivre dans l’ascenseur. Fergus quand à lui, regarda sa résidente. Comme après chaque opération, il la fit venir dans son bureau. Le chef avait besoin de savoir le ressentit de sa résidente, de savoir comment elle gérait la situation.

Arrivés dans le bureau, Fergus s’installa sur sa chaise, et sortit d’un de ses tiroirs deux verres qu’il remplit d’eau, et en donna un à Juliett. Il la regarda dans les yeux, avant de lui dire doucement :

>>Je sais que vous trouvez ça injuste, que vous pensez qu’on aurait dus tout essayer et encore plus… Il n’est pas facile de se rendre à l’évidence Docteur Hansen, et vous serez encore confronté à ce genre de situation.

Fergus espérait que ça n’allait pas faire changer Juliett d’orientation professionnelle. La jeune femme avait tout pour devenir une bonne pédiatre, Fergus le sentait ! Il faut juste qu’elle apprenne à se détacher de ses émotions, chose qui n’est pas simple lorsqu’on a un enfant d’une dizaine d’années mort sur sa table d’orpération.



© Gasmask



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Mer 28 Sep - 17:42

fergus ft juliett

Je n'aime pas réellement cette partie du métier mais c'est une obligation de s'approcher des familles, de leur expliquer ce qu'il se passe et malheureusement d'annoncer des décès comme nous venions de le faire. Fergus s'occupa de la famille appelant une infirmière pour que cette dernière s'occupe d'accompagner la famille pour voir l'enfant, c'est une partie importante pour dire au revoir. Je me contenta de suivre le chirurgien pour prendre l'ascenseur pour qu'on aille dans le bureau où il s'installa sur une chaise ; c'était le moment où on pouvait lâcher prise. Il me tendit un verre d'eau avant de reprendre la parole pour me dire que bien sur c'était injuste et que je devais penser qu'on aurait pu tenter autre chose et faire des choses mais que ce n'était pas si simple que cela. "Je sais que je serais confrontée à cela tout le temps mais c'est tellement ... injuste" lui dis je en lui adressant une légère grimace, en ce moment je ne sais pas si c'est normal mais toutes les pertes d'enfants me brisaient le coeur. "Peut être que je ne suis pas faite pour ça ...?" demandais e sérieusement, oui je suis sincère dans mes propos et j'ai pas mal de doutes vis à vis de ma carrière actuellement. J'adore les enfants bien sûr sans aucun doute, mais les voir trop souffrir ou encore mourir me fait réellement mal et quand je ne peux rien faire c'est encore pire. Il n'y a rien de mieux que de les voir sourire et s'en sortir mais parfois je me sens inutile. Je m'installa dans le canapé du bureau pour me reprendre en main, me détendre après cette opération ; "comment vous faites pour mette une limite ..? Cela me touche réellement beaucoup, j'ai besoin de mettre une limite entre les patients et moi.." avouais je au chirurgien qui se trouvait devant moi. Cela faisait des années qu'il faisait ce métier alors forcément il devait avoir des petits trucs pour aller mieux vis à vis des pertes des enfants ou quand il ne pouvait rien faire pour eux. Notre métier a ses parts de bon mais aussi de mauvais moments et on doit réellement trouver une façon d'avoir plus de bons que de mauvais. "Bon il faut que je me reprenne et que j'aille dans le service de pédiatrie pour les visites" l'informais je tout simplement, les yeux mouillés à cause de mes larmes je pris le temps de prendre un mouchoir pour essuyer tout cela et d'aller un peu mieux. Il faut que j'aille voir les enfants mais pas avec des larmes, hors de question quand même ; ils ont déjà assez de peine comme cela alors autant pas les inquiéter avec des larmes.
(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Lun 3 Oct - 20:46

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient
Juliett M. Hansen & Fergus C Fraser.

Fergus avait en horreur d’annoncer la perte d’un patient, cette horreur s’était accrue lorsqu’il était devenu papa et qu’il voyait sa fille en rentrant du travail. Il se trouvait chanceux, elle était toujours présente à ses côtés, et était sa bouée de sauvetage après des dures journées comme celle qu’il était en train de vivre. Fergus savourait tous les moments passés avec sa fille, espérant qu’un jour il ne se retrouve jamais de l’autre côté, à attendre dans cette salle d’attente des nouvelles de sa fille.

L’annonce du décès l’avait ébranlé, et lorsqu’il se retira avec Juliett afin d’aller dans son bureau, Fergus passa une main sur son visage, afin d’enlever tout signe de tristesse qu’il pouvait porter. Devant le reste de l’hôpital le pédiatre n’aime pas montrer qu’il est touché par la perte d’un patient, et préfère se retirer dans son bureau afin de faire tomber le masque d’impassibilité qu’il porte devant eux. Arrivés avec sa résidente, Fergus lui tendit un verre d’eau, afin qu’elle se remette elle aussi de ses émotions. Puis, la jeune femme lui parla de ses peurs, du fait qu’elle ne se pensait peut-être pas faite pour cette spécialisation. Un petit sourire en coin se dessina sur les lèvres de l’écossais, qui reconnaissait cette passe de doute pour l’avoir vécue.

>>Je ne pense pas que vous devriez aller dans une autre spécialisation. Je sais que vous doutez, je suis également passé par la durant ma résidence. Comme tous chirurgiens qui doute un jour de son choix de carrière. Ca te touche, c’est que tu n’es pas insensible, et tu dois te servir de cette sensibilité pour toujours essayer de donner le meilleur de toi. La preuve, tu l’as fait tantôt, alors qu’il n’y avait plus d’espoir.

Fergus ne savait pas quoi lui dire de plus. Il lui avait dit la vérité, pensant tous les mots, les disant comme ils se présentaient dans sa tête. Il ne voulait pas perdre Juliett de la pédiatrie, elle avait réellement quelque chose avec les enfants, mais il pouvait comprendre aussi qu’elle veuille prendre de la distance et aller autre part si sa sensibilité était trop heurtée. Lorsqu’elle lui demanda comment il faisait pour mettre de la distance, le pédiatre y réfléchi quelques instants, ne connaissant pas la réponse.

>>Je ne sais pas réellement. Depuis le premier patient que j’ai vu mourir, je me suis dit qu’il fallait que j’agisse froidement, c’était ma manière de mettre une barrière. Ensuite, j’allais boire un coup, m’envoyer en l’air, j’essayais de passer à autre chose. A présent je rentre, je regarde ma fille pleine de vie, et j’reste dans les bras de mon amant le temps que la tristesse s’en aille.

Fergus avait remarqué que ça fonctionnait, qu’il se sentait petit à petit mieux et qu’il pouvait petit à petit terminer sa journée sans penser à son patient. Mais cette étape était différente pour toute personne, Fergus connaissait des chirurgiens qui avaient un besoin immense de sauver un patient, de se prouver qu’ils pouvaient continuer, d’autres buvaient toute la soirée. Chaque personne réagit différemment, il faut que la jeune femme trouve sa façon d’extérioriser ça.

>>Tu trouveras ta façon de te protéger, ça vient avec le temps. Tu peux rester ici le temps que tu as besoin, j’enverrais les autres aux consultations, prends ton temps.

Il vint ensuite s’installer à côtés d’elle avec la bouteille d’eau et se resservit un verre, et proposa à Juliett de lui remplir à nouveau le sien.



© Gasmask



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Mar 4 Oct - 22:47

fergus ft juliett

C'était toujours difficile de perdre des patients surtout quand ce sont des enfants qui n'ont rien demandé à personne, après l'avoir annoncé à sa famille j'avais suivis Fergus dans la salle de repos. Ce dernier m'avait servi un verre après s'être installé, je ne comprenais pas comment il pouvait faire pour être quand même éloigné, c'était sans doute l'expérience. Selon lui je devais continuer dans cette spécialité parce que tout le monde passait par des moments de doute durant des moments de notre travail c'est la vie et on ne peut rien faire contre ça. "Oui mais parfois je doute de mes compétences, j'ai l'impression de m'attacher beaucoup trop aux enfants" avouais je à mon chef, peut être que c'était ça mon soucis en réalité. Je me contenta de l'écouter me parler de son expérience, de ses choix et du pourquoi il en était là actuellement, il était talentueux ça tout le monde le savait mais il faut plus que ça pour être chef de service. Ce dernier m'avoua que quand il avait perdu son premier patient il avait tout simplement mis une barrière c'était peut être le mieux à faire pour réussir et être où il en est actuellement. Mais quand il continua pour m'expliquer ce qu'il fait ceci me fit rire quand même, "et bien je ne m'attendais pas à autant d'explications quand même" dis je en souriant légèrement. Mais il avait bien raison, il faut profiter de la vie si on ne veut pas avoir de regret un jour, en tout cas c'est une bonne façon de voir les choses, de se changer les idées et surtout d'avancer, peut être que je devais avoir une vie en dehors de cet hôpital. Bien sûr j'ai ma famille mais ça ne fait pas tout. Selon Fergus j'allais trouver cette façon de me protéger avec le temps, je l'espérais en tout cas sincèrement parce que je ne vois pas comment je pourrais faire autrement, actuellement je suis dépassée. Quand je parla des consultations, il me proposa d'envoyer les autres à ma place le temps que je me remette de mes émotions, "je crois que j'ai besoin de travailler, de me changer les idées et de voir des enfants sourire", c'est une bonne façon de se reprendre en main. "Merci quand même c'est gentil d'avoir proposé et merci de m'avoir pris avec vous pour l'opération même si j'aurais voulu une autre issu.." ajoutais je tout en pensait à cet enfant qu'on avait perdu quelques minutes auparavant.
(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Mar 18 Oct - 20:48

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient
Juliett M. Hansen & Fergus C Fraser.

Ces explications quant au fait de mettre des barrières pouvaient sembler étrange, voir un peu intrusives mais Fergus préférait être honnête et expliquer de façon clair ce qu’il avait à de nombreuses reprises essayer de mettre en place pour se détacher des situations délicates qu’il vivait au quotidien. Ca n’avait pas été facile pour lui non plus durant ses études et bon nombre de fois l’écossais avait douté de sa voie. Cependant, voir le sourire des enfants, les entendre rire et voir ce qu’ils lui apportaient le mettait tellement en joie qu’il parvenait peu à peu à oublier l’horreur qu’il pouvait voir dans les blocs opératoires. C’est pour ces raisons qu’il avait continué sur sa voie sans plus jamais douter de son choix de spécialisation. Mais il pouvait comprendre la jeune fille, l’attachement aux petits patients était quelque chose que les pédiatres ne pouvaient pas éviter, pourtant c’est cet attachement qui les fait se dépasser, et c’est ce que Fergus veut faire comprendre à sa résidente.

>>L’attachement est inévitable, et si vous changez de spécialisation vous vous retrouverez aussi devant des patients pour lesquels vous aurez de l’attachement. On ne peut pas faire autrement lorsque l’on travaille dans le social. Mais je vous assure qu’il ne faut pas que vous changiez de spécialisation, vous avez assez fait vos preuves en pédiatrie pour que je ne doute pas de vous.

Après ces paroles rassurantes, du moins Fergus espérait qu’elles l’avaient été, il vint se poser dans le canapé aux côtés de Juliett, l’écoutant et se confiant sur sa manière de se protéger. Il n’y en avait pas une bonne, et tout le monde avait la sienne. Le pédiatre avait confiance en Juliett et il savait qu’elle aussi allait trouver la manière de procéder. La méthode de Fergus ayant changé de nombreuses fois avec le temps, pourtant cette fois-ci, il était persuadé d’avoir trouvé une bonne méthode. Il sourit à Juliett, ne répondant pas au fait qu’il venait de se confier. C’était normal pour l’écossais, il passait beaucoup de temps avec ses internes et résidents et il ne pouvait pas faire autrement que se dévoiler un petit peu pour leur apprendre leur futur métier.

Lorsque Juliett émit quand même le choix d’aller voir le reste des patients, Fergus n’émit pas de paroles contre son souhait. Si elle pensait qu’y aller pourrait l’aider à surmonter ce qu’elle venait de vivre il n’allait certainement pas la brimer.

>>Je ne te retiens pas alors, tu peux aller voir les consultations. Je reste cependant dans mon bureau si tu as besoin de parler, j’ai des papiers à faire. Lors de notre prochaine opération ensemble, j’espère que le résultat sera différent et que tu auras une belle nouvelle à apprendre aux parents.



© Gasmask



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen Ven 21 Oct - 18:36

fergus ft juliett

Nous venions de perdre un petit garçon d'à peine huit ans et actuellement je ne m'en remettais pas, la discussion avec la famille avait été difficile aussi bien sûr mais Fergus avait accepté que je vienne avec lui. Suivant mon supérieur dans le bureau je l'écouta me donner des conseils et son avis sur la situation, selon lui l'attachement est inévitable et même si je changeais de spécialisation j'aurais toujours ça. "Oui je sais qu'il y aura toujours de l'attachement mais avec les enfants c'est tellement difficile, on s'attache à eux encore plus vite" avouais je en grimaçant par contre en l'écoutant me dire que j'avais fais mes preuves dans la pédiatrie je fus soulagée et rassurée. "Merci pour le compliment, je sais depuis des années que je veux travailler avec les enfants mais je ne savais pas que cela serait aussi dur" ajoutais je en le regardant en grimaçant ; on ne s'attend jamais à ça ! Par la suite je confia que j'allais devoir reprendre mes visites dans le service de pédiatrie, il ne faut pas que je me laisse aller. Fergus se contenta de dire qu'il ne me retenait pas mais qu'il restait là pour moi dans son bureau, il ajouta même qu'il espérait que durant notre prochaine opération il espérait que le résultat soit différent de cette fois là. "Merci c'est gentil, j'espère aussi que les choses iront mieux par la suite" répondis je en adressant un léger sourire à mon supérieur, il est tellement talentueux et j'espère avoir l'occasion de faire d'autres opérations avec lui. "Merci de m'avoir choisis pour cette opération" dis je en le regardant en me levant du fauteuil où j'étais installée. "Bonne journée à vous" lui dis je avant de quitter la pièce pour rejoindre le service de pédiatrie pour m'occuper des enfants qui avaient actuellement besoin de nous.

(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen

Revenir en haut Aller en bas

The worst thing by being a doctor? It’s to lose his patient • Juliett M. Hansen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» nindrea ✱ jealousy is the worst thing ever
» i'm the worst thing that can happen to you. | PAIN
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» [EVENT] Witch Doctor give us the magic words ▬ pv Lilinn & Warren

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our deepest fear :: VIDEO GAMES :: 
Goodbye my lover
 :: 
Version Seattle
 :: 
Les rps
-